AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070385157
448 pages
Éditeur : Gallimard (14/05/1992)
2.67/5   15 notes
Résumé :

" Ce matin, j'ai été réveillé par Aude, puis appels successifs de Marie-Elisabeth, de Pascale. Poursuivi, coursé. Hier après-midi, pendant l'amour avec Marie-Agnès, j'ai débranché le téléphone. Débrancher le téléphone, quand je suis chez moi, c'est mon unique défense contre le harcèlement. Marie-Laurence a parlé d'Anne à Marie-Elisabeth. Celle-ci, furibarde,veut mont... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
litolff
  03 avril 2012
En cherchant à rajouter à mes livres "Cher Gabriel" de Halfan Freihow, je tombe sur Gabriel Matzneff dont je me rappelle avoir lu, en 1984 ou 1985, le livre dont tout le monde parlait à l'époque, Mes amours décomposées.
Un livre qui avait fait scandale car Matzneff y racontait par le menu son goût pour les jeunes filles et les jeunes garçons, pas regardant le gars..., ses aventures aux Philippines avec de très jeunes mineurs, et ses galipettes avec des collégiennes pas farouches du 16e arrondissement (mais bon, elles étaient consentantes, hein, attention !!!)
La polémique avait fait fureur, Denise Bombardier, journaliste québécoise, l'avait traité de pédophile alors que des romanciers et des journalistes prenaient sa défense en affirmant qu'il était "rassurant de vivre dans un pays et à une époque où l'on est libre de publier Mes amours décomposés" et ce pauvre Gabriel d'affirmer que "le but des gens était que je me tire une balle dans la tête".
Moi, j'avais 24 ans, donc pas une cible pour Matzneff, et je me souviens avoir lu ce livre avec un sentiment nauséeux en pensant à toutes ces filles de 14, 15 ou 16 ans qui pouvaient tomber sur lui un jour ou l'autre... ou lire ce bouquin et en déduire qu'il était normal pour une gamine de 16 ans de se faire sodomiser par un écrivain de 40 ans... La liberté d'expression a quand même ses limites, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
Lilmoon
  20 mars 2021
Je n'ai pas réussi à lire ce livre en entier. Au bout d'une cinquantaine de pages, l'aspect "sulfureux" (comprenez malsain) ne parvenant pas à cacher l'aspect redondant et parfaitement ennuyeux de ce journal, je me suis mise à sauter des pages par paquet entier, lisant juste un paragraphe par-ci par-là, des fois que mon intérêt finisse par se réveiller (ce qui n'est pas arrivé). En effet, ce texte n'est qu'une longue suite de baises avec des ados, entrecoupée de repas avec la bonne société ; une litanie sans style et ni fulgurance.
La succession de filles dans son lit est atroce. Elles ont un nom, un niveau de baisabilité, parfois une ville et c'est à peu près tout. Elles n'ont pas d'identité et semblent interchangeables, bien que Matzneff s'en défende. Il faut attendre 30 pages pour que l'une d'elles acquière un trait distinctif, un goût qui lui soit personnel.
L'écrivain part parfois à la rencontre des jeunes filles qui lui écrivent des lettres passionnées, celles qui sont transportées par ces textes. Mais si elles ne couchent pas dès la première rencontre, elles sont considérés comme coincées, inintéressantes et disparaissent des pensées de l'auteur. Il prétend initier ses conquêtes à la sexualité mais son carnet ne parle que de son propre plaisir. Il donne l'impression de prendre sans jamais donner. Les fellations sont présentes, mais jamais les cunnilingus.
Matzneff est dans l'autoglorification et la justification permanente. Ceux qui le critiquent sont forcément des "jaloux" (tiens, comme dans "Je te plumerais la tête" de Claire Mazard, un ouvrage jeunesse traitant des pervers narcissiques). Il sait que son comportement est critiquable et prépare sa défense pour le jour où on viendra lui réclamer des comptes.
Outre une vision de Matzneff par lui-même (voir le prédateur à travers ses propres yeux), je voulais tenter de comprendre l'intérêt qu'avait éveillé ses écrits par le passé. Et je ne comprends pas. A part se pâmer face à l'Artiste avec un grand A, celui qui vit libre et sans contrainte (comprenez qui piétine les gens et les transforme en chair à écrire), il n'y a rien dans ce texte. Juste des références lettrées sans intérêt alternant avec des propos crus ou vulgaires. Moi qui espérais un peut d'esprit et de style, je n'y ai trouvé ni l'un ni l'autre.
Et franchement, la figure romantique de l'artiste maudit, un être supposé différent et supérieur par nature, que l'humanité ne peut comprendre et que son Art rend intouchable, c'est pas mon truc. C'est au mieux idiot, au pire dangereux. Ce livre et son auteur en son malheureusement la preuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
croissantdore
  27 janvier 2020
Voilà un auteur que je ne connaissais que de nom. Les récents débats m'ont poussée à le découvrir. Si la prose est effectivement remarquable, le fond est abject. Bien sûr, il faut sans doute la replacer dans une époque où David Hamilton était encensé comme étant un grand poète visuel. Je me rappelle que Matzneff passait à la télévision et y faisait l'apologie de son goût pour les filles mineures. Aujourd'hui, on le mettrait en prison. du coup, j'ai été bloquée dans ma lecture en songeant que ces gosses pourraient être une soeur, une de mes enfants, celle d'une voisine. Pour le contenu, je ne mets qu'une étoile, même si je suis consciente qu'il faut aborder cet ouvrage en le recadrant avec les moeurs des années 70 et 80, avant le choc Dutroux ! A mon avis, si on le republie, il importe d'y insérer une préface explicative, une mise en garde..
Commenter  J’apprécie          41


Videos de Gabriel Matzneff (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriel Matzneff
Roman Polanski, Gabriel Matzneff, Heidegger… La sociologue Gisèle Sapiro publie un essai « Peut-on dissocier l'oeuvre de l'auteur ? », dans lequel elle revient sur des polémiques récentes, aux ressorts divers, qui ont toutes posé cette question ancienne.
L'émission intégrale : https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/091020/separer-l-oeuvre-de-l-artiste-vaine-tentative#at_medium=custom7&at_campaign=1050

Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement#at_medium=custom7&at_campaign=1050 Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1161 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre