AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203331003
Éditeur : Casterman (14/06/2006)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Orphelin recueilli et élevé par son grand-père, Julien étouffe dans un univers qu'il juge étriqué, entre sa liaison sans avenir avec la trop facile Donatella et sa vocation contrariée d'écrivain. Alors un jour, de trop-plein de spleen et de frustration et plutôt que de végéter dans sa rancoeur, il décide de devenir un "écrivain d'action", comme il dit... Il commence par le grand-père, qu'il ouvre en deux d'un seul coup, de haut en bas. Puis, couteau à la main, pours... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Nastasia-B
  08 décembre 2015
Voici une BD polar assez déjantée (du moins son protagoniste principal : un écrivain raté un peu dérangé). Essuyant de nombreux refus pour ses manuscrits, notre héros décide de passer à l'action en devenant dans la vie le héros morbide de ses polars. le voici serial killer... Je vous laisse le plaisir de découvrir la chute.
Le graphisme est parfaitement en phase avec le propos du scénario : nerveux, incisif, faisant bien ressortir le côté psychopathe du héros. Bref, un petit moment de divertissement, peut-être ne faut-il pas non plus trop chercher beaucoup plus loin avec cette BD. du moins c'est mon avis, c'est-à-dire pas grand-chose.
Commenter  J’apprécie          840
alouett
  15 novembre 2014
« Il m'avait ramassé tout gamin dans une Gendarmerie de campagne ouverte spécialement pour l'occasion. A cause d'un court-circuit sur un passage à niveau, moi, j'étais pas mort. Mes parents, oui. Je me souviens encore de la tête de mon père, trois mètres plus loin, dans l'herbe, coupée net, qui me regardait ».
Julien est orphelin. Elevé par son grand-père, il a grandi un peu médusé par la vie et appréhendant ce qu'elle pouvait lui réserver. Il est devenu écrivain, peut-être par la force des choses. L'absence de succès a fini par l'envahir. Un jour, il dégoupille et se retrouve hospitalisé. Durant ce séjour hospitalier, le déclic se produit.
« Parce que j'allais pas continuer à faire l'écrivain raté. Moi, j'allais faire écrivain d'action ! (…) J'ai décidé de me faire tueur en série. Une très bonne idée pour devenir célèbre. Quitte à éradiquer, autant commencer par les autres… Mon autobiographie, ils allaient tous se l'arracher… ».
-
Prenez une grande inspiration avant de vous enfoncer dans cet album car vous allez plonger au coeur d'une folie assez dérangeante. le scénario d'Olivier Mau est sans concession. Mêlant sarcasme, dérision, humour et pulsion meurtrière, l'auteur nous embarque dans un road-trip improbable et déjanté. le personnage principal semble même échapper à son contrôle tant il est imprévisible. le « héros » perd tout esprit critique quant aux actes qu'il pose et réagit de façon épidermique à l'égard de ce qui l'entoure. Un geste, un regard… ou un simple battement de cils sont susceptibles d'alimenter son délire. Il s'agite, s'acharne et s'obstine à agir dans le seul but d'être remarqué par les médias et peu importe les étapes qu'il doit franchir pour parvenir à ses fins. Il attrape au vol les idées qui lui passent par la tête et agit. tout est bon à prendre pourvu qu'on parle de lui… certain qu'il tient-là la clé d'un marketing efficace et qui a du mordant.
La présence de cette violence totalement gratuite crée une atmosphère oppressante et force le lecteur – un peu hagard – à assister à ce spectacle macabre qui se déroule sous ses yeux. Il y a quelque chose d'irrationnel dans ses actes et cela à tendance à accrocher le lecteur à cet ouvrage avec l'envie de savoir jusqu'où les auteurs repousseront les limites de la déraison.
Pour illustrer ce thriller, Rémy Mabesoone illustre la folie du personnage de manière frontale, nous permettant ainsi de le scruter à la loupe. Il décortique tout ce qui peut nous permettre de repérer l'émergence d'un nouvel accès de folie. On a l'impression d'être face à un dément qui peut imploser à n'importe quel moment, un écorché vif. L'ambiance graphique met le lecteur mal à l'aise car on est là, aimanté, dans l'attente de la prochaine scène sanglante. Une ambiance graphique en noir et blanc pour servir ce thriller glauque et dérangeant où le sang coule à flots. Cet univers corrosif est réalisé au fusain. Les visuels sont hyper chargés et les jeux de hachure fusent et créent une ambiance à couper au couteau, aidant ainsi le lecteur à « entendre » le moindre petit cliquetis, le moindre grincement de dents. Les traits anguleux du personnage principal, son rictus pervers… un bien étrange individu qui va nous servir de guide durant près de 80 pages.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Mariebib
  13 octobre 2010
Une véritable oeuvre littéraire, une bande dessinée traduisant la noirceur, la violence (sans coup, juste les regards intenses), des gros plans chargés d'émotion...
Un auteur qui n'arrive pas à se faire publier va, en fin de compte, écrire son livre au fil de l'album. le scénario: il tue son grand-père et raconte sa fuite, en commettant d'autres meurtres... Heureux d'avoir un encart dans le journal, il continue, jusqu'à approcher de plus près le monde de l'édition. Quand il se fait enfin publier, on a une sorte de retour sans fin au début,même regard, même mise en scène: il tue son grand-père. Fin de l'histoire.
Une BD qui n'a pas de fin. Mabesoone et Mau se sont essayés avec génie à la BD après avoir publié chacun des livres destinés à al jeunesse, avec la même noirceur dans leur écriture ou leur dessin (Mabesoone est le dessinatuer si je me souviens bien).
A lire!!!
Commenter  J’apprécie          10
Sejy
  27 mai 2010
Petit flashback. Quelques mois en arrière, chez mon libraire préféré (en même temps, je n'en ai qu'un). Avec son enthousiasme habituel, il me fait l'éloge du dernier polar qu'il vient de lire, en l'occurrence « Achevé d'imprimer ». Lui, c'est un accroc du genre et il sait bien, le bougre, que moi ce n'est vraiment pas ma tasse de thé. Pourtant, il insiste. Je jette un regard complaisant sur la couverture, ouais sympa, et j'embarque donc l'objet, un peu parce que j'en ai marre, un peu pour lui faire plaisir (je l'aime bien mon libraire)…
Hier, je tombe par hasard sur l'album que j'avais « balancé » au fond de ma bibliothèque et complètement oublié. Je l'ouvre, et…
Grande calotte dans la tête ! le graphisme est ensorcelant. le trait, épais et charbonneux, est remarquable. Réellement très expressif, il nous engloutit immédiatement dans une atmosphère noire, poisseuse. Il sert admirablement un récit très violent, film de la fuite en avant sanglante et pleine de rage d'un jeune écrivain désabusé.
C'est agressif et captivant. Mais, bizarrement, malgré l'extrême dureté du propos, on ressent également une sorte de légèreté sous-jacente, presque une bonne humeur. Peut-être suscitée par le dynamisme de la narration ou le détachement de certains dialogues ? C'est assez difficile à décrire et à analyser. En tout cas, cela concourt à faire de nous un voyeur, un spectateur aux jeux du cirque. C'est assez obscène et déroutant.
Le petit truc qui me gratte : la chute. D'aucun la trouveront admirable. Moi, je ne sais qu'en penser. Je ne veux rien dévoiler. Aussi je dirais, avec facilité, que la fin me laisse sur ma faim. Je l'aurais préférée plus…tranchée (oui, j'ai osé)
Un « trois étoiles » très honorable pour une « sympathique » petite ballade en enfer et
une oeuvre qui partait avec un gros handicap, à savoir, les goûts de votre serviteur.
Lien : http://www.bdtheque.com/main..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
alouettalouett   15 novembre 2014
J’ai fait les 100 pas en regardant des militaires armés jusqu’aux dents rouler leurs épaules. J’ai trouvé inconscient de laisser ces types en liberté
Commenter  J’apprécie          30
alouettalouett   15 novembre 2014
Ce n’est pas tant le bruit du couteau, mais le bruit du tiroir qui l’a impressionné. Il n’avait pas l’habitude d’entendre grincer le tiroir à une heure pareille…
Commenter  J’apprécie          20
Video de Olivier Mau (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Mau
Olivier Mau - Mon frère est un drôle de type
autres livres classés : meurtre en sérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1706 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre