AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Freaks' Squeele Funerailles tome 1 sur 7
EAN : 9782359104462
80 pages
Ankama Editions (07/05/2013)
4.45/5   137 notes
Résumé :
REM, une cité décadente où les images diffusées par les cyclopes font et défont les dieux. Entre trahisons et complots, Fortunate Sons raconte l'histoire du dernier héros de cette civilisation et comment il a donné naissance au mythe de Funérailles.
Que lire après Freaks' Squeele Funerailles, tome 1 : Fortunate SonsVoir plus
Doggybags, tome 1 par Sztybor

Doggybags

Bartosz Sztybor

3.17★ (1160)

17 tomes

Freak Angels, tome 1 par Ellis

Freak Angels

Warren Ellis

3.58★ (199)

6 tomes

Midnight tales, tome 1 par Bablet

Midnight tales

Mathieu Bablet

4.24★ (456)

4 tomes

Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,45

sur 137 notes
5
10 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis
C'est de notoriété publique, je suis un beau gosse, euh pardon, je suis fan de la série Freaks' Squeele. Et dans cette saga, comme je l'ai déjà dit, il y a toute une floppée de personnages secondaires savoureux, mais celui de Prétorius Funérailles, c'est un cas à part, ouaip. Il est terriblement noir et touchant à fois, si bien qu'il en devient diablement intrigant, quasi hypnotique même. C'est donc en toute logique que notre cher Florent Maudoux s'est décidé à pondre un préquel sur la jeunesse de ce BCBG trop d4rk (dark / sombre pour les boomers ndlr) et mâle alpha. Bon BCBG peut-être pas vu son faciès, mais comme le disent souvent mesdames (bien plus que les hommes en tout cas soyons francs), la beauté véritable c'est celle du coeur. Enfin il parait.

J'ai donc attaqué ce spin off avec les plus grandes attentes que l'on me connait maintenant, et allons droit au but : ce premier tome est tout bonnement parfait. Il n'y a absoooolument rien, mais alors rien, à redire. Pour commencer, EEENNNFFFIIINNN Môssieur Maudoux s'est décidé à colorier ses planches ! Alléluia ! Eh autant vous l'dire, j'avais raison, comme souvent hein pour ne pas dire toujours, c'est infiniment plus classe et raffiné. le style gothique, en rupture avec la série Freaks' Squeele d'ailleurs, est littéralement sublimé par ces couleurs à la fois sombres et tirant sur le ocre/orangé. C'est de tout bôôôté. Si l'on rajoute à cette éminente recette graphique le coup de crayon toujours aussi net et chirurgical de l'auteur, on obtient un style visuel Royal avec un grand R.

Passons à présent au don numéro Uno (numéro 1 pour les boomers ndlr) de notre cher Florent : le scénario. Diantre, c'est tellement dense et dédaléen, c'est une profusion continue en intraveineuse de sillons scénaristiques retors et péripéties en tous genres. En un mot ? Jouissif. Imaginez une sorte de Game of Thrones baignant dans un univers médiéval et gothique, avec moins de verbiages assommants, et vous obtenez Funérailles. le seul bémol à toute cette perfection, c'est que le scénariste met la barre très (trop ?) haut d'emblée, autrement dit il va falloir assumer derrière et surtout, respecter toutes les promesses scénaristiques disséminées ça et là tel le Petit Poucet sous exta (extasie pour les boomers ndlr).

Allez nul besoin d'en dire plus, j'ai aqua-poney donc ça urge, je n'aurai donc qu'une chose à dire pour conclure : « Love is all around ». Oups, je m'suis planté, désolé. Bon bah vous savez désormais que je suis fan de Love Actually, comme tout mâle alpha qui se respecte je suppose. Non, je voulais simplement boucler ce billet sur ces quelques mots : vivement la suite, vite, vite.

Spoiler : ça tombe bien je l'ai déjà dans la bibliothèque
Commenter  J’apprécie          250
L'album reprend la maquette classique de la série, sur le même papier épais, format comics, mais sur une maquette et pages à base noires. Une carte du monde et de ses nations est insérée en intérieur de couverture et pose les base de cette intrigue géopolitique. Les tranches donnent un aspect très élégant à la collection une fois insérée dans la bibliothèque. Enfin, ces couvertures.... donnent envie d'avoir des exemplaires grand format sous verre!

Dans la légendaire république de Rem le jeune héros à la tête de l'armée et sa compagne pressentie pour prendre la direction du Culte donnent la vie à des jumeaux. Or la loi de la République organise une séparation stricte entre haute classe composée d'être "parfaits" et ceux qui sont dotés d'une tare. Les deux enfants vont se retrouver séparés par cette société d'apartheid rongée par la corruption. Mais le même sang qui coule dans leurs veines va les mener à affronter ces lois iniques et bouleverser l'ordre établi...

Ma découverte de l'auteur Florent Maudoux et son univers de Freak's Squeele remonte à quelques années, en tombant sur les couvertures des premiers albums du Spin-off Funerailles, que j'avais trouvé vraiment sublimes. Intrigué par ce titre imprononçable je ne m'étais pas précipité après feuilletage, ne sachant pas si j'avais affaire à une BD pour ado, un manga, un comic,... L'an dernier j'ai entrepris la lecture de la série mère qui m'a laissé le même goût indéfini, ne sachant pas où situer cette série pourtant très rafraîchissante. Un attrait prononcé pour le langage djeun'z et la culture SMS cohabitant avec une mythologie très intéressante et une vraie personnalité graphique, bref, Freak's Squeele m'a donné l'impression d'un cadavre exquis avec lequel j'ai finalement moyennement accroché.

Le personnage de Funerailles, qui a donné naissance à la première série dérivée, était l'un des point d'intérêt de la première série, par son design sombre, sa caractérisation complexe et le hors champ important qu'il recouvrait. le fait qu'il soit le coeur de la série dérivée et que celle-ci soit présentée comme plus sombre m'a donné envie de la lire.

Nous avons donc ici une série d'inspiration médiéval fantastique avec une touche de steampunk ou même de SF, proposant un univers improbable où magie, créatures mythologiques et technologie télévisuelle cohabitent. On a les bases d'une saga de dark fantasy, avec ses guerres lointaines, ses héros en armures épiques, ses conspirations de confréries occultes et ses secrets enfouis dans les fondements même de la République. le principe original (qui rattache avec le concept de Freak) est donc cette loi qui fait que la plupart des bébés naissent avec une défaillance physique plus ou moins importante et vivent dans les bas-fonds, travaillant pour l'armée ou pour la société qui les exploite. Une minorité est "parfaite" et vouée à la meilleure éducation. Sans déflorer l'intrigue (on l'apprend assez vite) une anomalie apparaît lorsque deux jumeaux naissent parfaits et risquent ainsi de briser la règle antédiluvienne en reproduisant ce qu'annonce une vieille prophétie...

Le premier volume s'attarde sur cette séparation de classes, sur l'apprentissage parallèle de ces deux enfants, l'un en haut, l'autre en bas, tous deux très doués, et sur leur rencontre. Autour de cela ce sont les manigances de certains personnages pour orienter et maintenir un ordre très réglé mais pas toujours accepté. Cette partie se lit d'une traite, remarquablement bien écrite avec un scénario sage mais très bien ordonné: une longue introduction expliquant le contexte, puis la naissance et l'apprentissage. Beaucoup de découvertes donc, très intéressantes et beaucoup de portes ouvertes, sur un ton effectivement moins déconneur que la série mère. Personnellement je préfère. Quelques traits d'humour et de subtiles éléments (les soldats de plomb rappelant les bonhommes de pain d'épice, l'immortel) raccrochent cette série à la première mais on reste globalement assez éloigné tant par le ton que par l'intrigue.

Les dessins de Florent Maudoux progressent par rapport aux déjà très bons premiers albums de Freak's Squeele, notamment grâce à l'apport de la couleur. Dommage que nous restions sur ce papier épais qui atténue la précision des encrages vraiment remarquables. le design général de cet univers est classique (fantasy épique) mais très élégant, avec ces palais aux architectures antiques et ces costumes voilés. L'immersion dans les bas-fonds donne lieu à un autre aspect de cette République et seul le côté techno dénote un peu, sans que cela soit gênant. le format comics, la base noire des pages et le style assez minutieux du trait de Maudoux rendent les planches assez sombres, ce qui n'est pas pour me déplaire même si cela peut nécessiter de se concentrer sur certaines cases pour bien comprendre et voir les détails. Comme je l'avais remarqué sur Vestigiales Florent Maudoux est vraiment un des tous meilleurs dessinateurs actuels, à la marge de progression encore conséquente, ce qui laisse augurer du sublime pour la suite. le format choisi pour la série est sympa mais je pense que l'idée de proposer des versions grand format serait intéressante pour profiter de ces très belles planches.

Je dirais donc mission accomplie pour ce premier tome de Funerailles qui m'a enfin accroché à cet univers en recalibrant le curseur aventures/graphisme/ambiance. Ce ne sera donc sans pas le même publique qui appréciera les deux séries mais les passerelles entre les deux ont un côté intéressant en proposant plusieurs aspects de ce monde que l'auteur a construit, très original et qui, sans proposer une BD Fantasy comme on en trouve chez soleil, permet grâce aux graphismes et un certain côté décalé de sortir du lot.
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
Commenter  J’apprécie          60
Freaks' Squeele de Florent Maudoux. Est le fruit d'une sélection exigeante à CanalBD. Il y a une très belle map au début de l'ouvrage, légèrement style LoR, où ses autres écrits poussés, peut-être un peu trop détaillés... le dépôt légal est de 2013 mais fut réédité plusieurs fois depuis. Funérailles (le héros) dispose d'un "moignon de sabre" et c'est amusant de voir qu'avec trois fois rien, c'est quand même l'un des meilleurs guerriers de ce monde.
J'ai aimé le fait que la narration ne nous prenne pas pour des débiles.
Il y a de beaux dessins!
Les autres personnages importants sont "Psamathée" que j'appellerais "La marionnettiste" & Luciane, l'épouse.
Belle image avec la mort en arrière-plan, le cheval et la rouquine pin-up vêtue d'une bien trop grande armure.
On accroche !
Peut-être de sympathiques références aux Mad Max ? ; )…
Quant au bébé « imparfait » il a été donné à manger aux cochons. Ca fait très Hannibal/300… Tel V pour Vendetta, il survivra avec d'horribles mutilations.
… Quelques digressions peu intéressantes. Et puis aux deux tiers ça devient « trop politique » moi ça m'ennuie un peu la politique, huhu.
Je suis vachement porté sur les BD en ce moment !! Mais il y aura un retour aux romans ; ).
Belle fin très inattendue ! Vite la suite, quand même !!
Merci d'avoir pris le temps de me lire.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          170
Dans ce spin-off de la pétillante et barrée série Freaks' Squeele, Florent Maudoux nous fait basculer dans un univers bien plus sombre et complexe.

Tout commence pourtant sous des airs de conte de fée : un guerrier noble, une jeune femme magnifique et un mariage sous les meilleurs augures... Mais voilà, à la naissance leurs enfants le destin les rattrape : ce sont deux jumeaux en parfaite santé qui viennent au monde. Et dans ce monde où chaque grossesse est gémellaire et où tous les jumeaux sans exception s'écharpent in utero, cela ne peut signifier qu'une chose : ces enfants sont ceux de la prophétie. Et ils entraineront la chute de la civilisation toute entière.
Sauf si on se débarrasse de l'un d'eux pour sauver les apparences... Commence alors pour les 2 frères des vies radicalement différentes, mais qui ne tarderont pourtant pas à se rejoindre... On ne se joue pas du destin si facilement !

Si l'on embarque dans l'histoire de Pretorius et Scipio sans mesurer tous les enjeux liés à leurs destins, nous n'entrons pas moins dès les 1ères pages dans un récit puissant, dynamique et assez addictif.
Et diantre que c'est beau ! Cet univers steampunk crasseux est servi par univers graphique qui se peut révéler aussi majestueux que percutant et sombre selon le propos. Florent Maudoux jongle habillement entre des enjeux politiques et sociétaux complexes, un humour décapant, et il nous ravie toujours de références à la pop culture finement disséminée.

Une série à savourer pour connaitre la genèse du personnage emblématique de Funérailles -que l'on ne nomme d'ailleurs pas encore ainsi- et de son charismatique frère Scipio.
Commenter  J’apprécie          60
Ce premier tome du spin-off de Freak Squeele est centré sur les origines de Pretorius et Scipio (aka Funéraille et le Directeur), les jumeaux aussi dissemblables que brillants qui chapeautent nos héros dans la série d'origine. C'est Maudoux qui est au commandes, ce qui signifie que c'est beau. C'est également tout en couleur, et un bel objet d'édition, avec les fonds de page et la tranche tout en noir.
Sans en dire trop, c'est aussi un tome qui élargie beaucoup l'univers… Freak's Squeele se trouve dans un univers urbain et contemporain alternatif, dans lequel existent monstres, héros et magie… tandis que Fortunate Son se déroule dans ce qui semble être un univers bien plus proche de la fantasy-médiévale aux relents de steam-punk, géographiquement différent du notre, technologiquement et politiquement moins "avancé", et dans lequel il semblerait en prime que le temps s'écoule différemment. D'après ce que j'ai déduit, plutôt que des univers parallèles, il semblerait qu'il s'agisse de dimensions concomitantes entre lesquelles la circulation est possible sous certaines condition… Mais on n'en saura pas plus pour l'instant.
Funéraille est aussi bien plus sombre en ton que sa série-mère, sans l'humour qui fait la légèreté de celle-ci mis à part quelques références dans le design (nanananananananananana… Batman !)… Mais en fait, s'il est inévitable que les lecteurs de longue date comparent les deux séries, Funéraille tient également très bien tout seul, développe ses propres thèmes et ses propres personnages, et s'il conte la genèse de certains personnages familiers, un lecteur nouveau ne s'en rendrait probablement pas compte et apprécierait la série pour ses propres qualités… ce qui est le signe d'un bon spin-off.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (4)
Elbakin.net
17 février 2014
Ce Fortunate Sons est une réussite et sa conclusion risque de vous laisser dans un état de manque : celui de lire la suite !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
BulledEncre
31 mai 2013
Cet album tout en couleurs est de toute beauté, Florent Maudoux montre une nouvelle fois une belle maîtrise aussi bien narrative que graphique.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Bedeo
16 mai 2013
C’est dans l’intensité dramatique que "Funérailles" fait mouche. Malgré un début poussif qui peut laisser dubitatif, la trame est déployée laissant le lecteur dans un dédale machiavélique de complots et manœuvres pour un dessein bien mystérieux. Tout s’enchainera à une vitesse ahurissante jusqu’à la dernière page.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BoDoi
13 mai 2013
Florent Maudoux, fort de son graphisme transcendant les genres – ici tout en couleurs –, impose avec une facilité déconcertante un univers mélangeant péplum, fantastique steak-punk, mythologies de tous pays et de tous temps.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Je vais faire comme si tu ne le connaissais pas et te le présenter par le menu... Tu n'ignores pas qu'il connait les secrets du temps, qu'il parle aux créatures d'en dessous et que son œil voit la mort qui rôde à une longueur de bras sur ta gauche. C'est pour ça qu'il n'a besoin de rien de plus qu'un moignon de sabre accroché à une chaîne pour être le plus grand guerrier de tous les temps.
Voici l'histoire de celui qui fait tomber les rois et s'effondrer les civilisations : Funérailles...
Commenter  J’apprécie          10
p.35.
- Tout refaire... Qu'est-ce que j'aimerais que le gouvernement aussi reparte sur des bases saines... Mais je n'obtiendrai pas un sou du sénat et encore moins du culte. De combien de temps disposons-nous avant que tout ceci nous tombe sur la tête ?
- Difficile à dire, ça peut être dans un mois comme dans dix ans. Je peux faire des mesures, essayer d'évaluer la progression de la corrosion.
- Ha ha !
- Qu'est-ce qui vous fait rire ?
- Quand vous avez dit " corrosion ", j'ai entendu " corruption ".
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Florent Maudoux (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florent Maudoux
Florent MAUDOUX
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (291) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5295 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..