AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782264024480
319 pages
10-18 (30/11/-1)
3.52/5   48 notes
Résumé :
Avec les aventures de Mr. Ashenden, Maugham a démontré avant Le Carré que la littérature et l'espionnage pouvaient faire excellent ménage.
Comme l'écrit l'auteur : «Ce recueil s'inspire de mon expérience d'agent secret pendant la guerre (de 1914-1918), mais remanié au service de la fiction. Car la réalité est un piètre conteur. Elle entame ses récits au petit bonheur, en général bien avant le début de l'action, marche à l'aventure et décroche avant d'avoir dé... >Voir plus
Que lire après Mr. Ashenden, agent secretVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 48 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Recueil de six nouvelles : Miss King, le Mexicain chauve, Giulia Lazaru, le traitre, Son Excellence, le linge de Mr Harrington qui mettent en scène Mr Ashenden, un écrivain mondain, recruté au début de la première guerre mondiale par les services secrets britanniques.
Mr Ashenden recueille des informations dans les pays neutres comme la Suisse ou l'Italie et se charge de payer des agents et de transmettre des documents. Un rôle modeste et sans gloire, mais essentiel dans le monde où la guerre ne se gagne plus sur les champs de bataille.
Commenter  J’apprécie          160
Somerset Maugham, jusqu'à la découverte récente de sa biographie illustrée par Floc'h, c'était pour moi la littérature de ma mère (elle était née en 1913), à une époque où moi, je ne lisais rien. Et je viens de commencer par ce recueil de huit courtes nouvelles. Un délice de lecture … ni désuet, ni dépassé. de la belle littérature ...

Mr. Ashenden, c'est l'auteur. Parce qu'il exerce cette profession qui permet de paraître inoccupé et en tous cas libre de son temps, de voyager, de vivre dans les hôtels, qu'il parle plusieurs langues dont le français parfaitement, William Somerset Maugham a été recruté pendant la Grande guerre pour « faire du renseignement ». Cela se passe donc entre la Suisse, la France et l'Allemagne, l'Italie aussi, encore neutre, la Russie de Kerenski enfin, juste avant la Révolution.
!)
Pas de cascades à la James Bond, pas de fusillades ni d'encre sympathique … mais beaucoup d'attente, des contacts furtifs, des soirées à décoder les messages et des remises d'argent (à rapprocher des souvenirs de Daniel Cordier à Lyon dans « Alias Caracalla »), des cadavres après la répression, aussi.

L'essentiel réside dans les portraits psychologiques tracés avec une maîtrise confondante. Des personnages que l'on voit agir et qu'on entend parler : le général sud-américain déclassé, l'ambassadeur archétypique, le voyageur de commerce américain intarissable ... Mr Ashenden ne se met jamais en valeur. Il s'accommode des événements et les acteurs, n'est pas chargé de prendre des initiatives, risque tout de même sa liberté mais surtout, il rend compte. Il sait qu'en cas de « pépin », il n'a à attendre aucune assistance. C'est la règle.

Malgré le décalage de temps, l'écriture et les descriptions sont étincelantes, de même que la traduction. Une pépite qui me donne terriblement envie de lire la suite …
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
Commenter  J’apprécie          100
A.Souchon a fait du tort à Somerset Maugham en chantant ses nouvelles pour dames qui le font passer pour un auteur Harlequin. Certes Maugham écrit des nouvelles mais elles ne sont pas à l'eau de rose.
Dans « Mr Ashenden Agent secret » leur prétexte est le renseignement au temps de la première guerre mondiale. Ayant lui-même été un vrai espion Maugham retrace huit missions qu'il a eu à accomplir. Elles lui servent de toile de fond pour de remarquables portraits de personnages croisés sur le terrain, tous hauts en couleur voire extravagants, complexes et attachants.

La plume de l'auteur est légère, ironique et pleine de verve, sa première victime étant lui-même puisque ses missions sont loin d'être couronnées de succès, mais en bon stoïcien l'agent secret accepte les tours du destin avec fatalisme et détachement.
Il ne faut pas s'attendre à des scènes d'actions échevelées et à des suspens torrides mais dans le monde douillet du renseignement british si les hôtels sont confortables et le cognac savoureux, la mort rode et la guerre fait des victimes, y compris parmi les femmes.
Car ce sont elles les vraies héroïnes dans les couples que décrit l'auteur avec mille finesses, elles mènent la danse mais le paient au prix fort. Souchon n'aurait donc pas tout à fait tort s'il chantait les nouvelles avec des dames de Somerset Maugham.

Voilà de la littérature que l'on croirait surannée et qui l'est par certains côtés sociétaux mais pour ce qui est de la construction, de l'étude psychologique et tout simplement du plaisir de lecture c'est indémodable et reste un sommet d'humour.
Commenter  J’apprécie          50
Ah la littérature anglaise du XXeme siècle quand même! quel style! quelle fluidité! Cela se lit tout seul , c'est un vrai plaisir!
et les histoires ne sont presque là que pour mettre en avant des personnages eux aussi tout en finesse ou en caractère particulier....On n'est tres loin des agents secrets à la James Bond car tout ceci se passe dans l'Europe de la premiere guerre mondiale dont on n'entend aucun son de canon....Ici,cela se passe plutôt dans les salons feutrés des beaux hôtels....il y a 2 nouvelles qui sont vraiment brillantes pour moi....
Commenter  J’apprécie          100
Toujours les podcasts de France Culture, "Grande Traversée : John le Carré affinités" ; dans la série d'émissions, sont évoqués d'autres écrivains britanniques : Graham Greene et  Somerset Maugham  et particulièrement Mr Ashenden agent secret.


Recueil de nouvelles (8) ayant pour personnage principal Ashenden, écrivain jouissant d'une certaine notoriété et agent secret au service des Renseignements britanniques. 7 de ces nouvelles se déroulent pendant la Première Guerre Mondiale, le plus souvent Ashenden est basé à Genève qui se déplace entre la France en guerre et la Suisse neutre. La septième se déroule en Novembre 1917 dans le Transsibérien et à Petrograd. La dernière, dans un Sanatorium après la Guerre, est différente des premières qui pourraient former un roman cohérent. 


J'ai lu avec beaucoup de plaisir, le sourire aux lèvres, ce livre à l'humour très british. Ashenden,  comme Somerset Maugham régale le lecteur de finesse, d'ironie et d'observations très précises sur ce monde désuet, quelque peu snob, où le savoir-vivre est cultivé comme un art. A côté des diplomates, des militaires un peu attendus, une galerie de personnages plus flous gravitent.

"Comme la vie serait plus simple si les gens étaient tout blancs ou tout noirs et comme notre conduite à leur égard
en serait facilitée ! Caypor était-il un bon attiré par le mal ou un méchant attiré par le bien ?"

Ashenden, espion ou romancier, analyse ces caractères  sans jugement à l'emporte-pièce. Sociable, il est plutôt bien disposé vis-à-vis de son prochain. Il sait voir le bon côté des humains et même si ses supérieurs des Services Secrets ont décidé d'éliminer un traître ou un agent double, il suit sa mission avec le plus possible de bienveillance.
Lien : https://netsdevoyages.car.bl..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
C'est une danseuse. Elle donne dans la danse espagnole, mais il se trouve qu'elle est italienne. Pour des raisons de théâtre, elle se fait appeler la Malagueña . Vous voyez le genre. Musique populaire espagnole avec mantille, éventail et grand peigne. Voilà dix ans qu'elle danse dans toute l'Europe.
- Est-ce qu'elle vaut quelque chose ?
- Non, exécrable...
Commenter  J’apprécie          172
- On l'appelle le Mexicain chauve.
- Pourquoi ?
- Parce qu'il est chauve et qu'il est mexicain.
- L'explication me paraît impeccable !
Commenter  J’apprécie          295
Je tiens à vous dire une seule chose avant de vous laisser entreprendre cette mission, et il vous faudra la garder en mémoire. En cas de réussite, n'attendez aucun merci; en cas d'ennui, n'attendez aucune aide. Cela vous convient-il ?
- À merveille
- Dans ce cas, je vous souhaite le bonjour
Commenter  J’apprécie          80
Ils étaient tous pareils. Ils voulaient la fin mais hésitaient sur les moyens. Ils voulaient bien tirer profit d'un coup accompli à condition de rejeter sur quelqu'un d'autre la responsabilité de sa réalisation.
Commenter  J’apprécie          60
"Ashenden se dit que c’était l’erreur commise très souvent par l’humoriste amateur, par opposition au professionnel. Lorsqu’il fait une plaisanterie, il insiste lourdement. Les relations du plaisantin avec sa plaisanterie devraient être aussi rapides et fantaisistes que celles de l’abeille avec sa fleur. Il devrait faire sa plaisanterie et passer à autre chose. Il n’y a bien sûr aucun mal si, comme l’abeille qui approche de la fleur, il
bourdonne un peu."
Commenter  J’apprécie          20

Videos de William Somerset Maugham (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Somerset Maugham
"Servitude humaine" Livre vidéo. Non sous-titré. Non traduit.
autres livres classés : espionnageVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (159) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3177 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}