AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782362796067
Alma Editeur (09/09/2022)
4.12/5   8 notes
Résumé :
En 1936, le jour de ses douze ans, William, qui habite près de la Manche, quitte l’Angleterre, direction l’Espagne. Pour les beaux yeux de sa dulcinée, il traverse le pays en guerre afin de percevoir le gros lot, El Gordo. Le billet de loterie, quinze millions tout de même, semble être un « attracteur de chance ». C’est du moins ce que pensent l’ésotériste Julius Evola et le poète Federico García Lorca, deux magiciens à leur manière, qui s’affrontent dans les camps ... >Voir plus
Que lire après El GordoVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Écrivain dont le talent n'est plus à démontrer, Xavier Mauméjean aime particulièrement jouer avec l'Histoire en y insufflant magie et surnaturel. Son nouveau roman, El Gordo, ne déroge pas à la règle mais prend, pour une fois, un côté plus intime puisque l'auteur y parle sans le dire de souvenirs familiaux et d'une époque qui le touche plus particulièrement, celle de la guerre d'Espagne.
Revenons donc en 1936 pour découvrir le voyage improbable et incroyable d'un jeune garçon dans un pays en guerre…

Dans le petit village de Hole, en Angleterre, un garçon de douze ans du nom de William se met en tête d'aller remettre le billet gagnant d'un tirage spécial de la Loterías y Apuestas del Estuado, le fameux « El Gordo » , au bureau 67 de la Gran Vía à Madrid. le seul minuscule problème de ce projet pour le moins ambitieux, c'est que Madrid comme le reste de l'Espagne est alors en guerre et que Nationalistes et Républicains mettent le pays à feu et sang. En y croisant un autre garçon muet qui deviendra son fidèle écuyer, William commence à croire que la chance est avec lui.
Et c'est d'ailleurs peut-être le cas tandis que deux mages s'affrontent en coulisses : l'ésotériste Julius Evola et le fameux poète Federico García Lorca, chacun essayant d'influer sur le conflit en cours.
Xavier Mauméjean ne cache jamais sa volonté de réécrire le célèbre Don Quichotte dans une Espagne en pleine guerre civile. Il ne cache pas non plus son amour de la nuance et son envie de dépeindre l'Histoire tel qu'elle est et non pas telle qu'on voudrait qu'elle soit.
El Gordo se range à côté d'Alice au Pays des Merveilles, de Zéphyr, Alabama ou encore du Magicien d'Oz. Des livres avec des enfants mais pas forcément pour enfants. Les deux héros, William et Passe-Montagne, sont ballottés d'un front à l'autre, d'un camp à l'autre, d'une ville à l'autre.
Sur le chemin, ils croisent des personnages haut-en-couleurs telle que Talia, une tueuse impitoyable et aviatrice hors-pair, Doña Pilar, une maitresse de maison et préceptrice particulièrement rigide ou encore un sniper aveugle capable de lire dans les tranches d'encyclopédie !
À cette galerie savoureuse, on ajoutera bien volontiers Evola et Lorca qui immiscent une magie subtile et insidieuse au coeur même du récit.
Sous son vernis de naïveté pourtant, El Gordo parle de choses cruelles, de drames, de morts, de peines, de pertes.
Xavier Mauméjean, même s'il tente de réenchanter le réel à coup de Mecanismo et de duende, ne peut empêcher la guerre de montrer sa face hideuse, de révéler l'homme dans ce qu'il a de plus terrible.
Trouver un coupable, un méchant n'a ici que peu de sens, c'est à peine si Evola, pour des raisons fictionnelles, peut remplir ce rôle.
La réalité, comme souvent est plus complexe et personne ne sort grandit d'un conflit, qui plus est fratricide.

Pour autant, El Gordo n'est pas une histoire pessimiste.
Elle est, au contraire, une façon de trouver de la beauté dans un monde sombre et ensanglanté. Xavier Mauméjean préfère le regard de deux gamins, libre ou encagoulé, à celui forcément plus cruel des adultes.
Si l'Histoire prend une grande place dans El Gordo, l'espoir y trouve également son mot à dire. le fantastique qui irrigue le récit du début à la fin, les personnages un peu fous qui transpercent régulièrement l'épopée de leur originalité, l'amitié solide comme l'acier trempé qui unit en silence Passe-Montagne à William, tout cela donne la sensation que l'humanité, au fond, n'est pas perdue. Jamais. Que même dans les moments les plus sombres, il reste toujours quelque chose à sauver. Que l'amour de son prochain, qu'il soit rouge ou noir, trouve toujours un chemin.
Grâce à son style impeccable et remarquable, Xavier Mauméjean brasse les références littéraires et historiques pour dépeindre le souvenir douloureux d'une guerre qui semble presque aussi absurde et improbable que l'objet du voyage de nos deux héros en herbe. Bien sûr, on se débattra régulièrement pour démêler le vrai du faux tant l'auteur apparaît comme joueur avec son lecteur, mais ce qui reste sur le coeur, au fond, c'est cette saveur désuète et sincère qui transforme une histoire candide en un conte philosophique et en un exercice littéraire cathartique qui finit, ultimement, par émouvoir vraiment.

Faux-conte pour enfants et vrai roman sur l'enfance et la guerre, El Gordo incarne le meilleur de Xavier Mauméjean : une plume, une érudition et une roublardise qui font des merveilles. Parfois difficile mais toujours sincère, El Gordo rejette l'emporte-pièce et s'éprend de nuances, trouvant l'espoir dans le noir au coeur de la plus farfelue des aventures littéraires.
Lien : https://justaword.fr/el-gord..
Commenter  J’apprécie          330
Dans El Gordo, sublime rman de Xavier Mauméjean, on suit William, qui, du haut de ses 12 ans en 1936, va entreprendre un périple de l'Angleterre à l'Espagne pour toucher le gros lot, El Gordo, un billet de loterie de 15 millions.
En 1936 néanmoins, la guerre fait rage, et son escapade ne va pas être de tout repos, d'autant plus que l'ésotériste Julius Evola et le poète Federico García Lorca, chacun dans deux camps ennemis, sont également intéressés par El Gordo, censé être un attracteur de chance. Difficile de trancher, vu les déboires que William va vivre !
L'histoire ressemble à un conte, mais si la construction y fait penser, les événements eux sont empruntés à L Histoire, la vraie, la cruelle, celle qui fait se dire qu'une guerre est absurde, et ne fait que des perdants, car tant d'horreur ne peut élever l'âme. La quatrième de couverture résume admirablement bien ce roman : "Disons qu'il sera question d'horreurs commises par tout le monde, mais aussi de beaux sentiments qui attendriront le coeur".
C'est exactement cela.
Au delà de l'Histoire avec un grand H, il y a aussi plein de clins d'oeil, à la culture, à la mythologie, le tout avec du réalisme magique, et surtout énormément de talent. El Gordo est un roman qui se vit plus qu'il ne se lit : c'est une expérience, un voyage.
Et comme l'annonçait la quatrième de couverture, des passages qui attendriront le coeur. Et j'ajouterai : une fin sublime, qui fait verser quelques larmes.
Ça a en tout cas été mon cas !
Commenter  J’apprécie          40
Xavier Mauméjan est un auteur que j'ai eu la chance de rencontrer et d'écouter à plusieurs reprises lors de différentes Imaginales ces dernières années. Il est passionnant de l'écouter, dans son style accessible et très humain. J'ai déjà apprécié plusieurs de ses ouvrages, aussi suite à une conférence sur la fantasy et l'histoire je me suis procuré El Gordo, roman sur la Guerre d'Espagne, période tragique que je connaissais assez mal. le procédé se rapproche de Rosée de feu, qui déroulait au sein du corps des Kamikazé Japonais pendant la seconde guerre mondiale, dans une version où des dragons auraient remplacé les avions. Ici point de dragon, mais un narrateur extérieur (quoique !) qui raconterait la vision de la guerre civile espagnole par un jeune adolescent Anglais au cours de sa traversée de l'Espagne en 1936 pour récupérer El Gordo, le prix du gros lot de la loterie de Madrid…

On découvre donc le personnage principal, William, dans son Angleterre rurale du milieu des années 30. Il se retrouve à partir en bateau avec quelques économies, direction Gibraltar, où son aventure commence : comment rejoindre Madrid, en plein centre d'un pays dans lequel une guerre civile vient de démarrer, quand on n'a que 12 ans, que l'on ne connaît pas le pays ni aucun de ses habitants ? Heureusement pour lui, son périple va être simplifié par certaines rencontres et des coups du sorts, qui vont lui tracer son chemin à travers un pays ravagé.

Xavier Mauméjan a choisi d'inclure les destinées de deux artistes de l'époque, le poète Federico Garcia Lorca et Julius Evola, en imaginant des circonstances pour les rapprocher ou les faire intervenir autour de William. le jeune personnage principal va aussi rencontrer l'énigmatique Passe-montagne, protagoniste aussi étonnant que muet durant (presque) tout le livre, de même que plusieurs compagnons d'aventures, connaissant tous (ou presque) des destins funestes. On retrouve bien dans ce livre toute la justesse historique de l'auteur, qui nous fait revivre certaines scènes de la guerre civile, ou le quotidien et les questionnements que se posaient les belligérants des deux camps. Il est très utile en lisant El Gordo d'avoir à portée de main un petit précis d'histoire ou une fenêtre wiki ouverte pour remettre chaque nom dans le bon (?!) camp.

El Gordo est un livre particulier, on sent que l'auteur a cherché à ne pas prendre partie pour un camp en particulier, les actes de chaque faction Nationaliste ou Républicain sont décrits crûment, c'est choquant puis semble rentrer dans une routine à mesure que les pages se suivent, comme si on rentrait dans une logique et une spirale de l'horreur que vont imposer les belligérants. Il y a assez rarement des parenthèses plus humaines (à défaut d'être plus joyeuses), et quelques épisodes qui seraient drôles s'ils n'intervenaient pas dans un contexte toujours pesant.

El Gordo est donc un récit intime, quand on sait que l'auteur avait des parents dans chacun des camps. Un livre intelligent et plein d'humanité, qui se lit vite et fait réfléchir. le fait d'avoir choisi de relater les agissements d'un innocent suivant une quête a priori dénuée d'enjeu, le tout dans ce contexte difficile, permet de faire passer plus de messages, et fait mouche.
Lien : http://aupaysdescavetrolls.f..
Commenter  J’apprécie          00
Aujourd'hui j'avais envie de vous présenter un de mes achats compulsifs (il y en a beaucoup).
Dès que j'ai lu le résumé, j'ai décidé de l'acheter. Vous conviendrez que dans le cas présent, ce n'est pas la couverture qui attirera le chaland.
Bon, pour être honnête, il n'y a pas QUE la quatrième de couverture qui m'a attirée. C'est que je connaissais déjà la plume de Xavier Mauméjean que j'avais découverte il n'y a pas longtemps à la lecture de Lilliputia.
L'auteur mêle avec brio réalité historique et fiction, redonnant vie avec son imagination et les livres d'Histoire à des personnages réels, dans des décors qui existent vraiment.
Ainsi on croisera dans ce long périple, Garcia Lorca dans ses derniers mois avant son exécution, ainsi que Julius Evola, entre autres.
Les romans de Xavier Mauméjean n'en sont que plus passionnants. Avec son écriture teintée d'une fausse légèreté, il a imaginé ce voyage d'un gamin qui a tout d'un Don Quichotte, avec son fidèle ami muet Passe-Montagne, mais aussi une touche de MacGyver avec son « Mecanismo », un objet secret qui vient à bout de tout, répare tout.
C'est parfois drôle, souvent touchant, toujours intéressant. C'est un excellent moyen d'aborder un pan de l'Histoire de l'Espagne, de ses personnages connus. J'ai adoré faire ce périple avec William.

Et pour en savoir plus c'est juste là 👇

Lien : http://www.evadez-moi.com/ar..
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LeSoir
30 décembre 2022
Un roman d'une force incroyable. L'écriture amicale de Xavier Mauméjean emporte un lecteur complice.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Parce que certaines absences ne sont jamais adoucies par l'oubli, et qu'à tout prendre mieux vaut encore les dire.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Xavier Mauméjean (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Mauméjean
Cité des congrès De Nantes
Au-delà de la physique, il y a la pataphysique, la science des solutions aux problèmes imaginaires, celle qui se consacre à l'accident, au particulier, à l'épiphénomène, et non au général. Proche parente de la science-fiction, ses chemins délibérément non conventionnels heurtent le sens commun, entre humour parfois potache et provocation. Et l'Oulipo dans tout ça ?
Avec : Hervé le Tellier, Xavier Mauméjean, Olivier Cotte
autres livres classés : loterieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (40) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3693 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}