AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Forestier (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253030171
186 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (16/05/1972)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 267 notes)
Résumé :
C'est Médéric, le facteur, qui avait découvert le corps de la petite Roque sous la futaie du maire, au bord de la Brindille. Mais on eut beau chercher, on ne trouva pas le coupable. A quelque temps de là, le maire donna l'ordre d'abattre ses arbres et, surveillant les travaux, faillit périr écrasé sous le hêtre géant qui avait ombragé le crime, Imprudence? Non; geste d'un malheureux qui tente d'échapper à un spectre sans compromettre son honneur. Mais la fatalité s'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  05 septembre 2014
La Petite Roque devait être, je crois, le seizième ou dix-septième recueil de nouvelles de Guy de Maupassant que j'abordais, et pourtant je puis vous dire qu'il me fit forte et bonne impression. Neuf nouvelles seulement, mais pas moins de trois joyaux (selon mes critères de désignation du " joyau ").
La nouvelle titre est une nouvelle en deux temps (donc en théorie, plus une nouvelle stricto sensu, mais on s'en fiche de la théorie), qui débute comme un polar et qui bascule dans le thriller psychologique. Particulièrement bien écrite, on sent que son auteur a cherché à la peaufiner plus que d'autres. La première partie pourrait, à l'extrême, se résumer par " Qui donc a bien pu assassiner la petite Roque ? " La seconde ne doit absolument pas être dévoilée sous peine de nuire gravement à sa lecture. En tout cas, un chef-d'oeuvre.
L'Épave raconte un instant, un bref instant, même pas une nuit complète — un bout d'après-midi et une portion de nuit — où deux êtres se sont croisés, se sont émus et se sont dit adieu. Comme écrivait Baudelaire, une manière de " Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais ". Maupassant excelle dans ce périlleux exercice de la capture d'un instant et des émotions qui l'accompagnent.
L'Ermite nous pose indirectement une question : " Quel drame, quel événement inavouable, quelle peine de corps ou de coeur peut bien expliquer qu'un humain choisisse spontanément la réclusion hors du monde ? " Cette nouvelle me rappelle un peu le Port dans le recueil La Main Gauche.
Mademoiselle Perle est, quant à elle, l'un de ces inappréciables petits trésors nés sous la plume de l'auteur, qu'il nous a légué en guise d'héritage et que nous devons chérir. Un drame sublime, sans violence, en douceur, tout en doigté et en subtilité. Un velours, une façon quant à elle de " Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui NE le savais PAS ". Probablement l'une des toutes meilleures nouvelles de Guy de Maupassant, tous recueils confondus, vraisemblablement du calibre de Madame Baptiste.
Rosalie Prudent, ce n'est presque rien (c'est ironique, bien sûr), juste le conte d'un infanticide ordinaire perpétré par une pauvre fille sans le sou. L'une des fables horribles du quotidien dont il savait si bien se faire l'écho.
Sur Les Chats est un vague éloge de la condition féline.
Madame Parisse est une x ième nouvelle sur l'adultère et la passion contrariée.
En revanche, Julie Romain est plus intéressante. Elle aussi évoque un thème de prédilection de son auteur, à savoir, l'outrage du temps qui passe, les abîmes qu'il crée, et autres effets de la nostalgie. Ici, Julie Romain est une ancienne actrice, ancienne convoitée, ancienne égérie tant d'un peintre en vue que d'un poète de renom, tous deux aujourd'hui disparus. Ne reste qu'elle, elle que son public a oublié, elle, flétrie, amoindrie, méconnaissable, elle dont seuls les souvenirs ont le lustre d'antan. Quelle sensibilité Monsieur de Maupassant. Chapeau bas l'artiste.
Enfin, cerise sur le gâteau, la somptueuse Père Amable, qui nous dépeint l'archétype du vieux paysan normand, vieillard taiseux, avare mais fier, à l'instar du Père Milon. Encore l'une de ces scènes de rien de la vie paysanne normande, qu'on pourrait vulgairement classer dans la catégorie " faits divers ", mais racontée avec tellement de force et de conviction qu'elles en deviennent célestes, éblouissantes... maupassantesques si j'ose dire !
À noter, et c'est là la substantielle supériorité des nouvelles normandes par rapport aux autres de l'auteur, la vérité du parler. Pour être native de ces contrées normandes, je puis vous affirmer (au travers de ces deux exemples pris au hasard dans le Père Amable) que l'emploi (dans le fil de la narration et non entre guillemets) du mot " colère " en qualité d'adjectif ou celui de " cour " pour désigner un pré ont un parfum de terroir authentique. Pour moi, Maupassant est avant tout l'interprète des réalités régionales, le Pagnol ou le Steinbeck normand, en quelque sorte.
Mais tout ce bavardage, toute cette inutilité n'est que mon avis, fragile, friable, érodable, c'est-à-dire pas grand-chose. le mieux que vous ayez à faire est d'oublier ce commentaire et d'ouvrir La Petite Roque, car ça c'est vraiment du roc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          908
Allantvers
  18 juin 2016
Un nuage sombre passe sur l'esprit à la lecture de ce recueil de nouvelles pleines de violence et de mort de Maupassant, que je suis troublée de découvrir dans ce registre.
Viol, assassinat, folie, mort du jour, infanticide, suicide : c'est toute la glauque palette de la face obscure des hommes qui est peinte ici, de manière d'autant plus troublante qu'il la moire comme il a coutume de le faire de cette plume délicatement mélancolique qui le caractérise.
La petite Roque est la première et la plus longue des nouvelles : d'une construction étonnamment moderne et d'un déroulement implacable, elle s'ouvre sur une scène de crime saisissante pour ensuite observer les affres de l'assassin hanté par son crime, jusqu'à la mort. Le génie dans cette nouvelle tient me semble-t-il au rôle joué par la nature qui par tous ses pores, rivière et frondaison bruissantes, lumière crue et nuit noire, accuse le criminel là où ses semblables n'envisagent rien de sa culpabilité.
La folie traverse plusieurs des autres nouvelles, sous les yeux cruels d'un chat noir (Misti), celle de l'amant fou de jalousie (Fou ?) ou celle en miroir de la folle devenue folle d'amour (Berthe).
Suicides (lettre d'un candidat à la mort) et La nuit (un homme s'étiole dans un Paris qui ne connaît plus le jour) finissent de rendre le lecteur totalement neurasthénique, avant de réveiller sa compassion horrifiée devant les raisons qui ont poussé Rosalie Prudent à l'infanticide.
Le titre complet du recueil : « La petite Roque et autres contes noirs » dit bien ce qu'il est : un parcours éprouvant, servi par le format redoutablement efficace de la courte nouvelle. Une noire pépite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Biblioroz
  30 juin 2020
J'aime le regard animé, vivant et poétique que Maupassant pose sur des points de paysages, que ce soit en Normandie, dans le Midi ou sur un petit coin de la côte Atlantique. Parmi tant de belles images offertes aux yeux du lecteur il nous gratifie ici d'une demeure qui « trempe tout un coin de ses murailles dans un petit étang » ou en décrivant Antibes « La haute vague du large venait se briser à son pied, l'entourant d'une fleur d'écume ; et on voyait, au-dessus des remparts, les maisons grimper les unes sur les autres jusqu'aux deux tours dressées dans le ciel comme les deux cornes d'un casque antique. »
Je trouve que les descriptions qu'il fait courir sur le papier sont très souvent assorties de comparaisons subtiles et magnifiques.
Dans ce recueil, on commence par du sordide avec la découverte du corps d'une fillette violée. Une longue nouvelle froide et glaçante qui fait intervenir un châtiment de torture psychologique pour palier à la faiblesse de la justice face à la bourgeoisie.
Suit une histoire sentimentale, née du piège de la marée montante qui se referme autour d'un trois-mâts échoué aux abords de l'île de Ré. Cet amour aussi soudain que fugace, dans un écrin de sable et de mer, est admirablement conté.
D'autres écrits sont très courts et parlent d'une habitude de butiner l'amour qui mène à la solitude, d'un piège pour un divorce bien difficile à obtenir à cette époque, d'une déposition horrible mais bien malheureuse d'un infanticide.
Une nouvelle très bizarre m'a laissée perplexe, c'est celle où un narrateur nous dévoile son rapport bien ambigu avec les chats.
La campagne normande a également sa petite histoire, avec ses filles qui fautent et l'avarice d'un père. L'immersion dans ce monde paysan s'accentue avec le parler du coin.
Mais Mademoiselle Perle restera ma grande, grande préférence de ce recueil : un jeune homme, invité à fêter l'Épiphanie chez un vieil ami, doit choisir sa reine. Il ouvre soudain les yeux et s'interroge sur la place occupée par cette vieille fille d'une quarantaine d'années qui a pourtant toujours été présente dans cette famille bien discrète. C'est une superbe histoire, belle et triste à la fois, d'un amour étouffé par la position sociale.
Certaines fins noires tombent comme un couperet, d'autres laissent planer la mélancolie, la douleur du temps qui passe.
Même si les différents sujets qu'il aborde dans les dix nouvelles qui nous sont offertes dans ce recueil ne remportent pas tous un intérêt identique, il n'en reste pas moins que Maupassant sait parler des illusions, de l'amour, de la terre, des travers et des émotions avec un réel talent littéraire qui me fascine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
Emylit23
  23 août 2020
Première rencontre avec Guy de Maupassant dans ce recueil de nouvelles. Une bouchée apéritive qui nous donne l'envie de goûter le plat consistant. Donc repas à poursuivre...
Certaines nouvelles nous racontent des choses horribles (viol sur enfant, infanticide, inceste,...) avec une tonalité assez légère, je trouve. L'auteur ne fait pas dans la dentelle. La nouvelle "Le Père Amable" m'a particulièrement plu: ce père, pingre à l'excès, passe à côté de l'essentiel, il se pourrit la vie tout seul.
Le format des nouvelles me plaît assez bien mais dans "La petite Roque", on reste sur sa faim et certaines nouvelles auraient mérité d'être développées davantage. Toutefois, j'ai aimé le style De Maupassant et vais prolonger ma découverte de l'auteur.
Petit conseil, si vous vous lancez dans cette lecture, ne lisez pas la quatrième de couverture ni les notes. Lisez-les après avoir lu la nouvelle ainsi pas de divulgation....
Belle lecture!
Commenter  J’apprécie          322
ibon
  04 juin 2013
Ces 10 nouvelles, écrites entre décembre 1885 et mai 1886, ont dépassé le simple objectif de distraire le lecteur de presse de "Gil Blas", du "Figaro" ou du "Gaulois" avec des passions rapides ou de l'émotion en brèves secousses. Elles maintiennent aussi le lecteur d'aujourd'hui en haleine.
On se demande toujours si l'assassin de la "petite Roque" sera démasqué, pourquoi "l'ermite" vit-il ainsi, si les amants de "l'épave" se déclareront avant la marée, si M. Chantal brisera son armure dans "Mme Perle", si le Père Amable lâchera enfin un peu d'humanité...
J'ai ressenti donc, pour chaque conte, un suspense jusqu'à une fin qui claque souvent comme un coup de fouet.

Bien que celles que j'ai citées soient pour moi, les meilleures, les autres nouvelles ne sont pas mal non plus. Elles sont aussi variées dans le lieu (La Normandie, Cannes, la côte atlantique...) et dans le point de vue ( narrateur homme ou femme ou pas de narrateur du tout) et le ton ( un vaudeville pour "Sauvée").
Sur le fond, le pessimisme De Maupassant, quant à l'amour (L'épave, Mme Perle..) et à la fatale destinée humaine (le Père Amable, Mme Parisse..) est là. Mais le propos est subtilement construit (pas du tout comme ma critique) et vif. Et la virtuosité De Maupassant emporte le tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290

Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
patatarte2001patatarte2001   13 octobre 2016
L'automne vint, les feuilles tombèrent.....Et le murmure presque insaisissable, le murmure flottant, incessant, doux et triste de cette chute, semblait une plainte, et ces feuilles tombant toujours, semblaient des larmes, de grandes larmes versées par les grands arbres tristes qui pleuraient jour et nuit sur la fin de l'année, sur la fin des aurores tièdes et des doux crépuscules, sur la fin des brises chaudes et des clairs soleils, et aussi peut être sur le crime qu'ils avaient vu commettre sous leur ombre, sur l'enfant violée et tuée à leur pied. Ils pleuraient dans le silence du bois désert et vide, du bois abandonné et redouté, où devait errer, seule, l'âme, la petite âme de la petite morte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
Nastasia-BNastasia-B   26 mai 2013
- Alors tu veux que je lui parle.
- Tout juste. Vous l' dites !
- Et qu'est-ce que je lui raconterai, moi, à ton père ?
- Mais... c' que vous racontez au sermon pour faire donner des sous.
Dans l'esprit du paysan tout l'effort de la religion consistait à desserrer les bourses, à vider les poches des hommes pour emplir le coffre du ciel.
Commenter  J’apprécie          260
Nastasia-BNastasia-B   26 novembre 2012
Le vieux ne travaillait plus. Triste comme tous les sourds, perclus de douleurs, courbé, tortu, il s'en allait par les champs, appuyé sur son bâton, en regardant les bêtes et les hommes d'un œil dur et méfiant. Quelquefois il s'asseyait sur le bord d'un fossé et demeurait là, sans remuer, pendant des heures, pensant vaguement aux choses qui l'avaient préoccupé toute sa vie, au prix des œufs et des grains, au soleil et à la pluie qui gâtent ou font pousser les récoltes. Et, travaillés par les rhumatismes, ses vieux membres buvaient encore l'humidité du sol, comme ils avaient bu depuis soixante-dix ans la vapeur des murs de sa chaumière basse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
patatarte2001patatarte2001   31 octobre 2016
Les chats sont délicieux, pourtant, délicieux surtout, parce qu'en les caressant, alors qu'ils se frottent à notre chair, ronronnent et se roulent sur nous en nous regardant de leurs yeux jaunes qui ne semblent jamais nous voir, on sent bien l'insécurité de leur tendresse, l'égoïsme perfide de leur plaisir. Des femmes aussi nous donnent cette sensation, des femmes charmantes, douces, aux yeux clairs et faux, qui nous ont choisi pour se frotter à l'amour. Près d'elles, quand elles ouvrent les bras, les lèvres tendues, quand on les étreint, le cœur bondissant, quand on goutte la joie sensuelle et savoureuse de leur caresse délicate, on sent bien qu'on tient une chatte, une chatte à griffe et à crocs, une chatte perfide, sournoise, amoureuse ennemie, qui mordra quand elle sera lasse de baisers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ibonibon   02 juin 2013
C'était quelque chose de sinistre et de superbe, ce chant de naufragés, de condamnés, quelque chose comme une prière, et aussi quelque chose de plus grand, de comparable à l'antique "Ave, Caesar, morituri te salutant".
( L'épave )
Commenter  J’apprécie          283

Videos de Guy de Maupassant (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy de Maupassant
Guy de Maupassant : Le Horla (1952 / France Culture). Illustration : Couverture de livre, "Le Horla" de Guy de Maupassant, William Julian-Damazy (drawings), Georges Lemoine (engraving) • Crédits : [Public domain] via wikimedia. La Chaîne Nationale avait produit en mars 1952 une adaptation radiophonique de la nouvelle fantastique de Guy de Maupassant “Le Horla”. Une adaptation de Jean Bergeaud, bruitage de Robert Maufras et réalisation par Jean-Jacques Vierne. Interprétation : Fernand Ledoux, Muriel Chaney, Jacqueline Trutat, Becky Rosanes, Yves Peneau, Jean-Charles Thibault, Pierre Reynal, Yves Duchâteau, Pierre Olivier et Yves Brainville.
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Maupassant es-tu là?

Quel écrivain Maupassant eut-il pour maître d'écriture?

Charles Baudelaire
Gustave Flaubert
Barbey d'Aurévilly
Tourgueneff

7 questions
261 lecteurs ont répondu
Thème : Guy de MaupassantCréer un quiz sur ce livre

.. ..