AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2359101102
Éditeur : Ankama Editions (28/10/2010)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 84 notes)
Résumé :
Tous contre une... Une contre tous !

Dans la France du XVIIe siècle, une femme à la beauté sans pareille s’aventure malgré elle dans un complot politique qui la dépasse. Corrompue par la trahison et les faux-semblants, elle va devenir l’une des plus redoutables espionnes de son époque, maniant aussi bien la cape dissimulatrice que l’épée meurtrière. Ballotée par les machinations, les duels épiques et les amours fatals, elle devra user de tout son cour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Musardise
  06 septembre 2015
L'idée de départ me semblait plutôt bonne : aborder le personnage de Milady du point de vue de l'intéressée, plutôt que de celle de d'Artagnan ou d'Athos, dont on apprend, dans Les trois mousquetaires, qu'il s'est conduit avec elle comme le pire des psychopathes. Car le moins qu'on puisse dire, c'est que Dumas ne rend guère justice à cette femme d'exception. le récit d'Agnès Maupré débute donc au moment où Athos et Milady se séparent, c'est-à-dire au moment précis où elle se retrouve pendue à un arbre par les bons soins de son mari.
On pouvait donc s'attendre à une plongée plus ou moins cauchemardesque dans la vie et la psyché d'une femme que la vie n'a pas épargnée. Malheureusement, l'approche psychologique du personnage est réduit à quia. Si sa rencontre avec Winter se solde par un drame qui trouve son origine dans le traumatisme consécutif à son mariage avec Athos, cet épisode, pourtant central dans l'avenir de Milady, n'est guère qu'esquissé. Pire, Agnès Maupré a commis une énorme bourde : Milady refuse que son nouveau mari, Winter, la voie nue - et pour cause, puisque son dernier époux, Athos, l'a pendue après après avoir découvert une fleur de lys, marque d'infamie, sur son bras. Or, lorsque Winter entre dans sa chambre et la découvre , lui faisant face, entièrement déshabillée et les bras nus bien en évidence, la fleur de lys en question devrait sauter aux yeux du mari et du lecteur. Or Agnès Maupré a tout simplement oublié de la dessiner... C'est un peu gros.
Pas de lecture psychologique du personnage, donc - à tel point qu'on comprend mal pourquoi la vengeance qu'elle médite à propos d'Athos disparaît complètement de ses préoccupations. Quant à ses talents d'espionne, apparemment exceptionnels, on se demande un peu d'où elle les tient. le rythme n'y est pas non plus, l'histoire s'étiole et se révèle assez ennuyeuse. Pire, Agnès Maupré méconnaît les codes de la bande dessinée. Aucune maîtrise du processus de narration: le récit est tout d'abord censé tenir du point de vue de Milady, mais très vite, on change de point de vue, sans comprendre à quel type de narration on a affaire : plusieurs narrateurs ? Visiblement, non. Narrateur omniscient ? Non plus, étant donné que c'est Milady la narratrice de départ. Bref, ça part dans tous les sens et ça sent le manque de connaissance du medium. le pire étant une des premières pages, où l'auteur cherche à casser l'habituelle mise en page de la planche : on voit Milady essayer de s'extirper de la corde qui l'étrangle et retomber, dans le dessin suivant, sur un arbre. On pense donc en toute logique qu'elle s'est libérée. En fait, il s'agit toujours du même arbre, où elle est toujours accrochée... (pas facile à expliquer, le mieux est de voir la planche !) La tentative d'Agnès Maupré de donner dans l'original se solde donc par un manque de lisibilité totale de la planche pour le lecteur. Ben oui, tout le monde ne possède pas les dons de Fred ou de Winsor McCay...
Bref, un scénario assez peu fourni, un personnage principal tout aussi peu fouillé, un manque de maîtrise des codes de la BD, un grossier oubli dans une scène capitale, toutes choses auxquelles on peut ajouter un dessin assez girly, peu original (mais pas désagréable) qui n'apporte rien à l'ensemble : ça sent le bâclé, tout ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
l-ourse-bibliophile
  30 janvier 2013
Agnès Maupré revisite avec ces deux tomes parus chez Ankama l'oeuvre d'Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires. Mais ce n'est pas sur D'Artagnan et ses trois compagnons qu'elle fixe son regard, mais sur leur terrible et mortelle ennemie, Milady de Winter. Les 134 pages du tome 1 retrace la vie de la belle Anglaise depuis sa pendaison par son époux, le comte de la Fère (alias Athos) jusqu'à sa déclaration de guerre à D'Artagnan qui, par la ruse, s'est introduit dans son lit et a « mis à nu un secret dangereux » : Milady est marquée d'une fleur de lys. le second tome, fort de ses 141 pages, raconte la haine de Milady pour les quatre amis, ses intrigues pour faire assassiner le duc de Buckingham jusqu'à sa mort.
Mais ce que ces bandes dessinées mettent en avant, ce sont des aspects inédits de la vie de Milady : sa rencontre avec le comte de Winter, sa grossesse ou encore sa relation avec son fils ainsi qu'avec Constance Bonacieux, sa prisonnière. Ces éléments absents des livres, Agnès Maupré les réinvente pour donner une nouvelle vie à cette célèbre méchante.
Je n'avais jamais lu Les Trois Mousquetaires bien que j'avais adoré le Comte de Monte-Cristo ou bien La Reine Margot. Mais cette histoire de mousquetaires que j'imaginais, pour je ne sais quelle raison, comme une histoire de cape et d'épée manichéenne ne m'attirait pas du tout. Mais à force de voir Milady de Winter dans les librairies, j'ai commencé à être intriguée. Puis peu avant le Livre sur la Place 2012, j'ai vu que la dessinatrice serait l'une des invitées de la Parenthèse, bonne librairie spécialisée BD de Nancy. J'ai alors pensé « c'est l'occasion, je vais lire Les Trois Mousquetaires et si ça me plaît, je lirai Milady et j'irai voir Agnès Maupré. » Ni une ni deux, je prends mon bouquin (que j'avais acheté plus d'un an auparavant à une bourse aux livres et je me suis plongée dans ma lecture. « Plongée » est le mot car j'ai littéralement dévoré les deux livres qui composaient mon édition des Trois Mousquetaires. J'ai adoré l'histoire de ces quatre amis à la vie à la mort, avec chacun leurs qualités mais aussi leur défauts, se heurtant à la colère de Richelieu, puis de Mazarin, poursuivis par Milady ou par son fils. Et donc je suis allée chercher Milady de Winter pour retrouver ce personnage si intrigant qui, pour moi, le plus intéressant du livre, méchante charismatique, vipère dissimulée sous le masque de la beauté, femme meurtrie qui rend tous les coups, espionne meurtrière.
Après avoir lu le tome 1, j'ai été incapable de dire si j'avais vraiment aimé ou pas. Sur le coup, je veux dire. le dessin est assez particulier, simpliste à première vue et les personnages des mousquetaires si ennoblis dans les livres malgré leurs défauts sont ici montrés si ridicules que je suis restée perplexe. Puis j'ai acheté le deuxième tome et j'ai relu le premier pour bien me remettre dans l'ambiance. J'ai alors vu la BD sous un jour différent. Et totalement positif !
Alexandre Dumas nous montrait le monstre, Agnès Maupré nous montre la femme. Tout en suivant le récit de l'auteur, elle réalise un beau travail d'écriture pour nous montrer ce que l'on ne peut qu'imaginer dans les livres. Milady n'est plus seulement la femme machiavélique de Dumas, c'est aussi une victime qui a connu la souffrance et qui tente de se relever de ces épreuves et de fuir son passé qui la rejoint bien souvent. C'est aussi une femme qui aime, mais qui refuse de se laisser dominer par les hommes qui pourtant dominent ce XVIIe siècle, c'est aussi une femme à la recherche d'une amie qu'elle trouve en quelque sorte auprès de Constance Bonacieux, sa prisonnière (qu'elle empoisonnera tout de même pour se venger de D'Artagnan). Agnès Maupré rend à Milady sa part d'humanité en montrant que c'est la douleur qui lui a donné cette détermination et cette cruauté. de plus, elle nous la présente sous un jour totalement absent dans l'oeuvre de Dumas : elle nous la montre en mère. Mère indigne peut-être, mais qui finalement aime son fils. La maternité était un sujet important pour Agnès Maupré qui tenait à montrer cet aspect de Milady (elle a expliqué ceci au Livre sur la Place pendant les dédicaces). Quant aux hommes, ils ne tiennent vraiment pas le beau rôle : lâches, ivrognes, volages, acariâtre (pour Athos), arriéré (Porthos), débauchés. En un mot : ri-di-cu-les.
Au final, un récit tragique raconté avec légèreté et violence avec un dessin à la plume et à l'encre qui, finalement, se révèle très agréable. Une très bonne découverte !
Agnès Maupré a déclaré travailler sur une BD sur le chevalier d'Éon prévue pour l'automne prochain, je l'attends avec impatience. (Et en prime, j'ai une jolie Milady sur la première page grâce à cette rencontre !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
melusine1701
  11 mai 2013
Le personnage de Milady est l'un de ceux de la littérature que je préfère: l'archétype de la méchante, la femme fatale dans tous les sens du terme, qui sème la mort sans se salir les mains ou presque, qui fascine mais qui fait froid dans le dos, qui traverse comme un spectre un des meilleurs romans d'Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, en y laissant pourtant une empreinte indéniable. Cette bande-dessinée propose d'en faire une héroïne, de raconter l'histoire de son point de vue à elle. Si elle n'en devient pas moins fatale, elle la remet aussi dans la place qui est celle d'une femme dans une intrigue d'homme: ici, c'est pour s'être sauvée du couvent avec le moine dont elle était amoureuse qu'elle a été marquée d'infamie jusqu'à la fin de ses jours, et que c'est cette marque qui l'oblige à se méfier des hommes qu'elle croise. Milady est une femme désabusée, qui ne croit plus en l'amour, et même les sentiments que Dumas lui avait donné pour de Warde ne sont que feints pour les besoins de son travail d'espionne. Son enfant lui-même ne lui inspire pas grand-chose. Histoire d'arranger la situation, elle subit pas moins de deux viols, puisque deux hommes aussi éhontés que grossiers profiteront des circonstances troubles pour se glisser dans son lit. Elle en est aussi froidement terrifiante que profondément pathétique.
Agnès Maupré propose donc une version profondément moderne de ce personnage, non plus baignée du romantisme de Dumas mais avec un cynisme non dissimulé et une grande complexité du personnage. Souvent victime, animée par un désir de vengeance qui passerait presque pour de la justice, elle n'est pourtant pas irrécupérable puisqu'elle finit par aimer son enfant et se confie volontiers à Constance Bonacieux, qu'elle retient prisonnière pour atteindre D'Artagnan mais qu'elle considère comme sa seule amie. Un subtil mélange de cruauté et de tendresse se distille tout le long de ces deux tomes, porté par un dessin vif et franc, sans fausse pudeur, et un langage qui ne s'embarrasse pas de lourdeur historique: Milady de Winter vit peut-être dans un décor du 17ème siècle, mais elle est peut-être trop avant-gardiste pour cette époque qui fait d'elle une espionne meurtrière, et elle s'accommode plutôt bien du coup de jeune du crayon et de la langue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alouett
  13 mars 2012
J'étais réservée quant à l'accueil que je réserverais à cet album. Tout d'abord, je suis toujours très frileuse au moment de découvrir l'univers d'une artiste. J'apprécie rarement les univers pensés par des femmes car je redoute le mièvre et le futile. Ce n'est pas aujourd'hui que je vous apprendrais qu'exceptés les ouvrages de Nancy Peña, Chloé Cruchaudet ou Fumyio Kouno, mes lectures se soldent généralement par un échec.
Agnès Maupré ne déroge donc pas à la règle et ce, malgré les critiques généralement positives que j'ai eu l'occasion de lire sur la toile. Pourtant, la scène introductive de Milady de Winter a eu raison de moi. On y voit une jeune femme entièrement dévêtue et pendue à une branche d'arbre. Voilà une vision bien intrigante, suffisamment intrigante pour me faire baisser la garde et m'inciter à suivre cette jeune femme gonflée à bloc par l'instinct de vengeance. J'ai ensuite acquiescé docilement au moment où elle prend la décision de fuir, de quitter sa vie par la petite porte et tenter de reconstruire quelque chose ailleurs.
Le ton humoristique et libertin de cet ouvrage m'a plu. La manière dont il revisite l'oeuvre d'Alexandre Dumas également. Loin de s'affairer à s'attacher au quotidien de D'Artagnan et de ses compagnons d'armes, Agnès Maupré s'attarde sur l'espionne qu'habituellement nous ne faisons que croiser. Elle développe ici un personnage pétillant qui, suite à plusieurs déceptions amoureuses, va faire preuve de plus en plus d'égocentrisme. Une femme à l'esprit de compétition inébranlable, une femme maline et revancharde. Manipulée avec soins par Richelieu, Milady va devenir peu à peu une précieuse alliée pour le Cardinal. Les répliques fusent et le scénario ne s'offre que quelques temps-morts. L'auteure accompagne sa narration d'un graphisme dynamique et nerveux qui recrée parfaitement l'ambiance du 17ème siècle. Ses dessins à la plume sont très agréables et enrichis d'un encrage de gris qui apportent tout un panel de dégradés… l'imagination du lecteur est en marche et appose à ces planches les couleurs qu'il convient.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PaKa
  29 mai 2011
Lors d'une interview donnée aux éditions Ankama, Agnès Maupré citait Franquin et Reiser comme dessinateurs préférés, Ghost World et Mort Cinder comme livres lui ayant donné envie de faire de la BD, et Joann Sfar comme parrain officieux.
Comme son parrain, Agnès pratique le trait vif et léger, plein de vie et de spontanéité.
Comme son parrain, plutôt que de tracer des personnages avec une précision millimétrée et une rigueur sans faille, Agnès préfèrera les laisser vivre d'eux même, bouger comme ils le souhaitent sous ses crayons ; quitte à s'autoriser quelques imperfections qui, loin de nuire à son univers, le rendront encore plus personnel.
Mais attention, si je me permets la comparaison, je tiens à ajouter que son style n'est en rien une simple copie ou un repompage basique : si on sent l'influence du parrain, la filleule sait se construire son monde bien à elle, y insufflant sa propre sensibilité et une grosse part de féminité. Ainsi, pour son Milady de Winter, là où Sfar s'amuserai à dessiner des filles à poil, la demoiselle, elle, se plait à dessiner des filles de tout poil.
Agnès Maupré prendra donc le parti de faire la part belle aux femmes, plaçant la gent masculine au second rang, n'hésitant pas à égratigner au passage leur caractères quelques peu sommaires. Au diable ces mousquetaires qui ne pensent qu'à croiser le fer avec les gardes de Richelieu, au diable ce grand benêt maladroit de d'Artagnan, au diable ce bellâtre suffisant d'Aramis, au diable cet acariâtre aigri d'Athos, au diable ce beau-parleur ridicule de Buckingham, au diable ce bourrin expéditif de Rochefort… celles qui seront mises en avant dans cet album, seront la reine Anne d'Autriche, qui trompe sa mari de roi pour tromper l'ennui ; la douce Constance, qui désapprouve sa maîtresse de reine mais lui sera dévouée et fidèle à jamais ; la pauvre Ketty, en cruel manque d'attention, d'amour, de romantisme et de maternité ; et bien sûr, la mystérieuse Milady de Winter.
Milady de Winter que Dumas plaçait au rang de personnage secondaire mais sur qui il y aurait tant à dire.
Milady de Winter que Maupré place au premier rang et sur qui elle a tant à dire.
Du coup, la fameuse affaire des ferrets de diamants sera traitée en quelques pages à peine pour pouvoir mieux s'étendre sur ce qu'il se passa avant et ce qu'il adviendra ensuite.
On saura donc comment la Comtesse de Fère devint Milady de Winter, pourquoi elle fut marquée du seau de l'infamie dès son plus jeune âge, ce qui fit d'elle cette femme froide et dangereuse, en quelles circonstances elle devint espionne sous les ordres de Richelieu, pourquoi elle entretiendra avec D Artagnan une relation à la vie, à la mort…
Quel délice que de suivre les aventures de cette Milady au mille facettes ; profonde, complexe, intrigante, et souvent beaucoup plus touchante et fragile qu'elle ne voudrait le laisser paraître.
Un beau portrait de femme pour cette jolie relecture du chef d'oeuvre de Dumas.

Lien : http://www.anglesdevue.com/r..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (2)
Culturebox   12 mars 2012
Le style est moderne, la nudité n'est pas crainte.
Lire la critique sur le site : Culturebox
BulledEncre   06 février 2012
Une relecture engagée, originale, sensible et réaliste. Un sacré coup de maître !
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
alouettalouett   13 mars 2012
La Côte anglaise. Le coin le plus misanthrope que j’aie pu trouver pour m’exiler. Le vent qui déblaie les souvenirs ou mieux encore, la conscience. La pluie salée qui émousse et délave une terre parfaite pour les fantômes.
Commenter  J’apprécie          60
CS_ConstantCS_Constant   11 février 2016
La différence entre les reines et les servantes, c'est que les reines fautent avec les ducs, les servantes avec les mousquetaires.
Commenter  J’apprécie          60
alouettalouett   13 mars 2012
C’est la troisième fois que je recommence ma vie. C’est que je ne suis pas capable d’en garder une
Commenter  J’apprécie          80
MiaMia   27 septembre 2011
A part chez les imbéciles et les enfants, la légèreté est toujours forcée.
Commenter  J’apprécie          70
CS_ConstantCS_Constant   11 février 2016
- Je sais si peu de choses de toi...
- Il ne m'est rien arrivé d'intéressant avant de te connaître.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Agnès Maupré (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Maupré
Agnès Maupré en interview sur PlaneteBD.com .
autres livres classés : mousquetairesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3217 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..