AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782359102727
141 pages
Éditeur : Ankama Editions (12/01/2012)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 62 notes)
Résumé :
Milady de Winter, brillante espionne de Richelieu, tombe de haut. On ne se débarrasse jamais de son passé : il vous suit partout. Elle pensait avoir semé le sien mais voilà que la marque infamante qui marque son épaule lui joue à nouveau des tours. D’Artagnan a vu la flétrissure et peut la perdre d’un seul mot. Pour le réduire au silence, Milady est prête à entrer en guerre. Mais elle ne se doute pas que cela risque de lui attirer de nouveaux ennemis, ou d’en faire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
l-ourse-bibliophile
  30 janvier 2013
Agnès Maupré revisite avec ces deux tomes parus chez Ankama l'oeuvre d'Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires. Mais ce n'est pas sur D'Artagnan et ses trois compagnons qu'elle fixe son regard, mais sur leur terrible et mortelle ennemie, Milady de Winter. Les 134 pages du tome 1 retrace la vie de la belle Anglaise depuis sa pendaison par son époux, le comte de la Fère (alias Athos) jusqu'à sa déclaration de guerre à D'Artagnan qui, par la ruse, s'est introduit dans son lit et a « mis à nu un secret dangereux » : Milady est marquée d'une fleur de lys. le second tome, fort de ses 141 pages, raconte la haine de Milady pour les quatre amis, ses intrigues pour faire assassiner le duc de Buckingham jusqu'à sa mort.
Mais ce que ces bandes dessinées mettent en avant, ce sont des aspects inédits de la vie de Milady : sa rencontre avec le comte de Winter, sa grossesse ou encore sa relation avec son fils ainsi qu'avec Constance Bonacieux, sa prisonnière. Ces éléments absents des livres, Agnès Maupré les réinvente pour donner une nouvelle vie à cette célèbre méchante.
Je n'avais jamais lu Les Trois Mousquetaires bien que j'avais adoré le Comte de Monte-Cristo ou bien La Reine Margot. Mais cette histoire de mousquetaires que j'imaginais, pour je ne sais quelle raison, comme une histoire de cape et d'épée manichéenne ne m'attirait pas du tout. Mais à force de voir Milady de Winter dans les librairies, j'ai commencé à être intriguée. Puis peu avant le Livre sur la Place 2012, j'ai vu que la dessinatrice serait l'une des invitées de la Parenthèse, bonne librairie spécialisée BD de Nancy. J'ai alors pensé « c'est l'occasion, je vais lire Les Trois Mousquetaires et si ça me plaît, je lirai Milady et j'irai voir Agnès Maupré. » Ni une ni deux, je prends mon bouquin (que j'avais acheté plus d'un an auparavant à une bourse aux livres et je me suis plongée dans ma lecture. « Plongée » est le mot car j'ai littéralement dévoré les deux livres qui composaient mon édition des Trois Mousquetaires. J'ai adoré l'histoire de ces quatre amis à la vie à la mort, avec chacun leurs qualités mais aussi leur défauts, se heurtant à la colère de Richelieu, puis de Mazarin, poursuivis par Milady ou par son fils. Et donc je suis allée chercher Milady de Winter pour retrouver ce personnage si intrigant qui, pour moi, le plus intéressant du livre, méchante charismatique, vipère dissimulée sous le masque de la beauté, femme meurtrie qui rend tous les coups, espionne meurtrière.
(Si ça ne s'appelle pas parler pour ne rien dire…)
Après avoir lu le tome 1, j'ai été incapable de dire si j'avais vraiment aimé ou pas. Sur le coup, je veux dire. le dessin est assez particulier, simpliste à première vue et les personnages des mousquetaires si ennoblis dans les livres malgré leurs défauts sont ici montrés si ridicules que je suis restée perplexe. Puis j'ai acheté le deuxième tome et j'ai relu le premier pour bien me remettre dans l'ambiance. J'ai alors vu la BD sous un jour différent. Et totalement positif !
Alexandre Dumas nous montrait le monstre, Agnès Maupré nous montre la femme. Tout en suivant le récit de l'auteur, elle réalise un beau travail d'écriture pour nous montrer ce que l'on ne peut qu'imaginer dans les livres. Milady n'est plus seulement la femme machiavélique de Dumas, c'est aussi une victime qui a connu la souffrance et qui tente de se relever de ces épreuves et de fuir son passé qui la rejoint bien souvent. C'est aussi une femme qui aime, mais qui refuse de se laisser dominer par les hommes qui pourtant dominent ce XVIIe siècle, c'est aussi une femme à la recherche d'une amie qu'elle trouve en quelque sorte auprès de Constance Bonacieux, sa prisonnière (qu'elle empoisonnera tout de même pour se venger de D'Artagnan). Agnès Maupré rend à Milady sa part d'humanité en montrant que c'est la douleur qui lui a donné cette détermination et cette cruauté. de plus, elle nous la présente sous un jour totalement absent dans l'oeuvre de Dumas : elle nous la montre en mère. Mère indigne peut-être, mais qui finalement aime son fils. La maternité était un sujet important pour Agnès Maupré qui tenait à montrer cet aspect de Milady (elle a expliqué ceci au Livre sur la Place pendant les dédicaces). Quant aux hommes, ils ne tiennent vraiment pas le beau rôle : lâches, ivrognes, volages, acariâtre (pour Athos), arriéré (Porthos), débauchés. En un mot : ri-di-cu-les.
Au final, un récit tragique raconté avec légèreté et violence avec un dessin à la plume et à l'encre qui, finalement, se révèle très agréable. Une très bonne découverte !
Agnès Maupré a déclaré travailler sur une BD sur le chevalier d'Éon prévue pour l'automne prochain, je l'attends avec impatience. (Et en prime, j'ai une jolie Milady sur la première page grâce à cette rencontre !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alexielle63
  30 octobre 2012
Dans ce tome 2, Milady va inexorablement à la rencontre de son funeste destin. Assoiffée de vengeance, elle est prête à tout pour faire tomber ce fourbe de d'Artagnan qui s'est introduit dans son lit par la ruse et a vu sa marque. Pour parvenir à ses fins, tous les moyens sont bons, y compris s'il s'agit d'impliquer des innocents comme Constance ou Felton. Plus combative que jamais, elle va donner du fil à retordre aux Mousquetaires, lesquels tentent de sauver leur compagnon. Sa route est parsemée d'embûches ! Et ses alliés ne feront rien pour l'aider. Elle est véritablement seule contre tous !
L'auteur brosse un très beau portrait de femme, celui d'une femme libre, indépendante, ambitieuse, forte et fragile en même temps, loin de l'image de ce que doit être une femme à l'époque, càd docile, obéissante, sous la coupe de son père ou son mari ou tout mâle dont elle dépend et c'est peut-être ça qui va la perdre. C'est une femme en avance sur son temps. Elle fait d'un personnage secondaire un personnage central. Une BD à découvrir, même si pour moi, ce second tome est un peu en-dessous du premier mais peut-être parce que je ne voulais pas arriver au dénouement, attendu et que j'aurais aimé changer ^^ En tout cas, une auteure à suivre et la découverte d'une nouvelle maison d'édition de bd et mangas : j'ai bien envie de voir quels autres titres ils publient, en espérant qu'ils soient d'aussi bonne facture !
Lien : http://lecturesdalexielle.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CS_Constant
  12 février 2016
Le désir de vengeance de Milady de Winter ne tarit pas et la pousse à prendre part à un complot qui changera L Histoire. Espionne, intrigante, femme fatale, mère malgré elle, quel personnage passionnant que cette Milady ! Malgré son caractère impitoyable, qui la pousse à ne reculer devant aucun crime pour arriver à ses fins, on ne peut s'empêcher de s'attacher à cette femme qui ne voulait, au départ, que vivre selon son bon vouloir, ce que la société ne pouvait lui permettre. Je n'ai toujours pas lu les Trois Mousquetaires, depuis le tome 1 de cette BD, mais je vois dans ce diptyque une relecture féministe du célèbre roman de Dumas, où l'on découvre que celle qui est considérée comme une infâme criminelle et pécheresse n'était au départ rien d'autre qu'une femme libre, qui aimait qui elle voulait, couchait avec qui elle voulait et quittait qui elle voulait. Ne pouvant conserver son rang et son honneur avec un tel passé, elle en entraînera cependant plus d'un dans sa chute. Je n'ai pas décroché une seconde de cette aventure, et je reste encore marquée par son épilogue glaçant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yvan_T
  28 mai 2012
Après les trois adaptations simultanées du roman d'Alexandre Dumas (une dans la Collection Ex-Libris de Delcourt (Morvan/Dufranne), l'autre chez Vent d'Ouest (Adam/Micol) et la dernière de Nicolas Juncker chez Treize étrange), cette nouvelle relecture originale de ce grand classique du roman de capes et d'épées démontre que D Artagnan et ses trois mousquetaires n'ont pas encore terminé de faire mouche.
Comme le titre laisse présager, Agnès Maupré se concentre sur la célèbre espionne du Cardinal de Richelieu. A l'instar de l'excellent D'Artagnan, journal d'un cadet, le récit ne va d'ailleurs pas s'éterniser à nous conter des épisodes connus de tous, mais principalement se focaliser sur les personnages, sur leurs faiblesses, leurs amours, leurs aspirations, le tout dans ce cadre d'aventures et de traîtrises connu de tous. le récit propose donc quelque chose de différent, moins héroïque et moins axé sur l'action. Alors que les joutes des mousquetaires sont reléguées au second plan, le personnage de Milady de Winter s'avère de plus en plus attachant et intriguant et c'est donc avec grand intérêt que l'on suit ses déboires.
Après avoir abordé le célèbre épisode des ferrets de la Reine du lors du tome précédent, cette conclusion se déroule du siège de la Rochelle jusqu'à la mort du Duc de Buckingham. Au fil des pages, l'auteure aborde cette femme marquée de la fleur de Lys de manière plus ambiguë, offrant même un semblant d'humanité à la diablesse sans scrupule de Dumas. de sa relation avec Constance en passant par son rôle de mère, Agnès Maupré parvient à créer énormément d'empathie envers cette femme dont le caractère fort s'est forgé à travers les épreuves et dont la détermination est animée par une envie de survivre à ses malheurs.
Au niveau du graphisme, le style personnel et Sfaresque d'Agnès Maupré insuffle beaucoup de rythme et de charme au récit, tout en mettant brillamment en valeur son héroïne.
Un excellent diptyque que vous retrouverez d'ailleurs dans mon Top de l'année et dans mon Top du mois !
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lunch
  06 mai 2013
C'est avec un certain plaisir, et même un plaisir certain, que j'ai dévoré le second tome de Milady de Winter, non sans avoir au préalable relu la première partie.
Et je tiens à affirmer que la conclusion est aussi savoureuse que l'entame, bien qu'effrayante et terriblement difficile.

Agnès Maupré poursuit son aventure et met en scène son propre regard sur l'oeuvre de Dumas avec la légèreté de son trait féminin. Fin et élégant, il sert à merveille le raffinement de l'époque romantique, quoiqu'un brin guerrière, du 17ème siècle.
J'ai trouvé ça plutôt chouette de découvrir cette série sous le crayon d'une femme, je pense que les formes auraient été très différentes et sûrement beaucoup trop généreuses. Là c'est juste ce qu'il faut pour en apprécier la pudeur.
Mais ce que je préfère par dessus tout, c'est la façon dont l'auteure joue avec L Histoire et en particulier de ses manques. Un jeu qui lui permet de donner du relief au personnage de Milady de Winter et qui lui donne le premier rôle dans les événements majeurs autour du règne de Louis XIII.

Venez lire la chronique dans son intégralité sur BenDis... !
Lien : http://bendis.uldosphere.org..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (4)
BulledEncre   01 mars 2012
Agnès Maupré conclut son diptyque de façon magistrale.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   29 février 2012
Le trait d’Agnès Maupré épouse parfaitement son scénario.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   07 février 2012
Avec un trait lâché, souple, à la fois gracieux et énergique, l’auteure donne à son récit une nervosité élégante.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   17 janvier 2012
C'est un destin tragique qui nous est conté, mais le récit est fait avec une telle délicatesse et une telle sensibilité que la violence passe au second plan. Le trait d'Agnès Maupré, qui caresse les personnages et leur donne une fluidité et une expressivité dramatique rehausse le texte et met en avant les sentiments a fleur de peau des acteurs.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
JoohJooh   14 mars 2015
Pleurer ne sert à rien. Crois-moi, j'ai assez pleuré dans ma jeunesse pour le savoir. Tu seras malheureux, tu seras seul. Tu peux seulement choisir si tu seras fort ou faible.
Commenter  J’apprécie          240
GregorGregor   20 juillet 2012
J'ai cru qu'il suffisait pour revivre de tourner le dos à son passé, mais il faut le fouler aux pieds, l'écraser, le brûler pour enfin renaître sur une terre aride, nette et pure comme un désert. J'ai cru aussi que le temps cicatrisait les blessures, naïveté ! Chaque nouvelle plaie rouvre les anciennes. Elles s'additionnent, se superposent, et l'on finit exsangue.
Commenter  J’apprécie          70
okkaokka   03 septembre 2019
p.90-2.
Milady de Winter à Felton

- Alors, ne savez-vous pas ce que le Duc à l'habitude de faire aux femmes ?

- Si fait, je sais que le Duc est un séducteur qui sème l'immoralité dans son sillage.

- Il séduit les femmes qui se laissent séduire. Et celles qui ne se donnent pas... il les prend.

- Vous voulez dire qu'il...

- J'étais jeune fille quand le Duc jeta les yeux sur moi. Ne pouvant rien obtenir de moi de mon gré, il m'enleva et me séquestra. La nourriture et l'eau qu'il me donnait étaient droguées. Inconsciente, je n'étais qu'un cadavre entre ses bras quand il venait me voir. Cela ne dut pas l'empêcher de prendre son plaisir car il me garda longtemps prisonnière. J'aurais voulu me laisser mourir de soif et de faim mais Dieu condamne le suicide. J'étais à moitié folle lorsque le Duc finit par se lasser de moi. Il parla de me libérer. Je lui dis que je le dénoncerais aussitôt dehors. Voici comment il me fit taire. Il fit venir le bourreau et me marqua au fer. De cette façon, si j'ouvrais la bouche contre lui, il me faisait tomber dans le déshonneur. Je me tus donc.

- Milady...

- À présent, le monde me croit coupable. J'assumerai donc le sort infamant qui est mon lot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GregorGregor   20 juillet 2012
J'ai quitté ma Gascogne pour devenir un homme, et Paris m'a donné encore bien plus que je ne l'espérais. La casaque de mousquetaire et son prestige; Des amis dont je sens déjà que je les garderai toute ma vie. Une réputation de fine lame et de susceptibilité chatouilleuse après quelques beaux duels avec des gardes du cardinal. La reconnaissance d'une reine. Et bien sûr les femmes...
Commenter  J’apprécie          40
okkaokka   03 septembre 2019
p.41.
Athos : Vous avez donc été intime avec cette... Milady. Cela n'explique pas totalement qu'elle tienne tant à vous voir mort.

D'Artagnan : C'est que... les circonstances étaient particulières... elle ne s'est donnée à moi que parce que, dans le noir, elle a cru que j'étais quelqu'un d'autre et que... je ne l'ai pas détrompée, elle était si en colère quand elle s'en est aperçue que j'ai dû fuir. Il semble qu'elle ait retrouvé ma trace.

Aramis : Morbleu, d'Artagnan ! Vous avez pris l'honneur et la sensibilité d'une femme et vous les avez mis en pièces ! Si cette Milady veut votre tête au bout d'une pique, je ne peux que lui donner raison.

D'Artagnan : Aramis...

Porthos : Non, d'Artagnan ! Vous savez que je ne suis pas bégueule mais là, je suis d'accord avec Aramis ! Être des soldats ne nous empêche pas d'être des gentilshommes !

D'Artagnan : Porthos !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Agnès Maupré (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Maupré
Objet de désir ou de discorde empreint de jouissance ou de souffrance, le corps des femmes fascine ou intrigue. Une table ronde avec Florence Dupré la Tour ("Pucelle - Tome 1: Débutante", Dargaud), Éric Laurrent ("Une fille de rêve", Flammarion) et Agnès Maupré ("James Barry, la vie mystérieuse, improbable, stupéfiante, insolente et héroïque du Docteur", Steinkis).
Animée par Laure Dautriche, journaliste à Europe 1
autres livres classés : mousquetairesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3844 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..