AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253002925
125 pages
Le Livre de Poche (30/11/-1)
3.72/5   292 notes
Résumé :
Mathilde Cazenave morte, sa belle-mère jubile: elle va pouvoir reconquérir totalement son fils bien-aimé. Félicité a tort de se réjouir trop vite, car, sur le visage apaisé de la jeune morte, Fernand entrevoit ce qu'aurait pu être le bonheur avec Mathilde. Qui l'a empêché de s'entendre avec elle, sinon sa mère? Vieil enfant égoïste et gâté, il se retourne alors contre cette "Génitrix" coupable de l'avoir trop choyé. Défaite temporaire dont François Mauriac analyse l... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,72

sur 292 notes
5
9 avis
4
12 avis
3
11 avis
2
5 avis
1
0 avis

valleg
  29 janvier 2014
Dans la demeure des Cazeneuve, Mathilde, la bru se meurt. Derrière la porte, sa belle-mère Félicité jubile, certaine de retrouver, une fois l'intruse disparue, la relation fusionnelle qui l'unit depuis cinquante ans à son « bien aimé », son fils Fernand. Mais la Mathilde morte semble avoir plus d'emprise sur Fernand qu'elle n'en avait de son vivant. Et la mère toute puissante comprend « que les absents ont toujours raison : ils sont ceux qui ne contrarient pas le travail de l'amour. »
Le décor est planté pour un huis-clos mère/fils fait de feintes, de disputes, de silence, de renoncement. Mauriac analyse avec une grande acuité et sans complaisance les différentes phases que traversent les deux protagonistes ; l'une pour tenter de reconquérir l'amour filial, l'autre pour s'en délivrer. Mais peut-on jamais se libérer d'un amour vorace lorsqu'on l'adule malgré tout?
On pense à Vipère au poing dans l'image de la toute-puissance maternelle, mais Fernand n'est pas Brasse-Bouillon, il lui manque la haine salvatrice et l'issue est tout autre.
J'ai été fascinée par la noirceur qui se dégage de ce court récit. Et qui tient autant à la dureté du propos qu'à l'atmosphère confinée de cette petite bourgeoisie terrienne qui vit comme recluse, tournée vers le passé dans « ces domaines ceints de murs et enserrés si étroitement d'arbres, qu'il semble que les êtres qui vivent là n'aient aucune autre communication qu'entre eux ou avec le ciel ».
Sombre, sobre, intense : une très belle découverte.
Challenge Nobel 2013-2014
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
BrunoA
  25 mai 2013
Avec le noeud de vipères, Génitrix est un autre roman de François Mauriac magnifiquement écrit, mais qui laisse une sorte d'amertume tant les âmes sont noires et acerbes.
Ici, on assiste au triomphe d'une mère possessive devant la mort de sa belle-fille en même temps qu'à la prise de conscience du mari, fils de cette génitrix qui ouvre enfin les yeux sur la personnalité de sa mère.
Un tableau peu complaisant d'une époque, des relations difficiles au sein des familles et de la part d'ombre de nos âmes.
Commenter  J’apprécie          250
mfrance
  05 novembre 2019
Une vraie bonne bouffée d'air rance et bien vicié, ça vous tente ? Si oui, aucune hésitation et laissez-vous tenter par Genitrix, un des premiers chefs d'oeuvre de François Mauriac.
D'une cruauté insupportable, ce huis-clos mère-fils vous emportera dans un univers de folie où Mauriac explore avec génie l'amour dévorateur d'une mère pour son fils, amour malsain dans lequel le fils, grosse larve sans volonté se coule avec délectation.
Tout lui est donné, sauf une épouse bien sûr.... et, vers la cinquantaine, voilà que Fernand Cazenave se laisse prendre aux charmes de Mathilde, une institutrice soucieuse de s'assurer un avenir confortable.
Mais ..."vous n'aurez pas mon fils, vous ne l'aurez jamais" clame Félicité, la mère en fureur.
Et Mathilde n'a carrément aucune chance face au couple mère-fils, pauvre petite mouche affolée prise dans la toile tissée chaque jour par l'araignée venimeuse.
Délaissée, elle va s'étioler et en mourir.
Alors Fernand va prendre la mesure de son malheur. On lui a cassé son jouet, et il le veut ce jouet, et qui est responsable de cette tragédie ? Sa mère, bien sûr. Et entre ces deux là va s'engager une lutte sordide, sans merci.
Effrayant, la manière qu'a Mauriac d'orchestrer ce corps à corps mortel entre ces deux êtres dégénérés. On aimerait être certain que cette relation ne saurait exister.
Certes, elle n'est pas la norme, mais des mères castratrices et des fils esclaves de leur génitrice... il y en a !
Mathilde ? Félicité ? Laquelle s'imposera dans le coeur du lamentable Fernand ?
Qui va gagner ce duel ? Qui a gagné ? ..... Elle, bien sûr !
Moralité : femme, n'enfantez point, et vous fils .... répudiez votre mère !
Quant à Mauriac, lisez-le et relisez-le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
Malivriotheque
  06 mai 2014
Fernand Cazenave vient de perdre sa femme suite à une fausse couche. Sa mère Félicité se réjouit : elle n'aimait en aucun cas sa belle-fille, elle qui lui avait volé son cher et tendre enfant (de cinquante ans...). Mais tandis qu'elle jubile de récupérer son fils, celui-ci se met à vouer un culte à la morte alors même qu'il ne lui avait guère donné d'attention lors de son vivant. La mère Cazenave ne sait comment réagir avec la prunelle de ses yeux...
Sans être puissant, ce livre a quand même un fond marquant : la mère incapable de rompre le cordon ombilical avec son grand fils déjà quincagénaire, le fils qui se plaint de la présence envahissante de sa mère dans sa vie mais qui ne parvient lui-même à vivre loin d'elle, ou plutôt de sa protection maternelle qui le maintient toutes ces années dans l'état du capricieux bambin ; la mère menacée par l'arrivée d'une autre femme qui ne parvient pas à arriver à la cheville de la belle-mère qui a bien dressé sa progéniture, fruit de ses entrailles et seul bijou inestimable d'une vie entière qui ne saurait s'éloigner de son propriétaire ; la bru ne parvenant à gagner son combat contre la vieille seulement dans la mort, éloignant ainsi le rejeton de sa maman et la menant elle-même à la mort.
Un combat à une seule issue, qui mène au meurtre de l'ascendance, au meurtre de la génitrice à la fois de la vie, mais également de la mort d'une épouse délaissée et mal-aimée, ainsi que de la vie réprimée d'un fils.
C'est une histoire très intéressante et qui a plusieurs niveaux de lecture. L'on peut être gêné par le patois landais et les phrases parfois sans verbe ou alambiquées de Mauriac, il n'empêche que l'histoire montre combien l'attachement à un être peut être destructeur pour tout un cercle de personnes. La fin expose l'idée que nous sommes nos parents, ce qui en soi et dans certains cas peut être effrayant.
Pas forcément génialissime sur l'instant, mais extrêmement intéressant à commenter car nourrissant grandement quelques questions philosophiques, le livre de Mauriac mérite qu'on s'y attarde le temps d'une petite heure.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Bigmammy
  29 septembre 2012
L'autre face de la famille Péloueyre, celle de ceux qui sont athées, des parents de Jean, héros malheureux du Baiser au lépreux . Autrement dit, pour une fois, aucune digression sur les affres de la religion, les dévotions sans fin et le dilemme entre foi et chair …
Mais c'est encore un huis clos, dans une demeure qui vibre à chaque passage du train, puisqu'elle est située en face de la gare, le long de la ligne Bordeaux-Sète.
Le roman commence par la courte agonie solitaire de Mathilde, après une fausse-couche tardive. Elle a épousé voici quelques mois et par calcul le fils de la maison, Fernand Cazeneuve, cinquante ans, dominé et couvé, étouffé par sa mère, Félicité.
Cette mère plus que possessive, heureusement veuve, ne vit que par et pour lui. Elle a pris en grippe dès le début la jeune Mathilde … au point que quelques semaines après les noces, Fernand a regagné son petit lit de jeune homme, séparé simplement d'une mince cloison de la chambre maternelle. Chacun écoute l'autre ronfler, éructer, respirer.
Pourtant, après la mort de son épouse, Fernand s'éprend de la morte au point de rendre sa mère responsable de son trépas. Félicité souffre le martyre … Elle finira par en mourir d'une attaque. Eternel indifférent, Fernand fera le vide autour de lui, chassant jusqu'à la vieille servante landaise qui a tenté de lui mettre dans les pattes son petit-fils à la place de l'héritier qui n'est jamais né.
Un roman difficile à supporter tant la noirceur de cette mère abusive horrifie. La possession exclusive de son vieux fils la soutient à l'exclusion de tout autre sentiment : elle l'a détourné de tout travail, de toute activité intellectuelle ou sociale. Les scènes de repas, face à face, où la mère reproche à son fils « Tu ne manges pas » et où elle se force à manger pour que lui aussi ingurgite une bouchée, sont limite insupportables.
Mais où donc, auprès de qui donc, Mauriac a-t-il pris ces modèles ?
L'écriture est, comme toujours, d'une clarté et d'une profondeur qui laissent le lecteur pantois. Cependant, après avoir lu quatre des premiers ouvrages de François Mauriac, force est de constater que c'est toujours un peu la même chose : le même paysage, le même milieu bourgeois terrien, le même décor … celui de l'enfance de l'auteur. A croire qu'il n'invente rien, il analyse, interprète …. Je vais quand même continuer la lecture de ses romans, dans l'ordre …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
valleg
valleg  
Si sa mère avait voulu qu’il ne vécût que par elle et comme suspendu à son souffle ;si elle n’avait souffert la concurrence d’aucun travail, d’aucun divertissement, d’aucune espérance, d’aucun amour, elle pouvait du fond de ses ténèbres, se glorifier de l’œuvre accomplie : le soleil maternel à peine éteint, le fils tournait dans le vide, terre désorbitée.
Commenter  J’apprécie          120
Sycorax
Sycorax  
[...] sa vie était devant ses yeux, désert morne. Comment avait-il pu, sans mourir de soif, traverser tout ce sable ? Mais cette soif qu'il n'avait pas ressentie pendant des années, voici qu'il en découvrait la torture. Mathilde était morte avant de savoir qu'elle avait soif. Elle était morte, mais lui, vivait. Une source tarie, songeait-il, des milliers de sources inconnues bouillonnent : quoi de plus remplaçable qu'une Mathilde ? Aimant pour la première fois, il se révoltait contre ce mirage qui noie l'univers entier dans les tènèbres, afin que soit baigné de lumière un être unique. Vieil enfant pourri, accoutumé à se servir de tout pour son plaisir, à tirer parti de tout, il se répétait que Mathilde lui avait été l'occasion d'une découverte délicieuse dont il saurait tirer profit avec une autre...Quelle autre ? Dans le minuscule univers de sa bassesse, dans ce réseau, dans cette toile gluante que sa mère, pour le protéger, avait dévidée autour de lui pendant un demi-siècle, il se débattait, grosse mouche prise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Allantvers
Allantvers  
Tel est l'instinct de l'amour qui ne veut pas périr :lorsque se dérobe sous lui la terre, lorsque est détruit son ciel familier, il invente un autre ciel et une autre terre. C'est l'heure où l'être qui n'est plus aimé murmure à celui qui ne l'aime plus :"Tu ne me verras pas. Je ne t'importunerai pas. Je vivrai dans ton ombre. Je t'entourerai d'une protection dont tu n'auras même pas conscience. "
Commenter  J’apprécie          90
Bigmammy
Bigmammy  
Voici que l'incendie est éteint, ce brasier, qui le rendait furieux, soudain le laisse grelottant au milieu de cendres. Il existe des hommes qui ne sont capables d'aimer que contre quelqu'un. Ce qui les fouette en avant vers une autre, c'est le gémissement de celle qu'ils délaissent.
Commenter  J’apprécie          130
Sycorax
Sycorax  
Elle commençait de savoir que les absents ont toujours raison : ils sont ceux qui ne contrarient pas le travail de l'amour. Si nous regardons notre vie, il semble que nous ayons toujours été séparés de ceux que nous aimions le plus : c'est peut-être parce qu'il a toujours suffi qu'un être adoré vive à nos côtés, pour qu'il nous devienne moins cher. Ce sont les présents qui ont tort.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de François Mauriac (102) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Mauriac
Philippe Dazet-Brun vous présente ses ouvrages "Mauriac dans l'Église catholique, ou la fidélité aux aguets " aux éditions du Cerf et "Prier 15 jours…avec François Mauriac (parcours spirituel d'un grand écrivain français)" aux éditions Nouvelle Cité. Entretien avec frère Joël Boudaroua.
Retrouvez les livres :
- "Mauriac dans l'Église catholique, ou la fidélité aux aguets" : https://www.mollat.com/livres/2573574/philippe-dazet-brun-mauriac-dans-l-eglise-ou-la-fidelite-aux-aguets
- "Prier 15 jours…avec François Mauriac (parcours spirituel d'un grand écrivain français)" : https://www.mollat.com/livres/2614500/philippe-dazet-brun-prier-15-jours-avec-francois-mauriac Note de musique : © mollat
Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : relation mère-filsVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

François Mauriac

Né à Bordeaux en ?

1885
1895
1905
1915

12 questions
81 lecteurs ont répondu
Thème : François MauriacCréer un quiz sur ce livre