AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2878110374
Éditeur : Thames & Hudson (30/11/-1)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Comme tous les grands inventeurs de formes, Fornasetti a fini par disparaître derrière celles qu’il avait inventées. Figure essentielle des années 1950, on lui doit quelques-uns des meubles et objets les plus caractéristiques de cette période, inlassablement reproduits dans les histoires du design et les magazines de décoration.

Par-delà même ces réussites incomparables, Fornasetti fut une personnalité versatile, à la tête d’une œuvre multi-forme, emb... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Musardise
  20 juillet 2015
Nombreuses sont les personnes à connaître le visage de Lina Cavalieri, décliné et métamorphosé à l'envi sur une profusion d'objets. Les boutiques de design et de décoration en regorgeaient il y a encore dix ou quinze ans, et en vendent toujours régulièrement. Peu nombreux, en revanche, sont ceux qui peuvent associer le nom de leur créateur auxdits objets. C'est que Fornasetti, designer italien né en 1913 et mort en 1988, reste finalement méconnu. Et la littérature qui lui est consacrée se fait rare, du moins en français. le musée des arts décoratifs de Paris lui ayant consacré récemment une très belle exposition, l'occasion était donc idéale pour se plonger dans une monographie du prolifique et insaisissable Piero Fornasetti. Et pourtant, la lecture de cet imposant ouvrage, qui a l'avantage de présenter beaucoup de photographies des objets créés et édités par Fornasetti, m'a laissée sur ma faim.
Après un prologue et une introduction aux styles un rien pompeux, et donc peu engageants, le livre s'attache à étudier le parcours du designer via une approche thématique, parfaitement cohérente puisque Fornasetti a puisé toute sa vie durant dans un répertoire formel concentré sur quelques motifs ou thèmes essentiels : les livres, l'art de Pompéi, les mains, le soleil, notamment, et bien entendu ce fameux visage lunaire pour lequel il est avant tout connu. Apparaissent aussi clairement son rapport à l'architecture et à la peinture métaphysique, deux thèmes particulièrement intéressants, mais qui gagneraient, il me semble, à être explorés davantage. Et si l'on comprend à quel point l'activité débordante de Fornasetti et le foisonnement d'objets créés sont liés à une passion de la collection, mais aussi de l'archivage, il est dommage que la question de la série (au sens warholien), à laquelle je sais que Patrick Mauriès s'intéresse beaucoup, ne soit pas non plus tellement creusée. La preuve en est - et c'est très étonnant - le peu de développement consacré à "Thème et variations", cette déclinaison presque infinie du visage de Lina Cavalieri sur assiettes ou objets divers à laquelle je faisais déjà allusion plus haut et qui constitue, à mon sens, la part la plus énigmatique de la production de Fornasetti. Est-ce que Patrick Mauriès a volontairement refusé de s'appesantir sur des oeuvres qui ont tellement attiré l'oeil du public qu'elles en ont oblitéré tout le reste ? Certes, le livre révèle pour la toute première fois (nous dit l'auteur) l'identité de la femme qui apparaît sur tant d'objets et qui a tant fait glosé, mais est-ce suffisant ? Certes, Fornasetti lui-même se contentait de répondre en entretien à Shara Wasserman qu'il ignorait pourquoi il avait développé une obsession pour ce visage de femme. Pour autant, il eût été intéressant d'approfondir le sujet. Mais peut-être est-il préférable que "Thème et variations" ne conserve l'essentiel de son mystère...
Il est aussi utile de savoir, avant d'ouvrir "Fornasseti, designer de la fantaisie", qu'il y est beaucoup fait référence au contexte artistique italien, qu'il s'agisse des arts plastiques ou plus spécifiquement des arts décoratifs. J'avoue qu'à part Giorgio di Chirico et Leonor Fini, je ne connaissais pas les noms cités : même pas celui de Gio Ponti, visiblement célèbre et qui fut un important partenaire de Fornasetti. Ces lacunes m'ont un peu gênée dans la compréhension de l'ouvrage : mais je n'en fais surtout pas grief à l'auteur, car c'est ici mon ignorance qui est en cause. Enfin, gros point faible du livre : beaucoup de photographies sont en noir et blanc. Or, si cela peut convenir à une partie de la production de Fornasetti, comme les assiettes de "Thème et variations", éditées elles-mêmes en noir et blanc, c'est surtout dommageable pour rendre compte de l'univers souvent très coloré du designer - et c'est peu dire, tant les rouges et les verts sont, chez lui, francs et tranchants. Pour autant, l'ouvrage présente l'avantage considérable de faire enfin découvrir le travail de Piero Fornasetti dans son ensemble, ce qui est déjà appréciable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
MusardiseMusardise   22 juin 2015
Souverain, bien droit, le chapeau vissé sur la tête, la moustache lisse et blanche, un je ne sais quoi (mais évident, têtu) de suranné, relevé parfois d'accords bizarres - une chemise parsemée de caractères d'imprimerie vert acide, assortie à la stricte flanelle grise et au gilet rouge -, Piero Fornasetti ouvrait la porte carillonnante de sa boutique (musée ? cabinet ? bazar ?) de Via Brera.
Rien de moins compatible a priori que le petit monsieur strict, à touche de fantaisie, et cette étrange constellation de porcelaines et de plastiques, de paravents et de plateaux, presse-papiers, serre-livres, boutons de manchette, gilets de soie, sections de visages, pupilles exorbitées, obélisques mappemondes, lampadaires cendriers et pancartes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MusardiseMusardise   20 juillet 2015
L'imaginaire architectural occupe, dès ses débuts, une place de choix dans l’univers de Fornasetti ; si l'on excepte même les fresques de jeunesse, plans et élévations de villes ou bâtiments donnent leurs motifs aux nappes de dentelles ou aux verres gravés. C'est que le thème de l'architecture rassemble plusieurs des valeurs essentielles au designer : mathématique, abstrait, épuré, le rendu architectural suppose déjà, a priori, la réduction au jeu du plan et de la ligne, du vide et du plein, la transformation de la masse en aplats et des contours en un réseau de lignes qui se prêtent d'elles-mêmes à l'intervention du graphiste.

Chapitre 3, "Architectures qui chantent"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MusardiseMusardise   27 mai 2015
Peut-être d'ailleurs Fornassetti a-t-il d'abord été positivement substantiellement, un collectionneur. Sa maison milanaise - constellée de séries d'assiettes anglaises, proclamait avec force cette passion : le mur de la façade en avait été percé pour installer une collection de verres et cristal taillé et coloré. L'espace des pièces était dévoré par le témoignage d'une autre obsession : celle de l'imprimé, sous toutes ses formes, aberration ravageuse - et assez répandue - dont Fornasertti ne manquait jamais de se moquer ironiquement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MusardiseMusardise   22 juin 2015
L'invention débridée de Fornasetti, son refus des contraintes, qui pouvaient se traduire par un chaos apparent, se fondaient en fait sur une passion de l'ordre et de la méthode. Jusqu'à la fin de sa vie, il pouvait ainsi désigner sans erreur la place du moindre de ses treize mille projets, dûment étiquetés et catalogués.

Chapitre 1, "Du disegno au design"
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Patrick Mauriès (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Mauriès

Didier Vervaeren présente Karl Lagerfeld, "Le monde selon Karl", Flammarion
Responsables : Karl Lagerfeld, propos réunis par Jean-Christophe Napias et Sandrine Gulbenkian, avec la complicité de Patrick Mauriès, illustrations Charles Ameline "Je ne sais jouer qu'un...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
524 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre