AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246145643
Éditeur : Grasset (16/02/2006)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 13 notes)
Résumé :
André Maurois a signé beaucoup de biographies d'écrivains, mais celle qu'il consacra à George Byron est sans doute la plus hantée tant le poète romantique anglais, avec son génie et son pied-bot, était plein d'amertume, fier, infernal.
Pour les romantiques, écrit Maurois, la vie est une œuvre. " L'inverse est également vrai : Byron a fait de son œuvre un miroir, un tableau, nu drapeau, un tombeau. Mort à 36 ans à Missolonghi pour la liberté de la Grèce, le po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
miriam
  17 octobre 2012
Intriguée par le personnage de Byron, j'ai cherché une biographie. Celle de Maurois est fort agréable à lire, très bien documentée. L'atmosphère du début du 19ème siècle est particulièrement bien rendue. Maurois a également écrit Ariel ou la vie de Shelley, son contemporain et ami.
L'auteur présente toute une dynastie de Lords Byron, tous un peu bizarres et excentriques. Les Gordon écossais, famille de la mère du poète, sont , rigoristes et calvinistes. C'est en Écosse que George Gordon Byron passera son enfance avant d'hériter du titre et du domaine de Newstead de ses ancêtres paternels. Si Byron était un enfant gracieux, il était aussi affligé d'une infirmité : ses jambes ne le portaient pas, il boitait. Il conçu de cette disgrâce un immense orgueil et une grande volonté : grand sportif, il compensait cette marche difficile par des exploits à la nage, à la course et à cheval.

Après l'école de grammaire d'Aberdeen, il poursuivit ses études à Harrow où il batailla pour s'imposer, puis au Trinity College de Cambridge où son talent de poète fut précocement reconnu. George Gordon ne fut pas toujours un écolier assidu. Très jeune il tombait régulièrement amoureux, de Mary Duff,sa cousine à Aberdeen, puis de sa voisine d'Annesley, Mary-Ann, avec qui il passait ses vacances, amours impossibles, amours déçues.
Dépit amoureux ou air du temps, cynisme ambiant, entrainé par des compagnons de débauche, Lord Byron devint un Don Juan. Rien jusqu'alors n'annonçait le voyage en Orient, ni la participation à l'indépendance de la Grèce. Byron admirait Bonaparte en pleine guerre entre l'Empire et la Grande Bretagne, pour les idées libérales ou par provocation?

le 26 juin 1809, il s'embarque pour Lisbonne avec son ami Hobhouse plutôt pour fuir son ennui, ses dettes et l'Angleterre que dans un but précis. Il prend contact avec l'Europe en guerre, à Malte il prend des leçons d'arabe puis passe par l'Albanie dont les montagnes sauvages lui rappelèrent l'Écosse, il rencontre le Pacha de Janina et sympathise avec ce personnage singulier, bandit, corsaire.C'est aussi en Albanie qu'il entre en contact avec l'Islam sans aucun préjugé. Il visite Constantinople,s'installe à Athènes, tombe amoureux de jolies athéniennes et surtout apprend l'Italien avec six jeunes ragazzi au couvent des Capucins, organise des matches de boxe, nage au Pirée, en Morée (Péloponèse) il attrape la malaria..Dilettante, sans aucun engagement politique. "Le fatalisme musulman avait renforcé le sien" note Maurois. "La multiplicité des religions lui avait enseigné leur faiblesse".
Il rentre en Angleterre renforcé dans le cynisme et l'indifférence à la chose publique, Childe Harold lui gagne l'admiration des salons londoniens. Libre après le décès de sa mère, célèbre, il poursuit ses conquêtes féminines. C'est la partie de la biographie qui m'a un peu ennuyée. Je me perds dans l'énumération des maîtresses de tout âge et condition, qui le poursuivent de leurs assiduités. Après la conquête, il se lasse vite...Augusta, sa demi-soeur sera la confidente. Et pas seulement, puisqu'elle mettra au monde une fille de Byron. Elle l'encourage à se marier : l'entreprise lui plait tout d'abord. Un riche parti serait le bienvenue, Byron est toujours ruiné. Il propose donc le mariage à Annabella Milbank "princesse des parallélogrammes" jeune fille cultivée, mathématicienne, croyante et naïve, pleine de bonne volonté.

Le mariage est un désastre. Lune de mélasse, Byron s'ennuie. Il tyrannise sa femme. Sa santé donne des inquiétudes. Annabella, Lady Byron, fait venir sa soeur Augusta. Curieux ménage à trois. A la naissance de leur fille légitime, Lady Byron et Lord Byron se sont séparés. Des bruits courent sur ses amours incestueuses. Au scandale, Byron préfère l'exil. En 1816, en compagnie de Polidori, son secrétaire et médecin, il passe par Anvers, le Rhin puis s'arrête en Suisse, près de Genève à la villa Diodati où il retrouve Shelley. Sa maitresse, Claire, amie de Shelley est enceinte et lui donne une troisième fille. Non loin de là se trouve le domaine de Coppet de Madame de Staël, la compagnie est agréable mais il passe en Italie. A Milan il fait la rencontre de Beyle qui lui parle de Napoléon.
C'est à Venise qu'il s'établit, il continue sa carrière de Don Juan. Ses aventures vénitiennes sont plus agréables à suivre que celles de Londres. Ses maîtresses sont plus exotiques, l'un d'elle aurait même joué du couteau, une femme de boulanger, une autre, femme du monde Madame Guiccioli réduit Don Juan au rôle de Sigisbée.Byron suit le couple à Bologne et à Ravenne. A Venise il a fait venir sa troisième fille Allegra et loge au Palais Monicego. L'adultère finit par l'ennuyer - comme le mariage en Angleterre - Il se mêle alors de politique et devient le chef des Carbonari de Ravenne? En 1820, les enfants de Ravenne proclamaient "Vive la Liberté" "Vive la République et mort au Pape"Il se mêle alors de politique et soutient les Carbonari de Ravenne, au désespoir du comte Guiccioli. le scandale de l'adultère éclate et un procès éloigne Teresa Guiccioli.
"Byron avait jadis maudit et offensé ces brumeuses déesses, les conventions britannique ; il devenait par l'arrêt de la Cour Pontificale, la victime des conventions italiennes" note Maurois.
Exilés à Pise, les amants retrouvent les Shelley à Pise où décède le poète. C'est là que Mavrocaordato, le professeur de Grec de Mary Shelley apprend l'insurrection de la Grèce en 1821. Quand Mavrocordato avait rejoint les insurgés Byron avait déclaré "je veux retourner en Grèce et il est probable que j'y mourrai...."
Pitt voyait les intérêts anglais dans l'intégrité de l'empire Ottoman mais après 1823, un certain nombre de whigs fondèrent un comité philhellène et envoyèrent en Grèce Blaquière qui s'arrêta à Gènes voir Byron. Ce dernier vit dans la libération de la Grèce une rédemption et embarqua le 13 juillet 1823 sur l'Hercule. le 1er Aout, il mouille à Céphalonie - les Iles Ioniennes étaient sous protectorat britannique - Byron avait vendu son domaine de Rochdale, il était décidé de dépenser cette fortune pour la cause grecque.
les Grecs étaient divisés entre Colocotronis, Odysseus, Mavrocordato, les factions ne cherchaient pas à unir leurs forces. Byron était en faveur de Mavrocordato. Les Souliotes de Missolonghi demandèrent- à Byron d'être leur chef. La lutte s'enlisant à Missolonghi, il décida de prendre la ville de Lépante aux mains des turcs. L'expédition de Lépante fut une catastrophe, les Souliotes l'accusèrent même d'être un espion turc. première attaque de Byron, convulsions, épilepsie? Missolonghi tourne au cauchemard, les Souliotes assassinent un Britannique, menaces de peste, discordes en tous genres. Pour toute aide la Grande Bretagne expédie des bibles en grec moderne. Quelques jours après Pâques, très affaibli, Byron meurt.


Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bobby_The_Rasta_Lama
  19 août 2016
Une biographie de Byron qui se lit d'une traite comme un roman. Si vous êtes, comme moi, amateurs de petit cercle autour de Byron (Shelley, Mary, Claire, Polidori, Lamb....), vous serez comblés. Dans le même esprit, excellent livre de Daisy Hay "Young Romantics" (mais je ne sais pas s'il y a une traduction française....)
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
deriblekderiblek   03 avril 2012
dans la magique forêt de Sherwood, près de Nottigham, quelques moines en robe noire, chanoines réguliers de Saint-Augustin, vinrent errer parmi les chênes. Le roi Henry II d'Angleterre, menacé d'excommunication pour le meurtre de Thomas Beckett, avait promis au pape de faire pénitence et de doter des monastères.

...
Commenter  J’apprécie          20
Video de André Maurois (18) Voir plusAjouter une vidéo

Deux mondes
DEUX MONDES --- Gratte-ciel - monuments russes - panoramique sur Moscou - interview de CRISTOBAL de ACEVEDO Interviews d'ANDRE MAUROIS et LOUIS ARAGON à propos des livres parallèles qu'ils vont écrire sur les USA et l'URSS - Jaspar et Pelosse, et Cnie - ANDRE MAUROIS parle des USA, de l'évolution des USA - LOUIS ARAGON qui écrit la partie sur la Russie - il espère être le plus fidèle...
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre