AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246146542
Éditeur : Grasset (12/06/1996)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Au début du siècle, près de Rouen, une grande bourgeoise, Madame Herpain trompe son mari avec un autre notable, le docteur Guérin. La bonne société normande condamne la "mauvaise mère". De ses trois jeunes enfants, c'est Denise très liée à son père, qui souffre le plus cet adultère. En grandissant, cette ravissante, orgueilleuse, exaltée, grandira en se forgeant plus qu'une morale, une mystique, l'indignité de sa mère en décidant de ne jamais lui ressembler.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Marcuyttendaele
  10 août 2017
Quel plaisir ! L'histoire de Denise Herpain, traumatisée dans son enfance par les infidélités de sa mère, blessée par la faiblesse de son père et bien décidée à mener une autre vie, loin de cette ville de province, industrieuse et étriquée qui l'a vue naître. Elle bâtit sa vie en ligne droite, fait des études, renonce à un mariage qui l'aurait ramené dans la ville de son enfance et, ne croyant pas à l'amour, épouse un banquier, bien décidée à lui être fidèle. Elle est, à ses côtés, comme une coéquipière attentionnée et solidaire. Elle le trompe, cependant, une première fois et s'en rend physiquement malade. Par la suite, elle le trompera encore mais de manière « bourgeoise » et non ostensible. Parallèlement, elle multiplie les amitiés masculines, en toute liberté, chastement mais sans égard pour sa réputation. Elle est une femme libre pour son milieu et son époque. Mais lorsqu'elle voit dans les yeux de ses enfants un regard qui évoque le sien, petite, elle éprouve le besoin de revenir dans la ville de son enfance. Elle constate qu'elle a cessé d'haïr sa mère. Elle est, enfin, en paix et, o grand paradoxe, elle constate que sa mère - qui a épousé son amant de l'époque - vit précisément ce grand amour qu'elle n'a pas connu. Un magnifique roman d'époque, prémisse du féminisme. Il témoigne de la manière dont les blessures de l'enfance orientent une vie. Il révèle aussi que le bonheur n'est possible qu'en dépassant, qu'en digérant ces blessures. Celles-ci sont la vérité d'un moment et il faut oser le comprendre et l'assumer, pour donner à son existence la liberté et l'espace qui seuls peuvent en offrir la réussite. Comme dans « Climats », André Maurois livre, avec une très belle écriture, le portrait intimiste d'une époque tout en brossant des sentiments qui demeurent universels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lauriassie
  04 août 2017
Ce roman est un des meilleurs d'André Maurois; il lui a été inspiré par une connaissance de son épouse qui, après avoir été traumatisée enfant par l'adultère de sa mère, ne pouvait s'empêcher de reproduire dans sa propre vie sentimentale les mêmes égarements.
Mais il ne s'agit pas seulement d'un roman psychologique ; en effet, l'héroïne, Denise, est en avance sur son temps en essayant de conquérir son indépendance par les études, en recherchant un amour libre et absolu, et en tentant de s'affranchir de toute contrainte, y compris celle de la maternité: c'est une féministe avant l'heure.
Et André Maurois, loin de l'abandonner au cercle vicieux des répétitions familiales, lui permet à la fin de trouver une solution pour s'en échapper, afin, peut-être, de parvenir à la sérénité.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
MarcuyttendaeleMarcuyttendaele   10 août 2017
Quel plaisir ! L’histoire de Denise Herpain, traumatisée dans son enfance par les infidélités de sa mère, blessée par la faiblesse de son père et bien décidée à mener une autre vie, loin de cette ville de province, industrieuse et étriquée qui l’a vue naître. Elle bâtit sa vie en ligne droite, fait des études, renonce à un mariage qui l’aurait ramené dans la ville de son enfance et, ne croyant pas à l’amour, épouse un banquier, bien décidée à lui être fidèle. Elle est, à ses côtés, comme une coéquipière attentionnée et solidaire. Elle le trompe, cependant, une première fois et s’en rend physiquement malade. Par la suite, elle le trompera encore mais de manière « bourgeoise » et non ostensible. Parallèlement, elle multiplie les amitiés masculines, en toute liberté, chastement mais sans égard pour sa réputation. Elle est une femme libre pour son milieu et son époque. Elle est progressiste dans un milieu qui l'est peu. Mais lorsqu’elle voit dans les yeux de ses enfants un regard qui évoque le sien, petite, elle éprouve le besoin de revenir dans la ville de son enfance. Elle constate qu’elle a cessé d’haïr sa mère. Elle est, enfin, en paix et, o grand paradoxe, elle constate que sa mère - qui a épousé son amant de l’époque - vit précisément ce grand amour qu’elle n’a pas connu. Un magnifique roman d’époque, prémisse du féminisme. Il témoigne de la manière dont les blessures de l’enfance orientent une vie. Il révèle aussi que le bonheur n’est possible qu’en dépassant, qu’en digérant ces blessures. Celles-ci sont la vérité d’un moment et il faut oser le comprendre et l’assumer, pour donner à son existence la liberté et l’espace qui seuls peuvent en offrir la réussite. Comme dans « Climats », André Maurois livre, avec une très belle écriture, le portrait intimiste d’une époque tout en brossant des sentiments qui demeurent universels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NebulasNebulas   30 août 2013
De ses trois premières années de mariage, Denise Holmann conserva toujours un souvenir terne, mai qui n'était pas sans douceur. Elles les passa, tantôt à Nancy, tantôt à Paris, seule entre son mari et son beau-père. C'était elle qui avait souhaité vivre avec le vieux Prosper Holmann, dans l'hôtel de la rue Alfred-de-Vigny. Les deux familles l'en avaient blamée. Edmond lui-même avait dit plusieurs fois qu'il craignait pour une femme si jeune l'ennui d'une maison austèr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarcuyttendaeleMarcuyttendaele   10 août 2017
Tu n'as pas osé, malgré mes prières "perdre ta vie pour la gagner" (...). Tu te marieras, mon chéri, avec quelque enfant simple, qui ne demandera qu'un bonheur facile, une existence vide et de beaux enfants. Moi je remonterai sur ma bête et je chercherai encore, toujours, une pureté libre qui peut-être n'existe pas. Puis quelques années encore passeront, et l'un comme l'autre, nous tomberons dans l'éternel sommeil ou dans un monde plus terrible encore que celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lauriassielauriassie   25 novembre 2015
La première année, ils avaient été très heureux. La liberté, la jeunesse, l'amour, tout leur semblait merveilleux.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Video de André Maurois (18) Voir plusAjouter une vidéo

Deux mondes
DEUX MONDES --- Gratte-ciel - monuments russes - panoramique sur Moscou - interview de CRISTOBAL de ACEVEDO Interviews d'ANDRE MAUROIS et LOUIS ARAGON à propos des livres parallèles qu'ils vont écrire sur les USA et l'URSS - Jaspar et Pelosse, et Cnie - ANDRE MAUROIS parle des USA, de l'évolution des USA - LOUIS ARAGON qui écrit la partie sur la Russie - il espère être le plus fidèle...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2142 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre