AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marcel Mauss (Autre)
EAN : 9791030413359
224 pages
Éditeur : Allia (21/01/2021)
3.96/5   71 notes
Résumé :
« Quelle est la règle de droit et d’intérêt qui, dans les sociétés de type arriéré ou archaïque, fait que le présent reçu est obligatoirement rendu ? Quelle force y a-t-il dans la chose qu’on donne qui fait que le donateur la rend ? ». En réalité, à partir de cette étude menée sur la nature des transactions humaines de la Mélanésie à l’Alaska et dans les sociétés indo-européennes anciennes, Marcel Mauss constate que « la morale et l’économie qui agissent dans ces tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
denis76
  28 février 2021
Je tiens à préciser qu'il s'agit du don dans le sens de cadeau d'échange traditionnel dans les sociétés archaïques.
Marcel Mauss est le créateur de l'anthropologie française, et ce livre de 1925 est le plus connu. C'est donc une référence dans la recherche. Je dois préciser que je n'ai pas tout compris, car c'est pointu, les termes mélanésiens utilisés ne s'adressent pas à des béotiens. Une étude sémantique lui a été nécessaire. Bref, si c'est une synthèse de plusieurs analyses ethnographique, cela reste cependant une recherche, donc une analyse. J'avoue que je préfère les synthèses, mais bon...
.
De quoi s'agit-il ?
L'auteur analyse les dons rituels, c'est-à-dire le « système des prestations totales », les « cadeaux contractuels », le « potlatch », le « kula » dans les mondes mélanésiens, polynésiens et indiens du nord ouest des États-Unis.
Le don est varié :
.
« Ce qu'ils échangent n'est pas exclusivement des biens et des richesses, des meubles et des immeubles, des choses utiles économiquement. Ce sont avant tout des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des foires, dont le marché n'est qu'un des moments, et où la circulation des richesses n'est qu'un des termes du contrat beaucoup plus général et beaucoup plus permanent. « 
.
Il précise que le don n'est jamais gratuit : celui qui refuse le don ou ne le rend pas peut être injurié. Cela peut même signifier une déclaration de guerre. le don et le contre-don sont donc des obligations, et peuvent entraîner la surenchère.
Cependant, le don a un but moral de coopération, d'amitié, de renforcement des liens entre populations souvent éparpillées géographiquement.
Le don évite aussi la malédiction.
Puis l'auteur, dans une partie pointue où il analyse des textes anciens mêlant termes juridiques et poésie, évoque les conditions juridiques afférant au don. Il compare ainsi le « droit » des îles du pacifique avec le droit romain et germain. Ceux-ci ont trouvé ridicules les fastes dépensés pour les fêtes traditionnelles, et ont privilégié le commerce ( peut-être est-ce le début de la société capitaliste ? )
.
Mais revenons à l'objet de la recherche. Personnellement, j'ai toujours préféré le troc au capitalisme, et dans ces sociétés archaïques, suivant la spécialité des individus, on pouvait échanger, troquer de l'ocre contre des poissons ou des ignames et des produits de la forêt. Quand c'était inévitable, les insulaires ou les Indiens avaient une monnaie : dents, haches, tambua porte-bonheur, bracelets, cuivre...
.
Toujours est-il que les dons pratiqués correspondaient à des choses d'une grande richesse dans les critères occidentaux, surtout sur la côte nord-ouest des États-Unis, qu'il s'agisse de fourrures ou de cuivre.
.
Voilà ! Un livre relativement ardu, mais très intéressant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
kielosa
  03 novembre 2017
D'Épinal, dans les Vosges, nous gardons tous, comme enfants, de très bons souvenirs de ses images légendaires et peut-être également de ses fameuses "devinettes d'Épinal", où il fallait trouver un objet caché justement sur une image fort coloriée d'Épinal. Qu'il y ait eu une Fabrique de Broderie Mauss-Durkheim est déjà moins généralement su, pourtant ces noms se réfèrent à 2 savants géants français : Marcel Mauss (1872-1950), considéré comme le père de l'anthropologie française et son oncle, Émile Durkheim (1858-1917), père de la sociologie française. Un autre beau record "familial" pour le Livre Guinness des records ! Rosine, la mère de Marcel, était effectivement la soeur aînée d'Émile. Un record familial, en somme, qui fait penser à celui du Nobel Isaac Bashevis Singer, son frère Israel Joshua Singer et sa soeur Esther Kreitman, tous les 3 des écrivains réputés.
Comme son oncle maternel, Marcel Mauss était un esprit brillant. Après des études de religion comparée et de Sanskrit, à 29 ans, il occupait déjà la chaire d'histoire des religions à Paris, pour être nommé plus tard professeur de sociologie au Collège de France. La production d'écrits sortant de sa plume est tout simplement prodigieuse et en même temps il était politiquement actif au Parti Socialiste, comme ami de Jean Jaurès, l'apôtre de la paix, lâchement assassiné fin juillet 1914 à Paris, juste avant la première tuerie mondiale.
Pour faire la chronique d'une oeuvre de Marcel Mauss, j'avais donc l'embarras du choix. J'ai retenu son "Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques" pour 2 raisons : d'abord pour le sujet lui-même, bien sûr, mais aussi parce que l'oeuvre est librement disponible sur internet : http://bit.ly/2yDkoRM
Le fait que cette oeuvre ait été publiée en 1923-1924 n'enlève rien à sa qualité intrinsèque. Ce que l'auteur nous raconte est tout simplement fascinant. L'ouvrage est présenté par Florence Weber, anthropologue et sociologue, directrice des sciences sociales à l'ENS (École Normale Supérieure) et auteure de "Brève histoire de l'anthropologie", parue chez Flammarion en 2015. Dans son avant-propos, la sociologue indique que Marcel Mauss est célèbre partout dans le monde comme "l'un des principaux fondateurs de l'anthropologie sociale", mais regrette - à juste titre d'ailleurs - que son oeuvre reste, en France, méconnue des étudiants et du grand public.
Rien que l'énumération des endroits où notre savant a poursuivi ses recherches, devrait cependant mettre l'eau à la bouche des amateurs de dépaysement les plus exigeants : Polynésie, Samoa, Nouvelle Calédonie etc. Michel Mauss n'était à ces antipodes géographiques évidemment pas en vacances, mais pour y étudier le phénomène du don et des échanges
. le don revêt une importance bien plus considérable que l'on croirait à première vue, car "un cadeau donné attend toujours un cadeau en retour". Ou en d'autres termes, le don constitue la base des échanges. Dans une société primitive le genre de cadeaux est relativement réduit. "Ce qu'ils échangent...ne sont pas exclusivement des biens et des richesses...des choses utiles économiquement. Ce sont avant tout des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des fêtes, des foires dont le marché n'est qu'un des moments... " le marché est un phénomène humain propre à toute société connue, seul son ampleur et organisation différent de société dite arriérée à société archaïque. L'introduction de la monnaie, peut être considérée comme la principale invention.
Les recherches menées par Marcel Mauss et son équipe montrent les différences considérables qui existaient - et continuent d'exister sûrement dans d'autres endroits du globe - dans les pratiques concrètes de ces échanges, mais partant tous du don, en théorie volontaire, mais en fait obligatoirement fait et rendu. Ce qui est fascinant dans cette oeuvre ce sont justement ces différences, tellement bien observées, analysées et décrites par ce grand maître.
Grâce à l'introduction d'une qualité exceptionnelle par Florence Weber, ainsi que les nombreuses notes explicatives de bas de page, il ne faut pas être soi-même ethnologue ou anthropologue pour savourer les finesses de cette oeuvre importante de Marcel Mauss.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
ErnestLONDON
  11 mai 2021
« Quelle est la règle de droit et d'intérêt qui, dans les sociétés de type arriéré ou archaïque, fait que le présent reçu est obligatoirement rendu ? Quelle force y a-t-il dans la chose qu'on donne qui fait que le donataire la rend ? » Considéré comme le fondateur de l'anthropologie française, Marcel Mauss (1872-1950) étudie, dans les aires polynésienne, mélanésienne et du Nord-Ouest américain, ce qu'il nomme un « système de prestations totales » : des collectivités, personnes morales, clans, tribus familles, s'obligent mutuellement, échangent des biens et des richesses, des meubles et des immeubles, mais aussi des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes et des enfants, des danses, des fêtes et des foires, et contractent. « Ces prestations et contre-prestations s'engagent sous une forme plutôt volontaire, par des présents, des cadeaux, bien qu'elles soient au fond rigoureusement obligatoires, à peine de guerre privée ou publique. »
(...)
Recenser des « nouveautés » ne doit pas nous empêcher de (re)lire des « classiques ». Cette élégante réédition fut un excellent prétexte. Marcel Mauss donne à comprendre l'origine de nos sociétés marchandes, montre ce qui subsiste et qu'il faut défendre : des échanges qui créent du lien et structurent la société plutôt que de l'atomiser.
Article complet sur le blog :
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Bouteyalamer
  08 avril 2016
Nous connaissons sans toujours les accepter les obligations morales, religieuses, juridiques ou politiques qui participent au lien social. Mauss postule que le don crée aussi un réseau d'obligations et que ce réseau a tissé des relations de dépendance dans de nombreuses, sinon toutes, les sociétés archaïques. L'homme qui a une surface sociale et spirituelle, une puissance, un honneur, une mana, s'oblige à faire des dons ; ces dons doivent être obligatoirement acceptés par le donataire ; ce dernier s'oblige à une contre-don : On n'a pas le droit de refuser un don, de refuser le potlatch. Agir ainsi c'est manifester qu'on craint d'avoir à rendre, c'est craindre d'être « aplati » tant qu'on n'a pas rendu. En réalité, c'est être « aplati » déjà. C'est « perdre le poids » de son nom (p 53). L'obligation de rendre dignement est impérative. On perd la « face » à jamais si on ne rend pas, ou si on ne détruit pas les valeurs équivalentes (p 53). Don et contre-don engagent la collectivité, ce que Mauss appelle une prestation totale : Il y a prestation totale en ce sens que c'est bien tout le clan qui contracte pour tous, pour tout ce qu'il possède et pour tout ce qu'il fait, par l'intermédiaire de son chef (p 10). Cette prestation totale peut être une destruction sacrificielle : L'un des premiers groupes d'êtres avec lesquels les hommes ont dû contracter et qui par définition étaient là pour contracter avec eux, c'étaient avant tout les esprits des morts et les dieux. En effet, ce sont eux qui sont les véritables propriétaires des choses et des biens du monde. C'est avec eux qu'il était le plus nécessaire d'échanger et le plus dangereux de ne pas échanger […]. La destruction sacrificielle a précisément pour but d'être une donation qui soit nécessairement rendue (p 22). Quand ce réseau d'obligations s'établit entre les hommes, don et contre-don ne relèvent pas du troc, car ils ne sont pas contemporains, ni du prêt, car ils sont dénués de valeur marchande ou parce qu'ils dotés d'une valeur/d'un prestige disproportionnés avec tout échange utilitaire. Ce réseau archaïque est général, retrouvé dans la plupart des études ethnographiques : Les hommes ont su engager leur honneur et leur nom bien avant de savoir signer (p 49). Il survit dans le droit romain. Il persiste au présent dans la politesse, la charité, la solidarité corporative, et dans les milieux de la recherche.
Mauss conclut son essai avec un lyrisme visionnaire : Ce sont nos sociétés d'Occident qui ont, très récemment, fait de l'homme un « animal économique ». Mais nous ne sommes pas encore tous des êtres de ce genre. Dans nos masses et dans nos élites, la dépense pure et irrationnelle est de pratique courante ; elle est encore caractéristique des quelques fossiles de notre noblesse. L'homo oeconomicus n'est pas derrière nous, il est devant nous ; comme l'homme de la morale et du devoir ; comme l'homme de la science et de la raison. L'homme a été très longtemps autre chose ; et il n'y a pas bien longtemps qu'il est une machine, compliquée d'une machine à calculer (p 100). Peut-être, en étudiant ces côtés obscurs de la vie sociale, arrivera-t-on à éclairer un peu la route que doivent prendre nos nations, leur morale en même temps que leur économie (p 101).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jullius
  25 mars 2021
II n'existe pas un domaine de la vie où L'essai sur le don n'a pas apporté une vision nouvelle : économie, éthique, santé, numérique... Peut-on encore ignorer les travaux de Mauss qui, depuis leur parution, possèdent une étonnante force explicative et trace également des perspectives ?
Mauss fait du don (et du contre don) le coeur même du social, le fil de liens sociaux solides et équilibrés.
Cofondateur de L'Humanité avec Jaurès, il avait fait du don un projet politique : il désirait "revenir à de l'archaïque" pour créer une société plus juste.
L'essai sur le don montre comment la modernité s'est éloignée du don archaïque et chacun peut voir ce que nous avons perdu avec l'esprit du savoir donner, prendre et recevoir : une anthropologie, au sens propre du mot, une science de l'homme (et donc du savoir être homme) fondée sur l'échange gratuit et le respect dans l'égalité.
Commenter  J’apprécie          132

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
hupomnematahupomnemata   29 juillet 2011
Voilà donc ce que l'on trouverait au bout de ces recherches. Les sociétés ont progressé dans la mesure où elles-mêmes, leurs sous-groupes et enfin leurs individus, ont su stabiliser leur rapports, donner, recevoir, et enfin, rendre. Pour commencer, il fallut d'abord savoir poser les lances. C'est alors qu'on a réussi à échanger les biens et les personnes, non plus seulement de clans à clans, mais de tribus à tribus et de nations à nations et - surtout - d'individus à individus. C'est seulement ensuite que les gens ont su se créer, se satisfaire mutuellement des intérêts, et enfin, les défendre sans avoir à recourir aux armes. C'est ainsi que le clan, la tribu, les peuples ont su - et c'est ainsi que demain, dans notre monde dit civilisé, les classes et les nations et aussi les individus, doivent savoir - s'opposer sans se massacrer et se donner sans se sacrifier les uns aux autres. C'est là un des secrets permanents de leur sagesse et de leur solidarité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ErnestLONDONErnestLONDON   02 mai 2021
Une partie considérable de notre morale et de notre vie elle-même stationne toujours dans cette même atmosphère du don, de l’obligation et de la liberté mêlés. Heureusement, tout n’est pas encore classés exclusivement en termes d’achat et de vente. Les choses ont encore une valeur de sentiment en plus de leur valeur vénale, si tant est qu’il y ait des valeurs qui soient seulement de ce genre. Nous n’avons pas qu’une morale de marchands. Il nous reste des gens et des classes qui ont encore les moeurs d’autrefois et nous nous y plions presque tous, au moins à certaines époques de l’année ou à certaines occasions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
denis76denis76   13 février 2021
Ce qu'ils échangent n'est pas exclusivement des biens et des richesses, des meubles et des immeubles, des choses utiles économiquement. Ce sont avant tout des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des foires, dont le marché n'est qu'un des moments, et où la circulation des richesses n'est qu'un des termes du contrat beaucoup plus général et beaucoup plus permanent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
denis76denis76   15 février 2021
Ce sont justement les Romains et les Grecs qui, peut-être à la suite des Sémites du Nord et de l'Ouest, ont inventé la distinction des droits personnels et des droits réels, séparé la vente du don et de l'échange, isolé l'obligation morale, et surtout conçu la différence qu'il y a entre des rites, des droits et des intérêts.
Commenter  J’apprécie          70
hupomnematahupomnemata   16 juillet 2011
L'effort conceptuel de Mauss tend à présenter les politiques sociales alors en cours de construction non pas comme des dons faits aux pauvres, mais comme des contre-dons rendus aux travailleurs en échange du don initial qu'ils ont fait de leur travail et dont le salaire ne représente pas un contre-don suffisant. Ni les patrons ni la société, dit Mauss, ne sont "quittes" envers eux après le versement du salaire. On parlerait aujourd'hui d'incomplétude du contrat de travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Marcel Mauss (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Mauss
La Révolution du don - Partie 2 - Marcel Mauss .Une explication du don à travers l'essai de l'anthropologue Marcel Mauss "L'Essai sur le don". Dans le cadre de la sortie de l'ouvrage de Jean-Edouard Grésy et Alain Caillé. http://www.seuil.com/livre-9782021166781.htm
Dans la catégorie : SociologieVoir plus
>Sciences sociales>Sciences sociales : généralités>Sociologie (134)
autres livres classés : ethnologieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
53 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre

.. ..