AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782707321534
61 pages
Editions de Minuit (03/03/2011)
3.88/5   305 notes
Résumé :
Il s'est dirigé vers les boissons. Il a ouvert une canette de bière et l'a bue. À quoi a-t-il pensé en étanchant sa soif, à qui, je ne le sais pas. Ce dont je suis certain par contre, c'est qu'entre le moment où il est entré dans le supermarché et celui où les vigiles l'ont arrêté, ni lui ni personne n'aurait pu imaginer qu'il n'en sortirait pas.
------------------------------------------------------------------
Quand il est entré dans le suoermar... >Voir plus
Que lire après Ce que j'appelle oubliVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 305 notes
et c'est anéantie par les images de cette lecture que je commence ma critique, que dis-je, c'est dans l'affliction et l'effroi le plus total, surtout quand on sait que Laurent Mauvignier romance un fait réel - réel, mon dieu ! - un « fait divers » survenu à Lyon en 2009, mais parler de « fait divers » pour parler de la mort, de la mort d'un être humain c'est indigne, ça ne reflète pas l'horreur de ce que la victime a subi, ni le vide qu'elle laisse dans le coeur de ses proches, même si la vie les avait éloignés, même si la misère a pu peut-être creuser l'écart mais ça, ça ne compte plus face à la mort, et surtout pas lorsqu'un homme meurt « pour ça », pour avoir bu une cannette de bière dans un supermarché sans avoir de quoi la payer et se fait tabasser par des vigiles tout-puissants mais, finalement, si l'on ne peut pas mourir « pour ça » comme l'a laissé échappé le procureur, pensant ainsi condamner les coupables, si l'on ne peut pas mourir pour avoir, en quelque sorte, volé une cannette de bière, est-ce à dire qu'il serait plus justifié de mourir pour en avoir volé deux, ou six, ou douze ? que s'il avait été tabassé à mort pour deux pack de bière, cela n'aurait été que justice, que ces vigiles au courage exemplaire, car ils étaient 4 pour faire crever un homme qui ne s'est pas même défendu, pas même avec ses mots, que ces types, donc, s'en seraient sortis indemnes ? « le vrai scandale ce n'est pas la mort, c'est qu'il n'aurait pas fallu mourir « pour ça », une cannette, pour rien, comme si on pouvait accepter qu'ils tuent, les vigiles, si c'est utile, s'ils n'ont pas le choix, on doit pouvoir se résigner à admettre, on peut comprendre et tolérer même si ça nous choque et nous déplaît mais là, impossible, quelque chose se dresse devant nous qu'on ne peut pas supporter, ce meurtre, un meurtre, ils se sont fait plaisir, voilà, le fond de l'affaire c'est que c'était de leur jouissance à eux qu'ils étaient coupables et pas de l'injustice de sa mort, ça, ni le procureur ni les journalistes ni la police n'admettra jamais, que ces types-là se soient payés sur sa tête, et ils ont tout fait pour essayer de la comprendre, cette mort, tout fait pour lui donner un sens et la trouver un peu normale, ils ont écrit des papiers », mais personne n'était là pour lui lorsqu'il était encore en vie, personne ne l'entendait penser lorsqu'il mourait, quand sa propre vie l'abandonnait, tandis qu'il se faisait tabasser « pour ça », pour rien, alors heureusement qu'il y a Laurent Mauvignier, le seul à pouvoir faire parler les morts en une phrase de 60 pages, une seule phrase comme une seule vie par personne mais dans laquelle les voix et les actes de chacun s'intriquent, ont des répercutions dans la vie de tous, c'est ça qu'il fait Mauvignier, écouter les pensées discourir sans discontinuer, nous les restituer sans les censurer, les édulcorer, les arranger, parce que même si je ne suis plus très objective quand il s'agit de cet auteur, cette forme a du sens, une seule phrase comme un seul regard qui englobe tout, un seul tout formé de multiples actes dont les causes de certains trouvent leurs origines bien avant les faits et d'autres en seront les conséquences bien après, sans qu'il n'y ait de début ni de fin, juste la vie qui coule, qui s'écoule de l'un et se poursuit ailleurs, une seule pensée sans début ni fin, sans majuscule ni point, un hommage à la victime et à sa famille, car cette histoire est un tout, un amas inextricable d'actions, une suite de moments qui ont amené à cette situation dans une communauté où l'on peut mourir « pour ça », pour rien, une seule phrase qu'une fois lancée on ne peut plus arrêter, exactement comme le déroulement insensé de cette tragédie à l'issue inéluctable, que personne n'est venu interrompre avant la fin, mais la fin pour qui ? cette seule phrase comme une trainée de poudre, seul souvenir d'une mort qui déjà s'évapore comme toutes celles qui, chaque jour, traversent le temps mais jamais ne le marquent, alors pour ne pas que cette tragédie tombe dans « ce que j'appelle l'oubli », Mauvignier est peut-être le seul à pouvoir nous faire ressentir, pêle-mêle, autant de sensations et pensées, nous faire souffrir avec la victime mourant en silence de cette injustice criante, entrer dans sa tête « quand il y avait cette voix qui continuait et répétait, pas maintenant, pas comme ça, jusqu'à ce qu'elle se taise elle aussi et s'efface dans un chuchotement, trois fois rien, un sifflement, sa voix à lui qui continuera dans sa tête à murmurer, à répéter toujours pas maintenant, pas maintenant, pas comme ça, pas maintenant » -
Commenter  J’apprécie          7639
Librement inspiré d'un fait divers survenu à Lyon en 2009, le récit de Laurent Mauvignier évoque la mort violente d'un jeune homme dans l'arrière-boutique d'un supermarché, battu à mort par quatre vigiles pour une simple canette de bière volée.

« et ce que le procureur a dit, c'est qu'un homme ne doit pas mourir pour si peu… » le récit commence sans majuscule par la conjonction « et », et se poursuit tout au long de soixante pages en une seule phrase qui se déploie, pleine de rythmes et de cassures. Une seule phrase qui coule sans début ni fin, comme la vie même qui continue malgré les violences et les morts.

Mauvignier extrait son personnage de l'oubli et de l'indifférence quotidienne en lui donnant une voix dont celui-ci a toujours été privé jusqu'ici. Il y a eu la folie, la gratuité du geste barbare des quatre vigiles, pourtant le récit fictif que dresse Laurent Mauvignier s'éloigne volontairement de la réalité factuelle. Ce n'est plus le jeune réellement frappé à mort en 2009 mais un jeune homme qui aurait pu être lui et qui devient le centre du récit, le narrateur s'adressant au frère de cette victime emblématique d'une incroyable bêtise et d'une effroyable violence. Tout est pourtant affreusement banal, les personnages sont des plus ordinaires, rien ne pouvait laisser présager cette incroyable violence. C'est certainement ce qui est le plus inquiétant : chaque élément de ce fait divers est neutre, le type qui boit la canette, les vigiles qui l'arrêtent… rien ne prédispose au meurtre, et pourtant…
Commenter  J’apprécie          543
Soixante pages, une phrase. Une seule phrase semblable à une déferlante écumante qui submerge sans qu'on l'ait vu venir et nous éjecte sur une grève désolée, haletants, essoufflés, interdits également.
On s'attend à poser son regard sur une chaussure dépareillée qui rappellerait toutes ces existences plus transparentes qu'un banc de méduses.

Lyon, décembre 2009: quatre vigiles tuent Michaël Blaise, 25 ans, martiniquais, sous l'oeil d'une caméra de surveillance qui enregistre tout. Michaël avait pris une canette de bière dans un rayon et l'avait bue.
Un homme ne doit pas mourir pour si peu a dit le procureur. Un homme est pourtant mort pour si peu et Laurent Mauvignier commet un petit grand livre pour que le fait divers s'inscrive dans L Histoire.

Mauvignier prête sa plume ou plutôt offre une voix à un quelqu'un.Qui? Cela n'a guère d'importance. L'écriture, hagarde et rageuse et assourdie entrechoque les mots, oscille entre le je et le il. Il espère, il panique, ça disgresse. le récit donne de la chair à l'entrefilet du journal, réincarne la victime anonyme. Celle-ci s'épaissit, force les yeux, enfonce l'indifférence.
L'important est que le silence devienne paroles entendues.

D'accord, la chronique d'un meurtre ordinaire, ce n'est pas gai. J'aurais pu choisir un autre livre pour mon premier billet de l'an nouveau. Mais L'écriture est remarquable. La compassion n'est pas mélodramatique. L'engagement et la révolte participent de la vie.

L'écrivain s'engage, le lecteur résiste en se souvenant.
Commenter  J’apprécie          540
Un texte inspiré d'un fait divers : un homme est mort sous les coups de quatre vigiles pour avoir bu une bière dans un rayon d'un magasin.

Il faut prendre correctement sa respiration avant de commencer la lecture pour ne pas manquer d'air. Ce récit n'a pas de point, juste des virgules et des points d'interrogation pour freiner l'histoire de temps en temps.

Beaucoup d'interrogations dans ce texte rageur, connaître les raisons du soutien des femmes des vigiles, appréhender le ressenti des enfants face à ces pères de famille assassins, les états d'âme du frère de la victime qui a un bon travail en France et ne sait pas si son patron le laissera s'absenter pour les obsèques, prévenir les parents sans qu'ils apprennent le côté miséreux de leur fils, la violence de sa mort.

Boire une bière sans la payer et mourir.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
Commenter  J’apprécie          460
Ce texte est constitué d'une seule phrase, mais quelle phrase !
Elle court de la page 7 à la page 62... Proust peut aller se rhabiller...

L'auteur s'est librement inspiré d'un fait divers atroce qui eut lieu à Lyon en 2009 : un homme entre dans un supermarché, se dirige vers les boissons, prend une canette de bière et commence à boire.
Très banal, me direz-vous.
Mais ce qui l'est moins, c'est que l'homme en est mort.
Oui, mort.
Mort pour avoir bu une canette de bière dans un supermarché !

Dans un texte littéralement à couper le souffle, Laurent Mauvignier nous plonge dans l'horreur la plus aigüe, dans la barbarie la plus inhumaine.
Ils s'y sont mis à quatre.
Quatre vigiles qui ne se sont pas contentés d'arrêter l'homme (jamais nommé) comme leur fonction l'aurait voulu, mais se sont acharnés sur lui, et l'ont battu à mort.

C'est en apnée qu'on lit ce livre, cette phrase terrible, puissante, qui nous emporte dans ce que l'Homme peut avoir de pire, dans une spirale de violence inouïe.
" et ce que le procureur a dit, c'est qu'un homme ne doit pas mourir pour si peu,..."
Non, un homme ne doit pas mourir pour si peu !

Une unique phrase, étourdissante, pleine de force et qui résonne comme un long cri d'indignation et de révolte.
Un concentré d'inhumanité, d'humanité et de littérature en une seule phrase.
Une lecture bouleversante.
Commenter  J’apprécie          384

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
… au moment de les voir arriver il pense que son programme de la journée est compromis, il se dit qu’il sortira tout à l’heure et prendra le bus en se répétant qu’il n’a pas eu le temps d’aller voir l’animalerie au fond du supermarché, voilà ce qui aurait dû se passer, aller regarder un moment les oiseaux, les chiots, les tortues, les animaux bizarres, les écouter, ce qu’il s’était raconté qu’il ferait, voilà ce à quoi il a pensé quand il n’avait pas encore en tête la violence des coups à venir et le froid de la dalle de ciment, car, au début, il ne peut pas se douter ni imaginer qu’il ne lui restera bientôt que la nudité et la froidure sur un matelas de fer ou d’Inox, et aussi, attaché à un doigt de pied, une étiquette avec son nom, un numéro …
Commenter  J’apprécie          279
ma mort n'est pas l'événement le plus triste de ma vie, ce qui est triste dans ma vie c'est ce monde avec des vigiles et des gens qui s'ignorent dans des vies mortes comme cette pâleur, cette mort tout le temps, tous les jours, que ça s'arrête enfin,je t'assure, ce n'est pas triste comme de perdre le goût du vin et de la bière, le goût d'embrasser, d'inventer des destins à des gens dans le métro et le goût de marcher des heures et des heures
Commenter  J’apprécie          340
… il aurait aimé que ses derniers mots soient tournés vers ce frère à qui il a pensé si souvent dans sa vie, eh bien non, pas cette fois, parce qu’il ne savait pas qu’il mourait, dans les films ils savent toujours qu’ils meurent, mais en vrai ce n’est pas aussi beau, on n’est pas si beau, on ne meurt pas, on ne fait rien, la vie se fait minuscule et finit par se faire la malle comme un parasite abandonne une carcasse qui ne lui convient plus, c’est tout …
Commenter  J’apprécie          270
... ils vont arrêter de frapper, je vais retrouver mon souffle, ça ne peut pas finir ici, pas maintenant et pourtant il ne pouvait plus respirer ni sentir son corps ni rien entendre, ni voir non plus et il espérait malgré tout, quelque chose en lui répétant, la vie va tenir, encore, elle tient, elle tient toujours, ça va aller encore, ils vont cesser parce qu'ils vont comprendre que ma vie est trop petite dans mon corps et qu'elle s'amenuise trop maintenant pour durer plus qu'une bulle de savoir qui monte et éclate...
Commenter  J’apprécie          231
... il ne savait pas qu'il mourrait, dans les films ils savent toujours qu'ils meurent, mais en vrai ce n'est pas aussi beau, on n'est pas si beau, on ne meurt pas, on ne fait rien, la vie se fait minuscule et finit par se faire la malle comme un parasite abandonne une carcasse qui ne lui convient plus...
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Laurent Mauvignier (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Mauvignier
Place au théâtre dans le débat, nos critiques passent en revue la réinterprétation de "L'opéra de quat'sous" par Thomas Ostermeier et la première mise en scène de Laurent Mauvignier, d'après son texte "Proches".
#théâtre #critique #culture ________________ Livres, films, jeux vidéo, spectacles : nos critiques passent au crible les dernières sorties culturelles par ici https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrosjQHaDUfeIvpobt1n0rGe&si=ReFxnhThn6_inAcG une émission à podcaster aussi par ici https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-midis-de-culture
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : faits diversVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (556) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3725 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..