AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782812610417
304 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (05/04/2017)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 125 notes)
Résumé :
Voilà vingt ans qu'Adam Killian a été assassiné sur l'île de Groix. Et depuis vingt ans rien n'a été déplacé dans son bureau, là où le défunt a laissé des indices qui permettraient à son fils de confondre son meurtrier, sans imaginer que celui-ci trouverait la mort quelques jours après lui. Tenu par sa promesse d'élucider cette affaire, Enzo Macleod, le spécialiste des scènes de crime, débarque sur la petite île bretonne. Dans le bureau d'Adam Killian l'attendent un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  27 juillet 2017
Alors qu'il rend visite à Roger Raffin, journaliste et petit ami de sa fille, Enzo, ancien médecin légiste, entr'aperçoit, sur la table, le livre "Assassins sans visages", ouvert à la page Adam Killian. Une affaire de meurtre perpétré il y a 20 ans sur l'île de Groix mais toujours irrésolue à ce jour. Sa belle-fille, Jane, veuve peu de temps après la mort de Killian, vit toujours dans la maison familiale et a gardé, tel que le lui avait demandé son beau-père, le bureau intact, sans rien toucher. Ce dernier espérait ainsi que son fils, Peter, ne démasque le meurtrier grâce aux nombreux indices qu'il lui aura laissés. Malheureusement, celui-ci étant décédé une semaine plus tard, personne ne réussit à démasquer le coupable. Un certain Kerjean, personnage détesté, taciturne et déplaisant, un temps soupçonné, fut jugé mais bien vite relâché, faute de preuves. Enzo Mcleod se rend sur l'île afin d'apporter son aide...
Peter May nous emmène cette fois-ci sur l'île de Groix, au large de Lorient. Venant remuer le passé, sa venue n'est pas forcément des plus appréciées. Mais il saura faire preuve de perspicacité et d'astuce pour essayer de faire parler les Groisillons, et de patience pour tenter d'élucider le rébus laissé par Adam Killian, 20 ans plus tôt. L'on découvre peu à peu la vraie nature des gens, leur rancoeurs enfouies et leurs secrets bien gardés. L'auteur dépeint avec force et sensibilité tous ces paysages insulaires et ses habitants. de rebondissements en fausses pistes, cette enquête, au plus près des hommes, se révèle intrigante, passionnante et bien ficelée. de Paris à Agadir en passant par Lorient ou Port-Tudy, le voyage est forcément dépaysant d'autant que la plume de Peter May est descriptive et illumine ces lieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
Sylviegeo
  19 novembre 2019
Ischhhhhh On est loin du charme de l'écriture de Peter May de la trilogie écossaise. En tout moi je ne l'ai pas retrouvé. Pourtant, en matière de rudesse, de climat, de proximité et de non intimité , les îles bretonnes et écossaises doivent se ressembler non ? N'est-ce pas un peu décevant de tout comprendre de l'intrigue après une petite vingtaine de pages ? Où est passé le mystère ? Où est passé le lyrisme de May ? Rien de tout ça ici. Même pas les descriptions de paysages qui en Écosse étaient prenantes sont ici d'une platitude...les personnages sont assez caricaturés et communs. Bref, j'aime le Peter May écossais, celui là, un peu moins. C'est somme toute assez banal mais c'est surtout impersonnel. Je n'a pas senti l'auteur investi ici et j'en suis restée sur ma faim.
Commenter  J’apprécie          503
iris29
  20 août 2017
Décidemment , je n'arrive plus à retrouver chez Peter May, la magie qui m'avait envoutée , lors de ma lecture de " La trilogie de Lewis" .
Cela doit venir de moi, car ce roman est le quatrième d'une série .
Il faut donc sauter à pieds joints dans la vie du personnage principal , d'habitude j'y arrive très bien , mais là, je n'ai pas apprécié le personnage , son coté tombeur et "vieux-beau" , m'a agacé , et j'ai été indifférente à son histoire avec Charlotte ...
Enzo Macleod, spécialiste de scènes de crimes, est appelé par une jeune veuve sur l'île de Groix. Son boulot : essayer de percer à jour le mystère qui entoure la mort du beau-père (survenue vingt-ans plus tôt ), en analysant tous les indices laissés dans son bureau que personne n'a touché depuis .
Après un début impliquant plusieurs époques et plusieurs personnages et ayant enfin compris où l'auteur voulait en venir , j'ai adhéré à cette histoire de "cold-case".
J' étais par ailleurs, très intéressée par le coté "polar local" , par ce qu'un auteur écossais, de réputation internationale , allait faire de cette petite île bretonne.
Et si je déplore quelques clichés,( ou une vision des îles bretonnes qui est très loin de la mienne...) il souffle sur" L' île au rébus" une petite brise dépaysante et historique , qui n'est pas pour me déplaire...
Un avis en demi-teinte pour un auteur qui nous a habitué à l'excellence ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
Aela
  11 janvier 2019
Peter May est un auteur écossais qui a déjà écrit plusieurs séries: la trilogie écossaise et la série "Assassins sans visage" dont l'intrigue se déroule en France. Lui-même habite le Lot et connaît bien notre pays.
Dans son livre "L'île au rébus", il nous entraîne sur l'île de Groix, au large de Lorient.
Enzo Mac Leod, spécialiste en médecine légiste, doit enquêter sur un cas non résolu à l'époque, celui du meurtre d'Adam Killian, qui a eu lieu dans son domicile de l'île de Groix en 1990. Ce meurtre a été suivi par le décès brutal du fils d'Adam Killian. Killian, passionné d'entomologie avait déclaré dans un dernier message à sa belle-fille qu'il laisserait des indices dans son bureau que son fils Peter pourrait interpréter. Mais hélas son fils Peter devait disparaître peu après.
Voici donc Macleod en charge d'une affaire difficile. Dans le bureau de Killian, tout a été laissé en place.
Macleod se sent à l'aise sur l'île de Groix qui lui rappelle les îles occidentales de son Ecosse natale.
L'intrigue est intéressante et l'auteur connaît parfaitement l'île de Groix, moi-même qui la connais bien, j'ai été ravie de retrouver des lieux connus: la Pointe des Chats, le trou de l'enfer, le phare de Pen Men... et bien d'autres lieux.
Un très bon livre, avec des personnages attachants et une belle évocation de la culture celtique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
nekomusume
  18 mars 2019
J'aime la plume de Peter May alors c'est toujours un plaisir de retrouver un de ses livres. Après cette série n'est pas sa meilleure et certainement pas celle que je conseillerais à quelqu'un qui veut débuter (allez voir du côté de la trilogie écossaise!) mais elle reste agréable à lire.
Le lieu choisi pour la 4ème enquête de notre bel italo-écossais, l'île de Groix, est majestueux dans ses descriptions et permet de rappeler l'ambiance insulaire si chère à Peter May. Pas de doute, pour mon prochain passage en Bretagne, il faut que j'aille visiter cette île.
L'énigme à laquelle s'attelle Enzo McLeaod est refroidie depuis longtemps. La victime ayant appelé sa bru avant son décès pour lui dire de ne surtout rien toucher dans son bureau car les indices qu'il a laissé permettront à son fils de découvrir son assassin. Malheureusement le fils meurt avant son retour sur l'île et personne n'a pu déchiffrer les indices qu'il a laissé. L'île au rébus est un bon titre dans le sens où de nombreux jeux de langage sont la clé de l'énigme: contrepèterie, citations littéraires obscures renvoyant à des faits historiques marquants... bref, un vrai casse-tête mais la science dont se réclame notre professeur en médecine légale est également présente dans la résolution du crime. de nombreuses fausses pistes maintiennent le lecteur en état d'alerte et le dénouement n'est pas tout à fait celui auquel je m'attendait.
Les événements à l'origine du meurtre nous entraînent malgré nous dans les camps de la mort et le pire de la nature humaine.
Comme vous l'avez remarqué, l'enquête m'a plutôt enthousiasmée et le décor m'a séduite. Alors pourquoi seulement 3,5/5? Et bien parce qu'Enzo m'agace de plus en plus. A 50 ans, incapable de prendre une décision correcte dans sa vie amoureuse, n'assumant rien et accusant les autres, manipulable à souhait... Bref, autant je l'ai trouvé sympathique dans la première histoire, autant ce ressenti se dégrade au fil des romans. Charlotte elle-même n'est pas très sympathique dans sa façon de gérer l'événement qui les lie bien que ses raisons se comprennent et tiennent en grande partie à tout ce que je reproche moi-même à Enzo. Même si le pourquoi est compréhensible, elle se révèle dure et impitoyable. Toutefois ça ne me suffit pas pour le prendre en pitié.
#ChallengeMauvaisGenre
#ChallengeDétectivesLittéraires
#ChallengeSéries2019
#ChallengeMultiDéfis2019 Item 34 un roman dont l'action se déroule intégralement au bord de la mer
et une pierre à la #PyramideIV
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   20 août 2017
- Et en Ecosse, il y a beaucoup de Mac, hein ? "Fils de", c'est ça ?
- Exact.
- Et ben, Ker, ça veut dire "chez". Dans votre pays, on vous donne le nom de l'homme qui a engrossé votre mère . Ici, , on nous donne le nom de la maison où on a grandit . Kerber, chez Pierre. Kerbol, chez Paul. Kerjean, chez Jean.
Commenter  J’apprécie          181
marina53marina53   27 juillet 2017
- C'est souvent au fond d'une bouteille qu'on trouve la réponse à certaines des plus grandes questions philosophiques de ce monde.
- D'après mon expérience, la seule chose qu'on trouve au fond d'une bouteille, c'est l'oubli.
Commenter  J’apprécie          250
marina53marina53   29 juillet 2017
Pour cacher quelque chose, le meilleur endroit était souvent le plus visible. En général, les gens ne voient pas ce qui leur crève les yeux.
Commenter  J’apprécie          403
marina53marina53   27 juillet 2017
Le manque ne disparaît jamais. C'est drôle n'est-ce-pas, comme on parvient à remplir sa vie avec d'autres choses ? Le travail devient une passion. Les hobbies deviennent des drogues. Pourtant, à la fin de la journée, on se retrouve seul avec soi-même.
Commenter  J’apprécie          210
marina53marina53   30 juillet 2017
C'est le privilège des femmes de commencer par tergiverser pour finir par décider toutes seules.
Commenter  J’apprécie          465

Videos de Peter May (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter May
Peter May présente son nouveau roman à paraître le 27 mai 2020. © Peter May
autres livres classés : ile de groixVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..