AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-René Dastugue (Traducteur)
ISBN : 2812610646
Éditeur : Editions du Rouergue (01/06/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 215 notes)
Résumé :
Rejeté par les vagues, un homme reprend connaissance sur une plage. Tétanisé par le froid, le cœur au bord des lèvres, frôlant dangereusement le collapsus. Il ignore où il se trouve et surtout qui il est ; seul affleure à sa conscience un sentiment d’horreur, insaisissable, obscur, terrifiant.
Mais si les raisons de sa présence sur cette île sauvage des Hébrides balayée par les vents lui échappent, d’autres les connaissent fort bien. Alors qu’il s’accroche à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  19 septembre 2016
Ça ressemble à du Peter May, c'est du Peter May , mais en un peu différent ...
Pour moi , avec sa "Trilogie de Lewis", cet auteur était presque un peintre ... Il avait su retranscrire à merveille cet archipel écossais, les tonalité grises du ciel , les lochs, le noir opaque des lacs, le vert changeant de l'herbe et de la mousse, la pluie, le vent, la tourbe, les pierres , les éléments hostiles ...
On retrouve un peu tout ça , mais en aseptisé ...
Bien sûr , il y a le thème des îles.Bien sûr, il y a la nature sauvage et déchainée , mais ce roman a une dimension politique en plus .
On pourrait même le qualifier de thriller écologique ...
Oui, ça démarre comme un thriller . Un homme trempé et frigorifié reprend connaissance sur une plage .
Qui il est ? Ou est-il ?
Il ne se souvient de rien . Heureusement pour lui, une vieille dame le reconnait comme son locataire et l'escorte jusqu'à son cottage . Obligé de fouiller "sa" maison pour essayer de répondre à ses propres questions . Est-il une victime ou a-t-'il fait quelque chose de terrible ?
J'aime beaucoup les romans policiers ou thrillers qui traitent de l'amnésie, et cette partie là m'a beaucoup plu . le problème , c'est la crédibilité qui dans notre monde archi connecté , s'avère assez ardue à maintenir ...je ne suis pas totalement convaincue ...
Je n'ai pas été époustouflée non plus par le suspens et certains détails sont peu crédibles . [ Avoir une page facebook au nom de son frère réel ou imaginaire , quand on essaie d'échapper aux "méchants" me parait un peu naïf ...]
La partie écologique qui traite des abeilles est intéressante, instructive et originale . (Pour ma part, Peter May prêchait à une convaincue depuis un reportage sur Monsanto, vu sur Arte ...)
C'est la nature qui domine l'oeuvre de cet auteur , c'est ce qui fait sa spécificité et son originalité dans le monde du roman policier .
Un "moyen" cru Peter May mais tout de même une lecture agréable ... Simplement j'en attendais plus , J'attendais un voyage ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          519
tynn
  25 septembre 2016
Que sont-ils devenus, ces trois gardiens de phare disparus un jour de tempête en 1900? Car le fait est réel et reste inexpliqué.
Comme dans sa trilogie écossaise, Peter May s'appuie sur un événement d'actualité historique pour structurer son roman. Mais l'intérêt s'arrête là...
Tout en retrouvant la plume imagée et lyrique de l'écrivain du vent, des landes, de la pluie et des embruns des Hebrides, ce nouveau livre n'arrive pas la cheville des trois livres concernant les iles de Lewis/Harris. Il est beaucoup moins accompli et même un brin irréaliste.
Ici, un personnage amnésique, une adolescente rageuse et tenace, des abeilles, un mystère de disparition à résoudre sur fond de contexte écologique et de complot. Si la psychologie d'un homme sans mémoire est assez accrocheuse, et les personnages assez détaillés, ce thriller contemporain est plutôt faible et prévisible. Ma lecture fut aisée mais loin d'être passionnée et la fin très clichée m'a fait grimacer...
"L'homme de Lewis" se serait-il perdu dans la tempête ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
lucia-lilas
  28 juin 2016
Peut-être faites-vous partie de celles ou ceux qui n'ont pas encore lu le dernier livre de Peter May : Les disparus du phare ? Comme je vous envie ! Vous ne savez donc rien encore de ce qui est arrivé à Neal Maclean lorsqu'il reprend conscience sur une plage qui lui est inconnue ! Et lui non plus ne sait rien pour la bonne raison qu'il a tout oublié : qui il est, où il est, quelle est sa profession, ce qui lui est arrivé. Rien. le noir complet. L'amnésie totale, enfin presque…
Une voisine le voyant errer sur la plage transi de froid et l'air hagard l'interroge. Un accident de bateau, parvient-il à dire. Les mots sortent de sa bouche, de son corps comme s'ils ne lui appartenaient pas, comme s'ils avaient une vie propre. Il porte un gilet de sauvetage grâce auquel il est encore vivant, très certainement. Elle le ramène chez lui où l'accueille un chien, visiblement très heureux de le revoir, son chien, déduit-il.
« Bran, Bran ! » Il se souvient du nom de son chien. Ça le rassure, il n'a pas tout perdu. Il entre dans une maison qu'il ne connaît pas, la sienne paraît-il. Un ordinateur en veille lui donnera peut-être quelques renseignements. Rien, absolument rien : l'écran lumineux reste vierge. Pas d'objets personnels dans la maison, pas de papiers d'identité et visiblement, pas de famille non plus !
Il essaie de deviner quelle est sa personnalité en se regardant dans la glace, maigre consolation : « Suis-je intelligent ou stupide ? Suis-je colérique ? Facilement jaloux ? Généreux ou égoïste ? Comment puis-je ne pas le savoir ? » Et son âge ? Quel est son âge ? Son esprit est assailli par une multitude de questions qui lui donnent le vertige.
Combien de temps va-t-il rester comme cela, tel un fantôme, sans savoir qui il est ? Peut-on vivre ainsi, la tête vide, sans passé et donc sans avenir ?
Il découvre par hasard son nom et son adresse sur une enveloppe qui traîne. Ça n'est qu'un début mais c'est toujours bon à prendre : Neal Maclean Cottage des Dunes, Luskentyre, île de Harris, lit-il. Sur le mur du fond de la cuisine, se trouve une carte : les Hébrides extérieures d'Ecosse. Il les a reconnues tout de suite. Sur les étagères, il lit quelques titres : une histoire des Hébrides, un livre de photos intitulé Hébrides, un livret portant le titre le Mystère des îles Flannan.
Il l'ouvre, le parcourt rapidement des yeux : « Les îles Flannan sont un petit groupe d'îles situées approximativement à trente-deux kilomètres à l'ouest de l'île de Lewis… Elles furent le décor d'un événement mystérieux encore non résolu, survenu en décembre 1900, lors duquel les trois gardiens de phare disparurent sans laisser de traces. » Intéressant mais il se sent complètement étranger à tout cela…
Tournant soudain la tête vers la fenêtre, il aperçoit un homme qui l'observe avec des jumelles. Il semble vivre dans une caravane surmontée d'une parabole. Qui est-il ? Pourquoi l'observe-t-il ainsi ? Sous l'avalanche de questions qui le hantent, Neal sombre dans un profond sommeil dont il sera tiré par une visite plutôt inattendue !
Comme j'ai aimé ce roman passionnant, bourré de suspense : chaque page apporte quasiment un mystère supplémentaire et l'on va ainsi de rebondissement en rebondissement, comme ballotté par les flots ! le lien entre les événements n'apparaît pas clairement au début et l'on a même l'impression de partir dans des directions bien différentes mais rassurez-vous : tout est merveilleusement bien construit, parfaitement maîtrisé ! du grand art…
Et puis, on retrouve l'atmosphère de ces îles battues par les vents où la tempête peut très vite devenir meurtrière. Les ciels noirs percés d'un rayon de soleil très vif donnent des tons étranges à la mer qui passe du vert émeraude au noir violet bordé d'une écume menaçante.
Je n'en dirai pas plus pour laisser au lecteur l'immense plaisir de découvrir au fil des pages l'épais mystère qui enveloppe notre Neal qui n'a pas fini de s'étonner (et nous avec !) de toutes les découvertes qu'il va faire, parfois même au péril de sa vie…
Mais chut… Ecoutez le vent mugir, la tempête se prépare et l'histoire commence…

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Fleitour
  11 décembre 2016
Peter May, le plus français des écrivains Écossais, qui vit près de Cahors dans le Lot, publiait, après la trilogie de l'Homme de Lewis, Les Disparus du Phare.
Son dernier roman se déroule sur les îles Flannan, mais raconte semble t-il une toute autre histoire, car dans cet « environnement hostile se trouve un vaste ensemble de ruches »p46.
Jour après jour, au fil des tempêtes et des pluies , se dessine le vrai projet du livre : parler du monde des abeilles, et des enjeux pour le vivant, par exemple en France la baisse de la production de miel a été de 60 % cette année.
Un homme est retrouvé sur la plage de l'île de Harris, il reprend connaissance, tétanisé par le froid il ignore où il se trouve, il ignore qui il est, amnésique, ainsi commence cette nouvelle enquête de Peter May.
On découvre que l'homme qui a perdu son identité, s'appelle Neal Maclean, il semble bien connaître les abeilles, la navigation et son chien Bran. Un homme est retrouvé mort depuis 5 jours, sur Eilean Mor là où se dresse le phare. Neal Maclean est persuadé l'avoir tué.
Où lancer les recherches, vers les disparus du Phare ? Une sombre histoire vieille de cent ans ou vers le passé de MacLean, quand on découvre que ce MacLean est déjà mort c'est la stupeur.
La l'enquête policière va se déployer grâce à l'entrée dans le paysage, de Karen, la fille d'un chercheur Michael Fleming. la quête policière va perdre en intensité.
Paradoxe ?
Non car une autre enquête s'ouvre, un chercheur Chris Connor, est retrouvé mort après avoir vu Karen.
C'est un roman vert, de défense de l'écologie, qui prend le relais avec en point de mire la lutte contre les pesticides, dont l'enjeu est la survie des abeilles, donc notre survie.
La suite est passionnante.
La mortalité chez les abeilles est un faux problème, les firmes mettent d'ailleurs en avant des études qui démontrent le faible impact direct des produits agricoles utilisés, Mais !
Ce qui est en cause est le fait que les produits chimiques absorbés par les abeilles modifient leur comportement au point de les rendre plus vénérables, incapables de rejoindre leur ruche.
Les expériences menées par les laboratoires apparaissent donc tronquées biaisées en effet la mortalité apparente est un faux problème.
Entre le mort de l'île Eilean Mor et Michael Fleming, il y a un lien mais lequel ?
Dans cette ambiance sombre, plombée par un ciel maussade, juste égaillée de temps en temps par les assauts amoureux de la voisine Sally, le retour de la mémoire va permettre au vieux policier Gunn de dénouer le cours des événements.
Une fin anxiogène à souhait, un talent de conteur qui cette fois est au service d'une belle cause et la mise à plat d'un sacré foutu vaste problème, la survie des abeilles.
Allons plonger dans les eaux froides d'Écosse, polar moins brillant que l'Homme de Léwis, mais ce nouveau récit aborde une problématique écologique essentielle, le propos est bien fouillé et traité avec justesse et clarté. Lecture à conseiller très largement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LePamplemousse
  27 septembre 2016
Un roman de Peter May ne peut pas réellement être mauvais, l'écriture étant fine et sensible, mais dans celui-ci, malheureusement, je me suis ennuyée.
Bien sur l'histoire d'un homme amnésique, la disparition de trois gardiens de phare et le cadre écossais merveilleusement décrit m'ont incité à aller au bout de la lecture, mais ça a été un peu pénible.
Je ne me suis que moyennement passionnée pour cette histoire, et certains personnages m'ont même laissé carrément indifférente (l'adolescente dans toute sa splendeur).
Je suis donc un peu passée à coté de celui-ci…
Commenter  J’apprécie          220

critiques presse (2)
LesEchos   22 août 2016
L'océan intraitable, les paysages aux lumières changeantes, les tempêtes sans merci, tout concourt à river le lecteur à ce phare ensorcelant.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Telerama   29 juin 2016
Passant des descriptions inspirées d'une nature sauvage à l'auscultation anthropologique d'un passé encore très présent, Peter May a su faire de ce bout de terre un personnage, et rendre palpable le mode de vie rude qu'il impose.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   19 septembre 2016
" Il y a un mois de ça", dit-il, "tu n'aurais pas pu rester là par une nuit pareille . Les moucherons t'auraient dévorée vivante ." Il gloussa . "Et ce n'est que l'un des nombreux avantages à vivre ici . Les moucherons de juin à septembre , les taons en juin et juillet , un putain de temps glacé au printemps et à l'automne . En mai, nous avons eu de la neige et on prévoit une gelée précoce la semaine prochaine ." Il la regarda . " Tu loges où ce soir ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
iris29iris29   19 septembre 2016
Et les femmes font tout . Elles nettoient la ruche, elles s'occupent des petits , elles gardent l'entrée, et quand elles sont assez âgées , elles sortent butiner et rapportent le pollen et le nectar pour les stoker ."
[...]"C'est pour cela qu'on les appelle les "ouvrières" . Ces pauvres filles ne vivent qu'un mois et elles n'ont jamais de relations sexuelles .
- Ça me semble pas très juste . Et les hommes ?
- Ah, eh bien les mecs se la jouent pépère . On les appelle "faux bourdons" . Ils traînent là et ne foutent rien . Ils mangent et font beaucoup de raffut ."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
iris29iris29   18 septembre 2016
Les grandes sociétés dirigent le monde, Karen . Biotechnologie, agrochimie, pétrole . Elles sont plus importantes que bien des gouvernements . Et dans certains cas, elles font des profits supérieurs au PIB de beaucoup de petits pays . Elles exercent une influence colossale . Politiciens et partis politiques , particulièrement aux Etats -Unis, dépendent d'elles pour financer leurs campagnes électorales . Elles forment des lobbys puissants .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
letilleulletilleul   26 juin 2016
Je suis maintenant, Dieu sait comment, debout, les jambes flageolantes. Mon jean, mes chaussures de sport, mon pull sous le gilet de sauvetage, tous gorgés d'eau, m'alourdissent. J'essaie de contrôler ma respiration, les poumons agités de spasmes, et j'observe au loin les collines environnantes, au-delà de la plage et des dunes, et la roche violet, brun et gris qui perce la fine peau de terre tourbeuse qui s'accroche à leurs flancs.
Derrière moi, peu profonde, turquoise et sombre, la mer se retire des hectares de sable qui rejoignent les silhouettes noires des montagnes se découpant à distance contre un ciel menaçant, marbré de bleu et de mauve. Des échardes de soleil éclatent à la surface de l'océan et mouchettent les collines. Par endroits, un ciel d'un bleu parfait troue les nuages, surprenant, irréel.
Je n'ai aucune idée du lieu où je me trouve. Et, pour la première fois depuis que j'ai repris conscience, je me rends compte, soudain saisi par une angoisse fulgurante et douloureuse, que je n'ai pas la moindre notion de qui je suis. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
iris29iris29   17 septembre 2016
La première chose dont je suis conscient est le goût du sel . Il emplit ma bouche . Envahissant . Pénétrant . Il domine mon être , étouffe mes autres sens . Jusqu'à ce que le froid me saisisse . Qu'il me soulève et me serre dans ses bras . Il me tient si fermement que je ne peux bouger . A part les tremblements . Intenses et incontrôlables . Et quelque part dans mon esprit, je sais que c'est une bonne chose . Mon corps essaie de produire de la chaleur . Si je ne tremblais pas , je serais mort .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Peter May (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter May
Peter May - Je te protégerais
autres livres classés : ecosseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1406 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .