AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812616571
Éditeur : Editions du Rouergue (03/10/2018)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Voilà vingt ans qu'Adam Killian a été assassiné sur l'île de Groix. Et depuis vingt ans rien n'a été déplacé dans son bureau, là où le défunt a laissé des indices qui permettraient à son fils de confondre son meurtrier, sans imaginer que celui-ci trouverait la mort quelques jours après lui. Tenu par sa promesse d'élucider cette affaire, Enzo Macleod, le spécialiste des scènes de crime, débarque sur la petite île bretonne. Dans le bureau d'Adam Killian l'attendent un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  27 juillet 2017
Alors qu'il rend visite à Roger Raffin, journaliste et petit ami de sa fille, Enzo, ancien médecin légiste, entr'aperçoit, sur la table, le livre "Assassins sans visages", ouvert à la page Adam Killian. Une affaire de meurtre perpétré il y a 20 ans sur l'île de Groix mais toujours irrésolue à ce jour. Sa belle-fille, Jane, veuve peu de temps après la mort de Killian, vit toujours dans la maison familiale et a gardé, tel que le lui avait demandé son beau-père, le bureau intact, sans rien toucher. Ce dernier espérait ainsi que son fils, Peter, ne démasque le meurtrier grâce aux nombreux indices qu'il lui aura laissés. Malheureusement, celui-ci étant décédé une semaine plus tard, personne ne réussit à démasquer le coupable. Un certain Kerjean, personnage détesté, taciturne et déplaisant, un temps soupçonné, fut jugé mais bien vite relâché, faute de preuves. Enzo Mcleod se rend sur l'île afin d'apporter son aide...
Peter May nous emmène cette fois-ci sur l'île de Groix, au large de Lorient. Venant remuer le passé, sa venue n'est pas forcément des plus appréciées. Mais il saura faire preuve de perspicacité et d'astuce pour essayer de faire parler les Groisillons, et de patience pour tenter d'élucider le rébus laissé par Adam Killian, 20 ans plus tôt. L'on découvre peu à peu la vraie nature des gens, leur rancoeurs enfouies et leurs secrets bien gardés. L'auteur dépeint avec force et sensibilité tous ces paysages insulaires et ses habitants. de rebondissements en fausses pistes, cette enquête, au plus près des hommes, se révèle intrigante, passionnante et bien ficelée. de Paris à Agadir en passant par Lorient ou Port-Tudy, le voyage est forcément dépaysant d'autant que la plume de Peter May est descriptive et illumine ces lieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          660
iris29
  20 août 2017
Décidemment , je n'arrive plus à retrouver chez Peter May, la magie qui m'avait envoutée , lors de ma lecture de " La trilogie de Lewis" .
Cela doit venir de moi, car ce roman est le quatrième d'une série .
Il faut donc sauter à pieds joints dans la vie du personnage principal , d'habitude j'y arrive très bien , mais là, je n'ai pas apprécié le personnage , son coté tombeur et "vieux-beau" , m'a agacé , et j'ai été indifférente à son histoire avec Charlotte ...
Enzo Macleod, spécialiste de scènes de crimes, est appelé par une jeune veuve sur l'île de Groix. Son boulot : essayer de percer à jour le mystère qui entoure la mort du beau-père (survenue vingt-ans plus tôt ), en analysant tous les indices laissés dans son bureau que personne n'a touché depuis .
Après un début impliquant plusieurs époques et plusieurs personnages et ayant enfin compris où l'auteur voulait en venir , j'ai adhéré à cette histoire de "cold-case".
J' étais par ailleurs, très intéressée par le coté "polar local" , par ce qu'un auteur écossais, de réputation internationale , allait faire de cette petite île bretonne.
Et si je déplore quelques clichés,( ou une vision des îles bretonnes qui est très loin de la mienne...) il souffle sur" L' île au rébus" une petite brise dépaysante et historique , qui n'est pas pour me déplaire...
Un avis en demi-teinte pour un auteur qui nous a habitué à l'excellence ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
Maquart
  05 septembre 2018
Ça se passe à Groix.
Une île très chouette quand les parisiens sont partis.
Un gars spécialisé dans les crimes non résolus, écossais comme Peter, débarque vingt ans après qu'un crime ait été commis.
Depuis ce temps, on soupçonne un gars.
Mais la police scientifique groisillonne n'a rien pu prouver à l'époque.
Donc Enzo, c'est son blase, reprend l'enquête.
Aidé par un gendarme, mais sympa quand même.
Y'a de la pluie, des embruns, du whisky et quelques strip-teases.
C'est plus un polar d'atmosphère à la Simenon qu'un thriller avec des cliffhangers.
La fin est réussie et dans un polar ça compte.
Peter May est vraiment un auteur très chouette que je te recommande, si tu me permets.
Commenter  J’apprécie          181
lucia-lilas
  20 juin 2017
Ah Peter May ! C'est vraiment ce que l'on peut appeler « une valeur sûre » : à travers chacune de ses enquêtes, on est amené à découvrir un territoire, les gens qui y vivent, leur histoire et leurs moeurs. Peter May va toujours sur les lieux où se déroulent ses romans, prend de nombreuses notes et va même jusqu'à filmer certains endroits afin de mieux en restituer l'atmosphère au moment de l'écriture !
L'intrigue est toujours bien ficelée, le suspense nous tient en haleine jusqu'au bout et un ultime rebondissement nous surprend alors que l'on pensait avoir trouvé le meurtrier ! Bref, on n'est jamais déçu !
L'île au rébus est le quatrième volume de la série « Assassins sans visages », chaque volume se lisant de façon complètement indépendante.
Roger Raffin, journaliste, a écrit un livre, un best-seller, intitulé « Assassins sans visages » dans lequel il décrit des affaires non élucidées par la police. Or, après un pari un peu fou avec ledit Raffin, Enzo Macleod, un spécialiste de la scène de crime, ancien médecin légiste de la police écossaise, en a déjà résolu trois. Il s'attaque ici à la quatrième qui va lui donner bien du fil à retordre !
En effet, il y a vingt ans, un certain Adam Killian, citoyen britannique de 68 ans, ancien professeur de génétique médicale tropicale à l'université de Londres et entomologiste à ses heures perdues, est assassiné dans son bureau. Il habite depuis quelques années sur l'île de Groix où il a pris sa retraite. Avant d'être tué, il a juste eu le temps d'appeler sa belle-fille, Jane, pour lui dire de faire rapidement venir son fils dans son bureau car lui seul serait capable de comprendre les indices qui permettraient d'arrêter le meurtrier. Pourquoi ne communique-t-il pas directement le nom de l'assassin à sa belle-fille, me direz-vous ? Eh bien il a ses raisons… que je vous laisse découvrir !
Hélas, le fils ne viendra jamais car il mourra dans un accident de voiture !
Immédiatement, un certain Thibaud Kerjean, un habitant de l'île peu apprécié par son entourage, est accusé du meurtre mais il est rapidement relâché faute de preuves. Cela dit, sur l'île de Groix, tout le monde le pense coupable.
Le bureau du chercheur est donc resté intact pendant vingt ans et le dernier espoir de Jane est l'arrivée de Macleod. Elle a déjà fait intervenir des détectives privés, des journalistes, des voyants même : mais rien à faire, personne n'a réussi à déchiffrer le ou les messages qu'Adam Killian a laissés sur place.
Et notre Enzo Macleod ne fait pas beaucoup mieux : il peine à trouver un sens à tout ce qu'il découvre, il sèche littéralement et ne comprend rien aux indices qu'il repère : de vieux Post-it avec des phrases sibyllines, un agenda ouvert, du répulsif antimoustique, une liste de courses, des milliers de bouquins etc, etc, bref un tas de choses refusant de dire quoi que ce soit...
Et, ce qui l'énerve au plus haut point, c'est que depuis sa descente du ferry, tous les habitants de l'île sont au courant de son arrivée et de son activité : impossible de passer inaperçu dans un coin aussi paumé ! A cela s'ajoutent un climat automnal humide et froid et des reins qui commencent à faiblir…
Bref, cette enquête va se révéler bien difficile d'autant que, sur l'île, on n'aime pas trop les gens qui viennent fouiller le passé et déterrer les vieilles histoires… Cela n'est pas bon pour le tourisme !
Je ne vous en dis pas plus pour ne rien dévoiler de l'intrigue !
Alors, si une petite balade entre Port-Tudy et Port-Mélite, le phare de Pen Men et le Trou de l'Enfer vous fait envie, si une petite pause au café le Triskell ou un bol de pâtes au thon bleu à l'Auberge du Pêcheur vous tentent, n'hésitez pas ! Avant les vacances et pour échapper à cette chaleur caniculaire, allez respirer l'air marin bien vif et bien frais de l'île de Groix et puis, si vous ne savez où aller cet été, en voilà une belle idée…
Dépaysement assuré !
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
blandine5674
  31 juillet 2017
Début pas facile à accrocher à cause des personnages, époques et lieux différents. Milieu tourne en rond avec description de vêtements et météo. Dernière partie enfin un feu d'artifice avec l'enquête qui avance. Bel hommage à la Bretagne et en particulier à l'île de Groix où Enzo va enquêter sur un meurtre d'il y a vingt ans. L'originalité est que la belle-fille, sur la demande de la victime, a laissé son bureau sans rien toucher afin que son fils puisse décrypter les indices, mais comme celui-ci est décédé juste après… Polar agréable mais loin de la trilogie écossaise.
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   20 août 2017
- Et en Ecosse, il y a beaucoup de Mac, hein ? "Fils de", c'est ça ?
- Exact.
- Et ben, Ker, ça veut dire "chez". Dans votre pays, on vous donne le nom de l'homme qui a engrossé votre mère . Ici, , on nous donne le nom de la maison où on a grandit . Kerber, chez Pierre. Kerbol, chez Paul. Kerjean, chez Jean.
Commenter  J’apprécie          181
marina53marina53   29 juillet 2017
Pour cacher quelque chose, le meilleur endroit était souvent le plus visible. En général, les gens ne voient pas ce qui leur crève les yeux.
Commenter  J’apprécie          403
marina53marina53   27 juillet 2017
- C'est souvent au fond d'une bouteille qu'on trouve la réponse à certaines des plus grandes questions philosophiques de ce monde.
- D'après mon expérience, la seule chose qu'on trouve au fond d'une bouteille, c'est l'oubli.
Commenter  J’apprécie          240
marina53marina53   27 juillet 2017
Le manque ne disparaît jamais. C'est drôle n'est-ce-pas, comme on parvient à remplir sa vie avec d'autres choses ? Le travail devient une passion. Les hobbies deviennent des drogues. Pourtant, à la fin de la journée, on se retrouve seul avec soi-même.
Commenter  J’apprécie          210
marina53marina53   30 juillet 2017
C'est le privilège des femmes de commencer par tergiverser pour finir par décider toutes seules.
Commenter  J’apprécie          445
Videos de Peter May (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter May
À l'occasion de Livre Paris 2018, Peter May vous présente son ouvrage "Je te protégerai" aux éditions Rouergue noir.
vidéo © Mollat
autres livres classés : ile de groixVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1457 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..