AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexandra Lefebvre (Traducteur)
ISBN : 2070787648
Éditeur : Joëlle Losfeld (04/06/2009)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 21 notes)
Résumé :
" Pourquoi est-ce que les gens ne m'aiment pas? " se demande Henrietta. Vilain petit canard d'une famille victorienne de sept enfants, dont elle est la troisième fille, Henrietta ne possède ni la beauté ni l'art de se faire aimer par tes autres. Différente de ses frères et soeurs, elle ne s'entend pas avec eux. Elle trouve alors refuge dans un monde imaginaire, ce qui exacerbe son mauvais caractère et l'exclut un peu plus en éloignant d'elle les personnes qu'elle af... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Zazette97
  18 janvier 2012
Publié en 1913 et traduit en français en 2009, "La troisième Miss Symons" est un roman de l'écrivaine britannique Flora M.Mayor.
Cinquième enfant d'une famille nombreuse, Henrietta Symons ne peut compter sur l'attention de ses parents comme de ses frères et soeurs.
Sans cesse mise à l'écart, elle tente malgré tout de se faire aimer, sans succès. La constante indifférence dont elle fait l'objet ne fait qu'exacerber son tempérament irascible et la jeune fille devenue femme traverse les années à tâtons, multipliant les voyages à l'étranger, les collections en tous genres, les occupations pour autant que son investissement soit minime.
Tout est bon pourvu qu'elle parvienne à combler ce vide affectif qui la poursuit depuis l'enfance.
C'est grâce à Manu que j'ai pu découvrir ce court roman victorien qui brosse le portrait d'une mal-aimée qui, il faut bien le dire, n'a pas grand chose pour elle si ce n'est un sens aigu de l'organisation et le caractère autoritaire qui l'accompagne.
Pas vraiment belle ni intelligente, elle se trouve en plus affublée d'un caractère difficile qui a tôt fait d'éloigner toutes les personnes croisées sur son passage.
L'auteure donne le ton dès les premières lignes et si Henrietta suscite la sympathie de prime abord, elle inspire au mieux de la pitié, au pire de l'antipathie dans les dernières.
Si ses caprices et ses accès de colère lui sont volontiers pardonnés durant sa jeunesse alors qu'elle essuie plusieurs déceptions amicales et sentimentales, on s'attend néanmoins à ce que la maturité lui offre une chance d'adoucir son caractère.
Financièrement à l'abri grâce à la fortune familiale, sans réelle pression pour se faire passer la bague au doigt, elle a la possibilité d'aller où elle veut pour faire ce que bon lui semble.
Or, malgré les conseils de tout un chacun, elle n'en fait qu'à sa guise et ses choix ne lui sont dictés que par cette tendance compulsive à remplir le vide de sa vie par des activités qu'elle juge elle-même sans intérêt.
Et quand elle n'est pas en voyage à critiquer tous les hôtels où elle descend, elle passe sa frustration sur les domestiques de la maison familiale.
Roman bourgeois, "La troisième Miss Symons" dresse un regard particulièrement cruel sur ces femmes laissées de côté par une société qui condamne sévèrement le célibat avec le sous-entendu que ce dernier soit directement lié à un manque de débrouillardise voire un refus de se plier aux exigences nécessaires pour se faire une place dans le monde.
Dans le cas d'Henrietta, sujette aux moqueries de la part de ses proches, c'est son caractère marginal et peu aimable qui est ici pointé du doigt pour justifier sa condition de vieille fille.
Si j'ai lu ce roman sans déplaisir, je trouve toutefois excessif le qualificatif d'"enfant littéraire de Jane Austen" apposé à l'auteure dans la quatrième de couverture.
Là où Jane Austen se laisse porter par son affection pour ses personnages et sa plume généreuse en ce qu'elle s'attarde à la description de leurs émois et du milieu dans lequel ceux-ci évoluent, Flora M.Mayor dépasse difficilement le stade purement descriptif.
Aussi, malgré un style élégant et une histoire sombre qui tient ses promesses d'un bout à l'autre, j'ai déploré cette économie de mots et ce manque de relief qui m'ont donné l'impression de lire en accéléré une Austen fatiguée.
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Chaplum
  16 novembre 2013
Flora M. Mayor est une écrivaine, aujourd'hui tombée dans l'oubli, mais qui avait été découverte par Virginia Woolf elle-même. Publié en 1913, La troisième Miss Symons est un de ses trois romans et le seul traduit en français actuellement.
Henrietta est la cinquième enfant d'une famille de sept enfants, mais surtout la troisième fille. Autant dire qu'à sa naissance, ses parents avaient eu le temps de se lasser de l'attrait des nourrissons et des filles en particulier. Cependant, en grandissant, elle devint une belle petite fille, autour de laquelle tout le monde s'émerveilla. Jusqu'à ce qu'elle en perde l'aura et la grâce pour devenir une enfant quelconque dont tout le monde se détourne. Henrietta, dont le seul souhait est qu'on l'aime, ne comprendra jamais pourquoi, soudainement, elle n'intéresse plus personne et développe un caractère capricieux et désagréable. Celui-ci ne fera qu'empirer au fur et à mesure des années quand elle s'apercevra qu'elle ne possède pas la qualité de se faire aimer des autres alors que c'est son désir le plus cher.
La troisième Miss Symons est un roman au ton résolument caustique et cruel sur le sort des jeunes femmes dans les familles nombreuses, mais plus généralement sur le fonctionnement de la société à la fin du XIXème siècle. Les filles n'occupent pas une place prépondérante dans la famille, en particulier si elles n'ont pas d'atouts gracieux et qu'elles occupent une place défavorable au sein de la fratrie.
Une femme ne peut s'épanouir que par le mariage et la maternité. Et si par grand malheur, elle ne trouve pas un mari qui veut d'elle, il ne lui reste qu'à vivre pour le reste de sa famille et s'occuper de ses parents, de ses frères et soeurs et de leurs progénitures. Mais encore une fois, la vie (et Flora M. Mayor) se montrera horriblement cruelle avec Henrietta, qui ne trouvera sa place nulle part. Son incapacité à plaire et à se faire aimer, ajouté à son caractère acariâtre, l'empêche de convoler et lui font même sentir que partout où elle est, elle gêne. Cela ne fera que renforcer ses mauvais côtés et l'obliger à se forger une carapace afin qu'elle puisse mener sa vie à sa guise, sans se soucier des autres.
J'aime beaucoup les romancières anglaises qui dénoncent la société, souvent avec moquerie, humour et une légère pointe de méchanceté. Ce court roman entre bien dans cette catégorie, sauf que je l'ai trouvé plus noir que drôle. L'humour est présent mais il s'efface derrière le dur sort que la romancière a réservé à son héroïne.
Le roman est diablement bien écrit et efficace mais je regrette que la plume soit un peu trop acérée au détriment de l'humour.
Lien : http://www.chaplum.com/la-tr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
maevedefrance
  28 septembre 2010
Ce roman est délicieux et bourré d'ironie. Ou comment une enfant mal-aimée parce qu'elle n'a pas la langue dans sa poche et laisse ses sentiments s'exprimer avec spontanéité, finit part devenir une vieille fille irascible et réactionnaire. Et il faut dire qu'elle n'a pas de chance Henrietta : c'est sa soeur aînée qui lui pique son prince charmant. Après un "plan" pareil il y a de quoi l'avoir mauvaise.
Henrietta est un personnage qui n'entre pas dans le moule victorien de l'époque, trop étroit et hypocrite pour elle, même si elle essaie de s'y immiscer au début. Echouant à devenir ce qu'on attend d'elle (une femme mariée et une mère de famille convenable) et à se lier d'amitié avec autruit, elle se crée un personnage, une amie imaginaire puis un amant tout aussi fantasmatique pour combler sa solitude. Elle se met à voyager pour se fuire elle-même car tout de même, elle a largement sa part de responsabilité dans ce qui lui arrive, même si les autres n'ont pas été spécialement tendres avec elle. Henrietta m'a tour à tour fait pitié et agacée car elle est à la fois prétentieuse, "crûche" et naïve.
Un texte écrit dans un style fluide, direct, sans concession. J'espère bien que les deux autres roman de Flora M. Mayor seront publiés en France car ce fut une belle découverte d'une écrivaine inconnue ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
maylibel
  07 avril 2016
Angleterre, seconde moitié du dix-neuvième siècle. Cinquième enfant et troisième fille des Symons, Henrietta n'a rien de remarquable et n'est pas particulièrement appréciée. Comment s'en sortir quand le seul destin des femmes est de se marier, d'avoir des enfants ?
Ce court roman de l'écrivaine anglaise Flora M. Mayor (une auteure remarquée et éditée par Virginia Woolf) nous propose une description impitoyable de la vie d'une britannique. Une femme ordinaire, pas spécialement belle, intelligente ou aimable dont la vie est bien souvent tributaire d'événements sur lesquels elle n'a guère de prise. le récit, très juste, est complètement dénué de pathos, car le style de Flora M. Mayor est bourré d'ironie. Une sévère critique de la bourgeoisie anglaise apparaît d'ailleurs en filigrane.
Résultat ? Un texte cruel, concis, extrêmement bien écrit.
Commenter  J’apprécie          40
cats26
  07 mai 2014
Henrietta est la 3ème fille d'une fratrie de sept enfants d'une famille bourgeoise de l'Angleterre victorienne. Elle se sent comme le vilain petit canard car elle n'est ni belle, ni gracieuse, ni douée et a tendance à se réfugier dans la lecture et le monde imaginaire. Rien de ce qui fait la vie, l'objectif d'une petite fille, d'une jeune fille, d'une jeune femme de son temps et de sa classe sociale ne l'attire : elle n'est pas à l'aise en société, les bals et les activités féminines l'ennuient et elle ne rêve pas de faire un beau mariage.
Le récit déroule ainsi la vie de cette jeune fille puis femme, mal dans son époque, dans sa famille, de caractère difficile qui n'arrive pas à trouver sa place et donc se met à voyager sans cesse.
J'ai trouvé cela émouvant, triste parfois car Henrietta est incomprise par sa famille et est en manque d'afffection mais ne fait rien pour être aimable; elle a parfois l'impression d'être passée à côté de ce que sa vie aurait dû être car elle a refusé le mariage et la maternité.
Donc, un très beau portrait de femme et une réflexion un peu douce amère sur la condition féminine. Et originalité : un personnage principal qui est une anti-héroïne, antipathique et parfois pitoyable...
A partir de 15-16 ans
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Zazette97Zazette97   18 janvier 2012
Elle était plus irritable et tatillonne que jamais, toujours prête à livrer bataille, flairant l'entourloupe, persuadée qu'on cherchait à profiter d'elle.
Vivre seule ne lui convenait pas et, sous des dehors dominateurs, elle était faible, indécise et timide. Coupée de toute obligation, de toute responsabilité, de tout lien naturel, elle n'avait rien pour épancher sa bienveillance et sa sympathie.
Qu'elle ait pu mener pareille vie de son plein gré paraît inconcevable.
Cependant, elle était beaucoup plus satisfaite d'elle-même, et de la vie en général, qu'elle ne l'avait jamais été. Elle n'avait plus ces crises de repentir ni ces accès de rébellion contre son sort; elle ne désirait plus ce qui était inaccessible.
Si elle n'était pas très exigeante vis-à-vis de son bonheur ou d'elle-même, le reste du monde non plus, estimait-elle.
Non qu'elle songeât beaucoup à ces choses-là. Trop de ruminations et de désirs l'avaient rendue malheureuse autrefois, et elle répugnait à rouvrir toutes ses blessures.
Elle affrontait les faits aussi peu que possible. Elle vivait au jour le jour, et ce qu'elle était véritablement n'était pas franchement différent de ce qu'elle semblait être, absorbée dans le minuscule tourbillon des événements qui la concernaient;
Les jours, les mois, les années passaient. Elle les voyait partir sans regrets, n'en conservant aucun souvenir. Rien n'était arrivé, de bon ou de mauvais, pour laisser une trace. p.91
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MacabeaMacabea   18 janvier 2017
Si elle n'était pas très exigeante vis-à-vis de son bonheur ou d'elle-même, le reste du monde non plus, estimait-elle.
Non qu'elle songeât beaucoup à ces choses-là. Trop de ruminations et de désirs l'avaient rendue malheureuse autrefois, et elle répugnait à rouvrir toutes ses blessures.
Elle affrontait les faits aussi peu que possible. Elle vivait au jour le jour, et ce qu'elle était véritablement n'était pas franchement différent de ce qu'elle semblait être, absorbée dans le minuscule tourbillon des événements qui la concernaient;
Les jours, les mois, les années passaient. Elle les voyait partir sans regrets, n'en conservant aucun souvenir. Rien n'était arrivé, de bon ou de mauvais, pour laisser une trace
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
maylibelmaylibel   07 avril 2016
Henrietta était très influencée par son entourage, et l’atmosphère dans laquelle elle baignait à la maison n’incitait guère à l’étude. “Lire en italien, ma chérie ? s’exclamait sa mère. Oh, tu ne pourrais pas trouver mieux à faire ? Il y a certainement du raccommodage en attente. ˮ Tandis que son père lui conseillait, par l’entremise de sa mère, de “ne pas devenir trop intelligenteˮ. Un excès d’intelligence était malheureux chez une jeune fille.
(p.42)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
maylibelmaylibel   07 avril 2016
- Je ne pense pas qu’il y ait grand-chose d’aimable en moi. Personne ne m’aime. Je suppose que si personne ne nous aime, c’est qu’on ne mérite pas d’être aimé.
- Oh, dans ce monde, le mérite n’a pas sa part.
(p. 105)
Commenter  J’apprécie          10
sld09sld09   30 juillet 2017
Henrietta as the third daughter and fifth child of Mr. and Mrs Symons, so that enthousiasm for babies had declined in both parents by the time she arrived.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : époque victorienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1600 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..