AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505057702
Éditeur : Kana (05/01/2018)

Note moyenne : 4/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Akira est une adolescente de 18 ans qui travaille dans un Family Restaurant après les cours. Elle est secrètement amoureuse du gérant du restaurant, Masami Kondo, un homme de 45 ans, divorcé, ayant un enfant. Il n'est ni beau ni charismatique, juste un homme ordinaire, un peu fatigué, désillusionné, conscient de sa situation et de son âge qui avance.Akira était autrefois l'espoir du club d'athlétisme. Mais une blessure à la cheville lui a brisé ses rêves de gloire. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
babel95
  02 avril 2018
Akira, lycéenne de dix-huit ans, en classe de première, travaille au restaurant Café Garden, géré par Masami Kondô. Akira est fascinée par le quadragénaire, au physique banal, au caractère plutôt effacé parce qu'il a fait preuve de gentillesse et d'attention envers elle quelque temps auparavant, alors que la jeune fille, par hasard, s'était mise à l'abri de la pluie dans le petit restaurant. Elle vivait alors un drame personnel : promise a un brillant avenir dans l'athlétisme, elle devait mettre un terme à la compétition en raison d'une mauvaise blessure à la jambe. Akira a avoué ses sentiments à Masami, mais celui-ci ne l'a pas prise au sérieux ; elle lui a dit qu'elle souhaitait apprendre à mieux le connaître ce qu'il n'a pas compris.
Au début du tome 4, déterminée, la jeune fille se rend chez lui alors qu'il a la grippe, alité, et lui déclare à nouveau qu'elle l'aime et souhaite mieux le connaître. Pour la première fois, Masami semble prend conscience des sentiments de la jeune fille, mais il se refuse à les considérer comme de l'amour : il se rappelle sa propre adolescence et les sentiments violents et troubles, « trésors irremplaçables» qui peuvent marquer toute une vie.
Rien ne semble avoir beaucoup changé dans la relation entre la jeune fille et le quadragénaire, et pourtant…Plusieurs rencontres vont leur démontrer à quel point cette relation a contribué à les faire évoluer et quel rôle elle joue pour eux.

Akira rencontre son père ; elle lui raconte sa vie quotidienne, au fil de la conversation, elle prend conscience du fait qu'elle est devenue autonome, et qu'elle n'est plus une enfant. Un peu après, alors qu'elle retrouve sa meilleure amie, Haruka, lors d'une fête traditionnelle au sanctuaire, elle découvre qu'un fossé s'est creusé entre elles – elle n'a plus rien à lui dire.
De son côté, Masami retrouve Chihiro, un ancien ami de fac devenu écrivain. Lui aussi se souvient de ses années de jeune adulte ; il devait partir en Inde avec son copain de fac, mais avait préféré se marier… Et son désir d'écrire est bien présent, bien que mis entre parenthèses…
Un tome 4 placé sous le signe de l'amitié, de la jeunesse qui passe. J'ai retrouvé ce qui m'avait plu dans les précédents tomes : l'humour des situations : la déclaration d'amour d'Akira à son patron grippé, qui a revêtu un « masque » de protection contre les microbes, ses échanges sur internet sur le site « Mahoo Japan » pour en savoir plus sur l'analyse des sentiments amoureux… les toutes petites soeurs jumelles d'Hakura, en yukata (kimono d'été, traditionnel) qui ressemblent à deux petites kokeshi et gâchent les retrouvailles parce qu'elles veulent faire pipi… .
J'ai également trouvé ce tome 4 particulièrement poétique, grâce au haïku sur la « saison bleue » de l'adolescence… qui revient à la mémoire de Masami et donne une certaine tonalité à l'ensemble du texte.
Comme dans les premiers tomes, les dessins sont particulièrement soignés, avec un grand sens du détail : ainsi , nous découvrons Akira en costume traditionnel, yukata et socques, lors de la fête au sanctuaire. Lorsqu'elle rencontre Masami, voûté, et son fils, par hasard, son visage, en quelques dessins, reflète parfaitement les sentiments qui l'animent, et qui deviennent transparents pour son amie.
Nous quittons Akira et Masami alors qu'ils regardent ensemble la lune et font un voeu… en évoquant l'amitié et les jours passés...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LireEnBulles
  28 janvier 2018
Jun Mayuzuki est une mangaka née en avril 1983 dans la préfecture de Kanagawa au Japon. Elle est connue pour son shojo Après la pluie (Ko iwa Ameagari no You ni) lancé en 2014 dans le magazine Big Comics Spirits, et en relier chez Shogakukan. le titre connaît un bon succès auprès des lecteurs mais aussi auprès des critiques professionnelles qui lui ont décerné le prix Comics Natalie Grand Prix en 2015, et a été classé quatrième par plus de 400 professionnels du milieu en 2016. Actuellement, le titre est toujours en cours de parution au Japon et compte huit tomes, et trois en France dans la collection Big Kana des Éditions Kana. À noter que le manga connait une adaptation en série animée depuis le 11 janvier dernier au Japon.
Après trois bon premiers tomes, la série continue d'emprunter un chemin fait de maturité dans les thèmes qu'elle aborde. Depuis le premier tome le fil conducteur du titre se situe dans l'amour que ressent Akira, 18 ans, pour son patron, Masami, gérant du restaurant familial où elle travaille et où la différence d'âge de 27 ans n'est pas anodine. le tome 2 avait notamment abordé l'aspect social de cette différence en faisant évoluer le duo dans aux yeux de tous. En parallèle on avait pu découvrir l'amitié entre notre jeune héroïne, ancienne athlète du lycée, et sa meilleure amie, toujours dans le club de sport, Haruka. Mais depuis sa blessure, la première a pris ses distances avec le sport et ses amies, laissant un sentiment de vide dans le coeur de Haruka.
C'est d'ailleurs l'un des deux thèmes principaux de ce tome 4 : l'amitié et la nostalgie liée à la jeunesse passée. le tome s'ouvre avec Akira venu rendre visite à un Masami malade sur un coup de tête en réalisant qu'elle ne connaissait pas du tout son patron. Elle se confie alors à lui, qui sera très touché par son émotion et surtout par la détresse qu'elle éprouve en aimant un homme qui ne semble pas vouloir (ou pouvoir) lui retourner cet amour. Il proposera alors une main tendue à la jeune fille, mais seulement en simple ami. Ce que Akira acceptera de tenter. C'est donc un pas dans la bonne direction, et on se dit que si dans le futur ils finissent par se mette en couple, la série aura au moins pris le temps d'établir un lien entre eux en débutant sur le pilier que peut être l'amitié.
Comme dit plus haut, on retrouve Akira et Aruka qui se revoient à l'occasion de la Fête de l'été qui annonce le début de l'année scolaire. On comprend très vite que ce rendez-vous faisait partie intégrante de leur complicité passée, et que c'est ici l'occasion de réessayer de renouer. Pourtant le moment va très vite tourner court, et cela sera lié à Masami...
En parlant de ce dernier, on découvre la famille de Akira sans que l'on s'y attende, mais ce qui représente un gros plus dans l'évolution des personnages et de la narration pour le lecteur. La particularité intéressante ici est que la mangaka prend soin de toucher cacher une partie du visage du paternel. Ce qui renvoi le lecteur à ressentir une sorte de déjà vu puisque certaines planches viendront jouer sur le côté “non conventionel” que peut avoir le “couple” Akira et Masami. Si dans ce tome les personnages secondaires, comme les collègues du restaurant, sont clairement peu présents, Masami occupe une place importante puisqu'on le découvre en compagnie d'un ancien ami de Fac, Chihiro. Et on doit dire que la différence entre les deux est surprenante puisque l'on remarque très vite que les deux ont une conception de la vie totalement opposée. Chihiro possède une allure plus jeune et en accord avec la modernité de la société, alors que Masami arbore un début de calvitie et des traits de visage plus tirés.
Au niveau des dessins rien de nouveau sous le soleil (ou plutôt la pluie) puisque les planches sont toujours aussi simples et travaillées à la fois, rendant quelque chose de beau à regarder. On entrevoit aussi une sorte de sensation rappelant la lecture d'un poème, où les sentiments des personnages sont dévoilés avec grâce. À mes yeux, Jun Mayuzuki est aussi douée que Yoshitoki Oima de To Your Eternity pour faire passer beaucoup d'émotions dans son trait et sa vision des personnages sans faire appel au dialogue.
En conclusion, le traitement de l'amitié et de la nostalgie liée à la jeunesse révolue est amené avec philosophie et intelligence. Jun Mayusuki prouve encore une fois qu'elle n'a pas de besoin de mots très complexes pour faire comprendre au lecteur où elle veut en venir. le possible couple Mazami et Akira évolue de façon cohérente et en douceur. Ainsi le lecteur est invité à réfléchir sur la durée, imaginer ce que le futur leur réserve, et fait d'Après la pluie un récit une lecture qui parlera aussi bien âgé de 17 ans que de 45 ans.
Lien : https://wp.me/p8tDdS-4Kn
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lesvoyagesdely
  11 mai 2018
Dans ce tome, plus que jamais on ressent la douce amertume de l'adolescence aussi joliment appelée la saison bleue. Non seulement pour Akira, qui ne veut plus être prise pour une petite fille, qui a du mal à gérer sa relation avec son patron, le fait qu'il lui dit qu'elle ne le connait pas vraiment, qui se questionne sur ce qui s'est passé et sur le terme d'amitié qu'il lui a sorti, elle tente aussi de profiter de l'été, va à un festival, revoit une amie, mais avec la situation ce n'est pas évident. Akira ne peut plus aller au club, ne voit plus aussi souvent son amie, elles ne savent par moment plus comment s'y prendre ensemble. En plus, le patron à son contact se rappelle lui même de cette période de son adolescence, il revoit un vieil ami. Les souvenirs qu'on se fait à cette période là, les moments partagés sont précieux, et ne partiront pas. Ce tome est l'occasion d'en apprendre plus sur la patron et sur Akira. Tout ce qui ressort d'Akira, sa façon de bouger, son visage, ses émotions qui se reflètent, sa façon de faire, est le réel plus de ce manga, elle est toujours aussi intéressante et attachante. Cette série reste une très belle découverte de 2017, la suite s'attend impatiemment à chaque fois.
Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rynas
  05 mai 2018
L'histoire est toujours aussi prenante et touchante, même si elle s'écarte un peu de la relation de Akira et Masami.
Commenter  J’apprécie          00
bouma
  21 juin 2018
Un tome amusant et à la fois nostalgique. L'héroïne se lance à la poursuite de son amour et semble laisser derrière elle son enfance, et quelques amis sans s'en rendre forcément compte...
Toujours aussi délicate et bien pensée, la mangaka poursuit le chemin de son couple central sans que l'on puisse réellement savoir si une relation romantique est possible entre eux... le suspens est total et donne forcément envie de lire la suite.
Lien : http://boumabib.fr
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
babel95babel95   02 avril 2018
La jeunesse... ça peut être parfois très dur, et très violent... mais les sentiments que l'on ressent à cette période deviennent plus tard des trésors irremplaçables... tu n'en as pas conscience pour l'instant.. mais
ces fameux trésors irremplaçables que j'avais oubliés... me reviennent en mémoire...
vouloir mettre un nom sur de tels sentiments serait délicat...
malgré tout je la vois souffrir, et j'ai envie de la soulager, de l'aider... même si j'estime.. ne pas en avoir le droit...
.... ce serait ridicule d'appeler ces sentiments de l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
babel95babel95   02 avril 2018
En fait ce que je veux dire, c'est que même si aujourd'hui ton amie et toi êtes un peu éloignées... personne ne pourra vous enlever les instants que vous avez passés ensemble... peu importe le temps qui passe... ils ne disparaîtront pas...ni pour toi, ni pour ton amie...
Commenter  J’apprécie          40
babel95babel95   02 avril 2018
La saison bleue*.
on voudrait toujours
y revenir.
Nostalgie de
la douleur
dans ma poitrine.


*au Japon, l'adolescence est aussi appelée "la saison bleue"
Commenter  J’apprécie          20
boumabouma   21 juin 2018
Tu dégages une aura... qui nous fait clairement sentir que tu ne veux pas être avec dérangée !!
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox