AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782822212441
48 pages
Éditeur : Jungle ! (23/03/2016)
3.65/5   24 notes
Résumé :
A l'école de la Guilde des voleurs, pas de grammaire, ni de mathématiques. A la place, cours de tir, maniement des munitions, étude de la cryptographie et infiltration. Objectif : devenir le meilleur braqueur de la promotion. Pour Clémence, ça ne devrait pas poser de problème. Fille de deux fameux bandits de la Guilde, elle a le talent de son père et la classe de sa mère. Sauf que Clémence a un secret : elle préfère largement étudier la biologie à la bibliothèque pl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  04 juillet 2016
Imaginez une école où les enfants n'ont pas des cours de maths, d'histoire ou de SVT... mais plutôt des cours de tir, de hacking, d'infiltration et de vol à la tire ! Cette école, elle existe dans "La Ligue des Voleurs", et elle n'est réservée qu'à tous les petits Arsène Lupin en herbe ! Si votre père pille régulièrement des casinos, si votre mère est pickpocket et si votre grande soeur est adepte des crimes en col blanc, alors ces études sont faites pour vous ! Pour Clémence, une jolie blondinette, ce genre de vie commence à la lasser. Pleine de remords, elle se rend compte que voler c'est très mal et qu'il est préférable d'avoir une vie honnête et "normale" sans les mensonges incessants, l'illégalité, l'absence de choix ou encore la fuite des autorités. Elle en a plus qu'assez de tout ça : elle veut aller dans une école publique, comme tout le monde, aller à la bibliothèque et se faire des amies !... Mais est-ce vraiment possible ? Ses rêves peuvent-ils se concrétiser ? En effet, sa famille semble bien décidée à faire d'elle une voleuse hors-pair...
J'ai apprécié l'idée d'éthique inversée. Par exemple, voler le portefeuille de son professeur permet de l'avoir à la bonne. C'est un concept amusant. (Les enfants, merci de ne pas reproduire cela à la maison et merci de ne pas accuser la bibliothécaire de vous avoir inculqué ce genre de valeurs avec cette BD !^^) J'espère que la suite de la saga continuera à développer son univers de bandits et que Clémence, la petite héroïne, ne sera plus la seule à remettre en cause le système... J'espère également que le second tome sera aussi dynamique que celui-ci. En effet, ça bouge pas mal grâce aux cours, aux examens, aux secrets/non-dits et aux disputes qui ont lieu au sein de la famille de l'héroïne... Les petits lecteurs ne s'ennuieront pas !
Malheureusement, si l'idée de guilde des voleurs m'a plu, j'ai été déçue par les illustrations de Dagda. Bien que les couleurs soient douces, j'avais la sensation de "dessins incomplets" à cause de l'absence de contours. Je préfère les dessins plus finis... Certes, les protagonistes sont expressifs et certains décors comportent plusieurs détails qu'il est intéressant d'observer, néanmoins cela reste parfois peu visible...
Si le second tome arrive un jour à la médiathèque, je le lirai sans hésitation, mais en attendant, je reste sur un avis partagé... E. C.

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
alouett
  08 avril 2016
Douze enfants d'une dizaine d'années, filles et garçons, entre cette année à l'école de la Ligue des voleurs. Au programme, cours de tir, d'infiltration, étude de la cryptographie pour devenir le meilleur braqueur de la promotion ». Pour Clémence, l'école devrait être une formalité. Fille de voleurs, l'art de la rapine fait partie de sa vie et des sujets de conversation depuis qu'elle est toute petite. Comme tous les membres de la Guilde des voleurs, ses parents ont donc inscrit leur enfant à l'école de la Ligue. L'avenir de la jeune fille est tout tracé : elle sera un bandit, comme ses parents. Sauf que Clémence a d'autres rêves, comme celui d'apprendre la géographie, la grammaire, la géopolitique ou la biologie dans une école « normale ».

Des non-dits, des cachotteries, des phrases qui ne sont pas finies et qui en disent longs… tout cela, ce sont les indices que Maïa Mazaurette jette dans les premières pages du scénario. La scénariste met la puce à l'oreille et laisse largement entendre que la situation ne plait pas à sa petite héroïne. En apparence, Clémence file droit, réussi brillamment à l'école, fait la fierté de ses parents. Mais l'enfant a d'autres projets malheureusement pour elle, elle n'a pas les moyens et encore moins la possibilité de les concrétiser. L'auteur imagine un monde bourré de codes de conduite et de secrets. Elle invente un monde secret, une guilde de voleurs qui vit dans la cité. En apparence, tout est normal. le petit pavillon de banlieue est cosy, la voiture familiale est bien entretenue, les enfants vont à l'école… le commun des mortels ignore tout de leur activité délictueuse. Mais à l'intérieur du clan, les codes assurent aux membres que le secret est bien gardé. La guilde a ses écoles, ses propres canaux d'informations. Il est impossible d'y entrer, impossible d'en sortir. Il n'est pas autorisé de fréquenter les « gens normaux », encore moins de les inviter chez soi… il y a un petit côté « Harry Potter » là-dedans, Poudlard est remplacé par la Ligue, la magie par le cambriolage.
Une fois qu'on est dans l'état d'esprit adéquat, les dialogues ne sont plus si surréalistes. Un « Je peux prendre 4000 euros, maman ? » est une question tout à fait normale quand on est l'enfant d'un couple de grands bandits. Maïa Mazaurette montre pourtant que les questions sont les mêmes : comment satisfaire les exigences parentales quand celles-ci ne correspondent pas à vos valeurs ? Comment respecter les règles quand celles-ci ne correspondent pas à notre éthique ?
Un album jeunesse au sujet épineux. Ce pourrait être tendancieux mais le personnage de la fillette ne manque jamais de questionner l'ordre établit par cette société secrète et cela semble suffire au jeune lecteur pour relativiser les choses. le seul bémol est qu'il n'y a qu'un seul personnage pour critiquer le bien-fondé de cette guilde de voleurs et sentir un malaise face au caractère immoral de leurs agissements. Quoi qu'il en soit, cet ouvrage est à mettre entre les mains d'un jeune lecteur capable de prendre les choses au second degré…
Côté graphique, rien à redire. Les dessins de Céline Liégeois (aka « Dagda ») sont très lisibles et ludiques. Les couleurs chaleureuses sont un peu car elles contribuent à rendre cet univers convivial et attrayant. Après, c'est un travail graphique réalisé à l'ordinateur, avec un rendu tout rond et des contours bien lisses mais vu que ça plait au jeune lecteur, on ne va pas pinailler même si avec une telle illustration en couverture, je m'attendais à un dessin plus fin, plus travaillé, plus… sensationnel. Petite déception à ce niveau.
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Maudylecture
  08 avril 2016
Qui n'a jamais rêvé d'une école extraordinaire, où il n'apprendrait pas les math, le Français et l'histoire? Pour Clémence, c'est l'inverse... Inscrite dans une école où elle apprend le vol, comme tous les membres de sa famille, elle ne rêve que d'équation et de grammaire. Chose peu facile à avouer à sa famille, si fameuse dans la Ligue des voleurs. Elle ne manque pas d'imagination pour se dérober aux différentes épreuves.
L'album m'a tout de suite plus par sa mise en couleur et la douceur des tons. le scénario m'a fait retourné en enfance et je n'attends qu'une chose, lire la suite des aventures de Clémence et ses camarades!
Commenter  J’apprécie          10
lectures_du_chatpitre
  19 avril 2020
Par son titre et par la sobriété élégante de sa couverture, cette bande-dessinée a rapidement attiré mon regard et le doute n'a pas été de mise quant à savoir si je l'empruntai. Et on peut dire que cette histoire est tellement originale qu'elle est vraiment extrêmement plaisante! En effet, prenez toutes nos lois, nos principes sociaux et nos conventions sur le bien et la mal et inversez le tout: vous obtiendrez l'univers de « la ligue des voleurs ». On déambule ainsi avec des adolescents dans une école secrète où l'on apprend des matières comme la cryptologie, l'intrusion, l'évasion, la subtilisation du contenu des poches d'autrui, sans compter les examens pratiques où vols et larcins les plus importants sont en jeu. Et cela ne se limite pas à quelques adolescents, puisque c'est toute une vie de famille qui s'articule autour du crime: on voit la mère de Clémence charger sa voiture de dynamite, grenades à fragmentation et autres explosifs et son papa passe tout son temps à jouer de l'argent au poker. Et étant donner que l'on inverse le tout avec cette bande-dessinée, Clémence rêve aller dans une école traditionnelle, apprendre la géographie et la littérature, avoir des amis qui ne sont pas des futurs collègues, bref elle espère ne plus faire partie de ce monde secret dont le code est implacable : pas de contact avec les gens « normaux ».
Malgré ces codes sociaux inversés, l'autrice garde tout de même un scénario sympathique et dynamique conforme aux préoccupations de son lectorat : la quête de la normalité, les problèmes familiaux, le difficile choix de l'orientation professionnelle...
Lien : http://blogleslecturesduchat..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lapetitefadette
  02 avril 2016
Clémence est la fille de deux fameux bandits. Son avenir semble tout tracé: elle sera voleuse! Et intègre donc l'école de la ligue des voleurs. Mais Clémence aime étudier....la biologie!!! et a peu de goût pour les activités auxquelles on la destine. Une histoire qui peut avoir des relents de déjà lu car on retrouve le même thème que dans les histoires d'enfants de sorciers, de vampires,.... qui ne veulent devenir comme leurs parents. Voilà cependant une BD pétillante qui traite du délicat sujet des enfants confrontés au dilemme de ne pas décevoir leurs parents tout en poursuivant leurs propres rêves.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
Sceneario   11 juillet 2016
L’originalité de cette histoire est l’existence même de cette "Ligue des voleurs" puisqu’elle impose l’idée que deux sociétés cohabiteraient parallèlement dans un même monde comparable au nôtre : les gens normaux, et les voleurs...
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   25 mars 2016
Un récit trépidant, un palette multicolore qui ravit l’œil, la Ligue des Voleurs est un joli cocktail détonnant.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   04 juillet 2016
- Alors, prêts pour le test !? [...] C'est "seul contre tous" aujourd'hui, coopération interdite. Si vous mettez la main sur le dodo, vous avez gagné mais vous serez tous notés sur votre créativité. Étonnez-moi ! Vous avez deux heures !!! [...]
Belle leçon d'élégance : parfois, les infiltrations les plus simples sont les plus réussies ! Félicitations, Clémence ! Trahir toute ta classe en épreuve individuelle, c'est absolument magnifique !
- Waouh, tu nous as bien arnaqués !
- Respect.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   04 juillet 2016
Les règles de la Ligue des Voleurs sont simples :
1. On ne vole qu’aux riches,
2. On vole avec classe,
3. On vole sans violence.
Commenter  J’apprécie          80
boumabouma   29 janvier 2017
Les règles de la Ligue des Voleurs sont simples :
1. on ne vole qu’aux riches,
2. on vole avec classe,
3. on vole sans violence.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Maïa Mazaurette (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maïa Mazaurette
Au programme de cet épisode : 4 livres écrits par 4 femmes aux voix fortes et aux discours structurés, aux propos simples et justes, universels et indispensables.
Maïa Mazaurette : le sexe selon Maïa, illustré par Charlotte Molas. Editions de la Martinière. Amandine Dhée : A mains nues. Editions La Contre Allée. Fabienne Swiatly : Elles sont au service. Editions Bruno Doucey. Aminder Dhaliwal : Woman World, traduction de Clémentine Beauvais. Editions La Ville Brûle.
Et en exclu ! Les coulisses du podcast sur l'instaura de Bernadette Pivote, la bookstagrammeuse qui se penche sur l'envers des livres et de l'édition : https://www.instagram.com/bernadettepivote/?hl=fr
Générique et habillage sonore par Gampopa / Chanson : Hymne du MLF
+ Lire la suite
autres livres classés : voleursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1220 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre