AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Lena Grumbach (Traducteur)Catherine Marcus (Traducteur)
ISBN : 2742771905
Éditeur : Actes Sud (30/11/-1)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.51/5 (sur 6599 notes)
Résumé :
Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que le tape-à-l'œil de la stèle qu'il fleurit assidûment.
Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (766) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  16 décembre 2018
Il suffit de pas grand-chose, parfois ! Il suffit d'un sourire, d'un sourire lumineux, d'un sourire d'été… Un de ces sourires qui vous émeut au point de vous faire tressaillir des pieds à la tête, de vous faire entrouvrir une porte vers une nouvelle grande aventure à laquelle vous aviez définitivement cessé de croire, vers des espérances de rires, de couleurs, de caresses et de douceurs.
Ces moments sont rares, il faut bien le reconnaître ! Il ne faut surtout pas les rater ; il faut se risquer sur un sentier inconnu, accepter de se faire bousculer, de tanguer, de perdre pied. Faire preuve d'audace. Croire en de nouvelles espérances.
C'est ce qui est arrivé à Désirée : cet emballement soudain du coeur, ces frissons de désir, ces certitudes ébranlées, rien qu'en regardant le visage d'un pauvre plouc, d'un odieux ringard, d'un affreux réac, s'épanouir dans un sourire ravageur. Elle en est la première surprise. Comment a-t-elle pu s'éprendre d'un tel tocard ?
Benny aussi est étonné, désarçonné même ! Comment peut-il se sentir irrésistiblement attiré par cette intello pâlotte, cette fille de la ville, trop maigre, trop fragile, avec son ridicule bonnet de feutre sur la tête ?
C'est l'histoire de deux coeurs en miettes qui se retrouvent sur le banc d'un cimetière à pleurer autant la mort de leur proche que la vacuité, le vide abyssal de leur existence.
C'est l'histoire d'une urbaine, une bobo, féministe en plus, et d'un paysan, sorte de dinosaure passant sa vie sur un tracteur ou au milieu de ses vaches qui commencent par combler leur solitude et finissent par s'aimer à la folie. Ce sont deux conceptions de la vie et de l'Homme radicalement différentes qui vont s'affronter dans cette passion naissante. Deux âmes esseulées chacune plantée sur leur île à se regarder en chien de faïence, malgré leur besoin vital de se retrouver, de se toucher. Sauront-ils, ces deux -là, jeter une passerelle entre leurs deux îles pour pouvoir se rejoindre ?
Je pensais beaucoup rire en lisant ce roman. Il est vrai que les contrastes entre les deux héros s'y prêtaient. J'ai trouvé au contraire une histoire grave parsemé ici et là de quelques situations loufoques. C'est un livre sur cette solitude qui vous broie le coeur, sur les fractures et les différences irréconciliables. Nous avons tous, à un moment ou un autre, méprisé ou raillé celui qui ne vivait pas comme nous ou pensait différemment.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1238
vieuchamp
  22 mars 2012
Ce livre est très important pour moi.
Pourquoi? Parce que c'est le roman qui m'a ouvert le chemin de la lecture, voilà seulement trois ou peut-être quatre ans en arrière, alors que la quarantaine était déjà bien entamée. J'avais arrêté de lire certainement comme beaucoup de monde à la sortie des écoles avec ses ouvrages obligatoires.
Mais là, alors que j'avais quand même plus ou moins l'habitude de lire les quatrièmes de couverture des livres qu'achetaient ou empruntaient mon épouse, que là, je suis resté scotché, et que j'ai attaqué la lecture, qui n'a d'ailleurs pas duré très longtemps, car tant j'ai été happé par cette histoire drôle, décalée de ces deux personnes que pas grand-chose, à priori, ne peut réunir. le fait que les chapitres soient consacrés tour à tour à chaque protagoniste m'a énormément plu. J'ai adoré.
Et grâce à ce mec de la tombe d'à côté, j'ai maintenant toujours un livre dans la rubrique "en cours" de Babélio. Merci Katarina Mazetti et merci Babélio et tous ses contributeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1209
missmolko1
  31 août 2012
Un très bon moment de lecture passé avec Désirée et Benny.
Une lecture pleine de fraicheur, drôle j'ai souvent souri avec certaines phrases ou situation.
Une belle histoire entre deux êtres que tout oppose et qui au final, je trouve, vont plutôt bien ensemble.
Une fin plutôt inattendue mais que j'ai beaucoup aimé : je l'ai trouvé original. Souvent dans les histoires d'amour il y a deux scénarios possible : Une fin tragique à la Roméo et Juliette, ou la fin heureuse digne des contes de fée "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants..." Katerina Mazetti a trouvé ici une alternative....
Commenter  J’apprécie          1123
carre
  15 octobre 2012
Désirée et Benny se rencontrent au cimetière. Deux solitudes que pourtant tout oppose, Désirée est bibliothécaire, Benny lui est agriculteur.
Et pourtant ces deux là vont s'aimer. Mais leurs différences seront-t-elles un frein à leur amour ou un enrichissement ?
Katarita Mazetti signe un roman plein d'humour sur les relations amoureuses de deux êtres en pleine déconfiture sentimentale.
D'ailleurs, Mazetti en fait parfois trop, ce qui nuit à la crédibilité des personnages, Désirée par exemple, à tendance à penser comme un charretier alors qu'elle est sensée être l'intellectuelle, alors que pour Benny, l'auteur n'évite pas toujours les clichés liés à sa situation. La fin bien qu'inattendue me laisse perplexe. Hormis ces petites réticences, « le mec de la tombe d'à côté » vous fait passer un moment agréable, avec deux héros attachants et drôles.
Commenter  J’apprécie          835
Bunee
  16 août 2009
Il se passe beaucoup de choses dans les cimetières, y compris les rencontres improbables.
Désirée, bibliothécaire écolo mangeant bio, intellectuelle sans éclat, est désormais veuve d'un mariage sans passion. Elle traîne son ennui et sa solitude, à défaut de sa peine, devant la tombe de feu son époux. Une tombe à l'image de ce dernier - sobre et stricte. 35 ans, pas d'enfant, et sa vie à refaire, sans grande conviction.
Elle passe donc son temps libre dans ce cimetière, fantôme assis devant la tombe, perdu dans ses pensées. Pas de fleurs, son mari ne l'aurait pas souhaité.
Elle se rend compte qu'elle a un voisin de deuil, dont elle ignore au départ tout. Une casquette de forestier, une main abîmée, qui s'assit régulièrement devant la tombe de ses parents, une tombe kitchissime, pétrie d'angelots et de guirlandes, au pied de laquelle fleurissent de nombreuses fleurs. Il s'appelle Benny, agriculteur de son état, bataillant pour faire survivre l'exploitation et ses vaches laitières.
Et ce quelque chose qui pourrait être banal va devenir, dans ce roman, vivant et original: le récit alterne les points de vue et on se rend alors compte qu'au début "le forestier" ne peut pas piffrer "la beigeasse". Elle l'agace tellement qu'un jour il la visualise dans une tenue abracadabrante ... Ne pouvant réprimer un sourire quand il la regarde, il va se passer à cet instant précis un petit miracle: pour une raison complètement différente (une petite pas loin avec un arrosoir rose) Désirée sourit à son tour en sa direction.
C'est une erreur qui n'aurait pas du se produire. C'est le premier quiproquo d'une longue série... Un rat des champ et un rat des villes qui tombent amoureux l'un de l'autre.
Et c'est à ce moment que je vous dégaine un teaser digne des harlequinades 2009:
"L'amour suffira-t-il à aller au-delà de leurs différences???"
"Peuvent-ils s'aimer alors que tout les sépare?"
C'est vrai que c'est bon enfant... Heureusement, ce roman est un trésor d'humour. La différence des modes de vie de Désirée et de Benny pose une vraie question, celle de savoir qui doit se sacrifier pour qui, comment est appréhendée la notion de conciliation au sein du couple, la limite de l'abnégation, et à quel moment la volonté de se préserver limite celle de vouloir faire plaisir à l'autre. D'autres considérations émaillent ce roman, comme par exemple le rapport de la femme à la maternité, l'angoisse de l'horloge biologique et la pression sociale que subissent les individus à la marge des comportements majoritaires. Est également dressée de façon très adroite une photographie des préjugés que certaines parties de la population nourrissent à l'égard des autres.
Désirée et Benny se croisent, se quittent, et se croisent à nouveau ...
Beaucoup d'humour et d'ironie dans l'écriture donc, une traduction brillante nous offrant un style fluide et vivant, le tout servant une histoire bien goupillée et des personnages bien étoffés.
Je vous le recommande sans hésiter :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          691
Citations et extraits (425) Voir plus Ajouter une citation
armand7000armand7000   15 février 2019
La vérité, et elle est pénible, c'est que la moitié du temps je suis furieuse contre lui. Foutu lacheur, tu aurais quand même pu faire plus attention avec ton vélo. Et le reste du temps, je ressens probablement la même chose qu'un enfant quand son vieux canari malade a fini par rendre l'âme. Oui je l'avoue. Ce qui me manque, c'est sa compagnie indéfectible et la routine quotidienne, plus de froissement de journal à côté de moi dans le canapé, ça ne sent jamais le café quand je rentre, l'étagère à chaussures est comme un arbre en hiver, dépouillé de tous les souliers et bottes d Orjan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TheomaTheoma   29 mai 2009
Elle est restée dormir chez moi, et quand j'ai mis des draps propres, elle a dit qu'elle avait ses règles et qu'elle espérait qu'il n'y aurait pas de fuite. Aucun problème, je ferai avec, ai-je pensé, parce oui, ça dégageait un bien-être confortable. On ne se pointe pas chez des amants temporaires quand on vient d'avoir ses règles. Elle m'a pour ainsi dire élevé au statut de permanent. Faire l'amour, ça pouvait attendre, elle n'était pas venue pour ça. D'ailleurs, je crois que ça me plairait d'avoir une tache d'elle sur mes draps. Il y a sans doute un nom latin pour ce genre de perversion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          781
scarlett12scarlett12   15 janvier 2018
C'est évident que ça ne peut pas marcher. C'est foutu d'avance.
Pas seulement à cause de la ferme. Je me vois rentrant le soir complètement crevé - quand on fait le foin par exemple - pour la trouver en train de m'attendre, les billets d'opéra dans une main et tambourinant avec les doigts de l'autre sur la ,table. De l'opéra, seigneur ! Pendant tout le premier acte, j'ai très bien entendu mon estomac gargouiller plus fort que le gros lard avec son épée qui hurlait pire que s'il appelait ses vaches. La Crevette devrait s'estimer heureuse que je me sois endormi, j'aurais pu la discréditer bien plus si j'avais été éveillé. J'aurais pu dire franchement ce que j'en pensais - à voix haute.
Mais elle n'était pas très contente, c'est sûr. Je l'ai bien vu.
Il n'y a pratiquement pas un seul domaine où nous avons les mêmes opinions. Désormais, on évite soigneusement la politique. Je me rappelle la première bataille. Pour commencer, je lui ai montré un courrier des lecteurs que je trouvais rigolo et pour finir elle m'a traité de fasciste et elle s'est endormie en me tournant le dos. Et il y en a eu d'autres. Maintenant on a presque tendance à détourner la tête, un peu embarrassés, quand on regarde la télé et qu'on sait d'avance que nos avis vont diverger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
SEcritureSEcriture   22 juin 2010
p.8 « On pourrait dire que je me sentirais beaucoup mieux si j’arrivais à me sentir moins bien, si j’étais capable de tordre les mouchoirs à la pelle ici sur mon banc, sans poser tout le temps ce regard en coin sur moi-même pour vérifier si mes larmes sont vraies. »

p.23 « "Amour" est le besoin de variation génétique de notre espèce, sinon il suffirait qu’il y ait des femelles qui se multiplient par parthénogenèse. »

p.52 « Horloges biologiques. Je me les imagine comme d’énormes réveils, avec un petit marteau qui frappe frénétiquement sur deux cloches rondes jusqu’à ce qu’on se réveille toute paniquée avec une folle envie de se reproduire, ou au moins de procréer. »

p.237 « Je me rappelle aussi avoir eu l’impression qu’il y avait vraiment beaucoup de minutes dans une seule heure et que chacune d’elles passait très lentement. »

p.243 « Réparer des bulles de savon éclatées
et faire sourire des poupées de chiffon
ça peut prendre du temps »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Eric76Eric76   29 novembre 2018
Parfois j'ai l'impression que je suis en train d'essayer d'apprendre son corps par cœur, comme si j'avais peur qu'il disparaisse. Je connais ses creux sous les clavicules, ses orteils droits, le grain de beauté sous son sein gauche et le duvet blanc sur ses avant-bras. Si on jouait à colin-maillard, je ne me tromperais jamais, à condition qu'elle soit nue. Je crois que je la reconnaîtrais rien qu'à la manière dont son nez forme un angle qui pointe en l'air. C'est assez marrant, elle se trouve tout à fait quelconque. Moi, j'ignore totalement si elle est belle ou laide, ça n'a aucun intérêt, pourvu qu'elle reste comme elle est.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Videos de Katarina Mazetti (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katarina Mazetti
Le coup de c?ur de la librairie Mille et une pages, Avranches, pour cette 26e édition du festival Les Boréales est Katarina Mazetti. Présentation par : Martine Szafranski Réalisation : Fabrice Touyon Graphisme : le Klub
Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le mec de la tombe d'à coté

La premiere fois que Désirée se rend chez Benny, à propos de quel type de nourriture se disputent ils?

Un gateau au chocolat
Des boulettes de viande
Un filet de boeuf
Des merveilles

10 questions
369 lecteurs ont répondu
Thème : Le Mec de la tombe d'à côté de Katarina MazettiCréer un quiz sur ce livre
.. ..