AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Valérie Guilbaud (Traducteur)
ISBN : 2277260061
Éditeur : J'ai Lu (07/01/1999)

Note moyenne : 2.81/5 (sur 21 notes)
Résumé :
L'âge de l'excès. Ainsi pourrait-on qualifier ce début de troisième millénaire, où, dans une Europe tropicale, les hommes vivent repliés dans des parcs de loisirs. L'ère de la Rente universelle et des loisirs illimités. L'ère des virus psychotropes, des drogues génétiques, des arènes sanglantes et de l'abolition du travail. L'utopie, enfin. S'il n'y avait les millions de misérables entassés dans des camps. S'il n'y avait surtout les poupées. Ces petits êtres artific... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Apophis
  23 juin 2016
Des fées issues… du génie génétique !
Je suis très partagé à propos de ce roman : d'un côté, l'aspect Biopunk est assez magistral et novateur (ce qui justifie tout à fait les deux prix reçus, l'Arthur C. Clarke 96 et le John Campbell 97), et l'adaptation de tout le folklore traditionnel associé aux Fées (Poussière de fée, Changelins, etc) à un monde technologique futuriste est réellement digne d'éloges (tout comme l'est l'explication de l'origine des fées). On appréciera le joli twist à la fin qui fait oublier (à nouveau) aux gens l'existence des Fées, les reléguant (encore) dans la superstition et la la légende. L'aspect anticipation est franchement réussi lui aussi, avec ce 21ème siècle marqué par ses problèmes de déchets nucléaires, de changement climatique et de flux migratoires. Enfin, il y a une réflexion sur la perception de la réalité sans doute plus accessible que chez Dick ou Priest, car moins psychédélique que chez le premier et moins nébuleuse (volontairement) que chez le second.
D'un autre côté, sur un pur plan littéraire, McAuley retombe, comme à chaque roman, j'ai envie de dire, dans ses travers : longueurs, personnages secondaires (il va falloir m'expliquer l'intérêt de Mme Powell, par exemple) et scènes qui ne sont pas tous d'un grand intérêt, dilution de l'intérêt de l'intrigue alors qu'on partait sur de très bonnes bases, intrigue qui, de plus, est par moments plutôt confuse, fin bâclée (elle ne résout pas certaines questions, et toute la dernière partie a l'air d'un gros prétexte pour assouvir des fantasmes Shadowruniens du type « une Fée avec un gros fusil d'assaut »). En général, quand je suis tenté d'abandonner un livre ou que je commence à lire en diagonale et sans m'intéresser à ce qui se passe, c'est très mauvais signe.
Enfin bon, de toute façon, même si c'était le meilleur livre de SF de l'histoire, en VO, l'édition et la traduction françaises de ce roman sont d'une qualité tellement mauvaise qu'elles constitueraient de gros freins à la diffusion de la bonne parole à son sujet. Mon conseil : si vous lisez l'anglais et êtes intéressé(e) par Féerie, privilégiez la VO.
Vous trouverez une version détaillée de cette critique sur le blog.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
kaliss
  09 novembre 2017
parti sur une bonne base cyberpunk, mais il se melange encore les pinceux et on se retrouve avec un livre fortement indigeste, fouillis, brouillon ou l essentiel est mis de cote et le futile decrit a grand renforts de termes abscons
sans parler de la traduction qui fait saigner les oreilles
a mes yeux de grand fan du cyberpunk un beau gachis
Commenter  J’apprécie          00
odavaze
  12 août 2012
pas un grand souvenir de lecture / peut être à relire au regard progrès de la génomique
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
finitysendfinitysend   05 septembre 2012
Un système téléphonique'exper , personnifié par une réceptionniste doucereuse et apprêtée , aux seins super-vixens siliconés à peine cachés sous un chemisier ultra léger , prend le message d'Alex et assure qu'elle le transmettra à Mer Rock . En attendant qu'il l'appelle , Alex passe un long moment à évaluer les derniers changements intervenus dans son écosystème de vie artificielle et à dialoguer sur le serveur du web , fréquenté par les adeptes de V A , plus particulierement avec un certain proffesseur de biologie à l'université de Hawai , au sujet des glisseurs périphériques . Appartement quelqu'un affublé du pseudonyme de Russel Wallace aurait trouvé la solution au problème des parasites qui poussent les glisseurs à l'extinction .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ApophisApophis   19 juin 2016
Tu sais, il y a une théorie qui dit que l'intelligence et le langage seraient nés quand nos ancêtres les singes ont commencé à se doper, sans le savoir, en mangeant les champignons hallucinogènes qui poussaient dans les bouses des herbivores des plaines d'Afrique. Ils seraient devenus intelligents parce que c'était leur seul moyen d'expliquer les hallucinations qu'ils avaient.
Commenter  J’apprécie          90
line70line70   24 mars 2011
Il faut bien s'intéresser à quelqu'un, dans la vie. On ne peut quand même pas se désintéresser de tout le monde tout le temps. On peut essayer, parce que finalement ça aide, ça fait moins mal comme ça. Mais après, on finit toujours par se demander si on a bien fait.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2619 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre