AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782351786864
272 pages
Éditeur : Gallmeister (03/09/2020)

Note moyenne : 4.58/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Au départ, Rachel Deborah Shilsky, Polonaise, quitte son pays natal pour les Etats-Unis avec son père, rabbin, et s'établit dans le Sud où la vie n'était pas douce dans les années 1930 pour qui était "différent". Adolescente, elle s'y ennuie, fait des bêtises, file à Harlem pour en faire d'autres et se voit reniée par les siens.

A l'arrivée, en bout de siècle, la voici qui retrace pour son fils le chemin parcouru. Deux fois veuve, mère de douze enfant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Under_the_Moon
  26 janvier 2013
Un roman autobiographique de l'écrivain et jazzman James McBride.
Cet homme a un héritage difficile à porter : il est Noir, dans un pays où les Noirs luttent pour se faire accepter comme des citoyens à part entière, et est né d'une mère blanche. Non seulement blanche, mais juive. Ce qui fait de lui (techniquement), un Juif aussi ! Une hérédité bien lourde.
Pour corser un peu la situation, il vit dans un quartier pauvre, et lui et ces 5 (ou 6?) frères grandissent seuls avec leur mère.
Dans The Color of Water, il alterne ses souvenirs et ceux de sa mère, figure courageuse et mystérieuse. A travers ces fragments de souvenirs, c'est son histoire qu'il cherche, et cela, afin de pouvoir se définir comme individu unique.
Un témoignage beau et émouvant d'un fils à sa mère qui tente de se définir avec et en dehors des barrières ethniques.
Commenter  J’apprécie          120
lectiole
  25 octobre 2020
Excellente initiative des éditions Gallmeister d'avoir réédité ce classique publié en 1995 aux USA en format poche pour la rentrée 2020. Il s'agit d'un roman autobiographique de 265 pages où on découvre à la fois l'enfance de l'auteur et celle de sa mère, Rachel Deborah Shilsky devenue Ruth, grâce à une alternance entre les chapitres qui sont consacrés au fils et ceux consacré à la mère. Ruth est la fille d'un rabbin polonais née le 1er avril 1921. Après une enfance malheureuse à Suffolk en Virginie, elle épouse un Noir protestant en 1942 et a douze enfants qui vont tous faire des études. On découvre tout un pan de l'Histoire américaine et une femme hors du commun : "les questions raciales et identitaires ne l'intéressaient pas" (page 17). Mais ces questions sont partout dans cette (double) autobiographie qui se lit comme un roman puisque l'auteur métis, dont les grands-parents sont juifs mais ont renié sa mère, ne cesse de s'interroger sur le racisme et sur son identité à travers l'écriture. Plusieurs passages sont marquants et ce témoignage vraiment bien écrit mérite d'être lu. 📚 S'il vous reste de la place dans votre PAL, adoptez-le.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Rhodopsine
  20 septembre 2020
Très belle surprise, encore une fois, merci mon libraire, de ce désordre apparent, des piles à peu près stables ou pas tout à fait instables de trésors à découvrir, de vos enthousiasmes et de vos critiques lapidaires. Parce que c'est certain, je serais passée à côté de ce roman, la couverture qui n'attire pas, la désormais inévitable citation dithyrambique qui a plutôt une fâcheuse tendance à me rendre méfiante ("un livre qui ouvre les yeux et l'âme", euh... mon mauvais esprit chuchote que le lis les yeux ouverts, chanceuse que je suis de jouir de cinq sens), rien à faire, pas ma tasse de thé. Et j'aurais eu bien tort.
De quoi s'agit-il donc? un récit, deux voix, deux époques. Une jeune fille, juive, émigrée d'Europe aux Etats-Unis. Une mésalliance: pensez donc, Ruth, fille d'un rabbin, épouse un homme, catholique et noir. Huit enfants, veuvage, remariage, quatre enfants: une seule chose importe, l'avenir, les études de ces enfants, dans un pays où le racisme n'est pas qu'un mot. L'histoire d'une fratrie remuante, d'une femme qui affronte toutes les difficultés et qui obtient la réussite la plus précieuse: celle qu'elle a souhaitée pour ses enfants. Tous font des études, tous choisissent leur vie et ne la subissent pas. Un portait de femme sans concessions, sans clichés. Un portait d'un pays aussi.
À lire, sans hésiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mafalda_697
  10 octobre 2020
Excellent portrait d'une Amérique aux confluents des cultures, l'auteur y montre la difficulté de savoir qui l'on est dans cette Amérique aux multiples identités
Commenter  J’apprécie          00
coralielepage
  07 octobre 2020
Un roman magnifique qui nous raconte à deux voix la vie de James McBride et celle de sa mère. Cette leçon de vie qui nous montre que parfois, on ne se sent nulle part à sa place, que même avec peu de moyens mais beaucoup de volonté, on peut offrir à ses enfants une éducation qui leur permettra d'avoir une vie plus confortable. J'ai beaucoup aimé ce roman et j'admire l'auteur pour avoir osé mettre par écrit certains côtés plus sombres de son jeune temps.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 août 2012
For months after my stepfather died, Mommy walked around the house as if she were blind, syaggering through the motions of life. She gave away Daddy's clothes, his tools, his hats... gone to the Goodwill. She sent us off to school and tried to maintain her crazy house as usual, ranting about this and that, but the fire was gone. In the evening she often sat at the kitchen table completely lost in thought. She's stop in midsentence and walk away silently, covering her face. At night she cried in her bedroom, though she always hid her tears from us. daddy's gold Pontiac sat in front of the house for months, leaves gathering around the tires and bird crap gathering on its hood.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 août 2012
He thought money he spent to take care of his wife would do it, you know, substitute for the fact that he didn't love her. But a wife wants love. She was a good Jewish wife to him, but their marriage was starting to crumble because he didn't care about her. That's why I knew I was leaving home. I wasn't going to have an arranged marriage like my parents did. I'd rather die first, which I did do in a way, because I lost my mother and sister when I left home.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 août 2012
Sometimes we think if we could just go back in time we would be happy. But anyone who attempts to reenter the past is sure to be disappointed. Anyone who has ever revisited the place of his birth after years of absence is shocked by the differences between the wa the place actually is, and the way he has remembered it. He may walk along old familiar streets and roads, but he is a stranger in a strange land. He has thought of this place as home, but he finds he is no longer here even in spirit. He has gone on to a new and different life, and in thinking longingly of the past, he has been giving thought and interest to something that no longer really exists.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 août 2012
There's such a big difference between being dead and alive, I told myself, and the greatest gift that anyone can give anyone else is life. And the greatest sin a person can do to another is to take away that life. Next to that, all the rules and religions in the world are secondary; mere words and beliefs that people choose to believe and kill and hate by. My life won't be lived that way, and neither, I hope, will my children's. I left for New York happy in the knowledge that my grandmother had not suffered and died for nothing.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 août 2012
There were two worlds bursting inside me trying to get out. I had to find out more about who I was, and in order to find out who I was, I had to find out who my mother was.
It was a devastating realization, coming to grips with the fact that all your life you had never really known the person you loved the most. Even as a young boy I was used to Mommy hiding her past, and I grew to accept it, and the details of her past got lost as my own life moved forward, which is probably how she wanted it anyway.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de James McBride (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James McBride
James McBride at the Alabama Booksmith - "Kill 'Em and Leave"
Dans la catégorie : hommes célèbresVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique>hommes célèbres (19)
autres livres classés : métissageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1393 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre