AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782351781982
Gallmeister (03/10/2019)
4.12/5   12 notes
Résumé :
Un vendeur de jouets émerveillé face au plus précieux jouet du monde dont l’existence n’était jusqu’ici qu’un mythe ; une bande de gamins dont la musique transforme le quotidien d’un ghetto noir en Pennsylvanie ; un conte de la guerre de Sécession avec un Abraham Lincoln aux allures de Père Noël ; un zoo avec des animaux qui parlent et se moquent des humains, si maladroits... Ces miniatures ont en commun la part de magie qui peut surgir à tout moment de notre existe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  24 octobre 2020
Ce recueil est composé de plusieurs nouvelles, la plupart très longue (de trente à quatre-vingt pages) autant dire que le lecteur a le temps de s'imprégner de l'ambiance, de sympathiser avec les personnages, qui, si les thèmes des nouvelles sont différents, sont tous d'une grande richesse.
Je ne vous les présenterai pas dans l'ordre, non, je commencerai par « Papa Abe », une nouvelle qui se situe au milieu du recueil, assez courte, et qui apparaît presque comme un conte. Nous sommes en Virginie, pendant la guerre de Sécession finissante, des soldats creusent, déblaient, et leur seule distraction est le passage de dix-huit orphelins noirs pris en charge par une religieuse. Parmi eux, le petit Abe Lincoln, prénommé ainsi par on ne sait qui, cinq ans, qui peut facilement croire tout ce que les soldats lui disent, notamment que son papa s'appelle aussi Abe Lincoln et qu'il viendra demain le chercher. Cela semblerait presque anodin, sauf que la guerre de Sécession n'est pas finie, et qu'en Virginie, ces petits orphelins noirs peuvent apparaître comme autant d'esclaves en fuite : il est toujours bon de ramener le lecteur à la réalité de cette époque. Et si cette nouvelle est presque un conte, c'est parce qu'il peut se trouver quelqu'un pour prendre en charge cet enfant, tel un cow-boy solitaire d'un nouveau genre.
« le banc des jérémiades » qui lui fait suite contient quant à lui une bonne dose d'humour noir et de fantastique. Figure extraordinaire et charismatique que celle du boxeur Rachman, qui ne doute jamais de lui – même quand il se retrouve ni plus ni moins que dans l'anti-chambre des enfers et provoque le gardien du lieu en un combat singulier. Son énergie irriguera littéralement tout le texte. Et non, je n'y chercherai pas une morale religieuse, plutôt le fait qu'il faut croire en soi, croire en autrui aussi, et ne pas hésiter à s'unir, même si l'adversaire paraît plus grand que vous.
« le Five-Carat Soul Bottom Bone Band » est ma nouvelle coup de coeur. En quatre parties, elle nous fait découvrir ce quartier paumé d'une ville de Pennsylvanie, quartier dans lequel les habitants n'ont souvent pas l'électricité chez eux – parce que la dernière facture n'a pas été payée, l'avant-dernière non plus – où l'avenir n'est pas vraiment envisagé non plus. La figure pas si charismatique que cela du pasteur émerge – cependant, il sait être là quand il le faut, au tribunal quand il tente d'éviter la peine de mort à un jeune du quartier. Il sait aussi utiliser un discours bien rôdé sur les jeunes noirs qui se font tuer – et le narrateur de jeter un regard ironique sur la manière dont il prend la défense de ce « jeune », qui n'avait rien fait de bon dans sa vie, alors que le pasteur n'a pas pris la défense d'autres membres de la communauté victime de violences policières ou de violences conjugales. le seul personnage véritablement sincère, le seul qui assurera au jeune homme un enterrement décent est le commerçant qui l'a tué, alors qu'il était en train de se faire cambrioler. Oui, James McBride lance un regard dépourvu d'angélisme sur sa communauté.
De même, « Monsieur P et le vent », la dernière nouvelle du recueil comporte cinq parties, et l'auteur nous en explique la genèse à la fin – et nous explique aussi pourquoi il n'a pas le temps de détailler chacune de ses sources d'inspiration. Il s'agit de la vie quotidienne, mais aussi la vie nocturne, secrète, des habitants malgré eux de ce zoo. Ne l'oublions pas, les lions, les singes et autres zèbres n'ont rien à y faire, quoi qu'en disent certains hommes politiques. Aussi, le dénouement, qui choquera certains, est pour moi le plus beau qui soit.
Je termine par la nouvelle qui ouvre ce recueil, « Un train nommé « Under Graham Railroad » et nous parle d'un train magnifique, un train offert à un enfant, Graham Lee, fils du général confédéré Robert E. Lee qui mourra avant d'avoir pu s'en servir, et depuis, ce train est devenu une légende pour les collectionneurs. Après la mort subite de Graham, peu après le départ à la guerre de son père, le train et une esclave ont disparu tous les deux. le narrateur est justement un acheteur/négociateur, et, en trouvant ce train, il réalise le rêve de sa vie, et peut-être pas seulement le sien.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ConfidencesLitteraires
  31 décembre 2020
Ce recueil est composé de sept nouvelles, la plupart ayant pour héros des personnages afro-américains. Ce sont parfois des contes, parfois des récits réalistes. Certaines sont loufoques ou avec de l'humour noir, d'autres sont tendres ou engagées.
Je vais vous parler de celles que j'ai préférées.
D'abord, le bal de Noël : un jeune homme écrit une thèse sur les Buffalo Soldiers, ces bataillons américains pendant la Seconde Guerre Mondiale composées intégralement d'Afro-Américains (ou plutôt, « d'hommes de couleurs » : une anecdote relate que deux cousins portoricains engagés sont dans une pièce, l'un plus clair de peau est dirigé vers la sortie « Blancs », l'autre vers « Hommes de couleur »…). Il rencontre deux anciens combattants, qui vont remonter leurs souvenirs traumatisants pour lui raconter une bouleversante histoire d'amitié, sur fond de guerre et d'une promesse tenue…
Ensuite, M. P et le vent : dans un zoo, un lion nous explique les règles du monde animal, quand un nouvel employé humain arrive et sait parler le Parler-Pensée des animaux. Un beau plaidoyer pour le bien-être animal et le respect du monde sauvage, tellement original que j'ai envie de croire à tout ce qui a été dit dans le conte !
J'ai également aimé L'Ange Homme-Poisson, une courte nouvelle mettant en scène Abraham Lincoln, qui écoute un ancien esclave expliquer à son enfant ce qu'est la liberté… une réflexion qui poussera le Président à se battre contre l'esclavage.
Dans le Five-Carat Soul Bottom Bone Band, un jeune ado relate la vie dans son quartier pauvre, façon La vie devant soi : les drames, les personnes qui essaient d'aider, les injustices… Une nouvelle divisée en 4 chapitres qui sont autant de facettes de cet univers.
Un joli recueil de nouvelles, que je vous recommande particulièrement si vous voulez lire de la littérature afro-américaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
vero12
  05 février 2020
Je suis pas très nouvelles d'habitudes, mais ces derniers temps je suis tombé sur plusieurs qui vont finir par me faire changer d'avis. Celle-là est du nombre. le titre vient de la dernière nouvelle, cherchez pas avant y'a pas de lien. Ces petites nouvelles étaient un peu de tous les genres, certaines font sourire, d'autres grincer des dents, d'autres encore nous renvoie à l'enfance, la dernière notamment. Je recommande fortement ce petit livre.
Commenter  J’apprécie          20
ReadLookHear
  07 juillet 2021
Ce livre de James McBride est donc un recueil de nouvelles. Mais il y a je trouve un lien fort entre elles, il y a dans chacune d'elles une grande part d'humanité. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ces nouvelles, c'est le genre de lecture qui fait du bien et qui apporte un regard intéressant sur le monde et sur les hommes.
La plume de James McBride vient par sa fluidité et la simplicité décrire des scènes de la vie quotidienne avec beaucoup d'humour et de tendresse malgré les thèmes abordés. Et oui c'est ce que j'ai apprécié dans ce livre c'est la manière qu'a l'auteur à parler de thèmes graves tels que la pauvreté, la guerre, l'exploitation animale, la mort et le deuil mais toujours en venant y glisser de la beauté, j'ai vraiment adoré.
Toutes les nouvelles m'ont marquées mais j'ai un petit faible pour le Five-Carat Soul Bottom Bone Band, racontant la vie d'une bande de gamins dans une banlieue aux États-Unis, raconté avec la vision d'un de ces gamins, je l'ai trouvé vraiment excellente. Il y a également M.P. et le vent qui est juste géniale, c'est une nouvelle racontée du point de vue d'un lion, c'est terriblement bien écrit j'ai adoré.
Voilà, j'ai passé vraiment de très bon moments avec ce livre qui fait du bien au moral, ce livre plein de tendresse et de magie, ce livre qui donne de l'espoir en l'humanité. Je ne peux que vous le conseiller, c'est le genre de lecture qui apporte le sourire et un peu de soleil dans nos vie.
Lien : https://readlookhear.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DoubleMarge
  02 juillet 2020
"Beau recueil de nouvelles, dont le bal de Noël, variation très réussie sur le thème des Buffalos Soldiers de la 92ème division, composée uniquement d'Afro-américains, qui participèrent à la campagne d'Italie en 1944. Citons également Papa Abe, qui voit un enfant choisir pour père adoptif un soldat du 9ème régiment d'infanterie de couleur de Louisiane, ce qui n'est pas sans nous rappeler le soldat Train et l'enfant italien qui le prend pour un géant de chocolat dans Miracle à Santa Anna. de fait, on trouve dans plusieurs de ces nouvelles la génèse d'oeuvres à venir; elles contiennent tous les thèmes chers à McBride. Bien qu'elles n'aient été publiées qu'en 2017 aux États-Unis et en 2019 en France, certaines d'entre elles remontent à ses vingt ans."
Lien : https://doublemarge.com/le-v..
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
LeSoir   30 décembre 2019
Auteur adapté deux fois au cinéma par Spike Lee, James McBride dédie ce recueil à Sonny Rollins et nous entraîne dans des aventures merveilleuses et révélatrices.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SharonSharon   25 octobre 2020
Émerveillé, Herb observa le trio danser. Carlos évoluait comme un danseur de ballet, avec grâce, tenant la charmante Lillian Johns comme si elle était un gardénia, la guidant avec tendresse et délicatesse, on aurait dit qu'il tissait une toile d'araignée sur le parquet. Ils glissaient tels des anges, tandis que le vieux juge décrivait des cercles autour d'eux, semblable à un gardien attentif, maladroit et un peu éméché, se servant de sa canne comme d'une baguette magique, ou comme d'une baguette de chef d'orchestre, qu'il agitait au-dessus du couple, dirigeant une symphonie qu'eux seuls pouvaient entendre, et il souriait, riait aux éclats, plaisantait, racontait, pendant que les deux danseurs virevoltaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ReadLookHearReadLookHear   08 juillet 2021
Je n’en croyais pas mes oreilles.

– Mais je suis venu pour l’acheter. Il ne veux pas discuter du prix ?

– Ça l’intéresse pas. Et d’abord, pourquoi vous voulez l’acheter ? Vous l’avez même pas vu.

– Je suis un collectionneur, et je vous paierai un bon prix si c’est ce que je pense. J’adore les jouets anciens.

– Spurge m’a dit de vous le donner. Je ne peux pas accepter d’argent s’il a dit donne le.

– Vous avez des enfants, Mme Hart ? Lui demandai-je.

– Juste un, répondit-elle. Junior est à la répétition de la chorale.

Elle alla au réfrigérateur et sortit du lait, en versa une bonne dose dans un vieux verre à moutarde qu’elle posa sur la table devant moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de James McBride (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James McBride
Né à Red Hook, l'un des quartiers les plus populaires de Brooklyn, James McBride a connu le succès dès son premier livre autobiographique, "La couleur de l'eau" chez Gallmeister. Il y raconte l'histoire de sa mère blanche, fille d'un rabbin polonais qui a bravé tous les interdits pour épouser un noir protestant. Celui que l'on peut considérer comme l'un des meilleurs auteurs contemporains, vient de voir son roman "L'oiseau du bon Dieu", adapté en série par Ethan Hawke et publie un dernier ouvrage, "Deacon King Kong".
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Religieux et Enquêteurs

Frère Cadfael est un moine bénédictin gallois ancien croisé vivant au Moyen Âge. Il est le héros d'une vingtaine de romans policiers écrits par:

Anne Perry
Agatha Christie
Ellis Peters

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : religion , religieux , moines , nonnes , curé , rabbin , judaisme , christianisme , catholicisme , romans policiers et polars , roman noir , enquête policière , Enquêtes criminelles , enquête historique , enquêtes , littérature , adapté au cinéma , adaptation , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..