AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782283028162
264 pages
Buchet-Chastel (27/08/2015)
3.61/5   9 notes
Résumé :
Une fille est une chose à demi nous plonge dans les replis intimes de l’existence d’une fille en devenir.
La voix âpre et puissante de sa narratrice, grandie au sein d’une famille brisée, dans une Irlande écrasée par le poids de la religion, happe littéralement le lecteur dans un flux de conscience cru et poétique. Soliloque enragé, solaire, le texte saisit parfaitement les ambiguïtés de cet entre-deux, de ce temps où l’on est une fille, pas encore une femme.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  25 juillet 2016
Sorti à la rentrée de septembre dernier-il est temps d'en parler- ce premier roman irlandais est un brai bijou qui nous fait vivre de l'intérieur la vie d'une adolescente qui grandit dans la campagne irlandaise, avec un père absent, une mère dévote et un frère un peu attardé et un oncle incestueux, on voit un peu le tableau à la Zola...
Récit angoissant déconcertant parfois glauque, le premier roman d'Eimear McBride qui a mis 10 ans à être fait penser au meilleur de la littérature féminine, notamment Virginia Woolf dans sa manière de sonder l'âme féminine ses angoisses et ses atermoiements.
Une langue viscérale, chaotique, fiévreuse pour un roman à lire même si l'été n'est pas forcément la période la plus recommandable pour cela.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          300
trust_me
  03 septembre 2015
Neuf ans. Il aura fallu neuf ans pour qu'Eimear McBride fasse accepter son manuscrit par un éditeur. En même temps, quand on pause les yeux sur les premières lignes, on comprend pourquoi ça a été aussi difficile. Parce qu'elle est irlandaise, on pense à Joyce ou à Beckett. On se dit aussi que l'on est proche de l'Oulipo, que le Nouveau Roman est de retour, que le texte relève de l'écriture automatique chère aux surréalistes et à la beat génération. Bref le lecteur lambda (c'est-à dire moi) est perdu. Totalement perdu. Mais bizarrement intrigué aussi.
D'ailleurs passé l'effet de surprise, l'histoire prend sens peu à peu. Une histoire où la narratrice raconte à sa façon très particulière la mère bigote qu'elle déteste, le père absent, le frangin gardant les stigmates de la tumeur au cerveau qu'on lui a enlevée à la naissance, l'oncle-bourreau qui la déflore à 13 ans, les années lycée où elle couche avec tout ce qui bouge, le départ pour l'université de Dublin et les nuits de perdition dans des pubs enfumés avec des amants d'un soir, puis l'ultime retour dans la maison familiale pour accompagner dans ses derniers instants ce frère qui aura été son seul et véritable amour. Avec ses mots à elle, son discours syncopé, balbutiant, ces phrases tronquées qui se bousculent dans une profusion souvent anarchique. Mais aussi avec des éclairs de poésie illuminant un récit sombre à pleurer.
Ce roman est un tourbillon qui vous submergera si vous n'y prenez gare. Exigeant, éprouvant même tant il demande une attention de tous les instants. J'avoue, j'ai lâché prise autour de la page 200 (sur 260). Plus moyen de me concentrer, de suivre le fil de ces pensées tellement chahutées qu'elles en deviennent quasi inaccessibles. J'ai repris pied vers la toute fin en tombant sur un passage éblouissant qui m'a mis les poils au garde à vous. Et je crois que c'est ce que j'ai envie de retenir de cette incroyable expérience de lecture (je pèse mes mots !), ces fulgurances touchées par la grâce qui émergent dans le flot ininterrompu d'une prose tellement sauvage qu'elle en devient souvent indomptable.
Avis aux curieux donc. A ceux qui veulent être bousculés, dérangés, surpris par une écriture plus que singulière. Mais une écriture qui reste chargée de sens, qui n'a rien de conceptuel, qui ne relève à aucun moment de la branlette intellectuelle. A ceux en fait qui veulent découvrir un premier roman comme on en a rarement vu. Aux curieux, quoi.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
maevedefrance
  17 septembre 2015

Très franchement, j'ai rien compris à ce roman.
Il fait certainement parti des romans intraduisibles. le début frise le charabia.
Abandon en cours de lecture. C'est très rare en ce qui me concerne, et encore plus quand il s'agit de littérature irlandaise.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   25 juillet 2016
« Un jour je t’ai vu. Cette ombre artificielle sur les yeux. Ce gravier de l’aire de jeu sous tes semelles. Quatre ou cinq d’eux avec toi. Assis. Manteaux serrés sous le menton et les yeux vigilants pleins de fumées de clopes. »
Commenter  J’apprécie          100
michelekastnermichelekastner   17 juin 2016
J'ai essayé. J'ai commencé par essayer. Elle ne veut pas entendre. Elle ne veut pas. Tu sais Maman quelque chose ne va pas. Tu le sais. Depuis longtemps. Elle détourne les yeux de moi. Je ne suis pas censée dire. Nous ne. Aucun de nous. Un secret qu'on. Doit oublier. Je ne peux pas. Dis ça. Et je sais que. Elle ne le supportera pas. Ça. D'une certaine façon elle pense que ça n'est pas la vérité. Mieux vaut la paresse que.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
calisson73calisson73   12 septembre 2015
Tu touches du doigt le ventre du bébé moi qui donne des coups de pied. Pleine en moi-même. Élevage remuant. Et j'aimais nager à ton contact. Couchée sur le bord du ventre dedans pour tes caresses l'appui de tes bonjours secrets. Montre mon pied rouge. Regarde.
Commenter  J’apprécie          10
calisson73calisson73   19 septembre 2015
Toute ma vie est un calvaire et tout ça est très bien.
Commenter  J’apprécie          50
calisson73calisson73   12 septembre 2015
Le cœur ne peut pas se serrer sans fin.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Eimear McBride (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eimear McBride
Payot - Marque Page - Eimear McBride - Les saltimbanques ordinaires
autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Eimear McBride (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
184 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre