AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thierry Arson (Traducteur)
ISBN : 2811200169
Éditeur : Milady (21/08/2008)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 134 notes)
Résumé :
Michael Gallatin est un as de l’espionnage, un séducteur, mais surtout un loup-garou. Capable de se transformer à la vitesse de l’éclair, de tuer silencieusement et avec une incroyable férocité, il a déjà prouvé en Afrique ses talents contre Rommel. Maintenant on lui confie une mission aussi dangereuse que délicate : découvrir ce qui se cache derrière l’opération « Poing de fer », le mieux gardé des plans secrets nazis.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  26 août 2015
Abonné aux prix Bram Stoker (qui récompense les œuvres de Fantasy et d'Horreur). R. McCammon se renouvelle ici. Il obtient pour ce superbe roman d'espionnage sur fond de seconde guerre mondiale en Europe le grand prix de l'imaginaire 92. Eh oui, le héros est un loup-garou.
Bien avant le renouveau du mythe, format beau gosse bêlant et gnangnan, la condition des loups-garous est ici revisitée, crédible et assez réaliste.
Dans un background où les espions tombent comme des mouches, la puissance et la résistance de Gallatin (notre héros) lui permet de se sortir de situations où un homme normal serait mort.

L'écriture est moderne, les descriptions des combats crues, réalistes, certains diront même gore, mais bon, quand on arrache un bras, le sang gicle non ? Autant le dire.
On passe un excellent moment, plein d'action et de fureur.
Le monde en dira : « Prodigieux feuilleton foisonnant, bourré jusqu'à la gueule de péripéties, de rebondissements et d'action, qui mêle horreur, espionnage et aventure façon Indiana Jones ou Comte Zaroff. »
Si je devais ajouter un seul bémol, ce serait les flash-back sur l'histoire de la transformation de Gallatin qui coupent un peu l'action et que, à mon sens, il n'était pas indispensable de développer autant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1035
Siabelle
  05 août 2015
La liberté, telle est la devise du chef des loups… «Je te le dis Mikhael : apprends à courir comme un loup, mais n’oublie pas de penser comme un homme, sinon tu gaspilleras le miracle…» dit Viktor, le chef.
Oh ! Quel héro ! C’est un rebel, au grand cœur, ce Michael.
«Palpitant, mystérieux, angoissant», c’est trois mots forts qui me viennent à l’esprit. C’est une histoire incroyable, à l’image digne du Loup. On retrouve plusieurs légendes, également celles-ci : «Ce ne sont que des mensonges, la pleine lune n’a aucune influence particulière, pas plus que la nuit. Nous pouvons accomplir la métamorphose quand nous le désirons…»
C’est un gros pavé de 560 pages. C’est édité par «Presses Pocket». Je suis admirative quand je regarde la page couverture. Je trouve qu’elle est attrayante, elle attire l’attention. On devine que c’est la guerre, à cause du signe subtil. On aperçoit, bien évidemment, le loup PUISSANT ET IMPOSANT. C’est maintenant l’HEURE de raconter : «l’HEURE DU LOUP…»
C’est l’histoire de Michael Gallatin. C’est notre SUPER-HÉRO. C’est à l’époque d’Hitler où la guerre est présente. C’est un espion, aux pouvoirs surnaturels, et il se fait confier des missions dangereuses. C’est un peu comme le film : «Mission impossible», on y trouve de tout et l’action n’arrête pas.
Dans ce récit, Robert MCcammon, me coupe le souffle. L’histoire est merveilleusement bien écrite, il sait donner une âme à tous les personnages. Il aborde magnifiquement le thème : «Le loup». Il a une question qui revient souvent : «Qu’est l’homme-loup, aux yeux de Dieu ? Un monstre écrasé par la malédiction ou l’enfant d’un miracle ? » Il décrit si bien le loup, il a une écriture fluide et si prenante. Je mets un extrait qui le démontre bien :
On suit Michael à travers ses aventures audacieuses. On passe du parachute, à de l’opéra. Ensuite, on le voit dans un train, il y a les passages des prisons et des camps de concentrations. On l’aperçoit aussi dans les vols en altitude. Je cite, un de mes moments préférés, qui me fait toujours sourire :
Robert MCcammon fait voyager le lecteur dans différents pays. Il décrit bien la guerre, il emploi les thèmes appropriés. Il t’amène dans une époque noire et ténébreuse. Je suis toujours émerveillée par ses descriptions très imagées, par ses cascades bien ciblées. Il te transporte dans un monde hasardeux où notre HÉRO a toujours une belle à son BRAS et il est souvent dans des situations IMPOSSIBLES.
Il ne faut pas attaquer Michael Gallatin car il se passe des choses inexpliquées. On peut ressentir la peur dans ses prunelles, sa force intérieure et son combat personnel. Il y a des odeurs qu’on ne peut oublier :
- Vous sentez le chien mouillé.
- Vous êtes un type extrêmement poilu ! Quelle sorte d’animal était votre père !
- Personne n’est bon à ce point, non il y a chez vous, quelque chose, de très étrange.
- Il est plus de trois heures du matin, pourquoi êtes-vous nu ?
C’est une lecture qui ne manque pas de rebondissement. Il y a dans, l’heure du loup, de l’humanité, de la fraternité et de l’amitié. À cette période mouvementée, l’auteur décrit bien la guerre, l’injustice et la révolte. On sent aussi que l’auteur met de l'importance à la valeur des livres, à l’instruction et à la bienséance.
Quand tu ouvres un livre de Robert MCcammon, c’est une valeur sure. C’est un conteur extraordinaire, et avec sa plume, il nous raconte des superbes histoires. Il y a quelque chose de magique. Il y a toujours une touche d’humour et chaque lecteur peut y trouver son bonheur. Robert MCcammon est mon auteur «chouchou» et ses romans me font du bien.
Pour terminer, c’est important de souligner qu’il a reçu le grand prix de l’imaginaire pour ce roman. Je le félicite car c’est un roman d’aventure et c’est rempli d’imaginaire. À mes yeux, c’est un moment inoubliable, de détente et d’évasion. Allez, laissez-vous tenter par un roman de Robert MCcammon, qu’est-ce qui pourrait vous arriver ?
Isabelle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          256
Ambages
  10 septembre 2017
Un superbe livre d'aventures en compagnie de Michael Gallatin. Dépaysement assuré, temporel et spatial : de l'Afrique jusqu'en Allemagne en passant par l'Angleterre, la France et la Norvège pendant la seconde guerre mondiale. En plein conflit, cet espion de nationalité anglaise devra déjouer un plan terrible imaginé par les nazis au moment du débarquement. Cet espion, né en Russie sous le nom de Mikhaïl Gallatinov, a perdu ses parents à l'âge de huit ans lors de la révolution russe. Seul et démuni il a été accueilli dans une meute de loups-garous. Cet enfant va devenir comme eux, vivre avec eux, une vie mi-humaine mi-loup dans les grandes forêts froides de la Russie. C'est un épisode de sa vie, très détaillé dans le roman et qui donne au personnage adulte toute son ampleur. Je me suis régalée pendant toute cette lecture, un roman foisonnant et palpitant.
Commenter  J’apprécie          321
Tatooa
  05 février 2018
J'avais oublié de mettre mon avis sur ce livre (il date de mai 2013 cet avis), je vais réparer cela de suite !
"Je ne vais pas bouder mon plaisir, c'est un bon roman d'aventure/espionnage. le style est vraiment très agréable, très clair, ça "coule tout seul" ! Sachant que ce n'est pas ma tasse de thé habituelle (Je ne suis pas fervente des livres de guerre/espionnage), je l'ai quand même lu super vite (Bon, vous avez deviné, il fait un temps vraiment tout pourri chez moi...).
Mes petits moins, j'en ai parlé plus haut. Un reproche pour le début : les premières pages ne m'auraient pas vraiment accroché si je n'avais pas su que ce livre a de très bonnes critiques. (Disons que si j'étais tombé dessus par hasard en librairie sans rien savoir sur ce livre, et, alléchée par le 4ème de couverture, j'avais lu les 3 ou 4 premières pages, c'est sûr que je ne l'aurais pas acheté...). Les supermans qui viennent à bout de toutes les situations, même les pires, ça a tendance à m'agacer...
Les plus, c'est que l'action se mêle très habilement aux flash-backs sur comment Michael est devenu loup-garou, sans qu'on perde jamais le fil. Et franchement, j'aurais volontiers lu 100 pages de plus si ça m'en avait dit un peu plus sur certains personnages.

Et rester sur un goût de "j'en aurais bien pris un peu plus" sur un pavé pareil, il faut quand même admettre que c'est plutôt amusant !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2419
kuroineko
  27 juillet 2019
Avec L'heure du loup, Robert McCammon a renouvelé le thème du loup-garou en le mélangeant à une intrigue d'espionnage sur fond de Seconde Guerre Mondiale. J'ai trouvé l'ensemble très efficace et réussi.
Michael Gallatin, né Mikhaïl Gallatinov en 1910, n'est pas n'importe qui. C'est un agent très spécial au service de Sa Majesté. L'agent 007 peut rentrer à la maison face à cette recrue pour le moins hors norme. En effet, Michael a la capacité de se transformer en loup, ce qui se révèle fort utile lors de ses missions pour obtenir des renseignements et se tirer de mauvais pas.
Robert McCammon alterne le récit des faits de 1944 avec la jeunesse et la genèse de la lycanthropie de son héros. Foin de pleine lune et de balles d'argent ici. J'ai beaucoup apprécié ces chapitres expliquant comment le jeune Mikhaïl est devenu loup-garou et a vécu et été formé par le chef de meute, l'impressionnant et puits de science Wiktor.
Comme ces parties relatant une époque antérieure arrivent à des moments cruciaux et palpitants de l'épopée 1944 (et inversement aussi), on est tenu par le suspense tout au long du livre.
Pour ça, il fait fort Mr McCammon. J'ai retenu mon souffle plus d'une fois en suivant les péripéties de ses personnages. Il faut admettre qu'ils ne sont pas en cure de repos. L'Europe est malade de la peste hitlérienne et les Alliés projettent une bonne saignée pour purger le continent de cette abomination. C'est là que les différents réseaux de Résistance et d'espionnage entrent en lice. Sachant qu'en face, Nazis, SS, Gestapo et Wehrmacht opposent une violence dans nom.
Un des points très intéressants dans ce roman, est la question existentielle que Michael a hérité de son maître Wiktor : "qu'est l'homme-loup au regard de Dieu? Une monstruosité ou un miracle? Une malédiction ou un bienfait?". Mis en parallèle de la barbarie nazie et des horreurs sans nombre quils ont commis, notamment dans les camps d'extermination, le débat interieur de l'agent britannique prend une tournure plus universelle et offre matière à réflexion, même en laissant de côté l'aspect fantastique.
J'ai passé un moment fort et passionnant au long de ces presque 700 pages dans l'édition Milady. Pas se temps mort et une tension maintenue jusqu'au dernière page. Je remercie grandement Kévin qui me l'a à la fois chaleureusement recommandé et prêté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   31 juillet 2015
Pas complètement humain, pas complètement animal, se dit Michael. Qui suis-je, aux yeux de Dieu ?
Ah ! Mais c'était là un autre détour de son esprit car Michael imaginait souvent Dieu sous la forme d'un grand loup blanc courant dans une plaine couverte de neige, illuminée par des myriades d'étoiles qui piquetaient un ciel sans nuage. Et Dieu avait des yeux d'ambre clair, et ses crocs redoutables étaient d'une blancheur éclatante. Dieu pouvait sentir le mensonge et la trahison, et il dévorait encore sanglants les coeurs déloyaux. Nul n'échappait au terrible jugement de Dieu, le Roi des Loups.
Mais comment le Dieu des hommes considérait-il les lycanthropes ? Pour lui, était-ce une malédiction ou un miracle ? Michael ne pouvait qu'imaginer des réponses toujours insatisfaisantes mais il savait une chose : il lui arrivait bien souvent de souhaiter être un loup pour toujours et courir s ans fin dans les immenses steppes de Dieu. Sur deux jambes, il se sentait enchaîné. À quatre pattes, il était libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle   22 juillet 2015
Le loup se contorsionnait dans un effort sauvage pour se libérer. Le visage fouetté par le vent, Stummer voyait la silhouette de l'animal qui se tordait dans la lumière des phares. L'automitrailleuse se ruait sur lui, le chauffeur écrasait la pédale d'accélération. Dans quelques secondes, le véhicule blindé broierait la bête sous ses roues épaisses.
Ce que vit alors Stummer dépassait son imagination. Le corps du loup se recourba et les deux pattes avant vinrent écarter le fil de fer babelé dans un geste quaisi humain, libérant ainsi la patte piégée. L'instant d'après l'animal s'élançait de nouveau vers l'est. Les phares toujours braqués sur la forme bondissante, la voiture blindée, se rua sur le barrage de barbelé qu'elle traversa sans presque ralentir. Stummer vit alors que l'animal devant eux ne courait plus mais se déplaçait d'une façon apparemment désordonnée. Il effectuait un saut court sur la gauche, puis bondissait longuement sur la droite, fonçait sur deux mètres avant de virer pour un nouveau saut.
Stummer sentit son coeur cogner dans la poitrine.
Il SAIT, comprit-il. Cet animal sait...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          86
SiabelleSiabelle   24 juillet 2015
- Si vous voulez bien m'excuser, je vais aller courir, dit Michael.
- Je me doutais que vous étiez un coureur à pied ! s'exclama Shackleton, soudain beaucoup plus détendu. Moi aussi, j'aime l'athlétisme. Combien faites-vous ?
- Une dizaine de kilomètres tous les matins.
- J'en ai déjà fait quinze en tenue de campagne avec tout le barda ! Écoutez, si vous avez une autre tenue de sport à me prêter, j'irai avec vous. Ça ne me déplairait pas de prendre un peu d'exercice.
- Je ne porte pas de tenue de sport, répondit Michael en retirant d'un geste son peignoir.
Il ne portrait rien en dessous. Il plia posément le peignoir et le déposa sur le dos du fauteuil.
Il dépassa les deux militaires ébahis et sortit dans le matin glacé.
Shackleton retient le battant de la porte avant qu'elle ne se referme. Incrédule, il suivit des yeux la silhouette de l'homme nu qui s'éloignait à grandes foulées souples vers la lisière de la forêt proche.
- Euh ! cria l'Américain. Et les loups ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SiabelleSiabelle   23 juillet 2015
Avec un grognement de satisfaction, le loup se régala de l'organe vital. Les yeux du tueur étaient toujours ouverts mais ils ne verraient jamais plus rien. Une mare de sang entourait son corps encore frémissant des derniers spasmes de vie. Le loup releva la gueule et lança un long hurlement de triomphe qui résonna sinistrement dans la maison. Puis l'animal festoya.
Plus tard, alors que les lumières du Care s'éteignaient, et que les premières lueurs de l'aube découpaient la silhouette énigmatique des pyramides, un être horrifié entre l'animal et l'humain vomit à longs traits des morceaux de chair humaine. Dans la maison de la Comtesse, Margritta où régnait à présent la mort, nul ne l'entendit pleurer tandis qu'il se roulait en boule sur le sol pour chercher un repos qui lui était interdit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AmbagesAmbages   30 août 2017
La vérité est comme le feu, Mikhaïl, dit-il d'une voix songeuse. Elle peut guérir ou détruire, mais ce qu'elle touche n'est plus jamais pareil ensuite...
Commenter  J’apprécie          270
Videos de Robert McCammon (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert McCammon
Vidéo de Robert McCammon
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
583 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre
.. ..