AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714473520
Éditeur : Belfond (04/05/2016)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Le retour de Colum McCann avec un exercice dans lequel il excelle : la forme courte. Toute la beauté, la poésie, le lyrisme de l'écriture de Colum McCann pour un mini-roman et quatre histoires belles et douloureuses sur la violence quotidienne, gratuite, mais aussi sur les moments de grâce qui font qu'au bout du compte, l'espoir reste.
Un vieil homme perd la vie, agressé dans une rue de Manhattan ; un jeune garçon disparaît lors d'une baignade en mer d'Irland... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
14 juin 2016
Colum McCann l'auteur irlandais qui a fait quelque chefs d'oeuvre Et que le vaste monde poursuive sa course folle s'essaie à la nouvelle, avec un recueil écrit dans des circonstances particulièrement comme il nous l'explique dans le 4eme de couverture puisqu'il a été victime à New Haven, d'une violente attaque physique qui l'a laissé démuni physiquement et psychologiquement.
Sa réaction a donc été d'élaborer un recueil de nouvelles autour de la violence sous toutes ses formes. . La première- qui est carrément un court roman de + de 150 pages raconte d'ailleurs une histoire proche de celle qu'il a vécu, sans le dénouement tragique il s'agit d'un procureur qui se voit violemment agressé avant de trouver la mort. On suit la dernière journée avant son agression à la sortie du restaurant, et la construction, habile, et cette sorte de course contre le temps en fait l'histoire la plus interessante du lot
Psychologique, politique, verbale, sociale ou physique, la violence sous toutes ses formes et tout ce qui en résulte sont au coeur des cinq histoires de Treize façons de voir
Là encore l'ensemble est assez inégal, mais le coté profondément autobiographique de l'oeuvre émouvant et viscéral ne peut laisser indifférent…une oeuvre captivante et intime qui résonne en nous longtemps après l'avoir lu.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
motspourmots
30 mai 2016
J'avoue une petite déception en refermant ce recueil dont j'attendais peut-être trop. Oh, ma lecture n'a pas été désagréable, loin de là, mais j'ai l'impression qu'il n'en restera pas grand-chose. D'habitude, dans un recueil de nouvelles, il y a au moins un texte qui m'interpelle ou m'émeut particulièrement et je me dis que, pour celui-là au minimum, ça valait le coup. Ici, je garde l'impression d'un boulot bien fait mais assez froid. J'ai souvenir d'écrits de l'auteur bien plus vibrants...
D'abord il y a un déséquilibre bizarre entre ce qui apparaît comme un court roman ou une novella - le texte qui donne son titre au recueil - et les quatre autres. J'ai peiné à y trouver une unité même si le thème des bouleversements du temps qui passe peut éventuellement tenir lieu de fil rouge et si l'Irlande est toujours évoquée même quand elle ne constitue pas le décor à proprement parler. On dirait presque que le premier texte (environ 150 pages) a été jugé trop court pour une publication et que le volume a été complété par les autres nouvelles afin de lui donner une allure plus imposante.
Cette première nouvelle, Treize façons de voir est d'ailleurs la plus intéressante (tant mieux, c'est la plus longue), notamment dans sa construction. On suit la dernière journée (mais ça, lui ne le sait pas) du vieux juge Mendelssohn désormais à la retraite et dont la mémoire n'est plus tout à fait aussi alerte que dans ses plus jeunes années. Si l'on sait très vite que le vieil homme va mourir c'est tout simplement parce que l'auteur bâtit son récit via les images restituées par les caméras qui ont été les témoins de ses dernières heures, chez lui, dans la rue, dans le restaurant où il déjeune. Cela donne des angles de vue divers et interpellant qui font le sel de cette histoire tragique. de quoi s'interroger sur ce qu'il reste d'une vie une fois qu'elle est passée, sur le destin, sur tous ces instants dont on n'a pas profité en ignorant qu'ils étaient les derniers... Intéressant donc, techniquement parlant. Mais pas bouleversant, comme si l'auteur avait tenu à maintenir le lecteur dans son rôle de voyeur devant ces images volées.
Des quatre autres textes, je n'en retiendrai qu'un intitulé Sh'kohl, mot hébreu qui désigne les parents en deuil d'un enfant. Un mot que j'avais déjà rencontré dans le très beau récit d'Angélique Villeneuve, Nuit de septembre, où l'auteur explique que l'hébreu est une des rares langues à proposer un mot pour désigner cet état particulier. Ici, Colum McCann livre peut-être sa nouvelle la plus poignante, mettant en scène une mère adoptive divorcée dont la relation exclusive avec l'enfant presque adolescent et souffrant de déséquilibres psychologiques est source de terribles appréhensions. La tension qui parcourt les pages est palpable, dans une ambiance qui rappelle Laura Kasischke.
Aucun regret de ma part sur ce livre notamment pour les deux textes dont j'ai parlé. Un livre qu'on ne peut s'empêcher de rapprocher du contexte qui a entouré sa publication (l'agression de l'auteur dans la rue) comme s'il avait été rattrapé par la fiction, même si heureusement pour lui il n'a pas connu la fin dramatique de son héros. Vous avez dit hasard ?
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
maevedefrance
24 septembre 2016
Traduit par Jean-Luc Piningre
Quand j'ai commencé à m'intéresser à la littérature irlandaise, Colum McCann est l'un des premiers écrivains que j'ai lus. A l'époque je ne savais pas qu'il vivait aux Etats-Unis. J'ai dû me faire à un genre peu populaire en France et pourtant si connu en Irlande et aux USA, la nouvelle : La rivière de l'exil (lu en V.O. - Fishing the Sloe-Black River, 1994) et Ailleurs en ce pays - Everything in this country must, 2000), m'avaient fait trouver McCann sacrément talentueux mais aussi un peu ardu (et glauque). Il faut dire qu'il y a énormément d'intertextualité chez cet auteur, un vrai "joycien" qui joue avec les mots, reprend ce qui existe pour mieux le retourner. Alors, en V.O., ça donne un peu du fil à retordre.
Colum McCann a depuis publié des romans, que je n'ai pas tous lus, j'avoue, et c'est le roman justement, qui l'a révélé au grand public en France.
Pourtant, avec Treize façons de voir, il revient à ses premières amours.
Le recueil, que l'auteur dédie, entre autres, à la mémoire de son père, est composé originellement de 4 nouvelles :
"Treize façons de voir", une novella
"Quelle heure est-il maintenant là où vous êtes ?"
"Sh'khol"
"Traité"
et l'éditeur français lui en a fait ajouter une cinquième : "Comme s'il y avait des arbres".
Les textes ont en commun la violence, sous plusieurs formes, mais aussi la solitude.
Je ne vais pas y aller par quatre chemins : j'ai eu un immense coup de coeur pour ce recueil ! Pour moi, pas grand chose à voir avec ce qu'il écrivait à ses débuts, j'ai trouvé que le style avait changé, c'est peut-être plus limpide, plus achevé, il y a davantage d'humour, le lecteur est tenu en haleine, et il y a énormément d'émotion, McCann sait vraiment jouer avec ça ! (C'est aussi peut-être ma mémoire qui me fait défaut par rapport à ce que j'ai lu de lui avant).
"Treize façons de voir" est mon texte préféré. (Je suis partie à New York - même si en vrai j'étais au fin fond de la campagne irlandaise : un double voyage, donc !)
Il raconte le dernier jour d'un vieux juge qui vit à New York, veuf, vivant seul avec l'infirmière qui s'occupe de lui. Il a un fils qui est apparemment un crétin fini, bien trop occupé par sa carrière. Un homme seul donc, lituanien de confession juive, marié à une Irlandaise catholique. le lecteur apprend qu'il va être assassiné par les analepses du texte, révélant une enquête de police. de plus, ce pauvre homme porte le patronyme de Mendhelsson. le titre est tiré d'un poème très connu du monde anglophone qui fait référence au chant du merle. McCann nous rend dingue d'angoisse pour ce vieux monsieur à la démarche plus qu'instable et hésitante. Il nous fait aussi beaucoup rire par les réflexions du bonhomme qui s'en prend jusqu'au glouglou dans les tuyaux du chauffage domestique à 5 heures du matin (avant, on se les gèle !). Notre coeur se serre quand il évoque sa femme et on fulmine contre son fils. Et puis la mort arrive en direct, comme si nous étions à la place du vieux monsieur. La raison : à vous de vous faire une idée d'après tout ce qu'il nous a dit avant.
Extraits :
"Sally James a englouti un oiseau, un de ceux qui se lèvent tôt. La voici donc, de bonne humeur, fraîche comme une cime, solide comme un chêne, grande comme un séquoïa."
"Ils ont un tel sens de la langue, ces Anglais. Normal, puisqu'ils ont eu des Irlandais comme professeurs, disait toujours Eileen."
"Passons la page, tournons l'éponge."
"Tout comme le poème fait du lecteur un complice, les inspecteurs deviennent complices du meurtre."
"Quelle ville ! New York ne cesse de m'épater. Une Rhodésienne blonde servant un juif lituanien, né en Pologne, dans un restaurant italien qui emploie - voyons - deux commis mexicains(...)".
"Notre père qui êtes au bordel des cieux"
"Pourquoi un bordel de merde ? se demandait Eileen.
Pourquoi pas un bordel de beauté ?" :)
"Quelle heure est-il là où vous êtes" : un homme doit écrire une nouvelle pour le nouvel an. Au début, l'angoisse d'un homme devant sa page blanche, l'art de repousser à plus tard ce qui devrait être écrit maintenant, la deadline. Mais l'imagination qui s'enflamme. le lecteur assiste à la création d'un univers de fiction : les décors, les personnages, qui prennent de l'épaisseur sous nos yeux, au fil des lignes, mais ce monde reste inachevé : des questions restent en suspens sur les personnages, sur ce qui pourrait (ou pas) arriver, le champ des possibles est celui du lecteur et de son imagination. Bien joué !
"Sh'khol" : une femme traductrice et divorcée vit dans la baie de Galway, seule avec son fils adoptif handicapé à qui elle a eu la mauvaise idée d'offrir une combinaison de plongée à Noël. Une allusion aux selkies du folklore irlandais, "créatures cousines des sirènes, qui se déguisent en phoques et danses nues sur la grève au clair de lune". La solitude d'une mère, donc, dont l'imagination s'enflamme, seule face à son angoisse. le titre de la nouvelle est le mot qui désignent les parents d'enfant mort en hébreux, d'après ce que dit McCann (je ne sais pas si c'est exact). J'ai beaucoup aimé !
"Traité" : le secret d'une nonne (un viol) qui, des années après reconnaît son agresseur à la télévision. Violent, c'est le moins qu'on puisse dire.
"Comme s'il y avait des arbres" : sur le racisme, la violence envers les Roumains dans une citée du nord de Dublin.
"Les étrangers, on le sert pas, ou alors on les fait attendre, parce qu'il y a toujours des ennuis avec eux."
La fameuse 5e nouvelle ajoutée à l'édition française du recueil : je n'ai pas trop accroché à celle-ci.
Mais pour tous les autres textes, le recueil mérite largement la lecture, pour tout l'humanisme qu'il contient, l'émotion et les clins d'oeil à l'Irlande (et à Joyce !). Même si Colum McCann vit depuis plus de vingt ans à New York, il reste profondément irlandais, notamment par son sens de l'humour ! L'Irlande reste toujours dans un coin de son coeur, comme ces nouvelles le prouvent ! En tout cas pour moi, il n'est pas américain ! :)
Je suis heureuse de ne pas avoir encore lu toute son oeuvre, en particulier ses romans : il me reste donc du "grain" à moudre !
En tout cas, un recueil sublimement écrit !
Lien : http://milleetunelecturesdem..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mariecloclo
27 décembre 2016
Colum McCann est un auteur qui me plaît en général.
Je n'ai pas été déçue par ce recueil de nouvelles. Ma préférée étant la plus longue, celle qui donne son titre à l'ouvrage. On assiste à la dernière journée sur terre d'un vieil homme, ancien juge, on le suit de son réveil à son déjeuner avec son fils, il réfléchit sur son quotidien, repense à son épouse décédée, échange avec son employée de maison, médite sur la maladie, la vieillesse. C'est un portrait très délicat de cet homme qui n'a plus que quelques heures à vivre et ne le sait pas.
La nouvelle "le traité" m'a aussi bien plu, il s'agit de l'histoire d'une religieuse âgée qui a été violée dans sa jeunesse et reconnait un jour son agresseur à la télé.
Le style est très agréable, en revanche c'est un livre assez sombre, le sujet principal étant la violence, qu'elle soit physique ou psychologique.
Commenter  J’apprécie          100
zebres16
17 mai 2016
Colum McCann revient avec un nouveau livre qui en fait est un recueil de nouvelles dont une très courte et un mini roman. J'aime beaucoup cet auteur pour ses histoires, son style, sa poésie.
Il était en train d'écrire son mini roman quand il a été victime d'une agression à New York, un épisode qui a bien sûr influencé la suite son écriture puisque toutes les histoires traitent de la violence sous ses différents aspects. Elle peut être physique, morale, psychologique ou encore verbale.
Mais malheureusement, me concernant, et vraiment j'insiste sur ce point, je n'ai pas été touchée. le petit roman aurait gagné à être plus court, plus concis, à aller davantage à l'essence de l'histoire et de son dénouement, au profit de la dernière nouvelle, vraiment trop courte et peu narrative à mon goût.
La nouvelle avec la religieuse est celle qui m'a le plus « accrochée » mais le sujet et le traitement laissent un sentiment de déjà vu ou lu.
Alors, à vous de découvrir ces Treize façons de voir et de donner votre sentiment !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Les critiques presse (6)
LaPresse01 août 2016
Cet ouvrage rempli d'humanité et de sensibilité peut être savouré en plein été, porté par le chatoiement et la musique fabuleuse d'une écriture qu'on retrouve heureusement dans la traduction française.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress23 mai 2016
Colum McCann touche au plus près l'âme humaine. Entre ombre et lumière.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress23 mai 2016
Colum McCann touche au plus près l'âme humaine. Entre ombre et lumière.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LesEchos20 mai 2016
La façon de voir de Colum McCann ? C'est scruter l'intérieur des êtres, tout près de leur coeur qui bat de plus en plus vite alors que la Terre s'embrase en mille feux de détresse.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LeFigaro19 mai 2016
Un court roman et quatre nouvelles composent ce recueil, le plus sombre jamais écrit par l'auteur irlandais Colum McCann.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Telerama18 mai 2016
Cinq nouvelles poignantes.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Macha_LoubrunMacha_Loubrun26 novembre 2016
Et pourquoi les personnages foisonnent-ils dans le passé lointain, alors que le présent est si plat, si soumis ? Faulkner ne disait-il pas que le passé ne meurt jamais, qu'il n'est même jamais passé ? Drôle de chose que le passé de l'indicatif. N'existe pas à proprement parler. A peine en sommes-nous conscients qu'il s'absente, disparaît. Alors nous résidons continuellement dans le passé, quand bien même nous rêvons l'avenir.Ça devait être le thème d'un sonnet de Shakespeare - je les ai presque tous oubliés -, les vagues se jettent sur les galets de la plage, nos minutes se précipitent vers leur fin, notre labeur secret.

Nouvelle Treize façons de voir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BazartBazart14 juin 2016
« Ce qu’il sait, en revanche, c’est que le froid et l’isolement seront importants : parce que ce récit traite de la Saint-Sylvestre, parce que Sandi sera prisonnière dans son cube de solitude humaine, comme la plupart d’entre nous à l’aube d’une nouvelle année, quand nous regardons à la fois derrière et devant nous. »
Commenter  J’apprécie          200
motspourmotsmotspourmots30 mai 2016
Elle avait aussitôt commencé à le traduire : l'histoire d'un couple d'une cinquantaine d'années qui avait perdu ses deux enfants. Y figurait le mot sh'khol. Rebecca avait cherché une traduction, mais il n'y en avait pas d'exacte. On avait bien sûr veuf, veuve et orphelin, mais pas de nom, pas d'adjectif pour des parents aux enfants morts. Pas davantage en irlandais. Rien non plus en russe, en français, en allemand, ni en plusieurs autres langues. Des synonymes n'existaient qu'en sanskrit, vilomah, en arabe, thakla pour la mère, mathkool pour le père. Mais toujours pas en anglais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
patatarte2001patatarte200123 juillet 2016
Il le range (BlackBerry) depuis peu dans la poche de son pyjama, où il reste désormais la nuit, le petit clignotant allumé. Prodigieux appareil qui emmagasine sans cesse les dernières terreurs, les dernières victoires, pendant que lui somnole ou ronfle. Guerres, coups d'État, rébellions, révolutions, un éventail de misères prêtes à surgir du confort de son lit.
Commenter  J’apprécie          110
michelekastnermichelekastner25 août 2017
Rebecca eut brusquement envie d'empoigner cette chemise, de s'emplir de son odeur. Elle saisit la bouilloire d'une main incertaine, tenta de verser l'eau. Des chiens allaient donc parcourir le cap à la recherche de son fils. En se regardant dans la glace, elle ne vit que lui, son image se doublant d'une deuxième, d'une troisième. Là-bas, les chiens lâchés sur les terres, suivant un bélier, un faucon, un héron. Elle se sentit perdre pied. Une courbe dans l'air. Plonger. Elle agrippa le bord du comptoir. La mer, lisse, lente, glissante. Les fonds qui s'obscurcissent. Le froid comme un linceul. Le coroner, la morgue, les fleurs, une concession, l'enterrement. Elle vacilla.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Colum McCann (97) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colum McCann
Le 24 septembre 2009, François Busnel reçoit : Colum McCann, Et que le vaste monde poursuive sa course folle Trinh Xuan Thuan, Dictionnaire amoureux du ciel et des étoiles Marie NDiaye, Trois femmes puissantes Philippe Delerm, Quelque chose en lui de Bartleby
François Busnel propose en direct chaque jeudi à 20h35 sur France 5, un magazine qui suit de près l'actualité littéraire avec pour seul mot d'ordre, le plaisir.
Retrouvez toutes les informations sur les invités et leur actualité sur notre site : http://www.france5.fr/la-grande-librairie https://www.facebook.com/pages/La-Grande-Librairie/512305502130115 https://twitter.com/GrandeLibrairie Et réagissez en direct pendant l?émission avec le hashtag #LGLf5.
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Irlande

Le pays est divisé en deux : l'Irlande du Nord et...

La République d'Irlande
Le Royaume d'Irlande
La Principauté d'Irlande

11 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : irlande , paysCréer un quiz sur ce livre