AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782863745410
86 pages
Fayard/Mazarine (15/02/2017)
3.32/5   41 notes
Résumé :
 La magie du rangement a fait son temps. Faisons la peau à cette absurdité, et commençons à acheter plein de trucs, pour les semer partout où nous en avons envie !Savez-vous que la science a prouvé que les personnes désordonnées sont plus créatives (et aussi plus intelligentes et plus séduisantes) ? Mais être un vrai bordélique et se laisser aller est un art ! Ce livre va vous apprendre comment vivre dans le bazar (en toute chose et de la cave au plafond), en pleine... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,32

sur 41 notes
5
5 avis
4
8 avis
3
7 avis
2
5 avis
1
3 avis

Sirenna
  24 mai 2019
Un délicieux petit livre que j'ai lu avec grand plaisir ^^
Je suis une bordelique contrariée et je découvre dans ce livre :
« Que le bordel est signe de créativité » et cela m'a fait sourire…
Einstein était bordélique et Mussolini non…
Avec un argument pareille l'auteur a réussi a me convaincre de faire du bordel d'urgence… dans mon appartement …
Heureusement c'est un paradoxe …je suis les deux ^^
Donc il a suffi juste de lâcher prise et une merveilleux empilement de livre apparait dans mon salon comme par miracle pour faire fi de tous ces exigences d'ordre que la société nous imposent.
Bordélique et LIBRE ^^
Bon je le suis aussi quand je range ^^
L'auteur s'amuse à contester l'intérêt de la grande Gourou(tte) Marikondo qui prône
De parler aux objets…^^ et de se demander si l'objet qu'on a décidé de garder nous mets en joie ^^
Elle se moque gentiment de cette démarche Vandamesque en précisant pour ceux qui ne l'avait pas remarquer déjà : …que les vêtements n'ont pas de sentiments …

« Objets avez-vous une âme ? »
Moi je dirai que oui …partiellement ,car pour l'instant je n'ai pas encore vue une de mes 50 robes courir dans le couloir toutes soies et volants au vent ^^
Mais il n'empêche que quand il faut que je m'en sépare c'est mon coeur de tissu qui se déchire comme si j'abandonne un être cher…et pour être cher ; elles l'étaient… (certaines ...pas toutes heureusement)

Un livre qui vous fera chanter et rire …pas sous la pluie…mais entouré de votre bordel douillet en n'ayant aucune once de culpabilité puisque ce bordel domestique vous l'avez choisi toute seule comme une grande et vous en avez même fais une oeuvre d'art ^^en toute connaissance de cause et surtout vous l'assumez avec panache et créativité ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5214
stokely
  08 mai 2017
J'ai aimé la lecture de cette parodie de la Magie du rangement, une lecture agréable pour une fin de week-end avec entres autres des tests absurdes.
Un livre qui prône l'inverse de la tendance du moment les livres de développement personnel et surtout la méthode KonMari.
On y apprend rien du tout ni concernant le rangement ni concernant le bazar mais cela fait sourire .
Des petits chapitres suivant les lieux ou nous faisons le bazar à prendre au troisième degré.
Commenter  J’apprécie          242
ChtiteEmilie
  31 mai 2019
De la joie d'être bordélique ou comment Jennifer McCartney prend le contre- pied de Marie Kondo et dans sa magie du rangement. Cette parodie peut faire sourire car elle se moque gentiment, mais dans quel but? Si c'est faire un Best-seller elle aussi, elle a réussit mais après... Quand est-il de notre bordélique, ce vrai bordélique qui ne prend pas son bordel avec autant de philosophie, pour qui ce n'est pas un choix mais qui s'est enlisé et ne peut se dépêtrer. Alors oui, souvent le bordélique a l'esprit créatif, voir loufoque, le vide le mine et il remplit toujours autant comme autant, mais je le répète ce n'est pas son choix. Laisser le baobab pousser dans sa main est facile, mais le couper est plus difficile. Déculpabiliser d'être bordélique, chouette, mais en oublier les problématiques sociales en est une autre. Le bordélique a honte de tout ce que l'auteure a levé comme lièvres aussi humoristique que cela puisse être. A bon entendeur!
Commenter  J’apprécie          152
LeaneBelaqua
  05 février 2017
En tant que bordélique, je ne pouvais que craquer sur ce livre. Je suis une vraie bordélique doublée d'une étourdie. C'est-à-dire que je sème mes affaires un peu partout, dans des lieux un peu improbables. J'ai essayé de me soigner, notamment en lisant la méthode KonMari, moquée dans cet ouvrage, et j'avoue que j'étais perplexe. Des chaussettes qui se reposent ? Jeter mes livres pour n'en garder qu'une trentaine ? Non merci. Pourtant, j'essaie de ranger mais le bazar revient tout le temps. Un panier de linge plié qui traîne sur le canapé, mes affaires de boulot qui errent sur mon bureau, une armada de tickets de caisse dans mon sac à main, des jouets d'enfant un peu partout... Bon, après, c'est tout de même un bazar raisonnable, mais un bazar que je fais disparaître dès que j'ai de la visite. Tout ça pour dire que je fais bien partie du public visé par cette parodie.
Car c'est ainsi que l'auteur définit son travail. C'est une parodie. A l'heure où il y a tant de livres qui prétendent nous donner les clés de tout un tas de choses parfois incroyables, un tel ouvrage à totalement sa place. C'est une apologie de la pagaille et du lâcher prise, pleine de bon sens et de logique, parfois un peu exagérée mais peu importe. L'auteur s'adresse à nous comme si elle nous parlait devant un bon café. Elle évoque la pression de la société qui prétend qu'on ne peut être heureux qu'avec un intérieur bien ordonné. Or, si notre bazar est là, c'est généralement qu'on s'y sent bien. Il y a des personnes qui aiment l'ordre, oui, et c'est tout à leur honneur, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. C'est ce que Jennifer McCartney explique en préambule, avant de donner tout un tas de pistes, à la manière des différentes méthodes "sérieuses", pour être heureux dans son bazar. Par exemple, elle énonce qu'il faut acheter ce qui nous fait plaisir, qu'importe qu'on ne sache pas encore à quel endroit sera rangé ce quelque chose. de même, nos livres (ces très chers trésors dont je refuse catégoriquement de me séparer) ont une valeur, comme certains objets dont on n'a pas franchement l'utilité (je pense à ce petit panda qui danse au soleil offert par une ancienne élève, ou au presse-papier qui ne fait que prendre la poussière sur une étagère).
Et l'auteur se moque, notamment des drôles de promesses faites par les adeptes du rangement par le vide (quoique franchement, peut-on parler d'intérieur ordonné lorsqu'il n'y a plus rien dans ledit intérieur ?). Je ne porte aucun jugement sur ces personnes. Après tout, les gens qui parviennent à trouver leur bonheur dans le vide (la méthode KonMari veut se débarrasser du superflu) ne sont pas plus idiots que les autres et il faut respecter leurs préférences. L'auteur ne m'a pas parue aussi bienveillant que moi à l'égard de ces personnes. Mais ça fait un bien fou ! le modèle sociétal encense l'ordre et fustige le désordre. Pour une fois, le bordélique se sent aimé et ne fait pas l'objet de jugements. Il est agréable de lire un auteur qui ne se prend pas la tête et nous invite à en faire de même. C'est à des lieux de toute culpabilisation. Au final, le credo de ce livre est le suivant : faîtes ce qui vous plaît. Si vous aimez votre pagaille, gardez-la. Si vous aimez cette superbe robe qui ne vous va plus depuis quatre ans, gardez-la aussi. En gros, faîtes ce qui vous rend heureux. Mais attention, comme le précise à un moment l'auteur, ne devenez pas un accumulateur compulsif, parce que le bordel ne doit pas devenir un risque sanitaire !
Verdict : ♥♥♥♥ C'est un anti-manuel du rangement absolument parfait pour les bordéliques qui aiment que leur demeure paraisse vivante. L'auteur fait preuve de beaucoup d'humour en relevant les éléments les plus étonnants des méthodes à la mode et prône l'acceptation de soi, et de la pagaille qu'on sème. En bref, c'est un bon moment de lecture.
Lien : http://sweetie-universe.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
bdelhausse
  30 mai 2019
Jennifer McCartney se lance dans un pied de nez aux tenants d'un rangement strict à tout prix. Elle se pose en opposante de la "magie du rangement". Et elle le fait avec beaucoup d'humour et de verge... hum, de verve, bien sûr... mais de verge aussi quand elle aborde à de multiples reprises la question de la sexualité épanouie des "rangées coincées" et des "bordéliques jouisseuses"...
Cet opus ne va pas loin tout de même. Pas d'analyse. Pas de choses étudiées en profondeur. On est bordélique dans la superficialité. Dans l'apparence. Mais à la lecture, moi qui demande à mes enfants de toujours ranger... je me suis longuement remis en question. Bien sûr qu'il faut ranger, me dis-je, mais de là à en faire un diktat, il y a de la marge.
Jennifer McCartney fait rimer bordel avec consumérisme. Et cela m'a énormément déplu, car cela n'a pas le moindre sens, à mon avis. Néanmoins, l'auteure redresse un peu la barre vers la fin en signalant que le bordel ne rime pas avec le fait d'acheter un presse-purée en 7 exemplaires juste pour le plaisir d'en foutre partout... Ouf, je suis (en partie) rassuré.
Au final, un livre qui se lit vite et prête à sourire. Rien qui me décidera -cependant- à pousser mes enfants à foutre le bordel partout dans la maison. Surtout quand je marche sur un Lego bien pointu qui traîne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
Actualitte   19 juillet 2018
De la joie d’être bordélique est l’ouvrage IN-DIS-PEN-SABLE pour celles et ceux qui s’apprêtent à partir avec des amis – tout particulièrement s’ils ont des enfants – en vacances.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
PonielPoniel   11 décembre 2019
Fort heureusement, grâce à cette liste, vous venez de comprendre intuitivement la différence entre bordel et accumulation.
L'accumulation est une folie de niveau télé-réalité capable de vous pousser à acquérir quarante sabliers dans un magasin "Tout à un euro" pour les laisser ensuite traîner sur votre lit, dans leur sac, avec les étiquettes, jusqu'à ce que vous retourniez en acheter d'autres, pour les abandonner eux aussi dans leur sac sur votre lit, et ainsi de suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PonielPoniel   11 décembre 2019
Afin de pouvoir vous entourer de tout un tas de chiens, vous devrez probablement vous installer à la campagne, sans quoi ce serait assez méchant de votre part. Et vous aurez juste l'air d'un gros con égoïste quand vous promènerez votre lévrier en ville.
Commenter  J’apprécie          10
LeaneBelaquaLeaneBelaqua   05 février 2017
Et maintenant, place à la plus grande connerie de toutes : être ordonné améliorerait votre vie émotionnelle. Des problèmes de colère ? Trop de travail ? Un mariage malheureux ? Des insomnies ? La faute à vos affaires ! Des problèmes de digestion ? Ce n'est pas le gluten... vos putains d'affaires, on vous dit !
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : rangementVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18268 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre