AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 0356502023
Éditeur : Orbit (06/05/2014)

Note moyenne : 5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
When invasion looms...
Tamas's invasion of Kez ends in disaster when a Kez counter-offensive leaves him cut off behind enemy lines with only a fraction of his army, no supplies, and no hope of reinforcements. Drastically outnumbered and pursued by the enemy's best, he must lead his men on a reckless march through northern Kez to safety, and back over the mountains so that he can defend his country from an angry god, Kresimir.

But the threats ar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Arthas
  01 janvier 2019
Ce fut ma dernière lecture de 2018 et un coup de coeur monumental.
The Crimson Campaign ou La Campagne Ecarlate, puisque cela devait être son titre français, est le deuxième tome de la trilogie des Poudremages, dont la publication en Français a été abandonné après le premier tome.
La Campagne Ecarlate prend place quelques semaines après le siège de la forteresse de Dolcouronne (Shouldercrown en VO) et la bataille du monastère de Kresimir Kurga qui clôt le premier tome.
On y retrouve nos trois personnages principaux: le maréchal Tamas, l'inspecteur Adamat et Taniel, chacun accompagné de son acolyte, ainsi le POV de Nila.
Adro est en guerre. Suite à leur tentative infructueuse de prendre Dolcouronne, l'armée Kez assiège à présent Budwiel, la ville frontalière d'Adro et le seul point d'invasion possible au Sud.
Malgré des troupes inférieures en nombre, le maréchal Tamas essaie d'organiser la défense de son pays et, après une manoeuvre aussi audacieuse que risquée, se retrouve piégé en territoire ennemi. Avec seulement deux brigades et traqué par des ennemis quatre fois plus nombreux il s'engage dans une course contre la montre à travers Kez pour essayer de rejoindre Adro à temps afin de repousser l'envahisseur. Mais sa retraite va se transformer en véritable traque et il devra utiliser toutes ses compétences de général pour s'en sortir, car les Kez ont une carte dans la manche.
C'est grandement inspiré de l'Anaphase de Xénophon de l'aveu même de l'auteur ! La marche épique à travers un territoire hostile d'une armée poussée dans ses retranchements et poursuivie par un adversaire implacable !
De son côté Taniel, fils de Tamas et tueur de dieux depuis sa tentative d'assassinat sur le dieu Kresimir afin d'empêcher son retour, synonyme de fin des temps, reprend le combat contraint et forcé après avoir appris la supposée mort de son père et la gestion catastrophique de la guerre par l'état-major, qui enchaine retraite sur retraite. Son obstination à vouloir se battre la ou les autres veulent fuir va lui attirer l'hostilité des officiers en même temps que l'admiration des soldats. Mais cela n'est rien comparé à ce qu'il devra endurer s'il veut en finir avec Kresimir, car le dieu est devenu fou.
Adamat, pendant ce temps, met tout en oeuvre pour retrouver sa famille et se venger du Seigneur Vetas qui a enlevé sa femmes et ses enfants. Son enquête l'emmènera à frayer avec la pègre et demander l'aide d'une personnage dont la dangerosité n'a d'égal que sa puissance. Et il se pourrait bien qu'il se retrouve pris dans une affaire qui va bien plus loin que tout ce qu'il a imaginé.
Nila, la jeune lavandière, protège tant bien que mal Jacob tout en étant prisonnière du Seigneur Vetas et va se rendre compte que son avenir réserve bien des surprises.
Je signale aussi que encore une fois Ka-Poel démontre qu'elle est décidément le meilleur personnage féminin de la série.
Ce second tome est encore meilleur que le précédent. Il est encore mieux rythmé: le lecteur comme les personnages n'a pas une seconde pour souffler. Les personnages se retrouvent sans cesse en difficulté, devant faire face à des dilemmes à se battre ou à s'enfuir, et si l'un d'entre eux arrive à s'en sortir, c'est un autre qui se retrouve acculé et qui devra défendre chèrement sa vie.
Les scènes de batailles tout simplement jouissives, et nous font prendre conscience du génie stratégique de Tamas et ses compétences en tant que Poudremage, tout comme celles de Taniel et de sa brutalité, presque bestiale ou encore des pouvoirs dévastateurs de Bo ! Tout cela alors tonnent les canons et les mousquets et que résonne le fracas l'acier des sabres et des baïonnettes.
Mais pour autant l'auteur n'en oubli pas de brosser des personnages humains, avec leur doutes, leur faiblesses, leurs regrets et leur espoirs.
Tamas, Taniel et Adamat mais aussi les second rôles: Olem le garde du corps insomniaque de Tamas, Vlora la jeune Poudremage et ex-fiancée de Taniel, Gavril le commandant du corps Montagnards, le dieu-chef Mihali ou encore le boxer Sousmith et le syndicaliste Ricardo Tumblar gagnent en épaisseur.
C'est un livre dense, impeccablement rythmé, doté de personnages forts, développés et qui a pour cadre un univers extrêmement intéressant et novateur. Un vrai bijou.
Ma critique s'arrête içi. Ce dernier paragraphe sera un coup de gueule monumental contre le fait que cette série n'est pas disponible en France et en français, que l'éditeur qui en détient les droits doit visiblement s'asseoir dessus sans se douter qu'il à ses fesses posé sur de l'or en barre et qu'au lieu de soit la céder soit la republier il se contente de ne rien faire. Vraiment cette série ne mérite pas ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Lutin82
  05 novembre 2017
The crisom campaign débute quelques jours/semaines après ces divers rebondissements. La guerre entre Kez et Adro est déclarée, les troupes d'Ipille (l'empereur de Kez) se présentant en force à Budwield au Sud du pays. Or cette ville, à l'extrémité d'un défilé est un véritable verrou, l'ensemble du pays étant encerclé de montagnes. Seules les forces en présence peuvent donner de l'espoir aux armées d'Ipille. Ils sont largement supérieurs en nombre : un million de soldats campent aux portes de la ville.
Question magie, nous avons peu d'évolution par rapport au tome précédent, seule Ka-poel commence à démontrer l'étendu de son talent, un chamanisme mâtiné de vaudou avec l'utilisation de poupées.
Les Knacked – ou Doués – sont moins présents sur ce tome, le seul représentant bien en vue restant Adamat, mais il se sert peu de son don. de leur côté, les Privilégiés possèdent une magie traditionnelle; ils doivent puiser dans l'Ether pour lancer des sorts. La puissance varie d'un individu à l'autre, homme ou femme. Bo s'illustre régulièrement sur ce terrain, pour notre plus grand bonheur, il est mis en valeur avec davantage de soin que précédemment.
Évidemment, les poudres-mages sont immanquables, classe inspirée de Sanderson et de sa magie des métaux. Ils servent essentiellement dans l'armée, où leurs talents martiaux sont utiles. Ils manient des armes à feu dont ils peuvent exploiter et magnifier les effets, ainsi que la poudre noire qui sert de comburant à leur magie. Taniel est un peu particulier, mais c'est à vous d'en faire la découverte.
Malgré les 608 pages affichées, le roman se lit avec aisance. Les prémices ayant été absorbés dans le tome précédent, Brian McClellan s'adonne avec plaisir à son histoire post-révolutionnaire. Il s'inspire de la révolution française (et mexicaine) dans les soubresauts qui ont suivis, alors que les monarchies européennes s'alliaient contre la France des sans-culottes, cherchant à rétablir « l'ordre ».
Le rythme est élevé, sans être échevelé. Nous alternons les trames narratives à des moments clés, maintenant ainsi le lecteur sous tension, avide qu'il est de découvrir la dénouement de telle ou telle situation. J'ai d'ailleurs trouvé Brian McClellan meilleur à ce jeu là par rapport à son tome premier, qui montrait des faiblesses sur l'intrigue d'Adamat. Cette construction entremêlée des 4 situations n'est pas du tout pénible ou difficile à suivre. Elle est même assez savoureuse, et crée un suspens fort agréable.
The crisom Campaign est un tome intermédiaire épique, semblable à un feux d'artifice : il débute dans des explosions d'actions détonantes et pleine de suspens, pour finir dans un bouquet final qui nous plonge dans l'expectative. Cette flintlock a du culot et son auteur une belle main; le lecteur en sort abasourdi. Proche de sombrer dans l'addiction -la drogue et ses conséquences sont très présentes dans cette trilogie – nous en redemandons!
critique plus complète sur mon blog
Lien : https://albdoblog.com/2017/1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Igguk
  30 juillet 2018
Après un premier tome convaincant, il m'a fallu passer en VO pour connaitre la suite des Poudremages de Brian McClellan. La légende raconte que l'éditeur français Panini est allé se saouler pendant 45 jours et 45 nuits en hurlant à qui voulait l'entendre « les lecteurs ch'est des méchants ! ». On l'aurait retrouvé un matin dans le caniveau avec un sticker Basile Boli* collé sur le front et du vomi sur la cravate. C'est donc mon dealer d'anglophonies qui m'a dégotté The Crimson Campaign contre un saucisson et du fromage de chèvre local.
* Toutes mes excuses, mes seules références footballistiques ont plus de 20 ans.
Ce second tome se passe quelques jours à peine après le précédent. Taniel est toujours dans les vapes tandis que Tamas a trimballé l'armée d'Adro jusqu'au sud du pays pour défendre la ville de Budweil contre l'envahisseur Kez. Tout ne va pas trop bien se passer pour lui puisqu'il va se retrouver bloqué en territoire ennemi avec quelques milliers de soldats. Obligés de contourner la frontière, poursuivis par l'ennemi, affamés et avec le moral dans les chaussettes, c'est une course pour la survie qui démarre. A Adopest, l'inspecteur Adamat traque toujours Lord Vetas pour retrouver sa femme et son fils, il est prêt à tout pour se venger, y compris s'allier avec les crapules les plus puissantes du coin. Ce même Lord Vetas détient toujours Nila et le petit Jakob, en plus de Faye, il parait intouchable et très sûr de lui.
On n'a pas vraiment de nouveauté dans les perspectives de l'histoire, les points de vue sont les mêmes que sur La promesse du Sang. C'est pas un défaut puisque ces protagonistes sont excellents, rassurez-vous. Et Taniel ne passe pas tout le bouquin dans le coma puisqu'il se réveille assez vite pour retourner sur le front et constater que sans son père, la guerre a tourné à la grosse merde pour leur camp. Entre le front qui part en sucette et les bataillons de Tamas qui se font courser par quelques milliers de méchants, on voit bien vite que The crimson campaign va être bien plus « militaire » que The promise of blood. A part la trame d'Adamat, tout se déroule dans un contexte martial, et Brian McClellan montre une grande maîtrise sur ce terrain-là également. Les batailles à grande échelle, les tactiques, la tension, le désespoir, les retournements de situations, tout est brillamment dosé pour tenir le lecteur en haleine sans tomber dans des gouffres d'explications techniques d'historien pinailleur.
Les trajectoires de ses personnages sont précises et rythmées à la perfection, chacun à sa psychologie, ses buts, ses craintes. Tamas est porté par la volonté de survivre et de retourner au front, mais on voit surgir quelques fantômes de son passé qu'il trimballe avec lui. Taniel part d'un je-m'en-foutisme dépressif pour remonter la pente, il réalise qu'il est peut-être le dernier espoir de son pays, il va se reprendre et foncer dans le tas jusqu'à aller défier sa hiérarchie. Sa relation avec Ka-Poel, sa protectrice, son ombre, va lui apporter autant de réconfort que d'emmerdes, mais ce petit bout de femme d'une bad-assitude stratosphérique et un des personnages les plus marquants de cet univers. Adamat reste sur les mêmes ficelles que le premier roman, à savoir remuer ciel et terre pour retrouver sa famille, mais il va être le catalyseur de beaucoup de monde au coeur d'Adopest. Plein de personnages vont se croiser dans tous les sens et révéler de nouveaux enjeux pour certains, notamment Nila qui est toujours un peu effacée mais qui, je l'espère, va prendre un peu d'ampleur plus tard. Là c'est encore une fois juste une Princesse Sarah qui se fait trimballer par les évènements, mais un petit twist nous fera dire que, peut-être dans le trois on aura quelque chose à se mettre sous la dent.
Brian McClellan gère toujours merveilleusement bien son univers, il jongle avec toutes les pièces de son grand échiquier pour ne jamais laisser retomber la tension. Il nous attrape sans problème dans le souffle de son aventure, avec ce monde qui mêle une flintlock fantasy innovante, de la magie dévastatrice mais avec ses contraintes propres, des grandes armées, des luttes de pouvoir, un danger à priori insurmontable mais la petite touche d'espoir qui semble vouloir se profiler. The crimson campaign est une grande réussite qui tient les promesses faites par le premier, voire les surpasse sans forcer en sifflotant de manière nonchalante, l'air de retourner son lecteur sans faire d'effort tellement tout semble fluide et naturel. Mais quand on prend du recul on réalise l'ampleur de la réussite, la minutie de cette grande machine, le coeur qu'elle porte en elle et transmet au lecteur.
Lien : http://ours-inculte.fr/the-c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ArthasArthas   11 décembre 2018
Tamas could see the fear in his men's eyes. Tamas let it stew for a moment, watched the growing sense of panic. And then he reached out his hand and pointed to his men.

"You are the Seventh and the Ninth. You are Adro's finest, and it makes you the greatest infantry this world have ever seen. It is my pleasure and my honor to command you on the field of battle, and if it comes to it, to die with you. But I say we will not die here-on Kez soil.

"Let the Kez come", Tamas roared. "Let them send their greatest general after us. Let them stack the odds against us. Let them come upon us with all their fury, because the hounds at ou heels will soon know we are lions!"


Tamas pouvait voir la peur dans les yeux de ses hommes. Tamas la laissa se developper un moment, regardant la panique s'emparer d'eux. Puis il pointa ses hommes du doigt.

"Vous êtes la Septième et la Neuvième brigade. Vous êtes l'élite d'Adro, et cela fait de vous la meilleure infanterie que ce monde ait jamais connu. J'ai le plaisir et l'honneur de vous commander au combat et si cela doit arriver je mourrais avec vous. Mais soyez sur d'une chose, nous ne mourrons pas ici, en territoire Kez".

"Laissez les Kez venir" rugit Tamas. "Laissez les nous envoyer leur meilleurs généraux. Laissez les mettre toutes les chances de leur côtés. Laissez les venir à nous, car si ils nous traquent comme des chiens, ils verront vite que nous somme des lions !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ArthasArthas   01 janvier 2019
"You'll either have to get a better Adran accent or develop a sudden immunity to bullets."

Tu vas devoir soit améliorer ton accent Adran soit devenir soudainement à l'épreuve des balles."
Commenter  J’apprécie          30
Video de Brian McClellan (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brian McClellan
Sword & Laser : Hangout with Brian McClellan !
autres livres classés : vaudouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1384 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre