AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782756009698
222 pages
Éditeur : Delcourt (24/10/2007)
4.49/5   132 notes
Résumé :
Scott McCloud, le narrateur, fait le tour des grandes formes et des langages qui prennent corps au travers des bandes dessinées américaines, européennes et japonaises.

Il commence par bien définir la bande-dessinée en y cherchant la petite bête : après tout, ce n'est pas plus simple que de définir la littérature ! L'auteur y consacre un long chapitre et nous offre même un petit retour aux sources de la narration, avec une série d'exemples égyptiens, m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,49

sur 132 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Walktapus
  30 août 2013
Finalement, pour parler de la bande dessinée, quoi de plus approprié qu'une bédé... un essai BD, une... bédéconférence ? En fait la forme de cet ouvrage est un peu une démonstration de son fond, d'où l'impression d'évidence qui s'en dégage ?
En 200+ pages passionnantes, un peu denses, mais ponctuées d'humour (avec quelques pièges savoureux tendus au lecteur), un Scott McCloud à lunettes et gros traits nous emmène dans le monde de la bande dessinée, avec les très nombreuses illustrations visuelles forcément intégrées dans la trame.
Il recherche l'origine du genre, tente de lui donner une définition, une typologie, fait des parallèles avec les courants de la peinture, fait découvrir les ressources propres de la bédé, sa richesse, provoque des réflexions poussées et des réactions vives. Tout ça pour la hisser sur un piédestal d'art à part entière, en une vision d'ailleurs un peu élitiste. En 1992 le genre était peut-être moins reconnu comme un art qu'aujourd'hui ? Ou alors c'est juste aux US ?
Le livre parle surtout des comics, bien sûr, mais pour autant McCloud connaît ses classiques européens, et fait plusieurs incursions dans le monde des mangas pour en montrer la richesse et la spécificité. Comme il l'écrit, nulle part ailleurs qu'au Japon la BD n'est autant un art.
Bref, un livre foisonnant, sans doute pas d'une rigueur absolue sur le plan théorique, mais regorgeant d'idées, toujours accessible, et qui peut nous donner une autre vision sur ce média... euh pardon.. cet art !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
kedrik
  07 septembre 2011
Je l'avoue : je n'aime pas le trait de Scott McCloud. Ça fait des années que je passe devant ce livre sans arriver à dépasser la couverture. L'effet des petits carreaux sur sa chemise, les lunettes rondes qui lui bouffent la moitié du visage, sa main droite qui ne ressemble à rien... Dans le genre moche, cette couverture bat des records.
Donc, Scott McCloud, après avoir publié juste une BD (Zot!) a décidé de donner des leçons sur la BD. Présomptueux, le gamin. Et pourtant, malgré la relative jeunesse de son auteur, le bouquin est super intelligent. McCloud essaye de définir la BD, remonte dans L Histoire pour voir d'où la BD contemporaine tire ses origines, analyse le découpage, explique le concept de l'ellipse, aborde rapidement la couleur... C'est un voyage hallucinant. D'autant que pour expliquer la BD, McCloud fait une BD. le lecteur a donc une application directe des principes théoriques évoqués dans les bulles.
Et ce n'est pas un livre uniquement accessible aux dessineux. La preuve, je n'ai jamais dépassé le stade des smileys dans mes portraits et pourtant j'ai savouré les précisions techniques de McCloud. Car comme il a une culture BD très large, il est capable d'aborder aussi bien les auteurs américains que de parler de Hergé ou des mangas pour appuyer son propos. Idem, il fait allusion à des tableaux célèbres (c'est le premier qui a été capable de m'expliquer en une phrase pourquoi La grande vague de Kanagawa est si bien construite), on est très loin du type dont la seule culture s'étend des X-Men à Spiderman.
Des défauts ? Quelques redites. Et surtout, le livre a été écrit en 1992. Oui, presque 20 ans. McCloud aurait sans doute des tas de choses à raconter sur les BD des deux dernières décennies et surtout pourrait aujourd'hui ajouter un chapitre complet sur l'utilisation de l'art pictural dans l'informatique. D'autant que Scott McCloud a bossé pour Google en réalisant une BD de 39 pages pour expliquer son navigateur Chrome (et son trait s'est modifié en 15 ans, je trouve son dessin désormais bien plus efficace).
Je n'avais jamais pensé à ce qui se passait entre deux cases. Depuis que j'ai terminé L'art invisible, je regarde mes BD autrement. C'est comme si Scott McCloud m'avait ouvert les yeux. Et dire qu'il a écrit tout ça à 32 ans. Mais paradoxalement, ce théoricien hors pair n'a aucun succès commercial à son actif. Comme quoi...
Lien : http://hu-mu.blogspot.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Erik_
  31 août 2020
J'ai acheté ce livre un peu à contre-coeur. En le feuilletant chez le libraire, cela ne donnait pas envie. La faute à un dessin minimaliste que je n'aime pas... J'ai su par la suite que c'était un choix de l'auteur et il s'en explique. Il fallait passer le cap des préjugés.
Par contre, je me devais de l'acquérir car il n'existe pratiquement pas de livre qui explique en détail aussi bien la bande dessinée. Oui, nous avons là une bande dessinée sur la bande dessinée. C'est traité de manière un peu encyclopédique ou encore à la manière d'un professeur qui enseigne son art (avec une dose d'humour). Cela ne m'a pas trop dérangé dans le principe car on apprend une multitude de choses utiles quand on est passionné de bd. Oui, c'était presque une obligation pour moi d'acquérir l'Art Invisible tout simplement pour comprendre mieux ce qu'est en réalité la bande dessinée. On croit savoir mais on est loin du compte. Il faut avoir lu cet ouvrage.
Je me rappelle encore de ce prêtre que j'invitais chez moi dans mon tout premier appartement afin de faire baptiser mon fils et qui lorgnait sur les étagères de ma bibliothèque où trônaient une multitude de bd. D'un air sérieux, il me demandait ce que j'aimais dans la vie "à part la bd" qu'il ne considérait point comme un art majeur. Bref, le choc des valeurs... Depuis, j'ai perdu la foi !
J'ai réellement aimé que l'auteur défende cet art particulier en ouvrant les yeux sur pas mal d'aspects. Je suis certain que le regard de la plupart des gens changerait. C'est vrai qu'à l'aube de ce XXIème siècle, la bande dessinée a subi de profondes mutations qui la font évoluer. Il y a également eu une prise de conscience de la part des gens.
Cependant, il reste tellement à faire. Dans mon entourage, personne ne s'intéresse à la bd. J'ai quand même l'immense joie d'initier mes enfants. L'auteur Scott Mc Cloud a réussi, à seulement 33 ans (soit un âge christique), à donner une définition de la bande dessinée qui dépasse toutes les espérances. C'est un art unique qui va plus loin que la littérature ou le cinéma. Cela fait longtemps que j'ai moi-même fermé les portes de la littérature. La faute à des profs qui nous obligeaient à ingurgiter des oeuvres littéraires... J'étais pourtant l'un des premiers de ma classe dans la matière du français. Les livres ne m'ont jamais trop attiré car il me manquait l'image. Voilà sans doute pourquoi j'adore la bd et le cinéma. C'est dingue mais cet auteur m'a permis de comprendre certaines raisons sur mes choix.
Néanmoins, je suis en total désaccord avec l'auteur qui prône le minimalisme à tout va. Je trouve au contraire que le dessin gagne en profondeur en approchant la réalité. Néanmoins, j'ai compris pourquoi certains auteurs avaient choisi cette voie. Je croyais naïvement qu'ils ne savaient pas dessiner mieux... ;)
En conclusion, je dirais que cet essai sur la bande dessinée est indispensable à tout amateur. L'auteur parle aussi bien du comics américain que du manga japonais en passant par la bd européenne. La bd est comme un langage universel qui remonte à très loin dans l'histoire. Cette lecture est difficile à digérer. Il m'a quand même fallu 3 jours pour en venir à bout car l'auteur fait appel à de nombreux concepts. Ses démonstrations sont étonnantes de vérité bien qu'il concède ne pas détenir la vérité absolue. Il montre la voie et ouvre un débat en concluant sur une définition de l'art. A posséder bien entendu !
Note Dessin: 3.75/5 - Note Scénario: 4.25/5 - Note Globale: 4/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          16
DamienR
  13 février 2013
Un ouvrage fondamental sur la bande dessinée, autant pour les aficionados de cet art, que pour les débutants.
La forme peut surprendre, un essai en bande dessinée justement, mais c'est le métier de son auteur et c'est aussi le mode d'expression le plus adapté au fond du discours. Certes il aborde des aspects historique, philosophie de l'art,... qui pourraient se contenter du texte, mais comment traiter la narration spécifique, les écoles graphiques (américaine, japonaise et européenne) autrement que sous forme graphique ?
En général à propos de la bande dessinée, on parle de "mode d'expression", "langage", "art" : Scott Mc Cloud décortique, analyse tout ça de manière didactique et précise. Comme le dit Will Eisner, autre essayiste sur le genre, ce titre "fait date dans la reconnaissance intellectuelle de la bande dessinée comme moyen d'expression essentiel".
À lire d'ailleurs de cet auteur, en complément : "L'art séquentiel" qui a été réédité chez Delcourt (9782756019833)
Commenter  J’apprécie          70
vllc
  22 juin 2011
Si je devais choisir un livre pour expliquer la naissance de la BD ainsi que sa construction, alors ce serait celui-là ! Je ne suis pas une amateur éclairée de bande-dessinées, pourtant j'ai trouvé dans ce petit manuel (sous la forme d'une BD justement ) matière à m'enchanter. Les parallèles avec les autres formes artistiques (notamment avec la peinture abstraite à rapprocher des dessins épurés et "quasi - iconiques" de certaines BD) sont pertinents et démontrent que la BD est un art à part entière.
Commenter  J’apprécie          64


critiques presse (1)
Du9   14 janvier 2013
« L‘art invisible » ne se veut pas seulement une analyse des moyens que le dessin en bandes peut se donner pour créer ses propres règles narratives, pour inventer de nouvelles formes de narration, de nouvelles règles mimétiques. C’est une étude méthodique et une démonstration pratique
Lire la critique sur le site : Du9
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   19 décembre 2015
En un demi-million d'années, beaucoup de choses ont changé, mais ce qui est fondamental reste inchangé. Les processus sont devenus plus subtils, mais nous sommes toujours menés par l'instinct de conservation et par l'instinct sexuel - ces instincts étant accompagnés et masqués par une foule de sentiments et de coutumes.
Commenter  J’apprécie          90
KickouKickou   28 novembre 2019
L'ellipse dans la bande dessinée favorise entre le lecteur et le créateur une intimité qui n'est surpassée que par le monde de l'écrit, elle est l'origine d'un contrat silencieux et secret.
La manière qu'a le créateur d'honorer ce contrat dépend à la fois de son art et de sa technique.
Commenter  J’apprécie          60
WalktapusWalktapus   08 décembre 2014
A l'intérieur des cases nous véhiculons notre message de façon visuelle, mais entre les cases aucun de nos sens n'est indispensable, et c'est pourquoi TOUS nos sens sont impliqués.
(de la BD et ses gouttières)
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   22 novembre 2015
Salut, je m'appelle Scott McCloud. Quand j'étais tout petit, je savais exactement ce qu'était une bande dessinée. Une BD, c'était un magazine aux couleurs criardes, avec des dessins médiocres, des scénarios stupide et des types vêtus de collants. Je lisais de vrais livres, bien sûr. Pour les BD, j'étais trop vieux.
Commenter  J’apprécie          30
luzluzluzluz   08 janvier 2015
La nature est une source quotidienne de grandes beautés, pourtant les seules règles de composition qu'elle suit sont celles de la fonction et du hasard.
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Scott McCloud (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Scott McCloud
Scott McCloud parle de son roman graphique "Le sculpteur". Partie 1
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4040 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre