AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1091447101
Éditeur : Ring (22/08/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Avec la nature comme avec une femme, l'homme a ses sommets et vallées de découverte et de déception, d'accomplissement et de perte, de grâce et de volatilité. De l Islande au Nouveau-Mexique, la longue marche de McCord est une histoire d amour aux limites du vertige minéral, dans laquelle nous pouvons tous nous engager. Un marcheur cherche pourquoi il marche, comme un être humain cherche pourquoi il vit.

« J'ai appris en marchant que la langue ne romp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
KrisPy
  13 juin 2016
Howard McCord, « L'homme qui marchait sur la Lune », débute à nouveau le récit de ses longues marches en solitaire en Islande et dans les déserts du Nouveau-Mexique, par une ode à la lumière : « Il y a de l'absurdité ici et là-bas dans l'obscurité, mais elle relève de nos systèmes de concepts et nullement de l'existence ou de l'âme. S.S. Engel. (…) La lumière est l'élément dominant. Minuit est d'or. Crémeux. Midi est d'argent. J'avais oublié comment étaient les étoiles, et la lune m'a pris par surprise quand je l'ai revue deux mois plus tard. » Car la lumière est ce qui nous touche le plus secrètement et profondément quand nous regardons un paysage, quelque chose d'insaisissable et de très subtil, relevant presque de la magie.
Il y est sensible à la magie, ce professeur de littérature, médiéviste, qui ne reste jamais très longtemps le derrière sur une chaise.
Hormis la compagnie de sa femme et celle de deux vieux copains d'armée (car le bonhomme a été pendant quelques années dans la marine américaine, ce qui lui a donné le goût des voyages et de l'Asie, dont il est spécialiste également), il n'aime que la compagnie des grands espaces. C'est un compulsif de la marche, un peu comme le personnage d'Harry Dean Stanton dans Paris-Texas, mais sans le côté « hobo ».
Quand il délaisse son désert chéri, il se promène donc parfois autour du globe, profitant des bourses d'études qui lui sont accordées. Il écrit de la poésie ou des récits de voyages. Mais comme il le dit mieux lui-même, dès qu'on cherche à poser des mots sur certaines choses, elles disparaissent aussitôt, à l'instar d'un somptueux paysage qui devient bêtement banal dès qu'il est photographié.
Et pourtant, j'aime la prose sans fioriture d'Howard McCord. Elle me donne des ailes aux pieds.
Par sa manière brute et poétique, il s'apparente à ma façon de marcher et de percevoir la nature. J'ai marché pendant cette lecture, et ces écrits plein de sagesse ont résonné au plus profond de moi.
Comme lui je suis une adepte de la nature en solitaire, et comme lui, j'ai pu noter l'apparition de petits miracles, comme la découverte, il y a deux jours, de ce petit coin de forêt, nourri par une source souterraine, qui m'a offert ce parterre de fraises des bois mûres à point, alors que partout ailleurs, elles ont disparues. C'est, comme pour McCord, ce pourquoi entre autres je chéris la Nature, et elle me le rend bien.
Et comme McCord (Dieu que j'aime cet homme…), j'ai un besoin vital d'être au plus proche de la nature et au plus loin des hommes. Car nous y retrouvons ce qui semble faire défaut aux humains de nos jours : pureté, beauté, honnêteté, grandeur, générosité.
Et les hommes de peu de foi, de peu d'âme, les hommes de rien, toujours plus avides de prendre, et toujours moins prêts à donner en retour, ceux-là manquent de courage et d'honneur pour oser marcher vers l'extrême, voire pour marcher tout court !
Howard McCord lui reste fidèle à sa vision d'une nature en éternelle renaissance, d'une infini générosité, même dans les endroits inhospitaliers. Car pour qui sait regarder, et surtout voir, la beauté est partout, les surprises innombrables.
Mais il ne s'agit pas d'arriver en dilettante, et de se promener en espadrilles sur les glaciers (quoique…), mais bien d'être en pleine conscience, averti, alerte, préparé, prêt. Prêt à faire face à la difficulté, à l'aridité, à l'imprévu, au danger. La nature n'est pas innocente.
C'est plus qu'à une marche vers l'extrême que nous convie McCord, il nous invite à nous retrouver. A être. En laissant tout le fatras politico-socio-religieux dont nous affublent nos droits et devoirs de bon citoyen. Lui-même le confesse, ce n'est pas aisé. Mais le challenge vaut bien la récompense.
Car McCord est un artisan de la pleine conscience, cette chose absconse que peu de gens connaissent en fait, et expérimentent réellement, si ce n'est les moines bouddhistes et les maitres zen.
Mais sans pour autant courir tout nu dans le désert, on peut expérimenter la pleine conscience et les plaisirs de la marche en solo, juste à mettre de bonnes chaussures, prévoir de l'eau et à grignoter, et go ! Vous pouvez aller où vous voulez, l'important n'est pas la destination, mais le chemin. Il suffit de marcher et de se concentrer sur ses pieds.
Après, si on a la chance, comme moi, (et oui…sic) d'habiter un coin sympathique, plein de nature naturelle, c'est quand même mieux, je vous l'accorde.
Mais pensez-y, la pleine conscience, ça se gagne, c'est du boulot, mais c'est à votre portée, à la portée de vos pieds… Ou alors, commencez par lire du Howard McCord, il vous poussera peut-être aussi des petites ailes aux pieds…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Cacha
  08 novembre 2016
Journal d'un marcheur de l'extrême, c'est-à-dire des déserts, froids ou chauds, et des montagnes. Quelques pensées philosophiques assez peu claires en cours de route, surtout au début du récit.
L'auteur aime la solitude et le dépassement de soi.
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
KrisPyKrisPy   08 juin 2016
Je n'ai jamais senti une grande différence entre poésie et prose. La poésie "n'est que moelle et essence", comme l'a écrit un exégète de Pound, et la prose comble les blancs. Toutes deux sont des applications esthétiques et imaginantes du langage qui, comme l'a dit Suzanne Langer, bien avant les ordinateurs, crée des mondes virtuels.
Commenter  J’apprécie          90
KrisPyKrisPy   09 juin 2016
Les trolls des lieux sauvages ne doivent pas être craints ; ils sont là parce que la beauté doit être aimée et l'est toujours. Les choses se connaissent elles-mêmes, et cette connaissance se reflète de telle sorte que nous pouvons la saisir.
Commenter  J’apprécie          80
KrisPyKrisPy   09 juin 2016
L'eau est un problème. Comme la plupart des rats du désert on a bu de l'eau d'un pedigree douteux. A Fillmore Spring, dans la chaine des Organs, on s'était délecté pendant un long week-end d'une eau tirée d'un caisson à l'intérieur duquel, quand on l'a ouvert par curiosité, on a trouvé un rat mort flottant à la surface.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Howard McCord (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard McCord

Interview exclusive de Howard McCord
Lors d'un bref passage à Paris avant de s'établir pour 2 mois à sa résidence d'auteur de Venise, Howard McCord a accordé aux éditions Ring cet entretien exclusif.
autres livres classés : expérimentationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Nature writing

Quel philosophe est considéré comme le fondateur du Nature writing?

Ralph Waldo Emerson
Henry David Thoreau
Benjamin Franklin

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : nature writing , écologie , littératureCréer un quiz sur ce livre