AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le bruissement du papier et des désirs (18)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
jeunejane
  18 mars 2020
J'ai vu le film "La maison aux pignons verts" il y a un an peut-être, je connaissais un peu le roman de Lucy Maud Montgomery, j'avais lu le très beau livre de Sarah McCoy "Un goût de cannelle et d'espoir ".
Tout était réuni pour que j'apprécie l'histoire du passé de Marilla et de Matthew dans le roman "Le bruissement du papier et des désirs".
Le plaisir de lecture, je ne l'ai pas ressenti car je voyais trop Marilla plus âgée, plus aigrie et je connaissais surtout quelques bribes malheureuses de son passé de petite fille, de jeune fille.
Marilla s'est dévouée toute sa vie aux autres sans penser à elle et ce, à cause de la promesse faite à sa mère de veiller sur toute sa famille.
Je n'ai donc pas accroché à l'ambiance du roman même si j'ignorais que des esclaves, nouvellement affranchis venaient se réfugier au Canada.On n'en parle pas énormémment dans l'histoire du roman.
Le ton du récit n'est certes pas désagréable mais trop enfantin à certains moments.
Pas une grande lecture pour moi contrairement à l'avis des babeliotes et d'autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
alapagedesuzie
  22 novembre 2019
J'ai découvert la plume de cette auteure avec son roman le souffle des feuilles et des promesses. J'avais tellement aimé ce roman historique que j'avais poursuivi ma découverte de cette auteure avec Un goût de cannelle et d'espoir.

Sans que les deux romans soient des coups de coeur, il n'en reste pas moins que j'avais adoré le contexte historique ainsi que la plume de l'auteure. du coup, lorsque ce roman est sorti, je n'ai pu faire autrement que de vouloir le lire.

Et je suis loin de regretter de m'être laissée séduite par le synopsis. L'intrigue se déroule avant l'arrivée d'Anne aux pignons verts. Personnellement, je n'ai plus aucun souvenir de cette saga, mais après avoir lu ce roman-ci, je vous avouerais que cela m'a donné le goût de me replonger dans les aventures d'Anne.

Bref pour en revenir à ce roman, je me suis laissée séduire par l'époque et le contexte historique où se déroule notre intrigue. D'ailleurs, j'aurais bien aimé en savoir un peu plus sur ce qui se passait à l'extérieur de l'île. J'ai l'impression qu'elle n'a fait qu'effleurer le sujet sur les Tory et les Réformistes. Par contre, nous ressentons bien le climat de terreur qui entoure les esclaves noirs et l'avant-guerre de Sécession.

Quant aux personnages, j'ai bien aimé la jeune Marilla et sa force de caractère. Elle n'avait pas peur de ses opinions, et ce, à une époque où la femme n'avait pourtant pas son mot à dire. Par contre, je n'ai pas été séduite par son personnage à l'âge adulte. Son comportement vis-à-vis de John Blythe m'a déçue. Son orgueil ne lui aura apporté que de la tristesse et des regrets au fil des ans.

Malgré qu'elle ait fait cette grande promesse à sa mère sur son lit de mort, je crois qu'il aurait été possible de prendre soin de son père et de son frère tout en se donnant la chance d'être heureuse et amoureuse. Quel gâchis! Malgré tout, j'ai apprécié son grand coeur et son désir de vouloir aider autrui. Certaines scènes sont venues me toucher profondément.

J'ai également apprécié le personnage de Rachel. Elle est rafraîchissante et apporte de la lumière et de la légèreté au roman. Nous en avons bien besoin, car c'est parfois un peu sombre étant donné le climat historique de l'époque.

Au final, ce roman m'aura donné le goût de relire la saga d'Anne aux pignons verts. C'était une excellente idée de nous donner cette vision de Marilla et Matthew plus jeunes. Par contre, j'aurais apprécié que le contexte historique soit plus exploité. Encore une fois, ce fut un roman agréable à lire, mais ce ne fut pas un coup de coeur.
Lien : http://alapagedesuzie.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
vratajczak257
  15 avril 2019
Excellent récit qui fait écho au roman lu quand j'étais enfant : la maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery, qui raconte les aventures d'Anne Shirley au coeur d'Avonlea, commune de l'île du prince Edouard. Grâce à Sarah Mac Coy, auteur et conteuse incontestée, nous retrouvons les héros de ce roman dans leur prime jeunesse c'est à dire Mattew et Marilla quand ils avaient une douzaine d'années .Ce récit est comme une plongée en terrain ami, en terrain connu. Marilla est le personnage féminin fort de ce récit: on y voit sa force de vivre, ses choix, ses batailles, son intelligence, ses sentiments aussi et ses relations avec les autres : avec sa mère, qu'elle perd fort jeune, avec son frère Mattew, personnage timide et courageux, avec son père, qui n'est bientôt plus que l'ombre de lui-même quand il perd son épouse, avec son prétendant John Blythe, et avec son amie Rachel . On découvre peu à peu le pourquoi de ses choix de vie. C'est du coup un récit attachant pour ce qu'il représente, un retour aux sources, mais aussi une réelle gageure pour l'auteur, en prenant ainsi le relais de Lucy Maud Montgomery, sans aucun problème ! Une belle réussite ! Toutes mes félicitations à Sarah Mac Coy pour ce premier acte, qui ne manque ni de panache, ni d'aventure, ni de talent... Un grand bravo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Jangelis
  10 mars 2019
Un très beau coup de coeur.
Les mystères de l'écriture : Certains romans sont bien, agréables à lire, je les apprécie ; mais un petit nombre vous emportent par leur écriture, quel que soit le sujet, et sans que je puisse vraiment expliquer pourquoi j'ai tant aimé. Celui-ci en fait clairement partie.

J'avais beaucoup aimé la plume de Sarah McCoy dans le souffle des feuilles et des promesses, (choisi un peu au hasard comme premier titre pour mon partenariat Michel Lafon). Je me réjouissais donc de la retrouver ici.
Et puis, j'ai lu le résumé : Marilla, ça me dit quelque chose... Île du Prince-Édouard, Matthew, ... mais, je ne rêve pas, il est question de la maison aux pignons verts ???
(Évidemment, si le titre original avait été conservé et traduit "Marilla of Green Gables" j'en aurais été certaine plus rapidement !)
J'ai découvert Anne il y a peu, juste un lustre que j'ai lu les 5 premiers tomes (merci à Florence qui les a rapporté des U.S.A., on les trouve difficilement en France) et je suis tombée sous le charme de la fillette, sa famille d'accueil, et cette île.
Il fallait donc absolument que je lise ce préquel.
Mais en même temps, j'étais inquiète de ne pas retrouver le monde et l'écriture de L.M. Montgomery.
J'ai donc commencé ma lecture un peu méfiante.

Dès le début, me revoilà à Avonlea, bien avant que Anne n'y arrive. du moins une fois passé le prologue, qui annonce la fin du roman et introduit la saga (mais on le comprend seulement en le relisant ensuite !!)

Quel plaisir de découvrir la jeunesse de Marilla et Matthew. de comprendre ce qui les a construit et amené à la vie que l'on connaît, de découvrir les amis et voisins dans leur jeunesse.

C'est poignant quand on connait la suite, pour avoir lu et relu Anne.
Voir Marilla si pleine de vie, de désirs, tellement en attente de l'avenir.
Je vais d'ailleurs très rapidement relire Anne, la maison aux Pignons verts, avec cet éclairage nouveau sur eux qui l'accueillent, et sur le village.

Sarah McCoy s'est étonnamment coulée dans l'écriture de Lucy Maud Montgomery et dans son monde. On sent qu'elle a dû aimer énormément la saga. Et elle connait bien les lieux et les personnes.
Aucune déception sur le changement d'autrice.

Il ne faudrait cependant pas penser qu'on ne peut lire ce très beau livre que si on connait la série Anne ...
C'est un roman qui se suffit à lui-même, un vrai plaisir de lecture.
Des personnages intéressants, une vraie intrigue, l'île du Prince-Édouard en toute saison, la nature et la vie dans ce coin du monde un peu spécial. Et aussi la situation politique au milieu du 19e siècle, les tensions entre les divers partis, les États-Unis tout proches, à la veille de la guerre de Sécession.
Et surtout, l'esclavage, le chemin de fer clandestin, l'accueil des esclaves en fuite.
Des passages très émouvants sur ce sujet.

Un livre que j'aurais voulu ne jamais terminer .. (même si évidemment, je l'ai dévoré en rien de temps) !
Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ptitelilie
  22 février 2020
J'avais découvert la plume de Sarah McCoy avec « le souffle des feuilles et des promesses ». Cette lecture m'ayant plu, je n'ai pas hésité avant de replonger dans l'univers de l'autrice avec ce livre.

Ce roman est en fait un préquel au roman de Lucy Maud Montgomery « La maison aux pignons verts », dont a également été tiré une série télé (qui est désormais dans ma liste de série à visionner). Nous découvrons ici, les vies de Marilla, John Blythe et Mattew lorsqu'ils sont jeunes. Sarah McCoy imagine leurs passés et les choix qui les ont mené à être ce qu'ils sont dans l'histoire de Lucy Maud Montgomery. Marilla est une jeune fille loyale, intelligente, proche de sa famille et un peu maladroite par moment. Elle vit à la ferme avec son frère Mattew et ses parents. Au fil du temps, elle devient la maitresse de maison et doit gérer son quotidien. Si je devais lui trouver un défaut, je dirai que Marilla s'occupe beaucoup trop des autres et pas assez d'elle. En effet, elle est généreuse, avec un coeur en or et des préoccupations toujours nobles. Pourtant, elle pense toujours aux autres, à sa famille, mais rarement à elle. Elle est loin d'avoir une vie facile pourtant, elle ne se plaint pas et fait toujours de son mieux pour rendre service, quand elle le peut. Pour moi, elle est le personnage central de cette histoire car on va la suivre, au fil des ans, la voir évoluer, changer, s'interroger, et j'ai été un peu triste de la quitter à la fin de ce roman.

Encore une fois, je suis facilement rentrée dans l'histoire proposée par l'autrice. Sa plume est fluide, efficace et très visuelle. Elle en profite également pour nous distiller des informations historiques comme la fuite des esclaves noirs des Etats-Unis vers le Canada et le traitement qui leur était réservé… J'ai été un peu abasourdie par les moeurs de l'époque et ai été ravie d'apprendre que certains s'étaient engagés pour les aider à se reconstruire une nouvelle vie.

Pour conclure, « le bruissement du papier et des désirs » est un beau roman retraçant le parcours de personnages attachants et entiers. Désormais, je vais me tourner vers la série qui raconte la suite de leurs aventures car j'ai bien envie de savoir ce qu'ils deviennent !
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
donaldguertin
  31 juillet 2019
Inspirée par Anne et la maison aux Pignons verts, Sarah McCoy voyage dans le temps et, à rebours, raconte la vie de personnages illustres de l'oeuvre de Lucy Maud Montgomery. Une cinquantaine d'années avant l'arrivée d'Anne aux Pignons Verts, le lecteur découvre les personnages qui animeront l'histoire originale : Marilla, Rachel, Mathiew, John B., etc. Sarah McCoy fut intriguée par la révélation que Marilla fait à sa fille adoptive, Anne, au sujet de Gilbert Blythe : « Quel beau jeune homme (...) il ressemble à son père au même âge. » Quelle était la vraie relation entre Marilla et John B.? Qu'est-ce qui a fait obstacle à l'amour de Marilla et de John Blythe? Qu'est-ce qui explique l'attrait pour la « fameuse » maison Les Pignons Verts? L'intérêt pour cette oeuvre de fiction croît à la mesure de la connaissance que le lecteur et la lectrice ont de l'oeuvre de L. M. Montgomery.

Certains détails sociologiques sont effleurés sans être particulièrement bien traités : les questions de l'esclavagisme au Canada, de la Rébellion de 1837-38, des courants politiques de l'époque, des orphelinats, etc. Ces sujets servent souvent de prétextes sans être abordés au regard de la place qu'ils ont réellement occupée dans la vie sociale, religieuse et politique de l'époque. Un fait historique, la pendaison du Chevalier Delorimier, est tronqué pour justifier un prétexte narratif, non essentiel au récit : la pendaison n'a pas eu lieu en Nouvelle-Écosse, mais bien dans la prison Au-Pied-du-Courant à Montréal en 1839. le traitement maladroit du contexte socio-politique atténue la portée de cette oeuvre fictive, malgré les efforts de l'auteure pour respecter le contexte socio-linguistique de l'époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissMymoo
  01 mai 2019
Une fois de plus, Sarah McCoy parvient à nous emporter dans la grande Histoire, cette fois en inventant un prequel au célèbre classique de la littérature jeunesse canadienne du début du XXe siècle "Anne, la maison aux pignons verts" ("Anne of Green Gables").
On se prend d'affection pour les personnages principaux, notamment Marilla, dont la dévotion à sa famille guide chaque jour sa destinée, parfois au détriment de ses propres désirs.
J'ai tout particulièrement apprécié la façon dont Sarah McCoy parvient à faire le lien dans ce roman avec l'un de ses autres livres, "Un parfum d'encre et de liberté", qui traite de l'exfiltration des esclaves noirs du Sud des États-Unis, en pleine guerre de Sécession, jusque dans des refuges au Canada.
Le fameux chemin de fer dont il est également question dans le brillant roman de Colson Whitehead, "Underground Railroad".
J'ai été très émue par "Le bruissement du papier et des désirs", même si je m'attendais à ce que le côté historique sur l'exfiltration des esclaves ait une place plus importante, ce qui n'est pas vraiment le cas. Malgré tout, ce fut une excellente lecture qui m'aura presque tiré quelques larmes, et sans aucun doute, brisé le coeur... mais que je recommande grandement !
Il ne me reste plus qu'à lire "Anne, la maison aux pignons verts" pour combler mes lacunes et boucler la boucle !
Lien : http://unjour-unlivre.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
haros
  17 avril 2019
Dès la première page, le lecteur apprend que ce roman retrace l'histoire de Marilla tiré du roman Anne...la maison aux pignons verts. Pour les connaisseurs, on retrouve Marilla juste avant qu'elle se décide à prendre un orphelin pour travailler à la ferme. Donc juste avant de recevoir la jeune Anne. Pour les non connaisseurs, il y a actuellement sur Netflix, la série Anne with a "E". On retrouve donc Marilla et son frère Mathew depuis leur enfance quand ils avaient encore leurs 2 parents. Et au fil des pages, on comprend pourquoi et comment, Marilla est une femme célibataire, endurcie, de caractère plutôt froid et rêche aux premiers abords. Il en est de même pour son frère Mathew.

J'ai apprécié découvrir Marilla bien que je l'ai trouvé (souvent) têtue comme une mule et bornée! J'ai été agréablement surprise de découvrir une femme moderne et avant-gardiste dans ses prises de positions audacieuses dans ce monde d'homme. J'ai aimé la voir s'imposer tout naturellement, sans forcer, juste avec sa prestance, sa maturité et une forme certaine de sagesse. Toutefois, qu'est ce que j'ai pu râler de la voir rejeter l'amour par orgueil et entêtement! Malgré cela, j'ai vu en elle sa grande force et sa pudique faiblesse. C'est d'ailleurs pareil pour son frère Mathew, qui vit la même chose (en étant toutefois plus effacé). Ce sont des taiseux à une époque où on ne parle pas de ses sentiments, où on ne parle pas de soi.

L'auteure, Sarah McCoy a une belle écriture qui m'a embarqué de suite dans la vie de Marilla, de Mathew et des habitants du village. Elle aborde le thème de la dure vie à la ferme et de l'esclavage, notamment par l'aide apporté aux esclaves en fuite et les risques encourus. Je ne développe pas plus pour ne pas spoiler. Je me suis laissée porter par ce roman qui retrace les années qui passent, les temps qui changent. Cette lecture m'a touchée (peut-être parce que je connaissais la référence de la maison aux pignons verts).

Je remercie les éditions Michel Lafon pour cette lecture qui va me faire voir autrement le personnage de Marilla dans la série que je suis en train de suivre.


Lien : https://www.hellobeautymag.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
paulinedumont86
  27 mars 2019
Quel plaisir de retrouver la plume de Sarah McCoy ! Et ce roman est encore plus spécial car elle nous renvoie à nos lectures enfantines, extrait un personnage d'un roman mondialement connu, Anne… la maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery, et nous raconte son adolescence. Elle nous amène à comprendre pourquoi elle va devenir cette femme droite et juste dans l'oeuvre de Lucy Maud Montgomery. Chapeau bas !

Nous sommes sur l'île du Prince-Edouard au large du Canada, en 1837. Marilla Cuthbert a 13 ans et vit avec sa mère qu'elle adore, son père, un peu bourru, et son grand frère Matthew. Alors que les hommes s'occupent de la ferme, Marilla aide sa mère enceinte avant la délivrance qui lui permettra de retourner à l'école et de passer son diplôme de fin d'étude. Son béguin pour John Blythe, son amitié pour Rachel White, si différente d'elle, son attachement de plus en plus fort pour sa tante Izzy, marquent ces quelques mois d'insouciance. Un drame vient l'endurcir et l'amène à s'ouvrir de plus en plus aux événements qui se trament au Canada. La rébellion n'est pas loin, alors même que les événements aux USA, avec les prémices de la guerre de Sécession, passent les frontières canadiennes. Elle ne peut ne rien faire face au sort des Noirs, mais se doit de rester fidèle à ses idées et celles de sa famille. C'est une jeune Marilla, courageuse, juste et droite que nous découvrons dans ce très beau roman.

L'idée de Sarah McCoy est très bonne : écrire l'adolescence de personnages d'un roman culte écrit par un autre auteur bien des décennies plus tôt. Mais si elle est bonne, elle aurait aussi pu être dangereuse en dénaturant l'essence même du roman original ou en laissant les amoureux du premier auteur sur leur faim ou dubitatif quant au style ou l'histoire racontée… Mais Sarah McCoy a réussi à ne pas tomber dans ces écueils et nous offre un préquel réussi, au style parfait collant à celui de Lucy Maud Montgomery. Marilla aurait pu vivre toutes ces choses et ceci expliquerait parfaitement ce qu'elle est devenue dans Anne… la maison aux pignons verts. Mais elle réussit également à se détacher de l'oeuvre originale et permet à des lecteurs qui ne connaîtraient pas les romans de Montgomery d'apprécier cette lecture, complètement indépendante de cette « suite ».

Marilla Cuthbert est un personnage fascinant et extrêmement attachant. Malgré les nombreux coups durs de la vie, elle parvient toujours à se relever avec dignité et force. Elle fait face, autant à ses erreurs, à ses regrets et ses blessures qu'aux épreuves. de plus, si on n'est pas toujours d'accord avec ses idées, sa manière toute personnelle de les exposer la rend encore plus grande, car le bien-être de tout un chacun passe avant tout. Elle ressemble beaucoup à sa tante Izzy qu'il est très agréable de découvrir dès les premiers chapitres. le père et le frère, Mathew, tous deux des taiseux, sont travailleurs et justes, tranquilles et droits. Et c'est un peu le cas pour tous les personnages rencontrés : John Blythe, auquel on ne peut que s'attacher, le maître d'école, Rachel qui, malgré sa frivolité, va s'avérer être toujours présente pour Marilla. Et c'est le cas pour la majorité des habitants du village d'Avonlea sur cette île encore sauvage.

Par le parcours de Marilla, on découvre aussi comment s'est construit le Canada, la révolte face à un système qui ne laisse que trop peu la parole au peuple, l'amour porté encore et toujours à la Reine Victoria, avec un souhait fort pour beaucoup de s'en affranchir. La jeune Marilla va aussi très vite être confrontée à des enfants noirs cachés dans des orphelinats car recherchés par leurs maîtres blancs, et ce même au-delà de la frontière canadienne. Et les lois canadiennes étant encore très flous à ce sujet, leur sort est plus que précaire. le désir de Marilla d'aider, et pas qu'en cousant des châles de prières, va très vite prendre forme. C'est passionnant de découvrir tous les stratagèmes mis en place par les esclaves affranchis pour protéger ces esclaves en quête de liberté – et on retrouve là l'un des sujets de prédilection de Sarah McCoy, qu'on a pu découvrir dans d'autres de ses romans.

En façonnant une Marilla si humaine, si altruiste, si juste et droite, et ce dès son adolescence, on comprend mieux la Marilla d'âge mûr des romans de Lucy Maud Montgomery – mais également de la série Netflix Anne with an E si vous n'aviez pas fait le lien. Et il en va de même pour le personnage de Matthew. Les écueils et les épreuves de sa jeunesse en ont fait un homme tendre mais discret, taiseux et solitaire.

Sarah McCoy a réussi le tour de force de compléter l'oeuvre de Lucy Maud Montgomery avec beaucoup de douceur, de respect mais surtout sans la dénaturer. Une petite madeleine de Proust !
Lien : https://breveslitteraires.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lireparelora
  01 avril 2019
Chers vous,

Après avoir lu « Un goût de cannelle et d'espoir » & «Le souffle des feuilles et des promesses », j'étais curieuse de découvrir le nouveau roman de Sarah McCoy. Une nouvelle fois, l'écriture de l'autrice est fine et ciselée. On imagine sans problèmes le cadre géographique et historique où évoluent nos protagonistes. Chaque description est extrêmement soignée sans jamais tomber dans l'excès de détails.

Si vous connaissez la série Netflix «Anne with an E » et Anne et la maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery, ce roman devrait vous plaire car il se présente comme un préquel où on voit Marilla grandir. En ce qui me concerne, ne connaissant ni le livre ni la série, je suis probablement passée à côté de certains détails.
Bien à vous
Lien : https://lireparelora.wordpre..
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Avez vous lu Un gout de cannelle et d'espoir?

Combien y a t-il de personnages dont on raconte les histoires?

1
2
3
4

8 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoyCréer un quiz sur ce livre