AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266259002
480 pages
Éditeur : Pocket (02/02/2017)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 270 notes)
Résumé :
1859. Deux ans avant le début de la guerre de Sécession. Sarah Brown, fille d'un célèbre abolitionniste, se résigne à ne pas avoir d'enfant. "Qui voudrait l'épouser ? " se désole sa mère... Sarah retrouve pourtant goût à la vie en s'engageant avec sa famille dans un groupe de résistants, qui aide les esclaves à fuir leur terrible sort vers le nord de l'Amérique. Grâce à ses talents artistiques, elle retrace et dissimule dans ses dessins les cartes secrètes qui mènen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (86) Voir plus Ajouter une critique
NathalC
  07 janvier 2019
Une lecture en demi-teinte en ce qui me concerne.
Sarah McCoy reprend le schéma de Un goût de cannelle et d'espoir, à savoir 2 histoires à 2 périodes différentes. Ici, une histoire durant la guerre de sécession et une histoire de nos jours, avec comme point commun le lieu des évènements.
Comme lors de la lecture de son 1er roman, je n'ai pas accroché à l'histoire actuelle. Sans intérêt !
En revanche, j'ai plus aimé l'histoire de Sarah. On sent que l'auteur a effectué des recherches historiques sur les évènements de l'époque et sur la famille Brown.
Cette histoire méritait un roman à elle seule, avec encore plus de détails, plus de profondeur.
Pour conclure, une lecture agréable, mais sans plus, avec un sentiment de trop peu pour la partie du 19ème siècle.
Commenter  J’apprécie          581
sandrine57
  20 janvier 2017
En 1859, la jeune Sarah accompagne sa soeur et sa mère chez les Hill à New Charlestown en Virginie, pour voir une dernière fois leur père et mari l'abolitionniste John Brown, condamné à la pendaison après l'attaque ratée de l'arsenal de Harpers Ferry. Dans cette famille du Sud favorable à l'abolition de l'esclavage, Sarah se lie avec Freddy qui sera son correspondant privilégié à son retour à New-York. Mais elle sait que seule une solide amitié pourra les unir. La dysenterie l'a laissée incapable de procréer et elle ne peut envisager de priver l'homme qu'elle aime de son rêve de fonder une famille. A u mariage forcément malheureux, elle préfère les études, l'art et surtout la continuation de l'oeuvre de son père. Pour aider le ''Chemin de fer clandestin'' qui permet aux esclaves de passer du Sud au Nord, Sarah dessine des cartes camouflées dans de petits tableaux bucoliques ou sur le visage de poupées de porcelaine.
De nos jours, Eden vient d'arriver New Charlestown avec son mari Jack. Elle a quitté la ville, son travail et tout ce qui était sa vie pour profiter du calme de la campagne et enfin réaliser son rêve de fonder une famille. Après des années d'échec, son mariage ne tient plus qu'à un fil tant elle en veut au monde entier de sa stérilité. Quand son mari rentre avec un chien sous le bras, elle explose littéralement de colère, de rage, d'impuissance. C'est donc sa jeune voisine, Cloé, qui est chargée de nourrir et sortir l'animal. Mais malgré son refus initial, Eden finit par s'attacher à la boule de poils et à la fillette. Ensemble, elles découvrent une tête de poupée très ancienne dans le garde-manger de la maison et commencent une enquête pour en connaître la provenance.
Fidèle à son style, Sarah McCoy entremêle le passé et le présent pour raconter le destin de deux femmes liées par leur infertilité et une maison. Et dès les premières pages on s'intéresse à Sarah et la terrible époque qui précéda la guerre civile tout en faisant la connaissance d'Eden, une femme d'aujourd'hui minée par l'absence d'enfant. Mais très vite, les chapitres consacrées à la première prennent le dessus. Sans le savoir, nous connaissons tous son père, John Brown, ne serait-ce que par la chanson inspirée de son exécution qui fut l'hymne des Unionistes. En apprendre plus, sur lui, son combat, sa famille, est un vrai plaisir et une réelle découverte. Sa fille Sarah, artiste, féministe, vouée à la cause abolitionniste, est un personnage historique qui gagne aussi à être connu. Malheureusement, l'intrigue se focalise sur son histoire d'amour avec Freddy Hill alors que là n'est pas l'essence de cette femme engagée et combative. Mais l'auteure semble engluée dans les bons sentiments et c'est encore pire dans les chapitres concernant Eden. La description de la petite ville américaine avec les gentils voisins, la gentille libraire, le gentil épicier, la gentille antiquaire, les rues bien proprettes et le festival annuel et sa meilleure tourte, on a beau être en 2014, on se croirait dans un épisode de la petite maison dans la prairie. C'est un peu une Amérique fantasmée où tout le monde est harmonie et amour, jusqu'à l'écoeurement. Et Eden est un personnage inintéressant, capricieux, larmoyant et immature qu'on peine à apprécier.
Après le fabuleux Un goût de cannelle et d'espoir, Sarah McCoy déçoit dans ce deuxième roman qui manque de puissance et se complaît dans la facilité et la mièvrerie. Tout n'est pas à jeter, le style est fluide, la partie historique instructive mais l'ensemble n'est pas convaincant. Peut mieux faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Annette55
  31 juillet 2016
Je n'ai pas aimé ce livre qui entrelace le destin de deux femmes, Sarah, en 1859, Eden en 2014, cette histoire de tête de poupée ancienne m'a laissée de marbre , impossible d'entrer dans cette histoire et la fin est très décevante .
Dommage, j'avais bien aimé "UN goût de cannelle et d'espoir" du même auteur.
Ce n'est que mon avis, bien sûr .
Commenter  J’apprécie          330
PrettyYoungCat
  07 janvier 2019
Sarah McCoy semble avoir voulu reproduire la même recette que Un goût de cannelle et d'espoir avec ce livre. Mais si dans ce premier, elle parvenait à nous plonger au coeur de la seconde guerre mondiale avec un souffle palpitant, la partie contemporaine contenait quelques bémols avec malgré tout une ambiance de pains chauds et de pâtisseries réussie.
Dans Un parfum d'encre et de liberté, elle a dû rater une ligne dans son cahier de recettes, car le gâteau est fade et étouffe-chrétien.
Une fois encore, elle alterne deux époques : le milieu du 19ème siècle sur fond de cause abolitionniste et le 21ème siècle...
La partie qui a trait à 2014, n'est faite que de platitudes, de personnages creux, de dialogues qui sonnent faux. En toile de fond, vient le thème de l'impossibilité pour une femme de concevoir et la souffrance que cela génère pour elle. Mais personnellement, le personnage était tellement aigri que je n'ai absolument pas pu éprouver une quelconque empathie.
Quant à la cause des esclaves, les personnages (qui ont existé pour certains d'entre eux), ne m'ont pas paru plus attachants et j'ai eu le sentiment qu'il était plus question d'une histoire d'amour qui nous était racontée que de la condition des esclaves, leur lutte et celle de ceux qui leur venaient en aide.
Et les liens entre les deux époques me sont apparus comme des ficelles grossières...
Bref, le livre m'a fait l'effet d'une histoire en carton-pâte, d'un dessert en papier-mâché sans saveur, faux et indigeste donc, et a suscité chez moi un prodigieux ennui !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
cmpf
  30 juin 2018

J'ai entamé avec confiance ce roman ayant beaucoup aimé Un goût de cannelle et d'espoir qui se passait moitié dans l'Allemagne de Hitler et moitié aux États Unis aujourd'hui. le thème de celui-ci l'esclavage et son abolition m'attirait tout autant, pourtant il m'a un peu moins plu, mais ça reste un bon livre. La vie quotidienne dans l'Allemagne de Hitler et l'esclavage des Noirs aux États-Unis, deux sujets qui m'intriguent.
John Brown est un abolitionniste qui ne recule pas devant le meurtre pour imposer ses idées. Il participe bien sur au chemin de fer clandestin en cachette de sa famille. Mais sa fille Sarah assiste par hasard au départ d'une famille de noirs. Malgré son jeune âge elle propose d'aider en dessinant le chemin à parcourir.
Toute sa vie elle restera fidèle à cet engagement. Sachant qu'elle ne pourra procréer à cause d'une maladie, elle veut faire de sa vie la continuation de l'oeuvre de son père, condamné à la pendaison après l'affaire de Harpers Ferry.
De nos jours, Eden s'est installée avec son mari Jack dans une belle maison de New Charleston. Elle y trouve une tête de poupée en porcelaine sur laquelle sa petite voisine, fillette débrouillarde, enquête.
Sarah a réellement existé et consacré sa vie à aider le chemin de fer clandestin. Mais l'auteur déclare dans une explication à la fin du livre qu'elle a brodé sur ce qu'on sait de sa vie. L'histoire d'Eden quoique intéressante était-elle indispensable pour raconter cet épisode de la lutte antiesclavagiste ? Sans doute l'auteur a t-elle voulu rester fidèle à la structure en deux périodes qui se répondent de son premier roman, mais là je ne suis pas sûre que cela apporte quelque chose.j
Mais je continuerai à suivre Sarah McCoy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (167) Voir plus Ajouter une citation
MissMymooMissMymoo   29 février 2016
Le père de Sarah lui avait appris que faire miroiter la liberté aux esclaves était une chose, mais que la leur offrir concrètement était bien différent. Il avait payé de sa vie l’idée que l’espoir serait assez puissant pour inciter la rébellion à Harpers Ferry, mais cela n’avait pas suffi. Libres ou affranchis, ils avaient toujours des attaches avec les familles de Blancs. Certains, comme la mère de Siby, par le sang. Leur demander de se révolter contre les gens auprès desquels ils avaient vécu toute leur vie exigeait une impressionnante force de persuasion. Ceux qui avaient été torturés et rudoyés n’osaient plus espérer, terrorisés pour leur famille sur les plantations. Ceux que l’on traitait correctement ne voulaient pas sacrifier leur condition pour un avenir incertain qui pourrait être bien pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MissMymooMissMymoo   29 février 2016
Les gens étaient capables de bien plus d’amour et de bienveillance qu’ils ne l’imaginaient. La parole collective ne laissait pas toujours transparaître la bonté individuelle. Bien sûr, d’affreux personnages commettaient des actes monstrueux. Dans cette région, des êtres humains en maltraitaient d’autres à cause de la couleur de leur peau. De viles créatures qui se considéraient supérieures à leurs semblables. Leur père le leur avait prouvé à tous : quand un coeur s’arrête de battre, la seule couleur qui demeure, c’est le rouge du sang. La chair est égale. Une personne est bonne ou mauvaise par son caractère seulement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
NathalCNathalC   28 décembre 2018
La seule vérité, c'est que tout le monde veut être éternel. C'est un besoin narcissique qui a commencé avec Adam et Eve dans le jardin d'Eden : voir sa semence engendrer sa propre semence. Les enfants représentent l'immortalité.
Commenter  J’apprécie          280
NathalCNathalC   02 janvier 2019
Une recette n'est rien de plus qu'une formule à suivre. Ce qui compte c'est comment toi, tu la fais. Le produit fini ne sera pas exactement le même pour tout le monde, et pas toujours pareil à chaque fois.
Commenter  J’apprécie          300
NathalCNathalC   03 janvier 2019
Les enfants ont un don pour attendrir même les plus endurcis des cœurs. (…) Les gens feraient tout pur le bien de leur enfant, affronteraient tous les dangers, combattraient des monstres, seraient prêts à se sacrifier, à mourir… et ils peuvent même ravaler leur fierté.
Commenter  J’apprécie          190

Video de Sarah McCoy (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah McCoy
Retrouvez toutes les chroniques détaillées des livres mentionnés dans cette vidéo Point Lecture dans l'article : http://wp.me/p5BGEC-Ny
Livres mentionnés :
- Qui en veut au marquis de Sade ? de Frédéric Lenormand (éd. J'ai Lu) : http://amzn.to/1V5rfUw * - Sorcière malgré elle, de Méropée Malo (éd. Castelmore) : http://amzn.to/1L5eSrZ * - Audrey retrouvée, de Sophie Kinsella (éd. Pocket Jeunesse) : http://amzn.to/253Tytq * - Un Parfum d'encre et de liberté, de Sarah McCoy (éd. Michel Lafon) : http://amzn.to/1Mmc2tu *
* Ce symbole signifie qu'il s'agit d'un lien d'affiliation. Si vous choisissez de commander un livre via ce lien, vous ne le payerez pas plus cher. Amazon me reversera quelques centimes en commission, qui me permettrons de financer de prochains concours sur la chaîne. Merci d'avance si vous faites le choix de me soutenir ! ___
? Retrouvez l'article complet et les futures chroniques sur le blog : http://unjour-unlivre.fr
Facebook : http://facebook.com/unjourunlivre Twitter :http://twitter.com/missmymoo GoodReads : http://www.goodreads.com/MissMymoo Babelio : http://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=39521 Instagram : http://instagram.com/missmymoo Pinterest : http://pinterest.com/missmymoo/books-co/ ___
? CONTACT : Pour toute demande de partenariat/collaboration, merci de remplir le formulaire de contact : http://unjour-unlivre.fr/contact
? COURRIER : Sethom Myriam BP 10 014 92201 Neuilly-sur-Seine Cedex France ___
? MUSIQUE : "Frozen Star" Kevin MacLeod
Visuel d'outro : http://bit.ly/1Mj5CeG
+ Lire la suite
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Avez vous lu Un gout de cannelle et d'espoir?

Combien y a t-il de personnages dont on raconte les histoires?

1
2
3
4

8 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoyCréer un quiz sur ce livre

.. ..