AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207135004
Éditeur : Denoël (15/02/2018)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Sur la Lune, deux ans après les événements qui ont précipité la chute de la famille Corta, les Mackenzie se sont approprié les restes de leur entreprise. Il n’y a donc plus que quatre «Dragons», ces consortiums familiaux qui se partagent l’exploitation des ressources lunaires et, donc, le pouvoir. Pourtant, les Mackenzie se déchirent sur les cadavres encore frais de leurs ennemis de toujours. Les Sun continuent, discrètement, à élaborer des plans visant à affaiblir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
celindanae
  07 mars 2018
Dire que j'attendais ce roman est un doux euphémisme, tant la fin du premier, digne d'un épisode 9 de Game of thrones, allait à 100 à l'heure avec son lot de surprises. le premier tome était très haletant et nous présentait les 5 dragons, les 5 familles principales, vivant sur la lune, colonisée depuis plusieurs années par les humains: Les Corta, Les Mackenzie, Les Asamoah, Les Sun et les Vorontsov. Cette trilogie se passe dans un futur où les humains ont colonisé la lune et y vivent différemment que sur terre. À la fin du premier, pas mal de choses ont changé et le frêle équilibre entre les dragons a complétement basculé.
J'avais un peu peur en entamant ma lecture de ne plus me rappeler certains détails du premier, notamment au niveau des personnages assez nombreux. Heureusement, à la fin du roman, figure un dramatis personae qui est plus que bienvenu pour se remémorer les liens exacts entre chacun. le glossaire est bien utile également pour comprendre certains termes spécifiques à l'univers développé par Ian McDonald. Les choses reviennent très vite en mémoire dès les premières pages lues, surtout avec une première scène très prenante qui nous remet tout de suite dans le bain. L'immersion dans le roman est ainsi très rapide.
Ce second tome est l'occasion pour Ian McDonald de développer son histoire en n'épargnant toujours pas ses personnages et en les poussant à se surpasser. Rien n'est simple pour les dragons, les alliances se font et se défont au rythme des unions et des coups bas faisant régner une véritable guerre entre familles. Les dragons ont fondé leur puissance sur le contrôle de ressources particulières et Les Corta contrôlait la production d'Hélium, position très enviée car l'hélium est une ressource essentielle. Ils se sont attirés beaucoup de convoitises et les Mackenzie ont profité de la chute de la famille Corta pour s'approprier les restes de leur entreprise. La famille Corta a beaucoup souffert à la fin du premier tome, il y a eu des morts, de lourdes pertes matérielles. Parmi les enfants d'Adriana Corta, la fondatrice de l'entreprise, Lucas est présumé mort, Ariel est paraplégique et Wagner n'a jamais vraiment fait partie de la famille. Ils restent heureusement les petits enfants mais pour certains la situation est loin d'être facile, Robson, étant à moitié Mackenzie se voit contraint de vivre avec eux. Lucasinho et Luna eux sont protégés par les Asamoah.
Voici à peu près la situation de départ de ce second tome où les Corta sont loin d'avoir dit leur dernier mot. L'auteur va avoir recours à des flashbacks pour expliquer ce qui est advenu de certains personnages et en introduire de nouveaux dont Alexia Corta, une cousine de la famille vivant sur Terre. Ces retours en arrière sont nécessaires pour comprendre la situation et l'escalade des évènements qui surviennent sur la lune. On comprend également mieux le rôle des Vorontsov qui dirigent tout ce qui a trait aux vols spatiaux. C'est également l'occasion pour l'auteur de montrer les différences existantes entre les Terriens, les habitants de la Lune, et les spatiaux. le travail sur les dissemblances entre la vie sur la lune et la terre fait par l'auteur est d'ailleurs à souligner. J'ai beaucoup aimé la partie se déroulant sur la Terre qui offre une vision de l'univers très différente de celle de la société bâtie sur la lune que l'on avait au premier tome.
On retrouve dans ce tome beaucoup de ce qui avait fait que j'appréciais le premier: un univers futuriste original et très détaillé, des personnages forts et charismatiques, un rythme haletant et la plume très caractéristique de Ian McDonald. L'auteur a un style cinématographique et assez nerveux avec souvent des phrases courtes, parfois sans verbe qui ressort très bien dans la traduction française. le ton du roman est parfois très cru que ce soit dans les scènes de sexe ou dans le reste, comme c'était le cas dans le premier tome. Ian McDonald apporte un soin des détails assez impressionnant que ce soit au niveau de la mode, des vêtements ou de la musique. Cela rend l'univers vivant et lui apporte une richesse considérable.
Le point de vue varie toujours beaucoup et les chapitres ne sont pas centrés sur un seul personnage. le récit suit surtout le destin des Corta et certaines familles de dragons sont très peu présentes. Les personnages présentés sont très travaillés, humains avec leurs limites, leurs défauts et qualités. Ils ne sont pas épargnés par l'auteur qui les obligent à se dépasser, à pousser leurs limites au-delà du supportable. Pour ses personnages, Ian McDonald fait preuve du même sens du détail que pour son univers, leur donnant ainsi une grande profondeur. L'évolution de Lucasinho est très bien amenée par l'auteur. Lucasinho apparait au début comme quelqu'un de superficiel et peu fiable mais il est loin de se résumer à cela. Beaucoup de détails sur le personnage sont apportés par Ian McDonald comme son goût des gâteaux ou du sexe mais tous ces détails apportent beaucoup au caractère du personnage et permettent de relativiser son comportement.
La tension dramatique est très présente tout au long du roman, et on se prend très vite au jeu d'une intrigue riche remplie d'actions et de complots. le récit est très rythmé, il est question de manipulations, de vengeances, de familles. Certains personnages se révèlent différents face à l'adversité notamment Lucasinho qui est très émouvant dans sa relation avec sa petite cousine Luna. Ian McDonald nous offre d'ailleurs des scènes mémorables dans ce tome comme celle entre les 2 cousins ou encore la scène d'ouverture du roman.
Ce second tome de Luna est d'un excellent niveau, et offre son lot d'actions, de surprises et d'intrigues. Ian McDonald met son style très soigné et enlevé au service d'un histoire très bien construite avec un sens du détail qui enrichit les personnages, l'univers et le récit. le final toujours aussi prenant donne très envie de lire la suite.
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Jeffx
  08 octobre 2019
Attention, on a 3 tomes et c'est une seule et même histoire, donc je mets ici ma critique générale des 3, même s'il y a un paragraphe par tome.
A vous de voir ce que vous piochez dedans, sachant que c'est garanti sans spoiler ma bonne dame... :-)
Pour moi le premier tome est brillant.
Il est bon du début à la fin. Cette société lunaire où tout est contrat, où vous devez payer pour accéder aux 4 fondamentaux que sont l'air, l'eau, le carbone et les données est magnifiquement décrite, extrêmement réaliste.
Les intrigues entre les 5 familles qui dirigent ce monde (Hélium, Electricité, Agriculture, Vol spatial et Minerai) sont de haut niveau et les 100 dernières pages sont telles que vous ne pourrez pas lâcher votre bouquin.
Limite, même si vous ne liriez pas les 2 autres tomes, celui là mérite une lecture, même si l'intrigue ne se termine pas.
Le tome 2 est aussi très bon, un peu moins selon moi, mais nous revenons sur cette Lune pour suivre la continuité des intrigues, et aussi nous descendons sur Terre, pour une description bien faite d'une société visiblement en déliquescence.
L'auteur s'attache à de très nombreux personnages, qui tous nous permettent d'avoir une vision d'ensemble de la situation et de la vie sur la Lune.
J'ai trouvé quelques longueurs à ce tome, on a l'impression que l'auteur a voulu un peu tirer à la ligne.
Par la violence de ce monde et le nombre important de personnages, dont certains meurent, on ne peut pas s'empêcher de faire un parallèle (même s'il est facile) avec le Trône de Fer.
J'étais un peu réservé sur le 3ème tome. Allait il être à la hauteur du premier où la baisse allait elle continuer ?
Finalement c'est hélas la baisse qui a gagnée. Ce tome est pour moi le moins bon des 3.
L'auteur tire franchement à la ligne, là ça se voit vraiment. Certains personnages sont développés alors qu'ils servent peu ou pas du tout à l'histoire.
Les descriptions faites par l'auteur de la musique, des vêtements, des cocktails deviennent pesantes après 3 tomes, comme s'il n'avait pas su s'adapter à son lectorat qui commence, après plus de 1000 pages, à bien connaitre "sa" Lune.
Il m'est arrivé de passer des paragraphes entiers en diagonale et c'est dommage.
Mais Ian McDonald est quand même très fort et les 150 dernières pages sont très bonnes, au niveau du premier tome.
Bien sûr, on peut reprocher certaines facilités scénaristiques et certains comportements à la limite de la logique, on peut trouver que l'auteur fait un peu trop référence à Dune, mais au final la lecture des 3 tomes est très positive et je ne regrette pas de l'avoir commencé sans savoir où j'allais.
Je pense quand même que la trilogie doit être plus simple à lire à la suite, sans attendre comme moi plusieurs mois entre les sorties de chaque tome. le ressenti peu vraiment être différent et le bilan encore plus positif.
Ian McDonald est au auteur complexe pour moi. Il est capable d'écrire un chef d'oeuvre comme le Fleuve des Dieux (si vous n'en lisez qu'un de lui, lisez celui là, et sinon lisez le quand même, c'est selon moi un incontournable, ne pas le lire c'est vraiment louper qqchose) et un Brasyl que je n'ai pas réussi à finir tellement je l'ai trouvé mauvais. Ou un Roi du matin, reine du jour dont je me dis qu'il peut être bien, qui est dans ma PAL depuis de nombreuses années, et que je n'ai jamais réussi à commencer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Apophis
  21 février 2018
Presque aussi bon que son prédécesseur
Si, dans l'ensemble, ce tome 2 est largement à la hauteur du premier, il souffre tout de même d'un bon quart un peu poussif (sans que cela nuise à la qualité d'ensemble) et de digressions parfois pénibles (trois bonnes pages sur les gâteaux…). le changement de paradigme impulsé par la fin du roman précédent déploie ici toutes ses répercussions, et va être suivi par deux autres, l'un spectaculaire, à la moitié du livre, et l'autre plus discret mais sans doute aussi lourd de conséquences, à la toute fin. Si Lucas est sans doute le personnage le plus important, certaines scènes impliquant Wagner et, peut-être surtout, Lucasinho et la petite Luna lui volent presque la vedette, ainsi qu'une Corta du Brésil, Alexia. Les scènes spectaculaires ou à très forte tension dramatique abondent, les aspects sociétaux aussi bien que technologiques sont rondement menés, et dans l'ensemble, on sort (presque) aussi satisfait de ce second Luna que de son prédécesseur, et avec l'envie de lire la conclusion de cette trilogie sans attendre.
Vous trouverez la version complète de cette critique (ce qui précède n'est qu'un misérable résumé) sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Horizon_du_plomb
  14 septembre 2019
« Je comprends pourquoi vous pratiquez le droit matrimonial. C'est un divertissement sans fin.
— Ce sont les espoirs, le coeur et le bonheur des gens, ce divertissement » , réplique Ariel. (…)  Je m'occupe de contrats de mariage. de passion humaine, de concupiscence humaine et de sottise humaine, auxquelles je donne le plus d'issues de secours possibles. »
« Quand les zabbalins enlèvent les cadavres, dans leurs chariots à pneus mous, il n'y a ni désordre, ni saleté, ni odeur. »
De la bossa nova au jazz modal pour un second tome qu'on ne peut qu'attendre après avoir lu le premier. Si l'auteur nous fait découvrir son monde dans le premier, il va un peu s'amuser avec celui-ci dans le second qui est rempli de rebondissements. Beaucoup des effets de teasing du premier livre sont ici bouclés (par exemple on rencontre Valery Voronstov, j'ai aussi été étonne du gros premier rebondissement que je ne pensais pas voir arriver aussi vite).
« Une ligne lumineuse apparut sur l'océan entre la Lune et l'homme de la Lune. »
Le livre est globalement plus technique, moins poétique. On a l'impression de longueurs aussi parfois. Les parties qui sont ressorties pour moi portait plus sur la résilience que sur l'action proprement dite. J'ai aimé comme on entraperçoit pour la première fois comment Lusasinho cuisine. D'ailleurs, c'est clairement le personnage qui ressort de ce second tome. Au contraire, Alexia fait un peu mix d'Adriana et de Marina.
« Ils ont fait la Lune. Apprends l'histoire, petit : le Traité de l'espace interdit aux gouvernements terrestres de revendiquer et contrôler la Lune… voilà pourquoi nous sommes gérés par une compagnie commerciale et non par un parti politique. »
Tiens oui, c'est vrai lors de ma première critique, j'avais oublié de dire que nous avons maintenant l'occasion d'exploiter les ressources spatiales, la Belgique et le Luxembourg sont d'ailleurs à la pointe en termes de droit concernant cette partie (https://www.rtbf.be/info/monde/detail_la-belgique-et-le-luxembourg-en-route-vers-un-nouveau-cadre-pour-exploiter-les-ressources-spatiales?id=10126190 ) Les programmes de sondes qui foreraient directement dans des astéroïdes et pas la Lune deviennent aussi un secteur porteur (me reste à lire Cérès et Vesta qu'il serait intéressant de comparer avec cette saga tiens).
« Celui qui a suffisamment de poigne et de volonté — et d'ambition — pour prendre ce qu'il veut dans le monde. La Main de Fer »
Ce que j'ai bien aimé aussi, c'est que même si l'action des hommes est importante, on sent aussi tout le système qui les conditionne, qui oblige quasi leurs actions. Il n'y a pas d'héros global dans ce livre, juste des gens réalistes avec des actes héroïques parfois.
« Leur objectif ultime est un système social humain qui résistera dix mille ans… le temps qu'il nous faudra selon elles pour devenir une espèce interstellaire. »
J'ai eu beaucoup de mal avec cette échelle temporelle là par contre.
«  C'est une chemise Malihini, proteste Lucasinho.
— À la mode aujourd'hui, au désassembleur demain. »
Peut-être que la série ne laissera pas une grande trace dans l'histoire de la SF mais elle est clairement divertissante, tout en présentant une anticipation qui semble proche et réaliste.
« Tout est là. Nous n'avons aucune solidarité. Nous sommes des individus, des familles et des entreprises ; chacun de nous agit dans son propre intérêt. »
Parle t'on de la Lune là ou de la Terre ? Je vous laisse répondre à la question en lisant le deuxième tome. Moi, je ne rate pas l'effet de fronde gravitationnelle pour enchaîner avec le troisième et dernier.
« Les jeunes ont besoin d'apprendre la valeur de la persévérance. Rien de grand ne s'accomplit sans elle. Une chute, une période en retrait du monde, l'ascension vers la célébrité et le pouvoir : la persévérance.  »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
XS
  01 août 2019
Autant j'avais adoré le premier tome de Luna, autant j'ai été déçue par ce deuxième tome. On prend les mêmes ingrédients et l'on recommence… le charme de la découverte a disparu, l'intrigue se révèle répétitive, et malgré une hécatombe à la fin du premier tome, peu de personnages charismatiques prennent la relève.
Reprenons donc : des cinq ‘dragons' ayant mis la main sur les richesses de la Lune, l'un a presque disparu, et les autres tentent de s'entretuer. C'est de bonne guerre sur notre satellite où aucune loi n'a sa place sur la Lune, seuls les contrats engagent. C'est un formidable ressort narratif mais qui n'est ici que peu exploité.
Dans le premier tome, la description de cette société était source de découverte permanente, notamment avec Marina, terrienne fraîchement émigrée. le deuxième tome ne met pas plus en avant que cela les spécificités des contraintes de la vie lunaire – mis à part la gravité, aux premières loges avec le voyage de l'un des personnages de la Lune à la Terre.
Sinon, rien que de très habituel : attentats entre dragons et plans machiavéliques pour se détruire les uns les autres. J'aurai aimé que soient mises en avant les deux familles qui restent trop masquées à mon goût : les Ashamoah et les Sun.
Bref, petite déception. En attendant le troisième tome, car le final laisse présager le meilleur .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   05 mars 2019
Les gâteaux ont un langage. Un saupoudrage de citron signifie Cette relation a un goût amer pour moi. Pareil pour l’orange, mais avec une touche d’espoir. Le quatre-quarts dit que tout va bien, tout roule de manière équilibrée, avec les Quatre Fondamentaux en harmonie. La vanille indique prudence et ennui, la lavande espoir ou regret. Parfois les deux à la fois. Les pétales de rose confits : Je pense que tu me trompes, mais un glaçage rose : Passons un contrat tout de suite. Les fruits bleus pour les jours de blues, quand on sent vraiment le vide au-dessus de soi et qu’on a besoin de copains, ou juste d’un corps amical. Les fruits rouges et roses : sexe. Tout le monde le sait. La crème ne peut jamais être mangée seule. C’est la règle. La cannelle est l’attente, le gingembre le souvenir, le clou de girofle s’utilise pour la blessure, physique ou sentimentale. Le romarin exprime le regret ; le basilic, qu’on a raison. Tu vois, je te l’avais bien dit : c’est le basilic. La menthe est une horreur. Un mauvais gâteau. Le café est le plus dur, il dit : Je déplacerais la Terre dans le ciel pour faire ton bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
liannelianne   19 janvier 2019
Un objet, c’est facile. Si t’en veux un et que t’as assez d’allocation carbone, tu l’imprimes. Les choses ne sont absolument pas spéciales. Pourquoi offrir à quelqu’un un truc qu’il pourrait imprimer lui-même ? Les cadeaux n’ont de spécial que ce que tu as mis comme pensée dedans. Le véritable cadeau, c’est l’idée derrière ce que tu offres. Pour être spécial, il faut que ce soit rare, cher ou que tu te sois beaucoup investi dedans. Une fois, pai a offert du café à vó Adriana, parce qu’elle n’en avait pas bu depuis cinquante ans. C’était rare et cher, ce qui fait deux critères sur trois, mais ce n’est pas aussi bien qu’un gâteau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   03 mars 2019
Les gouvernements imposaient des politiques globales sur la base d’idéologies et non de faits. Comment proposaient-ils d’indemniser ces citoyens qui souffraient de leurs politiques ?
Commenter  J’apprécie          30
laurannslauranns   28 octobre 2018
Votre développement basé sur les petits États terrestres était passionnant, mais la Lune n'est pas comme ça: nous sommes une colonie économique.
Commenter  J’apprécie          30
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   02 mars 2019
Nous nous pensons la mesure universelle. Le temps emportera tout ce qu’on est, tout ce qu’on a, tout ce qu’on construira jamais. Il est bon de penser à ce qui se passera après nous
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Ian McDonald (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ian McDonald
Ian McDonald - La Petite Déesse et autres nouvelles .A l?occasion des Utopiales 2013 à Nantes, Ian McDonald nous présente son nouveau recueil, « La Petite Déesse et autres nouvelles » publié aux éditions Denoël lunes d?encres. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/mcdonald-ian-petite-deesse-9782207111260.html http://www.mollat.com/livres/mcdonald-ian-fleuve-des-dieux-9782070453610.html http://www.mollat.com/livres/ian-mcdonald-maison-des-derviches-9782207111307.html Notes de musique : treasureseason, Return to Dope Mountain, Fjords ®
autres livres classés : luneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2898 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre