AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Blackwater tome 5 sur 6
EAN : 9782381960494
244 pages
Monsieur Toussaint Louverture (03/06/2022)
4.2/5   3381 notes
Résumé :
Tel un organisme vivant, le clan Caskey se développe et se transforme. Certains font face à la mort, d’autres accueillent la vie.

Entre rapprochements inattendus, haines sourdes et séparations inévitables, les relations évoluent. Miriam, désormais à la tête de la scierie et noyau dur de la famille, ne cesse de faire croître la richesse.

Suite à une découverte surprenante et miraculeuse – sauf pour une personne – c’est bientôt la ville... >Voir plus
Que lire après Blackwater, tome 5 : La fortuneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (320) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 3381 notes
On sent que nous approchons de la fin. Les événements s'accélèrent.

Je pense réellement que cette série est un vrai coup de coeur. Extrêmement addictive. Elle se lit vite, très voir trop vite.
Néanmoins je reste encore sur la réserve car j'ai peur de ne pas avoir de réponses à mes questions.
Alors bien évidemment tout tourne autour d'Elinor..

J'aime aussi ces portraits de femmes,toutes si différentes, toutes si déterminées a leur façon.
Très bizarrement, le parti pris de l'auteur de montrer ces femmes qui dirigent la famille Caskey en Alabama et a cette époque , ou historiquement la domination masculine n'est plus à démontrer, m'interroge également.
Cela dit ce parti pris est pour mon plus grand plaisir

Difficile de parler sans trop en dire de cet épisode , et sans spoiler les précédents.

Je reste juste sur l'idée que cette série est vraiment très bien construite...et prenante a souhait.

J'en viens à la couverture qui est toujours très belle et en adéquation avec l'histoire. Par contre je l'ai trouvée moins détaillée que les précédentes...mais toujours magnifique.

Juste hâte d'avoir la fin entre les mains. Un peu moins de 15 jours attendre pour avoir, enfin je l'espère un final en apothéose.
Commenter  J’apprécie          8912
La vie continue autour des tumultueuses eaux noires de la Perdido, cet « immense ruban de sombres turbulences ». Indifférente aux destins des Hommes, elle poursuit son chemin, emmenant avec elle ses lourds secrets.
Grâce à la scierie et aux bois de leurs forêts, les « Caskey » étaient riches. le pétrole fera d'eux, du jour au lendemain, des multimillionnaires. Comme il est amusant de voir certains des membres de cette grande famille gérer cette manne imprévue comme de petits boutiquiers !
Une manne céleste apportée grâce à l'intuition d'Elinor qui sait des choses que tous les autres ignorent. Elle règne désormais sur son clan comme une douce Impératrice.
Les deux filles d'Elinor, Miriam et Frances, représentent à elles deux toute la complexité des Caskey.
Le côté matérialiste pour Miriam, redoutable femme d'affaire qui multiplie les dollars comme d'autres les petits pains…
Le côté extraordinaire et fantastique pour Frances qui s'éloigne du monde des humains, devenu trop flou, trop pâle, pour rejoindre celui boueux, sombre et ancestrale de la Perdido.
Elles sont les deux faces d'une même pièce.
Pendant ce temps, les hommes meurent ou bien jouent au golf en se gardant bien d'entrer dans les pré-carrés de ces femmes extraordinaires. Seul Billy le gendre sort un peu du lot, mais il n'en reste pas moins un faire-valoir…
Un cinquième tome à la fois ébouriffant et intimiste. Comment oublier les angoisses et les tiraillements de Frances ?
Commenter  J’apprécie          804
Aaahh mais non ! Déjà le tome V ! ça passe beaucoup trop vite ! D'autant que comme les créatures étranges qui évoluent au fond de la Perdido, je sais que je vais dévorer cet opus en quelques bouchées !
Le plaisir est toujours autant au rendez-vous, Sister se transforme en vieille fille acariâtre, Frances subit une nouvelle métamorphose qui l'obligera à réaliser des choix définitifs, Miriam devient un pilier indispensable au clan Caskey, Elinor oeuvre pour une prospérité encore inconnue de la famille à l'aide de l'or noir…
Faites comme moi, sautez à pieds joints dans la Perdido, vautrez-vous dans les fanges boueuses du marécage (c'est très bon pour la peau si on occulte les piqures de moustiques et les baisers mouillés des sangsues), venez respirer l'odeur vivifiante des puits de pétrole, le bonheur est là !
Commenter  J’apprécie          647
J'en suis désormais à l'avant-dernier tome de la saga familiale Blackwater. Comme son titre l'indique, il y est question de fortune, et comme on s'en doute bien, plus particulièrement celle du clan Caskey. L'entreprise familiale tourne à plein régime, ce qui rapporte beaucoup à chacun des membres de la famille. Mais les voilà maintenant qu'ils achètent des hectares de marais emplis de nuées de moustiques, de serpents d'eau et d'alligators. Pourquoi Elinor tient-elle à s'approprier ces terrains inexploitables ? Que cachent-ils ? de quelle façon ces marais pourront rendre la famille déjà riche encore plus riche ?

L'argent, plus on en a et plus on en veut. C'est ce qui se dit en tout cas, et la famille Caskey le prouve ici. Même s'il y a encore quelques tensions, le temps des rivalités et des coups bas est bien loin. Quand il s'agit de s'enrichir et de gagner toujours plus, on sait mettre de côté les petits désaccords. Elinor et Miriam collaborent même ensemble un certain temps, c'est dire !

Dans la lignée des tomes précédents, ce cinquième opus se lit toujours aussi facilement et rapidement. Je l'ai même trouvé plus intéressant que le tome 4, qui manquait un peu de peps. On voit les personnages évoluer dans l'opulence, s'épanouir pour beaucoup d'entre eux. On n'en oublie pas pour autant les petits tracas de la vie quotidienne : mariage raté, problèmes de couple, non-dits et secrets.

La dimension fantastique prend encore plus d'ampleur. Et c'est ici que je regrette le plus le manque d'approfondissement. Je ne comprends pas certains éléments, que je trouve illogiques, pour tout ce qui concerne Frances particulièrement.

J'ai l'impression de me répéter dans chacun de mes retours, et ce n'est certainement pas qu'une impression d'ailleurs... Mais malgré des personnages peu creusés et une intrigue qui mériterait d'être traitée un peu plus en profondeur, je passe toujours un bon moment. C'est très rythmé, on ne s'ennuie pas.

Le dénouement nous abandonne sur un évènement qui promet un nouveau tournant à l'histoire, et qui laisse une porte ouverte au prochain et dernier tome. Je suis maintenant curieuse de le découvrir.
Commenter  J’apprécie          502
Elinor qui n'avait pas vraiment de rapports avec sa fille aînée va reconnaitre ses compétences de femme d'affaire et lui confier un secret, une tache pour rendre la famille encore plus riche que ce qu'elle n'est déjà. Chacun fait ce qu'il peut pour améliorer la vie des autres membres du clan.
Sauf une, Frances, de plus en plus mal dans sa peau de jeune femme...
L'argent coule à flot, à robinet ouvert, sur la famille.
Ce qui arrive à Frances nous permet d'en savoir toujours un peu plus sur les créatures, et première surprise : Elinor ne sait pas tout, n'a pas toutes les réponses.
Les hommes de cette série sont très effacés, et s'inclinent devant le pouvoir féminin, leurs désirs, leurs conseils...
On commence à entrevoir le pourquoi des créatures, lorsque l'auteur pour faire accepter leurs physiques repoussants à un des personnages, parle de tolérance et d'acceptation et met les créatures en parallèle avec la couleur de peau des domestiques, et l'homosexualité qui touche pas mal de personnes dans cette famille.
L'auteur lui même était homosexuel, il a écrit cette saga en 1983, et est mort du sida en 1999...

Un avant dernier tome mystérieux à souhait...


Commenter  J’apprécie          522

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
" Garde les yeux fermés. Derrière tes paupières, il fait noir. Il fait noir dans tout ton corps et Frances est à l'intérieur de son propre corps et aucune lumière ne vient la déranger, c'est comme d'être au fond de la rivière, aucune lumière ne parvient à percer l'eau boueuse. Mais toi, Frances, Seigneur, tu vois ce qu'il y a à voir ici. Tu peux aller où tu veux dans ces ténèbres, de la même façon que tu pourrais nager n'importe où au fond de la rivière si tu le voulais. Vas-y, essaie."
Commenter  J’apprécie          300
Sister, déjà au bord de la panique, ouvrit la bouche et poussa un cri silencieux. Elle voulut faire demi-tour, sans doute dans l'idée de trouver de nouveau refuge dans sa chambre, mais ses jambes flageolantes s’emmêlèrent et elle fut incapable de retrouver l'équilibre. Elle dégringola l'escalier dans un méli-mélo de chemise de nuit, de cheveux et de membres agités. Avant que Myriam ait pu esquisser le moindre geste, Sister gisait tordue et brisée aux pieds de son époux. (p. 59)
Commenter  J’apprécie          210
« Billy va être fou de joie », déclara Elinor alors qu’elle raccompagnait sa fille du cabinet du docteur Benquith.
Frances garda le silence.
« Ma chérie, tu n’es pas heureuse ?
- Je ne sais pas, maman. Je devrais l’être ?
- Évidemment, répondit Elinor avec un sourire éteint. Toutes les jeunes mariées veulent avoir des enfants.
- Pas s’ils sont déformés », rétorqua doucement Frances.
Elinor lui jeta un regard, mais ne dit rien avant de s’être garée devant la maison. Alors que sa fille s’apprêtait à sortir de l’auto, Elinor la saisit par le bras et lança d’un ton rageur :
« Déformés ? C’est vraiment ce que tu penses ? C’est comme ça que tu te vois ? C’est comme ça que tu me vois, moi ?
- Maman…
Commenter  J’apprécie          61
- Est-ce que Zaddie est déformée parce qu'elle est noire ?
- Bien sûr que non... Est-ce que Grace et Lucille sont déformées parce que les hommes ne les intéressent pas et qu'elles ont décidé de vivre ensemble à Gavin Pond ?
- Non, maman, ce n'est pas...
- Ma chérie, c'est comme ça qu'elles sont nées ! Zaddie est née avec la peau noire et Grace est née attirée par les filles. Juste parce qu'elles sont différentes, tu penses que Creola Sapp aurait dû se dire qu'elle n'allait pas mettre cette enfant au monde, c'est ça ? Que James et Genevieve auraient du penser qu'ils ne voulaient pas de cette petite fille qui ne grandirait pas comme les autres dans cette ville ?
Commenter  J’apprécie          60
Billy pensait qu’il devrait être satisfait à présent : tous les couples passaient par une période d’adaptation après le mariage. La leur n’avait été ni aussi houleuse ni aussi longue que chez d’autres. Néanmoins, il ne parvenait à se défaire du sentiment dérangeant que la Frances qui partageait sa couche n’était plus celle avec qui il s’était marié. Il lui semblait qu’elle jouait le rôle de l’épouse et de la mère. Les soins qu’elle apportait à Lilah semblaient manquer de naturel, comme si elle suivait à la ligne une liste de choses à faire afin d’élever correctement un enfant. Les avances timides qu’elle lui faisait au lit auraient pu être jugées conformes à celles encouragées par les dépliants distribués en pharmacie. C’était comme si ses paroles et ses humeurs avaient été calculées pour afficher une sorte d’image de la normalité.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Michael McDowell (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael McDowell
Payot - Marque Page - Michael McDowell - La digue
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (6073) Voir plus



Quiz Voir plus

Blackwater

La principale thématique de la saga est ...

le climat
le capitalisme
la ville de Blackwater
la famille

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Blackwater - Intégrale de Michael McDowellCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..