AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072849977
Éditeur : Gallimard (09/01/2020)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Londres, 1982. Dans un monde qui ressemble à s’y méprendre au nôtre, quelques détails dissonent : les Beatles sont toujours au complet, les Anglais ont perdu la guerre des Malouines et le chercheur Alan Turing est encore en vie. Grâce à lui, les prouesses technologiques sont inouïes et les avancées scientifiques en matière d’intelligence artificielle fulgurantes. C’est ainsi que Charlie fait l’acquisition d’un «Adam», un androïde doté de l’intelligence artificielle ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  29 janvier 2020
Dans ce dernier roman d'Ian McEwan, nous revisitons les codes existentiels, les limites éthiques et nous faisons le tour de l'humain dans toute sa complexité. En 1982, dans une Angleterre assaillie par les doutes et les conflits politiques, Charlie fait partie des premiers privilégiés à acquérir un androïde à l'intelligence stupéfiante. Sous le couvert d'un Alan Turing bien vivant et inspiré, ces machines ont pour but de ressembler en tous points à l'homme.
Quand Adam, l'androïde de Charlie arrive dans le foyer, c'est un chamboulement insidieux pour lui et sa compagne Miranda. Adam sait faire le ménage, la cuisine, tenir une conversation réfléchie mais aussi est capable d'émotions et de donner du plaisir. La perfection pour les êtres imparfaits semble être un vilain défaut. Et surtout fait peur.
L'auteur décortique ici un hypothétique monde de demain où les robots seraient une caricature parfaite et sans défaut de l'humain. Il oppose ici la perfection androïde aux défauts humains rendant la cohabitation androïde-humaine plutôt scabreuse.
C'est cinglant, ça fourmille de détails politico-économiques de l'époque en nous plongeant dans un monde futuriste débarrassé de nos imperfections tout en les pointant malicieusement du doigt. Brillant pour peu qu'on soit subtil.
Un roman intelligent, complexe qui questionne et plaira sans aucun doute aux amateurs de questions philosophiques, éthiques, scientifiques et existentiels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          872
palamede
  06 février 2020
En cette année 1982, Georges Marchais est à l'Elysée, les Anglais ont perdu les Malouines, voient le chômage flamber et peuvent acquérir, grâce au génie de Turing toujours de ce monde, des robots intelligents. Ainsi Charlie dilapide-t-il l'héritage de sa mère pour l'achat d'Adam, un androïde capable de tout faire, même lire l'oeuvre Shakespearienne en une nuit et plus problématique, d'autant qu'Adam ignore le mensonge, tomber amoureux de la petite amie de Charlie.
On n'aurait tort de croire que cette uchronie n'est qu'un simple jeu de l'esprit, car sous ses dehors farfelus cette histoire concoctée par le facétieux Ian McEwan, avec la finesse et l'acuité physiologique qui sont les siennes, nous interpelle sur l'intelligence artificielle et son évolution, mais également et surtout, et c'est là toute la profondeur d'Une machine comme moi, sur nos propres contradictions face au bien et au mal.
« Nous pouvons guérir des millions de maladies mortelles. Des millions de gens vivent dans la misère alors qu'il y a de quoi les nourrir. Nous dégradons la biosphère alors que nous savons qu'elle est notre seule demeure. Nous nous menaçons les uns les autres avec des armes nucléaires tout en sachant où cela peut nous conduire. Nous adorons les créatures vivantes, mais nous autorisons une extinction massive des espèces. Et tout le reste : génocides, torture, esclavagisme, violences domestiques meurtrières, maltraitance des enfants, fusillades dans les établissements scolaires, viols, centaines d'agressions quotidiennes. Nous vivons avec ce tourment, et nous ne nous étonnons pas de réussir à trouver le bonheur malgré tout, et même l'amour. »
Challenge MULTI-DÉFIS 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          685
motspourmots
  13 janvier 2020
Je suis amoureuse du cerveau de Ian McEwan. C'est sans doute pour cela que parmi ses écrits, celui que tout le monde cite en parlant de lui, Sur la plage de Chesil est très loin d'être mon préféré. Car ce que j'aime par-dessus tout chez cet écrivain, c'est l'intelligence qu'il déploie pour positionner les couches successives qui constituent ses intrigues les plus puissantes et les plus stimulantes pour mes petits neurones qui frétillent ainsi de pur bonheur. Son humour noir se nourrit des failles de l'espèce humaine qu'il se plait à décortiquer avec la méticulosité d'un médecin légiste. Et il atteint ici des sommets, venant presque détrôner Expiation dans mon palmarès tout personnel de la collection McEwan.
"Le présent est la plus fragile des constructions improbables. Il aurait pu être différent. En partie ou en totalité, il pourrait être tout autre."
Oui, tiens. Alan Turing aurait pu ne pas se suicider en 1954, ses recherches permettre d'énormes avancées scientifiques et sociétales. Il pourrait vivre tranquillement, à Londres en 1982 avec son compagnon, admiré et respecté par la communauté mondiale pour avoir permis la création de l'Internet, ouvert la voie à la guérison de nombreuses maladies grâce aux travaux sur les cellules souche et mis sur les rails les progrès de l'intelligence artificielle. Progrès grâce auxquels Charlie, jeune homme oisif, boursicoteur à ses heures et passionné d'anthropologie et de technologie fait l'acquisition de l'un des 25 "androïdes" à l'image de l'homme tout juste mis sur le marché britannique. Paramétré par Charlie et Miranda, sa petite amie et voisine, Adam prend sa place dans le foyer, capable de faire la conversation, d'assumer les tâches ménagères ou de servir d'encyclopédie. Tout comme de composer des poèmes ou de faire l'amour à Miranda, ce qui n'est pas sans créer une situation inédite rapidement évacuée par la jeune femme ; juste "une putain de machine" explique-t-elle... Et puis ceci est vite oublié lorsque Adam prend la main sur les opérations boursières de Charlie et commence à lui faire gagner des montants qui lui permettent d'envisager de sacrément élever son niveau de vie. Sauf que. Ce n'est pas si simple. Plus Adam explore l'activité humaine, plus il apprend plus son mal être affleure. Programmé par l'homme pour être parfait, comment doit-il réagir face au mensonge et aux nombreuses turpitudes, faiblesses, imperfections qui symbolisent justement l'espèce humaine ? Et dont Miranda et Charlie sont loin d'être exempts.
Je parlais plus haut des différentes strates qui nourrissent un roman de Ian McEwan et celui-ci en est particulièrement riche. D'abord dans la rencontre entre l'homme et la machine qui le renvoie à un face à face vertigineux avec un lui-même amélioré, qui pourrait le remplacer en tout. Ensuite dans le contexte revisité d'une année 1982 qui voit l'Angleterre de Thatcher battue par l'Argentine dans l'affrontement pour les îles Falklands, prémices d'une immense crise économique et politique dans un monde où l'on s'amuse de détails saupoudrés ici et là comme l'identité des présidents des Etats-Unis et de la France ou la présence des quatre membres des Beatles... C'est finement amené, fondu dans la narration, juste assez pour créer le décalage propice à déstabiliser. On pourrait aussi parler de la façon dont McEwan utilise les oeuvres littéraires comme matière d'étude accélérée de l'espèce humaine pour Adam, connecté à une base de données illimitée. "La religion et les grandes littératures du monde ont clairement démontré que nous savons bien nous conduire. Nous exprimons nos aspirations dans la poésie, la prose, les chants, et nous savons ce qu'il faut faire. le problème est la mise en pratique, persévérante et collective".
Ian McEwan trouve ici une façon brillante d'interroger le sens de la vie en mêlant ressources scientifiques et littéraires au service d'une réjouissante réflexion intellectuelle, aussi romanesque que cérébrale. C'est du très très grand art.
"Eh bien voilà, conclut Adam, il y a le cerveau et il y a l'esprit. Ce vieux problème, aussi insoluble chez les machines que chez les humains".
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
Allantvers
  28 janvier 2020
Je suis une fois de plus bluffée par le talent de Ian McEwan qui réussit encore une fois à conjuguer, sur un sujet difficile car encore peu pensé faute de recul, une appréhension vaste et profonde de la problématique posée, sa restitution en un récit crédible, une plume d'une admirable tenue, le tout avec ce léger pas de côté qui donne toute sa force à la réalité fictionnelle qu'il propose.
Ce talent-là de romancier est en tout cas à mes yeux exactement ce qu'il me fallait pour aborder l'intelligence artificielle plus en profondeur que par les articles de presse et les documentaires, convaincue que je suis que le monde est devenu si complexe et l'avenir si plein d'inconnu que seule la fiction des bons livres peut nous en livrer quelques clés.
La rencontre que nous propose ce roman avec Adam, un androïde de toute première génération, est extrêmement troublante. L'auteur nous aura déjà subtilement désaxés en plaçant son récit dans un temps légèrement décalé, un 1982 où Margaret Thatcher ferme les usines mais perd la guerre des Malouines. Nous sommes pourtant très loin de l'univers de la science-fiction, mais bien dans le rythme lent d'une intimité dans laquelle McEwan brouille une à une les frontières entre Adam et Charlie son acquéreur, soulignant ici la supériorité de l'un et là la faiblesse de l'autre, les installant dans une relation très éloignée de la servitude homme - machine (Charlie et Adam se vouvoient, par exemple), interrogeant en profondeur ce qui constitue l'humanité et comment s'effacent ses limites.
Un roman passionnant que je m'en vais mettre de force dans les mains de mes proches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Corboland78
  06 février 2020
Ian McEwan, né en 1948 à Aldershot, est un romancier et scénariste britannique. Il a passé une grande partie de sa jeunesse en Extrême-Orient à Singapour, en Afrique du Nord (en Libye) et en Allemagne, où son père, officier écossais dans l'armée britannique, était en poste. Il a fait ses études à l'université du Sussex et l'université d'East Anglia, où il a été le premier diplômé du cours d'écriture créative créé par Malcolm Bradbury. Dès le début des années 1980, Ian McEwan s'impose sur la scène littéraire britannique et plusieurs de ses ouvrages ont été adaptés pour le cinéma. Une machine comme moi est son dernier roman paru.
Charlie, le narrateur, jeune homme d'une trentaine d'années, survit « en spéculant en ligne sur les cours de la Bourse et les taux de change. » Sur une impulsion il claque toutes ses économies dans l'achat d'un androïde de la dernière génération (Adam), le top du top en matière d'intelligence artificielle, dont il n'existe qu'une vingtaine d'exemplaires dans le monde. Sa ressemblance avec les humains est troublante, ses connaissances infinies. Cette proximité avec les hommes est telle, qu'Adam se déclare amoureux de Miranda, la compagne de Charlie, et que celle-ci succombe à son charme ! le trio vaudevillesque 2.0 est en place mais ce qui ressemblait à une comédie souriante va se muer en drame plus profond…
Voilà ce que j'appelle un bon roman. Outre l'écriture caressante (qualificatif étrange peut-être, mais c'est celui qui m'est venu à l'esprit tout au long de ma lecture) de Ian McEwan qui interdit de lâcher le livre jusqu'à son épilogue, c'est son contenu riche en thèmes divers et bien d'actualité qui emporte le morceau.
Au début du roman j'ai été déstabilisé par des détails anachroniques imprévus qui faillirent m'agacer au plus haut point : nous sommes à Londres en 1982, mais les Beatles se seraient reformés (là j'ai manqué m'étouffer), puis la Guerre des Malouines est perdue par les Britanniques ou encore Georges Marchais est président de la république en France ( !) etc. puis je m'en suis amusé et compris l'idée quand on verra Alan Turing (mathématicien et cryptologue britannique, auteur de travaux qui fondent scientifiquement l'informatique (1912-1954)) toujours vivant, intervenir dans le récit.
Les thèmes abordés sont nombreux. Il y a bien entendu ces androïdes qui soulèvent mille questions, sociales ou morales. Et là le lecteur ne peut s'empêcher de penser, et si je possédais un tel « objet » chez moi ? J'avoue qu'à la lecture du roman, c'est aussi fascinant qu'inquiétant. Or, qu'y-a-t-il de plus attractif qu'une attirance effrayante…. Hein ? Les jeunes lecteurs reliront certainement avec profit ce bouquin dans le futur pour comparer la fiction d'aujourd'hui et le présent de demain.
L'écrivain en vient à s'interroger sur les conséquences économiques de cette intrusion dans un monde déjà passablement bordélique et le tableau n'est pas jojo. Cet angle n'est pas le moins intéressant du bouquin, au contraire, et nous ramène directement à ce que nous vivons en ce moment (agitation sociale).
A cela, viennent s'ajouter d'autres sujets comme le viol des femmes (justice/vengeance) et l'adoption des enfants remis aux services sociaux après maltraitance par leurs parents biologiques. Thèmes de plein pied dans le livre puisque Miranda a été violée jadis (effet thriller en ligne rouge durant tout le texte) et désir d'enfant pour la même avec l'adoption d'un gamin… Pour chacun de ces sujets, Adam de par ses connaissances illimitées, s'avérera un guide trop parfait pour Miranda et Charlie, humains imparfaits puisque tel est notre état.
Pour conclure, un roman bien ancré dans le monde actuel (intelligence artificielle, femmes violées, crise sociale, monde en plein cahos etc.) partagé entre les désillusions d'un constat affligeant (tout va à vau-l'eau) mis en évidence par la rigueur trop rigide de l'androïde (l'esprit humain est trop contradictoire). Mais dans cette désespérance, néanmoins et pourrait-on dire envers et contre tout, l'amour peut survivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (6)
LeJournaldeQuebec   10 février 2020
Avec ce roman coup de poing, le romancier britannique Ian McEwan frappe fort. Cette uchronie soulève quantité de questions d’éthique ou de philosophie.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeJournaldeQuebec   10 février 2020
Avec ce roman coup de poing, le romancier britannique Ian McEwan frappe fort. Cette uchronie soulève quantité de questions d’éthique ou de philosophie.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeDevoir   03 février 2020
Avec ce roman troublant à l’humour un peu noir, toujours profond, à travers lequel il imagine et explore les limites de l’intelligence artificielle, Ian McEwan amuse et fait réfléchir.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Liberation   27 janvier 2020
L’histoire est en réalité incroyablement bien bâtie, et finement [...] Le roman mêle les préoccupations les plus sérieuses, la révolution de l’intelligence artificielle et ses conséquences, avec la satire sociale et politique.
Lire la critique sur le site : Liberation
LaCroix   16 janvier 2020
Explorant une nouvelle fois l’âme humaine, sondant d’une conscience inquiète le bien et le mal, [...] Ian McEwan déploie ses talents de conteur et de moraliste dans une uchronie aussi réjouissante que dérangeante.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Bibliobs   15 janvier 2020
Telles sont, pour l’écrivain, les limites de l’intelligence artificielle : nul robot ne pourra jamais comprendre pourquoi nous réussissons si bien à tout bousiller sur notre passage.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   07 février 2020
Turing ... s’était concentré un temps sur les processus de prise de décision et avait écrit un livre devenu célèbre : nous sommes enclins à élaborer des stratégies, des scénarios, alors que nous devrions penser en termes de probabilités si nous voulons faire les bons choix. L’intelligence artificielle pouvait améliorer ce que nous avions, ce que nous étions. Turing avait inventé les algorithmes. 
Commenter  J’apprécie          150
palamedepalamede   07 février 2020
Parler de gènes à propos des comportements humains rappelait le souvenir d’Hitler et du IIIe Reich.
Commenter  J’apprécie          150
Corboland78Corboland78   06 février 2020
On crée une machine possédant l’intelligence et la conscience de soi, et on la précipite dans notre monde imparfait. Un tel esprit conçu selon des principes généralement rationnels, bienveillant envers autrui, se trouve vite aux prises avec un ouragan de contradictions. Nous en avons fait l’expérience, et la liste nous fatigue d’avance. Nous pouvons guérir des millions de maladies mortelles. Des millions de gens vivent dans la misère alors qu’il y a de quoi les nourrir. Nous dégradons la biosphère alors que nous savons qu’elle est notre seule demeure. (…) Nous vivons avec ce tourment, et nous ne nous étonnons pas de réussir à trouver le bonheur malgré tout, et même l’amour. Les esprits artificiels ont moins de défenses que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
palamedepalamede   05 février 2020
Comme le disait Schopenhauer à propos du libre arbitre, on peut choisir selon ses désirs, mais on n’est pas libre de choisir ses désirs. 
Commenter  J’apprécie          200
palamedepalamede   02 février 2020
On trouve un certain répit dans la sensualité d’un lit rien qu’à soi, pendant quelque temps du moins, jusqu’à ce que le fait de dormir seul acquière sa propre tristesse muette. 
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Ian McEwan (117) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ian McEwan
À quoi rêvent les androïdes? Les robots pourront-ils un jour tomber amoureux ? Dépérir ou tenter de se suicider ? Quel serait alors notre monde ou bien le leur ? Avec "Une machine comme moi", qu'il publie aux éditions Gallimard, Ian McEwan réalise un fantasme d'écrivain, retourner en arrière et réécrire l'histoire à travers une uchronie aussi réjouissante que dérangeante... Celle d'un jeune couple qui se cherche et d'un androïde, "Adam", doté de l'intelligence artificielle la plus perfectionnée qui soit.
Retrouvez l'intégralité de l'émission ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-12/1147265-la-grande-librairie.html
+ Lire la suite
autres livres classés : intelligence artificielleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Test

ds

d
d
d
d

1 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Opération Sweet Tooth de Ian McEwanCréer un quiz sur ce livre
.. ..