AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de florencem


florencem
  20 août 2017
Une lecture un peu déconcertante à certains moments mais aussi addictive, si bien que je l'ai fini en deux jours. J'avais d'ailleurs cherché le roman après avoir visionné les premiers épisodes de la série du même nom sur Netflix, vers 2013 si mes souvenirs sont bons. Pas encore édité en France, du coup quand je l'ai vu disponible sur Netgalley j'ai sauté dessus.

En premier lieu, je dirais que le roman est pour un public averti. Si vous avez vu la série télévisuelle, vous savez plus ou moins à quoi vous attendre. On retrouve ce côté glauque et perverti qui plonge le lecteur dans une ambiance toute particulière. J'ai bien aimé pour ma part, surtout que je savais à quoi m'attendre. C'est décalé mais prenant. L'histoire commence d'ailleurs par la découverte d'un corps déchiqueté d'une jeune femme mettant en émoi la ville de Hemlock Grove. Un mystère que l'on a tout de suite envie de résoudre, surtout que la piste de l'animal sauvage semble tout à fait hors propos. Mais qui est le coupable dans cette ville où tellement de monstres se cachent ?

Plutôt sombre par de nombreux aspects, le roman oscille entre le surnaturel, l'horreur et un côté un peu savant fou. Deux familles sont au centre des événements : les Godfrey, une vieille famille faisant partie des plus riches des Etats-Unis et les Rumancek, des gitans aux nombreux secrets. Ces deux clans apportent naturellement beaucoup à l'ambiance. Les premiers richissimes jouent de leur influence et ont surtout pas mal de choses à cacher, notamment ces expériences étranges à l'institut de Hemlock Grove. Il n'y a pourtant pas tellement d'arrogance mal placée chez eux, ce qui les rend sympathiques notamment en ce qui concerne les plus jeunes. Peter et Lynda Rumancek n'ont rien demandé à personne et vivent leur petite vie tranquille. Des nomades épris de liberté, une mère et un fils au premier abord tout à fait normal. Et pourtant ces deux mondes vont entrer en collision par le biais de Roman Godfrey et Peter.

Une amitié étrange et improbable qui grandit petit à petit alors que les deux garçons tentent de résoudre le mystère des meurtres qui secouent leur ville. Roman est probablement le personnage le plus théâtral. Désabusé et perdu, il est en un sens l'archétype du garçon riche qui s'ennuie et qui a besoin d'un but. Sans compter son côté un peu spécial. Mais il n'en reste pas moins adorable. Notamment avec sa soeur et sa cousine. Ce n'est pas un ange par contre et certaines de ses actions sont plus que borderlines. Peter est un esprit libre avec un vieille âme. Un mélange étrange qui fonctionne pourtant très bien. Attachant dès le départ, il sera probablement celui qui souffrira le plus de toute l'histoire, mais les deux garçons se voient comme des chevaliers devant affronter le Dragon qui les menace tous.

L'enquête en elle-même nous perd à de nombreux moments pour se porter de temps à autre sur les ramifications des événements qui se déroulent en parallèle. On hésite vraiment sur le coupable, se demandant même si nos deux héros ne seraient pas responsable… Un peu de paranoïa surtout que le surnaturel prend le pas dès le départ et que l'on sait très bien que les créatures du folklore n'ont rien de vraiment charmantes. Il n'en reste pas moins que l'on plonge sans hésitation, poussé par une curiosité un peu malsaine peut-être. Mais il faut découvrir le fin mot de l'histoire.

La fin est sur le même ton que le restant du roman et même si elle n'est pas vraiment telle que je l'aurais souhaité, je pense qu'elle va tout à fait à l'oeuvre de Brian McGreevy. Pas de chichi. Triste à bien des égards mais honnête.

Deux petits points sur le roman dans sa globalité. le premier : une suite serait vraiment sympathique. Pour moi, même si on peut s'arrêter là sans problème, il y a des questions qui restent en suspens. Bien sûr la série peut apporter des réponses mais mis à part la première saison, les deux autres ne sont pas en collaboration avec l'auteur. le deuxième point : le style un peu étrange de l'auteur. Des phrases parfois trop soutenues, trop alambiquées et à côté de cela parfois très crues. Mais cela passe. La traduction a quelques petits soucis au niveau de la ponctuation, notamment avec l'apparition dans deux ou trois paragraphes le mot « virgule » à la place de la dite virgule, et des points qui s'incrustent par-ci, par-là.
Commenter  J’apprécie          306



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (28)voir plus