AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791022601634
345 pages
Éditeur : Editions Métailié (07/05/2015)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 16 notes)
Résumé :

Après trois années dans la nature, le baroudeur Gerry Conway est de retour dans son bureau du Glasgow Tribune. Mais trois ans c’est très long dans la presse et les temps ont changé – les lecteurs sont de moins en moins nombreux, les budgets très serrés et l’éthique jadis rigoureuse du journal part à vau-l’eau.

Avant, il était le reporter-vedette du journal mais à présent il est dans l’ombre de son ancien protégé, Martin Moir. Mais lorsque Moi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  04 mars 2016
Après Les couleurs de la ville, Liam McIlvanney nous adresse de Nouvelle-Zélande où il vit, son second opus dont l'action se situe à Glasgow, sa ville natale. Dans le rôle principal, il met à nouveau en scène Gerry Conway, journaliste au Glasgow Tribune, qui rentre au bercail après un intermède de trois ans. En son absence, son collègue et ami Martin Moir a pris de l'envergure professionnelle et fait partie des pointures de la rédaction. L'intrigue démarre au moment de la disparition de Martin, mystérieuse durant quelques jours, avant qu'il soit découvert mort dans sa voiture plongée dans une carrière inondée. Le suicide est rapidement établi par la police tandis que ses proches et Gerry doutent. D'une part, comment Martin, tellement respectueux du bon usage des mots et connu pour son langage châtié, a-t-il pu rédiger un sms-charabia en guise de message d'adieu ? D'autre part, est-il possible qu'un homme attache ses mains au volant de son véhicule avant de l'immerger ?

Dans un contexte de faits divers meurtriers, assassinat d'une prostituée, exécution d'un jeune espoir du football neveu d'un roi de la pègre locale, Gerry endosse son costume de journaliste d'investigation, un peu trop grand pour lui, pour enquêter sur la mort de son ami, et qui sait, peut-être pour relie
r ces événements tragiques.
Il s'agit d'un roman dense, aux nombreuses thématiques et ramifications et Liam McIlvanney n'a pas choisi l'année écossaise la plus paisible du siècle pour y planter le décor de son roman ! L'Ecosse s'apprête en effet à vivre un scrutin capital dans son histoire, avec le referendum du 18.09.14 « Should Scotland be an independent country ? », qui enflamme la vie politique et exacerbe les nationalismes. Elle s'apprête aussi à accueillir à Glasgow, en juillet et août, les XXèmes Jeux du Commonwealth. L'odeur des marchés juteux met en ébullition les spéculateurs immobiliers, les hommes politiques véreux, la pègre, la frontière entre leurs activités restant floue, dans une ville qui affiche en outre le plus fort taux d'homicides d'Europe de l'Ouest. Enfin, pour couronner l'ensemble, l'auteur a choisi de faire travailler son héros dans un secteur d'activité moribond, la presse écrite… Ca fait beaucoup.

Heureusement, la vie personnelle de Gerry sert de contrepoint apaisant dans cette effervescence. Ses deux fils aînés, nés d'un premier mariage raté, vivent avec leur mère. Gerry vit avec Mari et Angus, leur très jeune enfant. Longuement décrites par l'auteur, les soirées at home ou rencontres et activités avec ses aînés apportent un peu de douceur dans ce monde de brutes. Elles représentent pour le héros des moments de répit et repos, au cours desquels il profite pleinement de sa vie familiale.

Là où vont les morts est un très bon roman noir à l'intrigue robustement construite, qui restitue avec soin et véracité l'atmosphère d'une ville frappée par la récession. L'écriture de Liam McIlvanney est souple, empreinte d'humanité, et agréable à lire. J'ai personnellement regretté le trop grand nombre de thèmes abordés, ce qui m'a, dans certains chapitres, procuré la sensation que l'intrigue se disperse, se diffracte. Cet infime reproche n'a cependant pas pollué cette excellente lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Fanvin54
  23 juin 2015
« Là où vont les morts » est un excellent roman noir, un mélange de mon point de vue entre la trilogie de Glasgow écrite par Malcom Mackay (je vous la conseille vivement !), et Storyteller de James Siegel.
L'intrigue (un journaliste, Gerry Conway, revient travailler au Tribune on Sunday, et va enquêter sur le décès de son collègue et ami, Martin Moir, par ailleurs reporter vedette du journal) est bien menée, efficace, sans temps mort. Elle dénonce les liens malsains existants entre les gangs, les milieux politiques, et autres lieux de pouvoir (police, presse,…). Les gangs prennent en effet insidieusement la main sur bon nombre d'activités économiques traditionnelles (commerces, transactions immobilières,…), histoire de blanchir l'argent de leurs différents trafics. Ils bénéficient bien entendu pour cela de certains appuis, leur argent permettant en effet d'acheter les hommes, leurs décisions, leur influence, leur intégrité…
L'histoire donne une bonne vision de Glasgow, une ville qui tente de se construire un nouvel avenir après une longue période de déclin économique, mais qui demeure marquée par la violence… et aussi par la rivalité entre le Celtic et les Rangers (même si ces derniers ne sont plus ce qu'ils étaient…).

L'histoire écrite par Liam McIlvanney constitue aussi une plongée très intéressante dans le monde du journalisme, dans une presse en crise, avec des lecteurs qui s'évaporent au fil des années. Elle apporte un bel éclairage sur le métier du journaliste d'investigation, lequel peut en effet s'avérer dangereux si l'on s'intéresse d'un peu trop près à certains sujets. Car les malfrats n'aiment guère qu'on vienne se mêler de leurs affaires, et n'hésitent pas à utiliser certains moyens de pression pour vous faire lâcher l'affaire, y compris si nécessaire s'en prendre à votre entourage…
Je tiens au final à remercier Babelio et les éditions Métailié pour l'envoi de cet excellent roman dans le cadre de la dernière opération masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
LeaTouchBook
  10 août 2015
4.25/5 : Là où vont les morts est une très belle surprise, un roman noir passionnant, original et brillant de réalisme. Le roman noir écossais a son porte-parole : Liam McIlvanney est un magicien du genre !
C'est au travers de deux protagonistes principaux que l'histoire s'instaure. D'un côté Gerry Conway, journaliste au Glasgow Tribune qui revient après trois années d'absence et qui peine à se refaire un nom du fait de la perte de vitesse du journalisme-papier. C'est le narrateur, l'esprit de ce polar, le fil conducteur : c'est à la fois un journaliste, un ex-mari et un père. De l'autre il y a Martin Moir, un très bon journaliste ayant remplacé Gerry suite à son départ et qui meurt subitement. Cependant il vit au travers de l'enquête qu'effectue le personnage principal pour comprendre ce qui s'est réellement passé.
La mort de Martin va donc amener Gerry à se retrousser les manches, à enquêter comme un vrai journaliste de terrain dans les quartiers mal famés de Glasgow. Car c'est indéniable : l'auteur a la faculté de dépeindre Glasgow de façon magistrale : il y a les gangs, l'arrivée prochaine des jeux du Commonwealth, et le vote à l'horizon sur l'indépendance de l’Écosse. On découvre cette ville en même temps qu'une investigation est menée.
Ce livre est une vraie réussite car l'écrivain sait à la fois décrire l'ambiance de cette ville, de ces quartiers et mettre en lumière les sentiments humains, le ressenti d'un professionnel désabusé qui voit disparaitre une certaine vision du journalisme mais qui y croit encore. J'ai adoré cette faculté à transmettre les émotions, les actions d'un journaliste, d'un homme, d'un père. Ce roman allie donc une écriture fluide, détaillée, narrative; une enquête fascinante et une résonance humaine : chapeau bas !
En définitive, ce roman est un incontournable du genre, une excellente surprise 2015 !

Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mimipinson
  09 juillet 2015
Glasgow,de nos jours, alors que l’Ecosse va d’une part accueillir les jeux du Commonwealth, et de l’autre s’exprimer sur son avenir au sein du Royaume uni.
La presse écossaise est comme ses copines européennes ; elle ne va pas bien ; elle perd inexorablement des lecteurs. Il lui faut donc trouver les moyens d’accrocher ceux qui restent.
Au milieu de tout cela, des journalistes de terrain, qui tentent de faire leur travail au sein d’un journal qui peine, dans une société qui peine tout autant.
L’intrigue, ou plutôt le tableau se construit autour de nos deux personnages, eux même évoluant autour d’autres plus ou moins recommandables, et embarqués dans les avatars des combines politico-journalistico –économiques.
J’ai trouvé l’atmosphère bien amenée sans que l’auteur en fasse ou trop ou pas assez. Ce dernier met l’accent sur nos deux journalistes, sans omettre au passage celles et ceux qui les entourent, pour nous faire un tableau finalement assez désabusé d’une société aux multiples visages aux prises avec ses préoccupations quotidiennes.
La narration à la première personne donne un dynamisme appréciable pour un roman qui paradoxalement prend son temps pour s’installer. Liam McIlvanney s’attachent plus au côté sociétal et à l’ambiance générale qu’à une énigme policière à proprement dite. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si la police est finalement très peu présente dans ce roman.
Peu habituée à la littérature policière écossaise, cet ouvrage fut pour moi une très belle surprise, et un excellent moment de lecture.
Un grand merci aux éditions Métailié (je salue au passage leurs choix originaux en matière de littérature policière) et Babélio dans le cadre la masse critique.

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
griboouille
  03 décembre 2017
Il y a certains films qu'on trouve long et un peu ennuyeux, et bien pour ce roman c'est un peu la même chose. Dans la première moitié il ne se passe pas grand chose sauf la mort d'un journaliste. Mis à part ça l'auteur nous décrit la vie des uns et des autres ainsi que ce qui se passe à Glasgow . Toutes ces descriptions ne servent pas grand chose à l'histoire. Il en faut bien sûr, mais là c'était trop.
La seconde moitié est un peu plus intéressante et bouge un peu plus. La mafia, le journalisme, l'argent, la politique tout se mèle et s'entre-mèle jusqu'au dénouement un peu prévisible.
Bref, pour ma part cette lecture ne restera pas gravée dans ma mémoire.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Actualitte   05 octobre 2020
Un roman aux multiples facettes dont l'accrochage dans un contexte politico-mafieux permet une critique en négatif de la classe dirigeante écossaise et, avec elle, de tous les aréopages qui gravitent autour.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LesEchos   11 juin 2015
McIlvanney mène son récit haletant avec un sens aigu du rythme et des rebondissements alternant avec les évocations très littéraires des bas-fonds et d'une rédaction à l'agonie.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   03 mars 2016
Un monde meilleur ? Le prêtre, lors des funérailles, avait évoqué le fait que Martin rentrait "à la maison". Ce trou dans le sol ? Deux mètres de boue écossaise détrempée ? Putain de maison.

Page 143
Commenter  J’apprécie          260
namelessnameless   02 mars 2016
Il écrivait tous ses mots en entier. Tout le temps. C'était une obsession, chez lui. Il était même chiant, avec ça. Il pensait que le langage SMS était la fin de la civilisation, le premier pas vers l'apocalypse. Le début de la fin.

Page 123 - Metailié
Commenter  J’apprécie          170
Fanvin54Fanvin54   29 mai 2015
- Tu crois qu’ils le font exprès ? Qu’ils choisissent pile le bon moment pour nous faire chier ?

Commenter  J’apprécie          90
Fanvin54Fanvin54   19 juin 2015
J'avais de la peine pour le défunt que je serais un jour, pour ce Gerry Conway dont la dépouille couchée dans une boîte serait posée sur des tréteaux devant une foule bien plus clairsemée que celle-ci. A jalouser un mort, on se sent étrangement creux.
Commenter  J’apprécie          30
Fanvin54Fanvin54   18 juin 2015
En travaillant dans un journal, on se croit à l'abri des bombes. On va voir le chaos chez les autres. Le chaos ne vient pas chez vous.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Liam McIlvanney (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Liam McIlvanney
Payot - Marque Page - Liam McIlvanney - le Quaker
autres livres classés : glasgowVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2048 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre