AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072702720
Éditeur : Joëlle Losfeld (24/08/2017)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Après quarante ans d’exil, Maureen retourne à Cork pour retrouver son fils, Jimmy, qu’elle a été forcée d’abandonner. Une nuit, lorsqu’elle tue un inconnu en le frappant violemment à la tête, elle déclenche une série d’événements qui va secouer toute la ville de Cork et révéler différents personnages en marge de la société irlandaise.
Ryan, 15 ans, qui deale et donnerait tout pour ne pas ressembler à son père alcoolique. Sa petite-amie Karine, magnifique et i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
maevedefrance
  05 septembre 2017
Traduit par Catherine Richard-Mas
Ma première lecture irlandaise de la rentrée littéraire. Cork, je connais. C'est tout mignon. Mais ici, Lisa McInerney choisit de vous emmener visiter la face sombre de la ville : l'underground. le Cork des paumés, de ceux qui vivent de petites et grosses magouilles entre amis, qui ne sont jamais tout à fait des amis. Méfiez-vous aussi des petites mamies...
Ca commence par un meurtre commis par inadvertance. Une vieille dame, Maureen, assomme un type qui s'est introduit dans sa maison. Un cambrioleur, ou quelque chose du genre. Sauf qu'elle n'a pas fait que l'assommer : elle l'a dézingué. C'est ballot. Avec quoi ? Un bâton ?... Meuh nan, ce serait trop banal ! Je vais vous le dire parce que vous ne devinerez jamais : une bondieuserie, "une sainte caillasse" ! le genre de truc qu'on achète à Lourdes. le miracle ne s'est pas produit : le mec n'a pas ressuscité, il est bel et bien raide mort, sur le carrelage de sa cuisine, qu'il a copieusement massacré au passage, avec tout le sang qui a giclé. Sérieux, les joins sont foutus ! Maureen, rudement embêtée tout de même par l'ampleur des dégâts, et cette chose encombrante qu'est un cadavre, appelle son fils Jimmy à la rescousse. Jimmy, le parrain local, pas fou, touche pas à ce genre de truc : il fait appel à une connaissance pour faire le boulot : Tony Cusak. Tony, père isolé à la tête d'une marmaille de 6 enfants, alcoolo à ses heures perdues, chômeur professionnel, n'est pas franchement enthousiaste, mais bon, faut bien vivre ! Et dire non à Jimmy, c'est courir davantage de risques que de faire disparaître un cadavre et refaire un carrelage...
Sauf qu'un cadavre, avant d'être un cadavre, c'était quelqu'un. Avec une histoire. Il se trouve que Georgie, une ado qui a fugué de chez elle, a fait la connaissance du cadavre, quelques années auparavant. Il s'appelle Robbie O'Donovan. Son premier amour. "La trentaine. Rouquin. Un grand dépendeur d'andouilles". Qui l'a mise sur le trottoir. le parfait gentleman, quoi :) . N'empêche, Georgie cherche depuis quelque temps Robbie. Pendant ce temps, l'aîné de Tony Cusak, Ryan, 15 ans, est amoureux de Karine, une fille canon, de la bourgeoisie locale. Amour partagé, sauf que Karine en bave avec Ryan qui penche du mauvais côté : il deale. Il se fait virer du lycée. Il se trouve qu'il est le pourvoyeur en drogue de... Georgie, la camée à "la mine de crevade". Pourtant, le deal de Ryan est de ne surtout pas vouloir ressembler à son père...
A son âge, on a les hormones qui travaillent. Il suffit qu'on ait comme voisine, une nana à la masse comme Tara Duane pour que ça dérape encore un peu plus, surtout quand on a un père comme Tony Cusak : il ressemble peut-être à "un type déglingué", mais si une femme touche à son fils mineur, c'est lui qui déglingue. ""Tara Duane", fit Tony (...) Chaque fois que j'entends le nom de cette connasse, ça me bouffe mon espérance de vie". Sauf que cette Tara Duane est aussi la voisine de Jimmy et elle se à qui elle se plaint quand Tony descend la fenêtre de son salon à coup de cross de hurling. Jimmy se demande ce qui a bien pu mettre ce grand déglingué de Tony, un zeste couillon, dans une rage pareille si ce n'est une histoire de fesses : "Pour quelle autre raison est-ce qu'un type irait massacrer ta maison ? Tu t'es gourée d'étiquettes sur les poubelles ? Tu as gueulé toute la nuit en écoutant ABBA à fond ?"
N'empêche que fracasser la maison de sa voisine à coup de cross de hurling, alors qu'on est déjà alcoolo et au chômage, c'est pas fait pour arranger la garde de vos enfants... C'est la preuve que vous êtes fêlé ! Même si ladite voisine est une "méga-fouteuse de merde en personne", que "ça fout les jetons", que "cette gonzesse est complètement déchiquetée" (sérieux, ça fait envie !) le juge voit une agression, c'est tout. On se retrouve rapidement dans une "chierie d'enfer et putréfaction totale". Comme si ça ne suffisait pas, mamie Maureen touche aux allumettes...
J'avais pu goûter au sens de l'humour de Lisa McInerney au mois de mars, au festival franco-irlandais mais je n'avais pas encore lu son livre...
Ce roman est complètement dingue, fou, barré. J'ai rigolé comme une bossue, je me suis planquée x fois derrière ma lecture pour cacher mon fou rire dans les transports en commun. Lisa McInerney a une imagination débordante, un style sans fioritures : elle enlève tous les filtres, une b**e c'est une b**e (je n'écris volontairement pas le mot pour ne pas avoir des pervers qui atterrissent sur ce blog - Lol !). Les bondieuseries et tout ce qui va avec, en prennent pour leur grade, et pas qu'un peu ! Ce n'est pas un roman pour vierges effarouchées ni sainte-Nitouche. Et encore moins pour les grenouilles de bénitier. :) C'est complètement immoral mais délicieux.
Si j'ai beaucoup ri, c'est pourtant une histoire dramatique et même sordide. Mais l'humour ravageur et corrosif de Lisa McInerney est d'une efficacité redoutable. C'est plein de morts vivants, de walking dead pas du tout catholiques... Tous les personnages sont incapables de se sortir du pétrin dans lequel ils sont parce que de toute façon, le "pays est niqué" : le choix qui s'offrent à eux, c'est "l'aéroport et la file d'attente du chômage".
On s'attache davantage à Ryan qu'aux autres personnages parce que c'est un révolté qui ne veut pas ressembler à son père mais il ne sait pas comment se sortir du guêpier dans lequel il s'est mis. Il dit même à Georgie qu'elle a gravement une sale tronche, à force de se shooter, ce à quoi elle rétorque : "Misère de moi ! Un dealer qui me conseille d'arrêter la drogue !" :) Il ne prend pas le bon chemin, même avec Karine qu'il aime vraiment. Il en a conscience, mais son environnement social fait qu'il ne peut pas agir autrement : c'est un engrenage infernal. Comble de l'ironie, Karine fait des études d'infirmières, "parce qu'il faut bien que quelqu'un retape tout ce monde". Il est clair qu'elle a du boulot !
La fin est émouvante. Je sais qu'il y a une suite (le deuxième roman de Lisa McInerney), centré sur le personnage de Ryan, justement.
J'ai souvent eu l'impression que ça tournait au cartoon, entre Maureen qui ressemble à un "épouvantail congelé" et un "gusse" qui "saute sur scène comme s'il avait des frelons dans le caleçon" ! Et j'en passe... Un roman très vivant, c'est certain, ça saute et ça rebondit dans tous les sens.
Une plume au langage châtié et truculent, qui a dû être une gageure à traduire en français.
On ne sort pas indemne d'un tel roman, qui, s'il fait rire, n'en est pas moins fracassant. Une lecture marquante, c'est certain !
Un roman à découvrir pour les amateurs de sensation et d'humour caustique !
Le livre a été primé par deux fois en 2016 : il a été récompensé par le Baileys Women's Prize for Fiction et le Desmond Elliott Prize . Il va être adapté en série TV.
Lisa McInerney était aussi blogueuse ; elle se consacre maintenant à l'écriture de fiction.
Lien : http://milleetunelecturesdem..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Wyoming
  17 mars 2018
Un beau roman noir irlandais avec plusieurs personnages, tour à tour héros de l'histoire, au point que chaque lecteur peut choisir son héros final. Pour moi, c'est Ryan, mais Maureen n'est-t-elle pas la véritable héroïne, même si elle a tué au tout début? Les femmes jouent un rôle majeur dans ce roman tout en paraissant victimes qu'elles soient prostituée, mères éloignées de leurs progénitures, amante ingénue ou croqueuse d'adolescent "tout en bite". Elles meurent aussi d'accident ou de meurtre. L'alcool et la drogue ont aussi leur place et même la religion pas dans sa meilleure représentation. J'ai vraiment aimé ce texte tumultueux, aux dialogues directs, voire très acides, jamais terminés. La ville de Cork est le cadre de l'histoire et la Lee a également sa place jusqu'à la fin. Cela me fait un peu penser à certain roman de Larry McMurtry et donc l'auteur pourrait imaginer une suite.
Commenter  J’apprécie          60
LettresItBe
  05 novembre 2017
On jette un oeil sur Internet pour en savoir plus sur ces fameuses Hérésies glorieuses que l'on a entre les mains. « Prix Desmond Eliott en 2016 », un livre présent dans le top 10 des romans noirs du New York Time's Book Review, une adaptation télévisuelle en cours de préparation … Difficile de garder son calme lorsque l'on s'apprête à découvrir une telle pépite supposée et annoncée. le livre débarque, en effet en France, chez Joëlle Losfeld (merci, au passage), auréolé d'une traduction brillamment réalisée par Catherine Richard-Mas.
Qu'en est-il, après lecture ? Lettres it be vous livre tout de suite son avis pas plus tard que maintenant !
# La bande-annonce
Après quarante ans d'exil, Maureen retourne à Cork pour retrouver son fils, Jimmy, qu'elle a été forcée d'abandonner. Une nuit, lorsqu'elle tue un inconnu en le frappant violemment à la tête, elle déclenche une série d'événements qui va secouer toute la ville de Cork et révéler différents personnages en marge de la société irlandaise.
Ryan, 15 ans, qui deale et donnerait tout pour ne pas ressembler à son père alcoolique. Sa petite-amie Karine, magnifique et issue d'une classe aisée, avec laquelle il vit un amour pur et passionné, jusqu'à ce que la réalité les rattrape. Tony, dont l'obsession qu'il voue à sa voisine menace de les détruire, lui et sa famille. Georgie, une prostituée qui feint une conversion religieuse aux répercussions désastreuses.
En renouant avec son fils Jimmy, Maureen découvre qu'il a grandi dans le quartier le plus dangereux de la ville et qu'il est devenu un gangster redoutable, mais cette meurtrière involontaire est heureuse de pouvoir compter sur lui pour la sortir de cette situation. En cherchant tous les moyens possibles pour expier ses nombreux péchés, et en premier lieu le meurtre qu'elle a commis, Maureen risque cependant de détruire le plan mis en place par Jimmy, et surtout de les mettre tous en danger.
Dans un style vrai, cru et aussi poétique, Lisa McInerney dresse le portrait touchant, drôle et irrésistible de personnages pris au piège, qui voudraient s'en sortir mais courent tout droit à leur perte.
# L'avis de Lettres it be
L'Irlande, la drogue, le sexe, la jeunesse qui s'enfuit et s'en fout … La quatrième couverture donne le ton d'un ouvrage qui s'annonce « dynamite ». Et, autant le dire tout de suite, pour un premier roman, c'est solide, costaud, béton. Une mère revient hanter la vie de son fils abandonné des années plus tôt. Cette mère, elle n'a rien fait de méchant : elle a juste buté un innocent en voiture. Ca commence comme ça. Ambiance …
La suite de la chronique sur le blog de Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
wangobi
  17 octobre 2017
« Cork serait-il le meilleur endroit au monde ? C'est en tout cas ce que pensent ses habitants. Vous remarquerez rapidement que cette rafraîchissante ville cosmopolite du sud-ouest de l'Irlande inspire une dévotion inégalable de la part de ses habitants. » www.ireland.com
Voilà une citation qui ferait certainement hurler de rire la pétillante Lisa McInerney, qui ne travaille certainement pas pour l'office du tourisme de Cork mais vient par contre de lâcher un bon pavé dans la mare aux canards : « Hérésies Glorieuses », son premier roman, sonne définitivement le glas de cette ville d'Irlande et de ses prétentions touristiques. Ad patres, le « Arse End of Ireland » le trou du cul de l'Irlande pour reprendre son expression favorite, également titre du blog qui lança notre auteure sur les routes de l'aventure littéraire.
Telle une Zola celte et cinglante, Lisa McInerney tire un portrait noir aux lignes grinçantes des âmes damnées errant dans les bas-fonds de cette ville, sombre dédale qui suinte le vice et la folie, la pauvreté et l'égarement. Un ado dealeur et frondeur, une pute toxico, un père alcoolo, une voisine pédophile, une mère mystiquo-pyromane et son fils malfrat : tels sont les personnages dont nous suivrons l'aride et iconoclaste destin aux atours de balbutiements erratiques, de virée malsaine et cocasse vers un vide absolu. Une ébauche de rédemption ? Certes, le thème est central, mais les personnages semblent prisonniers d'une tragédie familiale et personnelle aux accents névrotiques avancés et somme toute indépassables. Une trace de tendresse ? Peut-être dans le portrait de Tony, dont la complexité et la véracité forment sans doute la plus grande réussite du livre.
La suite de ma chronique sur le site des nyctalopes !
Lien : http://www.nyctalopes.com/he..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LaGeekosophe
  31 octobre 2017
Un livre qui se passe en Irlande aurait toutes les chances de me plaire. Mais il est rare qu'un contemporain parvienne à me fasciner réellement. Hérésies Glorieuses n'y est pas parvenu. Il n'est pas mauvais, loin de là. Il peut même être extrêmement drôle par moments, notamment les passages avec Maureen, qui a été forcée d'abandonner son fils à sa naissance car elle était fille-mère. le livre a le mérite de mettre en lumière une société en lutte avec ses démons, dans un état de quasi-schizophrénie face à un catholicisme bigot tout-puissant. J'ai eu cependant du mal à me connecter aux autres personnages, je n'avais pas de réelle empathie pour eux et je les trouvais finalement un peu trop clichés, sans relief. Karine par exemple ne semble être qu'un personnage fonction et son manque de profondeur nuit sérieusement à la crédibilité de l'histoire d'amour pure et passionnelle qu'elle vit avec Ryan. En bref, le livre n'est pas mauvais mais plaira sûrement plus aux amateurs de contemporain.

Lien : https://lageekosophe.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LeMonde   13 octobre 2017
Avec « Hérésies glorieuses », son premier roman, l’écrivaine radiographie une furieuse Irlande dans la lignée de Melvin Burgess, Hubert Selby Jr ou Irvine Welsh.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
WyomingWyoming   17 mars 2018
La charpente sur laquelle on se construit une vie est chose fragile, et dans une ville entière d'âmes liées les unes aux autres, une seule poutre qui casse peut mettre à mal les pics et ombres de la ligne d'horizon.
Commenter  J’apprécie          10
bouvier583bouvier583   04 janvier 2018
La trahison était un remède lamentable, il n'était pas du tout taillé pour. Ça avait commencé avec une belle touriste, une déesse entrée dans son univers pour lui rendre justice; et ça aurait dû s'arrêter là. Bien que très belle, Elena n'était pas ce qu'il voulait. Ce qu'il voulait, c'était remonter le temps et ne pas se faire choper avec la coke de Dan Kane pour que Karine n'en vienne jamais à le tromper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
maevedefrancemaevedefrance   15 août 2017
Les gens, voyez-vous, ont peur des dealers. Les prostituées, c'est déplaisant, on n'a pas envie de les voir déambuler en cuissardes pour lever des clients dans la rue où on vit. Mais les dealers ? Ah non. Là, terreur abjecte. Les dealers, ça s'accompagne de flingues, de vendettas. Ils risquent de viser nos enfants, de défoncer nos portes.
Commenter  J’apprécie          00
maevedefrancemaevedefrance   19 août 2017
Pour quelle autre raison est-ce qu'un type irait massacrer ta maison ? Tu t'es gourée d'étiquettes sur les poubelles ? Tu as gueulé toute la nuit en écoutant ABBA à fond ?
Commenter  J’apprécie          00
LadyDoubleHLadyDoubleH   17 décembre 2017
Trop grand et trop teigneux pour être un larbin, désormais, et trop malin pour planter ses racines à l'ombre de l'arbre généalogique familial.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Lisa McInerney (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lisa McInerney
Lisa McInerney - Hérésie Glorieuses
autres livres classés : corkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Lisa McInerney (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'Irlande

Le pays est divisé en deux : l'Irlande du Nord et...

La République d'Irlande
Le Royaume d'Irlande
La Principauté d'Irlande

11 questions
123 lecteurs ont répondu
Thèmes : irlande , paysCréer un quiz sur ce livre