AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Pierre Carasso (Traducteur)Jacqueline Huet (Traducteur)
EAN : 9782020367196
416 pages
Seuil (18/03/1999)
3.74/5   78 notes
Résumé :
Comme l'inoubliable héros de Citizen Kane, Will Savage est un personnage plus grand que nature. Sa biographie est un roman, une histoire pleine de bruit et de fureur.

Rebelle Sudiste, milliardaire hippie, ami des Black Panthers, Will Savage traverse les années 70 comme un météore, laissant dans Son sillage des amours fracassées, des espoirs déçus, des amitiés fanatiques. Son existence tient à la fois du Soap Opera et de la tragédie grecque.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
isanne
  05 avril 2021
Will Savage et Patrick Keane se rencontrent parce que le hasard leur fait partager une chambre d'internat alors qu'ils fréquentent la même classe préparatoire.
Tout, chez eux, les différencie comme tout les rapproche, paradoxalement. Will est fils et petit fils de propriétaires sudistes, esclavagistes, fortunés quand Patrick, d'origine irlandaise, continue ses études grâce à une bourse et compte dans ses ascendants des irlandais qui ont émigré pour fuir la famine de leur pays.
L'un est sûr de lui, à l'aise, défie les institutions, l'autre est timide, gauche, introverti, toujours gêné de ses origines et bien décidé à évoluer socialement.
Ils ont en commun de partager le rejet de leur ascendance : Will refuse l'attitude suprématiste de son père et Patrick le manque d'ambition et la modestie de la carrière du sien. Tous les deux n'ont qu'un désir : s'éloigner du chemin emprunté par la génération précédente.

Will ne s'intéresse qu'à la musique, le Blues, aux talents qu'il veut découvrir et espère produire et faire connaître, aux standards qu'il ne cesse d'écouter et d'expliquer à un camarade de chambrée qui ne connaît que les Beatles ! Will aspire à vivre au milieu de ce peuple que son père exècre, y écrire son avenir, en partager les idéaux quand Patrick ne veut qu'étudier, devenir un homme respectable dans une société qu'il espère bienveillante.

L'Amérique du milieu des années soixante, c'est une Amérique des bouleversements, des luttes raciales, des droits Civiques, celle qui entoure l'engagement du pays au Vietnam.
La lecture est bercée de la voix de Muddy Waters, de celle de Martin Luther King et des rencontres de ceux qui "rentrent" de l'enfer ou de ceux qui grossissent les rangs des Blacks Panthers.

Le livre est le récit, à travers la voix de Patrick, de cette amitié avec en filigrane, l'évolution de la société américaine. C'est l'histoire de deux vies, de deux engagements radicalement différents, des résignations, des replis sur soi pour atteindre l'idéal qu'on s'est forgé ou au contraire des coups d'éclat, de la folie d'une vie où le présent s'écrit dans les hallucinations des vapeurs des drogues et autres alcools pour garder courage. L'un n'aspire qu'à la révolte quand son ami ne lui parle que de raison.
L'écriture de Jay McInerney est prenante, les pages se tournent, celles du livre et celles de la vie des deux personnages. Difficile d'arrêter la lecture, parce que notre esprit est occupé par la même quête, par le même questionnement qui agite les deux hommes : que sont devenus les idéaux de jeunesse ? Quelle vie s'est construite ?
Où est, finalement la Vraie vie ? Dans la défiance permanente face à des institutions corrompues ou dans l'irrévocable respect de ces mêmes institutions ?
Qui a raison, qui a tort ? Will ou Patrick ?
Et si aucun des deux ne détenaient la vérité d'une vie…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4114
Marlom
  13 mai 2017
Un livre que j'ai trouvé par hasard dans une foissonante libraire de seconde main.
Etant un fan de la littérature américaine c'est avec plaisir que j'ai déciuvert un nouvel auteur américain : Jay McInnerney qui nous propose un roman d'apprentissage qui raconte l'histoire d'une amitié entre deux jeunes hommes étudiants américain que tout oppose : Patrick Keane le garçon placide racontant l'histoire du dernier des Savage, son meilleure ami : Will.
Ces deux-là vivent dans l'époque de mai 68 avec deux idéaux diamétralement opposé : la poursuite du rêve américain qui passe par Harvard, cabinet d'avocat et réussite profesionnelle d'un côté et de l'autre celui du gosse de riche qui a les moyens de sa rebellion.
L'ambiance américaine de cette époque est très bien décrite, on s'y croirait et le portait de Will Savage, personnage haut en couleur et totalement débrydée apporte un bon éclairage pour tous les amateurs de rythm and blues.
Un roman qui expose bien le destin croisé de deux personnages ou l'un pimente la vide de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lillou
  22 octobre 2010
Le dernier des Savage, c'est Will, jeune sudiste rebelle et fortuné, dont le plus proche ami depuis l'université, Patrick Keane, tente de raconter le parcours. Né dans une famille du Sud profond, Will Savage a été élevé dans l'opulence, les coutumes pseudo aristocratiques et le conservatisme. Mais lui refuse cet univers, ces codes d'un autre temps, et vit au rythme de la contre-culture, des idées nouvelles et des modes. Vite accro aux drogues et à l'alcool, il se consacre à la musique – noire surtout –, lutte contre la ségrégation, fréquente les milieux interlopes et disparaît pendant des jours à la façon d'un Jim Morrison
Patrick est tout l'inverse : issu d'un milieu modeste, son entrée à Yale est la promesse d'un avenir qu'il pense radieux, d'une vie bien au-dessus de celle de ses parents. Il fait tout en ce sens et s'évertue à coller au plus près des codes. Son rapport à Will n'est pas dénué d'ambigüités : à la fois fasciné par ce personnage un peu fou et par Savage père qui représente toute l'assise sociale vers laquelle il espère tendre un jour ; envieux des conquêtes féminines de Will mais peut-être en peu amoureux ; jaloux de sa liberté effrénée et exaspéré par ses inconséquences…
Leur attachement n'en reste pas moins fort et parvient à traverser les années et c'est le portrait de ces décennies troubles qui se dessine peu à peu, davantage encore que celui d'une étrange amitié.
Un roman bien plus rude qu'il n'y paraît au départ, où Jay McInerney se montre éminemment critique vis-à-vis de la société américaine, de son racisme, de ses faux-semblants et de ses clivages de tous ordres. Pour l'instant, le meilleur que j'ai pu lire de lui.

Lien : http://monbaratin.blogspot.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sagebooker
  05 mai 2013
Un excellent Jay McInnerney, peut-être le meilleur... une saga familiale centrée sur un personnage au parcours atypique, d'une grande famille typique du sud des Etats-Unis à l'origine, et qui va traverser l'histoire de ce pays au point de changer complètement la trajectoire parfaite prévue pour une rejeton de ces familles.
On ne s'attache pas au héros, mais on le suit, fascinés.
Commenter  J’apprécie          10
Betelgeuse77
  23 janvier 2018
Le meilleur roman de McInerney avec "Trente ans et des poussières".
Où l'auteur s'interroge sur la viabilité de la révolte dans un monde voué à la conformité.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
isanneisanne   29 mars 2021
- "(...) T'aimes le blues ?
- Bien sûr, dis-je, sans trop savoir qui ou quoi le blues pouvait être. (...) Il s'était écoulé à peine quelques minutes que nous écoutions une complainte étrange et perçante. Il était assis en tailleur sur le lit, dodelinant du chef derrière ses lunettes de soleil, expliquant avec un zèle évangélique que le chanteur - le plus grand génie musical américain de tous les temps - était mort à l'âge de vingt ans, empoisonné par une femme jalouse.
- C'est l'art le plus pur que notre foutu pays ait jamais produit, mon vieux. Ecoute-moi ça. On dirait l'essence obtenue par la distillation de la souffrance et de l'aspiration à la liberté. C'est pourquoi il ne pouvait être produit que par des descendants d'esclaves."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          315
isanneisanne   30 mars 2021
- "C'est pareil, ajouta-t-elle, qui voudrait commencer à fumer s'il ne fallait pas le faire en cachette ? C'est ma philosophie. Tout ce qui vaut la peine d'être fait est d'ordinaire précédé des mots : "Tu ne feras point." En dehors peut-être de la lecture."
Exprimés avec l'accent trainant du Sud, ces sentiments semblaient particulièrement radicaux. Elle s'interrompit pour y repenser.
- "D'ailleurs même la lecture, on est censé ne la pratiquer qu'avec modération, dans ce coin. Et bien sûr, les jeunes filles bien élevées du Sud ne sont pas censées, elles, fatiguer leur jolie petite cervelle. Les messieurs du Sud n'aiment pas qu'elles soient trop savantes."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
isanneisanne   01 avril 2021
L'air fécond et chargé de présages du printemps, au contraire, m'emplit d'agitation et de tristesse, il fait germer un sentiment de regret, éveille la conscience de toutes les routes que je n'ai pas prises et de tous les désirs que j'étouffe sous les lainages d'un hiver perpétuel. C'est au printemps que je ne puis me débarrasser du sentiment de ce à quoi j'ai renoncé.
Commenter  J’apprécie          333
isabrootisabroot   24 avril 2018
- T'aimes le blues ? C'est l'art le plus pur que notre foutu pays ait jamais produit mon vieux. Ecoute-moi ça. On dirait l'essence obtenue par la distillation de la souffrance et de l'aspiration à la liberté. C'est pourquoi il ne pouvait être produit que par des descendants d'esclaves.
Commenter  J’apprécie          80
tamara29tamara29   14 avril 2012
Brièvement, je crois, j’ai eu la grâce, en communication avec tout sans trop savoir comment, je me sentis libéré de la boîte exiguë de ma petite existence personnelle. Et si l’exaltation de cet instant s’estompa avec la nuit, je puis m’en rappeler la force aujourd’hui encore. C’était comme la fusée des transports sexuels, comme surgir de la caverne de Platon à l’éclatant soleil de la vie même.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jay McInerney (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jay McInerney
Payot - Marque Page - Jay McInerney - Les jours enfuis
autres livres classés : années 70Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1554 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre