AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Catherine Ludet (Traducteur)
EAN : 9782809801187
370 pages
Éditeur : L'Archipel (11/02/2009)
3.63/5   139 notes
Résumé :
Australie, 1969. Miriam s'apprête à fêter ses 75 ans lorsqu'elle découvre qu'elle aurait dû hériter d'une mine de pierres précieuses que son père exploitait. Mais ce dernier a mystérieusement disparu, et c'est à présent son ancien associé qui en est le propriétaire. Miriam décide alors de réunir les preuves de sa trahison afin de récupérer son bien pour le transmettre à ses enfants.
Cette recherche de vérité et de justice sera pour elle, comme pour les siens,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 139 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
1 avis

Witchblade
  25 mai 2016
Livre lu dans le cadre de la pioche de Mai 2016.
J'avais eu ce livre en « cadeau » pour avoir acheté plusieurs bouquins à la même personne. Si Audrey ne me l'avait pas pioché, je pense qu'il serait resté encore longtemps dans ma PAL, le style « saga familiale » n'est pas vraiment ma lecture favorite.
Je me suis forcée à continuer un peu ma lecture quand j'ai senti une brève aura de mystère mais j'ai néanmoins vite abandonné. le démarrage est trop lent à mon goût et un peu trop de personnages font leur apparition en même temps. Je n'ai pas réussi à m'intéresser à un seul d'entre eux, à part peut-être Myriam rencontrée dans le prologue avant que la narration se reporte dans le passé dès le premier chapitre. J'ai d'ailleurs abandonné avant la fin de celui-ci car j'oubliais ce que je lisais et que certains passages étaient lus en diagonale tellement cela n'avançait pas ou au contraire, trop rapide mais teintée de religion morbide. Je ne suis pas particulièrement fan des passages sur les sévices que l'on inflige aux autres sous prétexte de la religion ou parce que les personnes concernées sont plus ouvertes d'esprit et ne se laissent pas étouffer par le carcan de traditions stupides. Celles-ci sont généralement le fruit de personnes ignorantes et peu cultivées qui suivent comme des moutons leur chef, sans chercher à réfléchir outre mesure. Ayant fait l'objet de ce type d'attitude étant plus jeune, j'ai beaucoup de mal avec ça en littérature. Étant fille de toubib, j'ai été cataloguée durant toute ma jeunesse car jusqu'au collège, mes camarades d'école ont toujours été les mêmes et je n'ai jamais eu d'amis parmi eux.
Du peu que j'ai lu, l'auteur nous fait voyager entre l'Australie, l'Irlande et l'Angleterre, en mélangeant dans un même chapitre ces différents lieux par le biais de ses nombreux personnages. C'était donc un peu trop confus pour moi malgré un style agréable à lire avec des descriptions de lieux et de personnes sans tomber dans le pathos quand on est face à la misère humaine.
Comme vous l'aurez compris, la bonne découverte n'a pas été au rendez-vous, c'est d'habitude le genre littéraire que j'ai tendance à éviter car je m'ennuie vite. Je remercie néanmoins Audrey pour cette pioche, cela me fera toujours un livre de moins à lire et un peu plus de place dans ma bibliothèque. Si vous êtes amateurs de sagas familiales, je vous conseille de découvrir cet auteur, vous serez sans doute plus sensibles que moi à son talent.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Patience82
  23 février 2020
Nouvelle découverte d'une auteure dont j'entends de plus en plus parler ces derniers temps. Et j'ai beaucoup aimé. Je n'ai pas souvent l'occasion de lires des sagas familiales, et chaque fois, je me dis que je devrais renouveler plus souvent l'expérience.
Mim, 75 ans, nous raconte l'histoire de sa famille qui traverse la moitié du globe, de l'Irlande à l'Australie. Il n'y a rien de vraiment original : un mariage entre un homme et une femme de classes sociales opposées, le rejet des familles, l'expatriation, et cette petite fille qui va survivre à tous es drames que la vie va mettre sur son chemin. C'est classique, c'est captivant, bien écrit. On aime les personnages. Et on découvre aussi les mines d'Australie, les guerres mondiales vues de là-bas.
J'ai passé un très bon moment de lecture et je compte bien renouveler ça.
Lien : https://www.facebook.com/Les..
Commenter  J’apprécie          160
Marilynzillah
  14 juin 2021
On me l'a offert ( quelqu'un qui ne connait pas mon addiction aux livres policiers..), j'ai donc pris mon courage à deux mains pour me lancer dans cette saga familiale au coeur du bush australien.
Même si certains passages sont clairement caricaturaux et assez mièvres, je me suis finalement laissé emporter par cette histoire qui nous ramène dans le passé pour changer le présent, à savoir gommer l'injustice d'avoir été spoliée de son héritage. Les descriptions donnent du corps à ce texte un peu "mou", le caractère irritable de cette vieille dame ajoute un peu de piquant....était-ce la chaleur caniculaire de ces derniers jours ou le contrecoup de la défaite de Nadal en demi-finale à RG qui m'a "ramollie"?
Je ne sais pas...En tout cas, jolie lecture confort!
Commenter  J’apprécie          112
MaggyM
  20 juillet 2021

1965, dans l'outback australien, Mim sent la fin de sa vie approcher. Elle ne veut pas quitter cette terre et sa famille sans avoir obtenu réparation d'une injustice enclenchée au début du siècle, quand son père à disparu. Aidée de sa fille et de ses petites filles, elle rassemble ses dernières forces pour dénicher suffisamment de preuves avant de récupérer ce dont on l'a spoliée.
Tamara McKinley nous plonge à nouveau dans l'arrière pays australien et nous embarque dans le sillage des chercheurs d'or. C'est à travers les souvenirs du personnage principal que l'histoire du passé refera surface pour le lecteur. Il ne s'agit donc pas d'un roman choral, format habituellement plébiscité pour ce type de construction. Et c'est ce mélange non structuré du passé et du présent qui donne un rythme soutenu au récit.
L'autrice australienne nous fait à nouveau un beau tableau des immensités de son pays natal bien qu'elle s'y focalise moins que dans son roman précédent. Et comme d'habitude, nous avons à faire avec une belle brochette de personnages auxquels on s'attache très vite.
Bref, une saga familiale bien sympa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ssstella
  07 novembre 2012
J'ai lu, je n'ai pas détesté, mais... je n'ai pas pris autant de plaisir qu'avec "la dernière valse de Mathilda" que j'avais beaucoup aimé.
Le récit est parfois trop décousu par le style d'écriture ; qui revient en arrière avec le même personnage : reste à la même époque mais avec un autre personnage ; revient en arrière avec un autre personnage, etc. etc. ... et tout ça sur des paragraphes plus ou moins courts. La lecture est plus fluide qu'en toute fin... le tournis s'arrête enfin et j'ai bien aimé la façon dont les choses se concluent.
J'aime beaucoup l'Australie que j'ai découverte avec les pérégrinations de ma fille dans ce pays. Mais ici, les quelques touches descriptives n'ont pas, me semble-t-il, rendu l'atmosphère ressentie dans le précédent ouvrage lu de cette auteure et sont assez banales.
Je ne le déconseillerai pas, mais je pense que d'autres titres de Tamara McKinley seront plus appréciés.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (78) Voir plus Ajouter une citation
ssstellassstella   07 novembre 2012
Attendant que le médicament fasse son effet, elle s'interrogea sur le psychisme humain et sa faculté de faire face à la perte d'un être cher. Le temps et l'éloignement avaient un pouvoir réparateur. Même si ceux qui restaient se refusaient à le croire, le vieil adage se vérifiait : la douleur s'apaisait, les larmes séchaient et il arrivait un jour où l'on pouvait passer vingt-quatre heures sans penser à celui ou à celle que l'on regrettait. Ces quelques heures s'étendaient ensuite à des jours, puis des semaines, des mois et des années. On cessait alors de chercher les absents dans les endroits familiers, d'entendre le son de leur voix. Leur souvenir subsistait, mais leurs traits devenaient de plus en plus flous et s'évanouissaient peu à peu, comme sur de vieilles photographies laissées trop longtemps au soleil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
KalliopeKalliope   03 février 2011
Ma mère m'a toujours dit qu'un idiot et son argent ne pouvaient rester longtemps ensemble. Eh bien, vous êtes sans doute l'idiot le plus remarquable qui soit!
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   30 octobre 2020
Même lorsqu’elle était petite, Fiona n’avait jamais été attirée par les bibelots et les fanfreluches ; la vaste étagère qui couvrait un pan de mur ne comportait que des livres bien alignés, et les deux tables basses ne s’ornaient que de quelques photos de famille. Un petit nombre de ses propres clichés s’étalaient sur les murs, à côté du prix encadré qu’elle avait gagné l’année précédente pour une série de portraits d’enfants aborigènes.

Sa chambre à coucher, avec salle de bains attenante, s’ouvrait sur un petit patio qui, lui-même, donnait sur la piscine. Des rideaux de mousseline filtraient doucement la lumière du soleil qui pénétrait généreusement par les hautes et larges baies vitrées occupant presque un mur entier. Au bout du couloir se trouvait une autre chambre, elle aussi munie d’une salle de bains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   30 octobre 2020
Il était si facile d’être attirée par un être comme lui, affectueux et amusant, sachant écouter et faire du quotidien une aventure chaque jour renouvelée. Pourtant, leur relation s’était révélée un désastre. Elle avait rapidement compris que les nombreux voyages de son compagnon, dus à sa profession de grand reporter, exigeraient beaucoup d’abnégation de sa part et reconnaissait que son propre métier réclamait un grand investissement personnel. Toutefois, ce qu’elle reprochait surtout à son ex-petit ami, c’était de ne jamais la prévenir quand il devait partir en mission. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle s’était attendue à le trouver chez lui et où, quelques jours après avoir constaté son absence, elle recevait un coup de fil de Mongolie ou de quelque autre endroit aussi reculé du globe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 octobre 2020
L’homme qu’elle aimait appartenait à une famille de riches protestants anglais, propriétaires d’un domaine qui s’étendait des limites du port jusqu’au sommet de la colline et offrait au regard un entrelacement serré de murailles de pierre. Divisée en parcelles à peine plus vastes que l’étroit salon des parents de Maureen, la terre produisait une récolte tout juste suffisante, une fois le loyer payé, pour nourrir les métayers qui la travaillaient. Henry et elle n’avaient pas le droit de s’aimer. Aurait-il la force de s’opposer à son père tyrannique ? Tenait-il suffisamment à elle pour prendre le risque de tout perdre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Tamara McKinley (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tamara McKinley
#LaValleeduLotusRose #KateMcAlistair #Inde
Le nouveau volet de l'enivrante saga du Lotus Rose, dans la lignée des grands romans de Sarah Lark (Le Pays du nuage blanc) et de Tamara McKinley (La Dernière Valse de Mathilda).
• émotion et évasion : un roman qui s'inscrit dans la lignée des sagas de Tamara McKinley et Sarah Lark • parution simultanée chez Archipoche du deuxième volet de cette saga : La Cité du Lotus rose • le livre audio de la Vallée du lotus rose s'est hissé dans le top 30 Amazon « On ne résiste pas à l'histoire de cette héroïne déterminée à échapper au carcan de son éducation », Ici Paris ; « Voyages rocambolesques, villes légendaires, amours, passions et haines émaillent ce roman », Maxx ; « Un grand roman d'évasion, une magnifique histoire romanesque » Babelio
------ Le livre : http://www.editionsarchipel.com/livre/lheritiere-du-lotus-rose/ Facebook : https://www.facebook.com/larchipel Instagram : https://www.instagram.com/editions_archipel/ Twitter : https://twitter.com/Ed_Archipel
+ Lire la suite
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1215 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..