AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072731129
Éditeur : Gallimard (08/06/2017)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :
«Le lit dans lequel je me réveille n’est pas le mien. Il est bien trop haut, bien trop droit, trop étroit, avec des pieds en tubes de métal peints en gris, en ce gris passe-partout, entre gris souris et ciel de novembre, plus clair que celui des navires de guerre, mais plus foncé que ceux des flanelles à la mode au temps où ces bateaux se faisaient la guerre. Des gens pensent qu’il n’y a qu’un seul gris, il y en a des milliers, et de toutes les nuances. Celui dont j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
kade_read
  31 octobre 2020
J'ai l'habitude de mettre dans ma PAL des romans qui me sautent aux yeux sur un moment T ... malheureusement, une fois ce moment passé, il n'est pas rare qu'il ne me saute plus autant aux yeux. C'est le cas de ce court roman. J'y suis allé avec appréhension mais sans à priori. Pourtant ça n'a pas vraiment fonctionné.
L'écriture est très belle. J'ai d'ailleurs relevé quelques citations qui m'ont marqué. Mais honnêtement, je me suis beaucoup ennuyée. Je m'attendais à une histoire davantage basée sur la maladie, le combat justement contre ce vautour qui attend au pied du lit et donc de la rémission. Finalement, on ne parle pas de tout ça.
Ne trouvant pas grand intérêt à cette histoire, j'ai fini par lire de façon « feuilletée » : un paragraphe par-ci, un autre par-là, choisissant ceux me semblant les p'us intéressants. Disons-le, je me suis lassée de ce roman assez rapidement. Il faut dire que je n'aime pas être roulée dans la farine ...
Commenter  J’apprécie          100
Floccus
  09 février 2020
Attrapé au vol pour essayer de survivre à l'entre-deux fêtes Noël-Nouvel an (j'ai horreur des fêtes de fin d'année), cette immersion dans les pensées de David McNeil a fait son office quelque temps. Son espace mental ressemble à un appartement un lendemain de fête : légèrement en désordre, des bouteilles vides et des cotillons traînant derrière les canapés, une culotte rose en dentelle flottant à une poignée de porte. La joie de se retrouver entre amis imprègne encore l'atmosphère, mais déjà mêlée à une lucidité qui étreint le coeur : sous la fête le vie s'effrite et le corps se dégrade. L'amusement est-il vraiment si insouciant et si libre qu'il en a l'air ? Gentil brigand, malade indiscipliné, David McNeil fait un numéro de charme qui donne de la saveur à ses souvenirs. le vautour qui le guette au pied de son lit reste coi, seul son regard en dit long. Contrairement aux archanges et à Lucifer qui se révèlent plutôt bruyants et ennuyeux dans leur logorrhée. Sous le séducteur, le malade en bave. le voyage en chimiothérapie et en radiothérapie est assez poignant. Je me suis malgré tout lassée au deux tiers comme je l'aurai fait si un homme, jouant de galanterie et de cordes sensibles, et voulant vérifier qu'il était toujours vivant, était venu m'entreprendre à une table de café.

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
topocl
  16 août 2019
Cette gêne à déglutir s'est avérée une tumeur de 7 cm à l'oesophage; on ne donne pas cher de David McNeil; un vautour s'installe au pied de ce lit d'hôpital au froids montants d'acier, partageant les lieux avec l'ange gardien Gabriel.
Mais il ne s'en laisse pas compter, McNeil, sa fantaisie ne le lâche pas, et si la mort n'est pas un drame, la vie est quand même une belle option, à laquelle la poésie, l'humour et l'imaginaire apportent leur piment
.
Récit distancié quasi joyeux d'une maladie qui n'enlève pas la joie de vivre, Un vautour au pied du lit est un objet funiculaire qui s'attache à décrire l'homme et ses fantasmagories plutôt que son combat.
Commenter  J’apprécie          00
Latviane
  16 août 2017
Avec panache et humour, ce chanteur, guitariste et écrivain nargue la souffrance et la mort.
J'ai refermé le livre avec la confirmation que la vie est une invention vraiment magnifique !
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Bibliobs   16 juin 2017
David McNeil, qui doute d'être un vrai chanteur et un bon guitariste, mais aurait tort de contester sa verve d'écrivain, se définit comme un troubadour métissé de griot.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   09 octobre 2018
J’ai toujours aimé que mes mignonnes, quand elles voulaient bien que je m’allonge près d’elles, soient nues contre ma peau, même si je sais bien qu’elle ressemble chaque jour un peu plus à du vieux parchemin. Une triste mode s’installe : les filles dans les films font l’amour sans ôter leur tee-shirt, alors qu’il y a dix ans elles étaient si fières d’exhiber leur poitrine, en Technicolor, CinémaScope et Panavision, la faisant danser à la cadence qu’imprimaient leurs reins jusqu’aux sommiers des lits, assises, triomphantes et à califourchon, sur un acteur soumis, sans doute ravi de l’être, belles et dignes descendantes de la grande Zénobie, reine et souveraine de l’empire de Palmyre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   09 octobre 2018
Le lit dans lequel je me réveille n’est pas le mien. Il est bien trop haut, bien trop droit, trop étroit, avec des pieds en tubes de métal peints en gris, en ce gris passe-partout, entre gris souris et ciel de novembre, plus clair que celui des navires de guerre, mais plus foncé que ceux des flanelles à la mode au temps où ces bateaux se faisaient la guerre. Des gens pensent qu’il n’y a qu’un seul gris, il y en a des milliers, et de toutes les nuances. Celui dont je parle est universel : c’est ce gris qui annonce la tristesse, sinon le malheur, ce gris de garde à vue, des casiers de vestiaires et des tables de nuit dans les pensionnats, qui pour moi aujourd’hui est celui d’un lieu que je ne connais pas et sur lequel, ce matin, j’ouvre les yeux. Ce n’est pas celui d’une infirmerie ni d’un dispensaire. Peut-être est-ce celui d’un hôpital ou encore d’un asile, j’ai déjà fait trop de séjours dans de tels endroits, ces endroits étranges où on sent qu’un peu partout traînent des âmes, comme celles que Gogol appelait des « âmes mortes ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kade_readkade_read   29 octobre 2020
Il vaut parfois mieux retourner dans le rêve qu’on vient de quitter plutôt que d’affronter de façon trop brutale cette réalité que redoutent tous les cœurs piétinés, et traîner tant qu’on peut, la joue lovée contre son oreiller.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   09 octobre 2018
On imagine mal le soulagement que peut vous apporter un refrain idiot quand on vous pique le bras ou l’épaule. Lorsqu’on me fraise une molaire, me remboîte les phalanges après un coup de poing mal donné, me craque les vertèbres sur la pente d’une piste de ski, je plante toujours un ongle dans une de mes mains, mais, au lieu de chanter Vingt kilomètres à pied ou Ta-ra-ra Boum-de-ay, je me joue dans la tête That’s Amore, une petite merveille qu’on décline sur trois temps, les chants binaires sont destinés aux musiques militaires, la marche au pas cadencé est toujours binaire, alors la musique doit l’être aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 octobre 2018
Chez les musulmans on pratique la zakat, cette dîme qu’on doit aux gens moins fortunés, environ dix pour cent de ce qu’on gagne, alors, comme m’avait un jour dit un grand chorégraphe marseillais converti à l’islam : « Les types qui comme vous ont la chance d’être beaux se doivent de partager un peu de cette beauté avec ces filles sur lesquelles nul regard ne se pose, tout comme il faut inviter à danser les jeunes filles assises au fond des salles de bal, ça ne vous coûte qu’un sourire, quelques pas, un petit compliment, trois minutes de votre vie, c’est la moindre des choses… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de David McNeil (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David McNeil
DAVID McNEIL - HOLLYWOOD (AVEC LES CHANTEURS MASQUES)
autres livres classés : archangesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2274 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre