AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Fabienne Gondrand (Traducteur)
ISBN : 2263159347
Éditeur : Solar (13/09/2018)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Le journal intime d'une slameuse, poétique et iconoclaste, qui partage son expérience des premières années de maternité. Un témoignage décoiffant sur toutes les choses qu'on ne dit jamais sur la parentalité, une voix puissante et libératrice qui résonne dans un contexte de " renouveau " féministe. A 26 ans, Hollie McNish n'était pas prête à devenir maman. Quand elle découvre qu'elle est enceinte, alors que son copain lui annonce qu'il la quitte, elle est loin de s'i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  01 octobre 2018
Hollie McNish nous propose de vivre sa grossesse, son accouchement et les premières années avec sa fille au travers de pensées et poèmes écrits pendant cette période. Il est question de "journal intime d'une slameuse"... et justement, c'est le côté "intime" qui me laisse perplexe après lecture.🤱
Au départ, la lecture de ce livre m'avait enthousiasmée. le ton décalé, l'humour et le côté libertaire pris avec la société me plaisaient assez. Les premières parties où Hollie se découvre enceinte, puis la période de grossesse et enfin l'accouchement sont passionnants et drôles. En tant que maman, je me suis à plusieurs fois reconnues dans certains moments de vie, dans certaines postures... mais cela s'arrête-là puisqu'au fur et à mesure que ma lecture avançait, j'avais plus l'impression de lire un tas de clichés communément véhiculés et de moins me reconnaître. Au final, je me suis ennuyée sur la fin. Savoir que Petite Chérie fait des crises de nerfs quand elle n'est pas contente, va sur le pot, mange des purées ou que sais-je n'a rien d'intéressant. Au contraire, le sentiment qui m'est venu dès la moitié du livre est celui d'un livre regroupant des souvenirs personnels qui ne peuvent intéresser que les protagonistes. Sans compter, que l'histoire d'être "trop jeune pour avoir un bébé" qui revient régulièrement dans le livre m'a un peu fait tiquer quant au réalisme des faits énoncés. Au final, j'avais l'impression curieuse que l'auteur tentait de proposer un livre s'adressant à toutes les mères, jeunes et moins jeunes en relatant des scènes stéréotypées.
Heureusement, cet ouvrage compte de nombreux poèmes qui apportent fraîcheur et tendresse aux propos. Souvent écrits sur le pouce, entre deux tétées ou une petite pause volée, ces poèmes relatent les inquiétudes, les questionnements d'une jeune maman face à son enfant.
Pour conclure, ce livre est distrayant et sympathique. Hollie McNish ne prend pas de gants par moment pour décrire les absurdités de la société où une femme doit impérativement donner naissance, mais le cacher ; dois allaiter, mais le cacher ; faire carrière, mais cacher sa maternité ; bref où la femme doit cacher une partie de sa féminité. Par contre, cet ouvrage relate des histoires personnelles vécues avec sa fille ce qui pour un lecteur lambda, ne permet pas de s'intégrer au récit réellement sans s'ennuyer un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          952
cardabelle
  24 septembre 2018

Hollie McNiish , une sacrée nana !
Poétesse et slammeuse anglaise , c'est une jeune femme, bien de son temps , qui n'hésite pas à partager son journal intime , le vécu de sa grossesse et les débuts de sa vie de maman avec Dee son compagnon et Petite Chérie , son bébé .
Un témoignage sans fard et sincère aux thèmes multiples
avec en toile de fond les difficultés d'une jeune maman comme l'allaitement par exemple , la fatigue , le couple , la place dans la société etc ... rien n'est occulté .
Cependant , c'est le récit d'un ressenti personnel du bouleversement engendré par l'enfantement mais il est bien émaillé de vérités ...universelles celles-là !
Le rapport au corps est particulièrement bien évoqué ainsi que l'évolution psychique et les premiers pas dans la vie de parents .

L'auteure laisse parler sa nature , comme une bonne copine . Ses idées, on les partage ou pas .
Dans un langage "jeune's ", ce livre parle aux femmes : séquences découvertes , ressentis , états d'âme ou souvenirs.
Il peut parfois revêtir le ton du féminisme ou de la révolte.
Ce livre parle aux hommes ...il leur parle des femmes de leur vie , de toutes leurs femmes , de leur famille donc d'eux-mêmes .
Il leur parle de parentalité .
Ce livre parle aux grands- parents , de la construction des liens avec beaucoup d'émotion.
Et, cerise sur le gâteau , le récit qui ne nous épargne rien prend pour cela une forme bien atypique : la narration classique alterne avec de longues mélopées , comme parfois des chants ancestraux , de longues plaintes écholaliques ou des cris de colère...
Il faut y voir , les poèmes de l'auteure .
Mais , la traduction altère bien sûr la musique des mots , ça ne sonne pas très juste .
Ce french slam m'a un peu lassée .
Aussi pour apprécier ce talent à sa juste valeur , je suis allée l'écouter sur You Tube .
Elle se produit sur scène , son récit le mentionne souvent .
Mais, cela reste un témoignage truculent, rebelle , sensible et sincère qui déborde d'amour et d'humour .
Pourtant, parfois , la lecture peut être éprouvante , il faut le dire , car elle interpelle au plus profond de soi .
Je ne dis pas que j'écouterai du slam mais j'ai apprécié la personnalité de Hollie McNish .
Je remercie donc l'équipe de Masse Critique Privilégiée et les éditions Solar pour cette belle découverte .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485
sabine59
  25 septembre 2018
Hollie McNish est une slameuse anglaise apparemment connue; elle a décidé de tenir un journal de bord depuis l'annonce de sa grossesse jusqu'aux trois ans de sa fille, " Petite chérie".
J'ai tout de suite aimé le ton humoristique, la verve de ses notations, les émotions qui la submergent sont bien retranscrites et parlent à toutes les mamans. On se reconnaît dans de nombreuses situations. Elle a cette impertinence réjouissante qui consiste à trancher dans le vif, en ce qui concerne les sujets toujours tabous de la maternité : l'allaitement, la déformation du corps, le rôle du père, entre autres.
Certains passages sont franchement hilarants, je pense notamment à son incursion, regrettée ensuite, dans un magasin spécialisé, pour simplement obtenir deux biberons, et la voilà sollicitée pour un tas d'autres ustensiles et la préconisation d'un four à micro-ondes, indispensable, semble-t-il.
D'autres sont touchants, notamment quand elle vit un moment unique dehors, sous la lune, avec sa fille...
J'ai aussi apprécié qu'elle évoque des incidents tellement vrais , comme le fait que dans la rue, on ne prête aucune attention à une femme enceinte, et en aucun cas, on ne lui cède la place! Nous l'avons expérimenté, avec ma fille, enceinte elle aussi, à Lille ,dernièrement.
L'auteur appuie là où ça fait mal, et pas seulement sur ce ventre réceptacle de la vie! Il est question de problèmes de société , comme les mères adolescentes ou l'éducation des filles, le racisme ( le père est noir). Bien sûr, je ne suis pas forcément d'accord avec tout ce qu'elle confie, mais elle ouvre des débats intéressants.
Cependant, et je le regrette, moi qui suis si friande de poésie, ses textes poétiques nombreux qui jalonnent le journal résonnent mal en français et je suis d'accord avec Cardabelle, on se lasse vite de les lire, alors qu'ils sont sûrement superbes, déclamés sur une scène de poésie.
Justement, Holly fait allusion à sa participation à un spectacle de slam à Mons, j'ai moi-même assisté à l'un d'entre eux, excellent souvenir! Et le slam est fait pour être entendu plus que lu, il faudra que j'aille voir les videos de l'auteur.
En tout cas, j'ai passé un très bon moment de lecture. Bravo, Hollie, pour votre causticité, votre énergie, votre amour des mots, de la vie et de "Petite Chérie"! Et merci, Babelio et les éditions Solar pour cet envoi tonique et pétillant!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
AgatheDumaurier
  21 octobre 2018
Avant toute chose, je tiens à remercier Babelio et les éditions Sonar pour l'envoi de ce livre !
Je n'ai pas été charmée plus que ça...Hollie McNish, poètesse et slameuse anglaise, relate sa grossesse et les trois premières années de la vie de "Petite Chérie" avec elle...Déjà, bon, j'aimerais bien connaître le prénom de "Petite Chérie", si ce n'est pas trop demander quant à la vie privée, parce que "Petite Chérie", ça me bloque, ça fait niais. Les autobiographes ont parfois de drôles de pudeurs...Elle nous parle de son allaitement jusqu'à plus soif, mais le prénom, non non non, tu ne le sauras pas, lectrice trop curieuse...
Donc "Personne ne m'a dit"...tout ce qui concerne la grossesse et la suite. Il y a des faits qui m'ont convaincue, d'autres moins...Ou alors les Britanniques ne sont pas comme nous...Hollie se plaint que tout le monde se sente autorisé à toucher son ventre de femme enceinte...J'avais déjà lu ça...Je ne l'ai jamais vécu ni rencontré sur quelqu'un d'autre... Hollie sent qu'on lui reproche d'allaiter trop longtemps, d'allaiter en public...J'avais plutôt le sentiment, étant donnée mon expérience personnelle, que c'était le contraire, qu'on voulait absolument que les femmes allaitent...Bon...Personne ne lui avait dit qu'elle saignerait après l'accouchement, pendant des semaines, qu'elle penserait que jamais elle ne retournerait aux toilettes (j'ai bien ri, c'est bien vrai, c'est très peu glamour, c'est pas très Kate Middleton debout deux heures après son accouchement sur le perron de l'hôpital ...Elle a pris quoi, la duchesse ? Je sais pas, mais c'est fort ...)...Personne ne lui avait dit que ce serait dur d'allaiter et de travailler en même temps...Bé c'est évident, patate ! Bon, je sais, elle veut l'écrire noir sur blanc pour que les gens le réalisent, mais quand même...Personne ne lui avait dit que les jeux et les jouets étaient genrés...Ca fait du bien de le dire, c'est vrai, même si on le sait...Toutes ces remarques sur le quotidien sont parfois intéressantes, quelquefois amusantes, souvent évidentes...Elles tournent autour de la construction sociale des filles et du traitement des mères, ce qui vaut quoiqu'il arrive le coup d'être dit.
Mais, toute à sa dénonciation anti-Barbie princesse diamant, Hollie n'échappe pas aux clichés contemporains, principalement dans sa super géniale famille, avec super mamie, super belle-mamie, super papi...Pas de beau-papi, je crois...Sans oublier super Papa, qui dans les premières pages du journal, lui annonce qu'il la quitte juste avant qu'elle lui dise être enceinte et hop ! C'est fini, on n'en parle plus, il devient le super super papa !! J'ai du mal à y croire, là. Tout le monde ne peut pas être super, Hollie. Il y a forcément des choses que tu nous enjolives...Ca, c'est la famille de Barbie princesse slameuse...
Alors pour le slam...Les poèmes qui ponctuent le journal...euh, je suis complètement insensible. C'est mon côté Barbie princesse lama pas content. J'irai même jusqu'à dire que ça m'énerve, j'ai sauté, confiteor, mea culpa, mea maxima culpa...
A offrir peut-être pour Noël à une jeune voire très jeune femme enceinte, qui aime le slam et à qui on n'a pas dit...tout ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
kateginger63
  05 octobre 2018
Jeune maman slammeuse
*
Connaissez-vous la célèbre poétesse- slammeuse anglaise Hollie McNish ? Jusqu'à ce jour, c'était une inconnue pour moi. Et pourtant elle a fait parler d'elle. Avec un ton résolument moderne , elle modifie les codes de la poésie pour délivrer des messages sur l'écologie, le féminisme ou encore la parité homme-femme.
J'avoue que je ne suis pas sensible à la poésie, mais pour cette fois, je sors de mes genres littéraires. A ma grande surprise, je découvre que ces petits textes m'ont charmé. La musicalité des mots, le ton humoristique et parfois tendre, la résonance des différents thèmes m'ont ému.
*
Sous forme de journal intime, Hollie nous raconte tout son parcours de nouvelle jeune maman, en passant par l'annonce de sa grossesse, ses neuf mois, son accouchement et ses trois années avec son enfant.
Émaillé de poèmes , saisis sur le vif, avec une fraîcheur et une certaine honnêteté.
*
Des thèmes multiples sont abordés sans fard, presque sans filtres. Certes ce sont là des réflexions toutes personnelles mais qui éveilleront je pense des souvenirs de parents . Je suis maman de 3 enfants, dont l'aînée a 15 ans. Et certains problèmes abordés ont résonné en moi. Jeune mère des années 2000 (!), pétrie de doutes, j'ai lu « Contes à guérir, contes à grandir » de Jacques Salomé. Qui rassure et réconcilie parents & enfants.
*
Hollie a osé dire ce que d'autres ont pensé tout bas. Son fameux poème « Gênée » qui parle de l'allaitement en public a été visionné des milliers de fois.
Un extrait : « ...Car dans ce pays de panneaux bardés de nibards désirés Je me dis Que je ferais bien de m'y habituer ».
*
Alors certes, le ton est décidément plein de révolte (qui revient souvent), de colère, d'angoisses, mais aussi d'amour, de liens trans-générationnels, de relations avec son propre corps, beaucoup de tendresse envers son compagnon.
Oui, Hollie a su me captiver (malgré le côté un peu « guide pour la future maman ») car elle ne s'est pas auto-censurée (puisqu'au départ, ce journal n'était pas prévu pour une large diffusion d'édition).
*
Les poèmes ont été traduits en français et je ne suis pas sûre que les mots « rendent » de la même manière en version originale. J'en ai visionné un où elle était sur scène, elle est bouleversante et sensible.
*
Je conseille ce témoignage authentique à tous ceux qui ont eu un jour le bonheur de vivre (même qu'une journée) avec un enfant. Il interpelle...
(merci à Masse Critique privilégiée pour ce choix)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   27 septembre 2018
Eux : "C'est un garçon ou une fille ?"
Nous : "Oh, on a préféré ne pas savoir."
Je déteste mentir, mais je ne dirai à personne ce qu'on sait. Parce que je vis dans un drôle de pays où, pour une raison inconnue, les magasins élisent une couleur pour les petits êtres humains dotés d'une zézette et en élisent une autre pour les petits humains dotés d'un zizi. Est-ce qu'ils font des économies et achètent la teinture en gros ? Ça doit être ça. Je ne vois pas d'autres explication à leur étrange obsession. Je n'ai rien contre le rose pâle, je ne voulais tout simplement pas que ce soit la seule couleur de l'appartement, ni la principale teinte que mon bébé verra quand il partira à la découverte du monde et de la place qui est la sienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Souri7Souri7   29 septembre 2018
L'accouchement s'est bien passé, j'en ai conscience et j'en suis ultra-reconnaissante. La sage-femme était en or, je n'aurais pas pu rêver de prise en charge plus sereine, Dee était génial et tout va bien. Mais quand le médecin est arrivé après l'accouchement et qu'il a coché la case intitulée "Normal/sans complication" du formulaire de l’hôpital, j'ai eu envie de lui mettre une droite. Sans complication, tu crois ça, putain ? Essaie un peu qu'on rigole. Ils devraient modifier la formulation sur leurs registres. Au moins ajouter un "Bon travail" ou autre commentaire dans ce goût-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
OnTheMoonOnTheMoon   23 septembre 2018
Les entreprises exploitent les émotions comme autant d'"achats indispensables"
tandis que des milliers sont dépensés par culpabilité, peur de l'inconnu et désespoir
tandis que cent ventres lourds déambulent dans les rayons, accablés d'avis
et que tout a un prix un enfant à naître y compris

Les parents inquiets remplissent leurs caddies,
les brevets dopent les prix, vantant
les produits pour femmes enceintes, comprenez
Achetez ça, ou votre bébé sera foiré

Les marges de bénéfices augmentent chaque année
Encaissant l'argent de l'anxiété
L'amour vendu en emballage papier
Vestes à pois de grands couturiers
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
celdadouceldadou   21 septembre 2018
Il ne ressent peut être plus d'amour pour moi, mais il en à déjà pour son enfant.Ce n'est pas l'amour qui manque ici.
Commenter  J’apprécie          270
sabine59sabine59   25 septembre 2018
J'ai envie de couvrir sa peau
de baisers boucliers
de la protéger du monde
au-delà des fleurs et des fées
de grimper dans les arbres
de nous promener sous les étoiles
Commenter  J’apprécie          130
autres livres classés : grossesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
107 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre