AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Laura Derajinski (Traducteur)
EAN : 9782351780282
220 pages
Éditeur : Gallmeister (20/08/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Qu’ils se déroulent dans les montagnes de l’Ouest, sur une île côtière de Caroline du Nord ou sur le fleuve Colorado au sein du Grand Canyon, les trois récits qui composent cet ouvrage sont autant de voyages initiatiques au cœur de l’Amérique des grands espaces. À travers les rencontres qui mettent aux prises trois hommes et l’“archidruide” David Brower, ce livre dépeint la confrontation entre les besoins d’une société en développement constant et ceux d’une nature ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
keisha
  05 avril 2010
Rassurez-vous, ce n'est pas une histoire ésotérico-mystico-celtico-machin, l'Archidruide étant le nom donné à David Brower par des gens qui d'ailleurs ne partagent pas ses convictions.
David Brower a été la figure emblématique de la défense de la nature et de l'écologie aux Etats-Unis, très controversé même parfois dans son propre camp, certains pensant qu'il allait trop loin. J'avoue que j'ignorais même son nom!
C'est le journaliste John McPhee qui s'attache à ses pas et nous le fait vivre sous nos yeux. Tout d'abord, je tire mon chapeau à McPhee, qui fournit là un superbe document tout en neutralité, très bien écrit et non dénué d'humour. de plus il décrit avec précision et talent la nature et sa découverte, donc cet homme a tout pour me plaire.
Une montagne
Randonnée dans le Glacier Peak Wilderness avec Brower et Charles Park, "géologue et ingénieur minier pour qui la découverte d'un gisement de cuivre sous la Maison Blanche devrait donner le droit de la déplacer". Tout les oppose, évidemment:
"- Quand on creuse une mine, expliqua Park, il y a deux conséquences inévitables : un trou dans le sol et un tas de débris. Ce sont les deux seules choses qu'on ne peut pas éviter.
- Si. On peut tout simplement éviter de creuser."
Une île
Rencontre entre Brower et un prometteur immobilier [ Marie, lecture super attentive, a aimé ce prometteur; je dois avouer que c'est une erreur involontaire, mais c'est tellement joli que je laisse - évidemment je voulais écrire promoteur] dans une île quasi déserte au large de la Floride. Ça fait peur, non? Où on découvre que les choses ne sont pas aussi tranchées qu'on l'imagine.
Une rivière
Découverte du site de Glen Canyon et descente des rapides du Colorado avec Brower et Dominy, du Bureau des réclamations (si j'ai bien compris, son truc c'est de faire construire le plus de barrages...). Deux personnages hauts en couleur que tout oppose, mais on sent passer entre eux un certain respect, une compréhension, tout se passe entre gentlemen malgré des disputes renouvelées.
Au sujet du lac Powell (qui a englouti des km² de paysages extraordinaires) Brower déclare tout de même:
- le lac Powell est irréel. Je n'ai jamais rien vu de pareil. C'est un réservoir d'une beauté incroyable.
Cependant : " On ne pourra jamais dupliquer ce paysage, ce lac, ailleurs qu'ici. Mais on ne peut plus profiter du paysage originel, non plus. C'est bien le problème."

Tout au long de ces voyages dans des sites sublimes, fusent des arguments irréconciliables évidemment, mais McPhee ne prend pas parti, il expose les faits et les propos, il n'y a pas le noir d'un côté, le blanc de l'autre, les méchants ici, les gentils là; il laisse le lecteur réfléchir une fois connus les arguments des diverses parties qu'il a honnêtement laissés se dévoiler.
Ce document se lit comme un roman et j'espère que le côté "ah zut encore un truc écolo" ne fera pas fuir les lecteurs! Écrit en 1971, mais hélas terriblement actuel.
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
VIRGINIE34
  29 août 2016
Dans la pure tradition du Nature Writing, un recueil de trois récits et de réflexions autobiographiques, dont le fil conducteur est la confrontation de mentalités entre préservationnistes, décidés à préserver les paysages naturels dans leur état originel, et conservationnistes qui souhaitent préserver la nature mais l’associer au développement industriel et économique. La rencontre entre McPhee et David Brower, figure incontournable du mouvement écologique aux Etats-Unis, est l’occasion de débattre sur l’avenir de l’humanité en général.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
cardabellecardabelle   22 décembre 2019
.
Davd Brower , qui discourt sur l'écologie auprès de publics divers , surnomme ses allocutions " Les Sermons ".
[...]
Brower décrit la création du monde .
Il invite son audience à imaginer les six jours de la Genèse comme une figure de style représentant en réalité quatre milliards d'années .
A cette échelle , chaque jour correspond à environ six cent soixante- six millions d'années .
[...]
" Nous sommes accros à la croissance . Dépendants . Au cours de mon existence , l'être humain a utilisé plus de ressources que dans toute l'histoire de la planète avant lui ."

P .79-80
( David Brower :1912-2000 / texte paru en 1971 )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
SharonSharon   28 décembre 2016
Sur un panneau, on pouvait lire : VOUS ENTREZ DANS LA GLACIER PEAK WINDERNESS. Autrement dit : "faites un pas de plus et, par décret, vous entrez dans un monde à part, préservé, vous franchissez la frontière entre civilisation et nature".
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : grand canyonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de John Angus McPhee (2) Voir plus




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
145 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre