AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Belykhalil


Belykhalil
  16 mai 2014
Ce voyage ne devait mener qu'à une enquête de routine où dans le meilleur des cas Roland et ses compagnes n'auraient eu qu'à raisonner leur vieil ami perdu par le Livre des Peurs et dans le pire, à rentrer à Londres bredouille. Cependant, de nouvelles informations les entraînent plus profondément dans le vieux continent, dans une région désolée où les anciennes légendes ont la peau dure. Ravengen est en effet un bien triste lieu où rodent les sorciers et les loups-garou. À charge de nos conteurs de démêler le vrai du faux dans ces sinistres augures…

De tome en tome, l'histoire devient décidément plus sombre, laissant le lecteur craindre le pire pour le jeune Roland, Coeur de Lion que le Livre des Peurs surnomme aussi L'enfant maudit. Si les auteurs ne s'éternisent toujours pas sur les blessures et les meurtres en donnant des détails fortuits, il est tout de même assez évident de voir se qui se cache entre les lignes. Ce faisant, je ne pense pas que ce tome contrairement aux deux premiers puisse convenir à des préadolescents. Prudence donc aux âmes sensibles, dans ce tome, il y a des violeurs, des assassins et les Haut-Conteurs ne montrent plus patte si blanche lorsqu'il s'agit de sauver leurs vies.

Néanmoins, la qualité de l'histoire est toujours au rendez-vous. Les âmes insensibles (comme moi) peuvent se jeter dessus. Après en avoir plus appris sur les croisades, le moyen-âge britannique et français, le lecteur (re)découvre le Saint-Empire Romain Germanique à travers la politique de son empereur et de sa position par rapport aux croisades. C'est toujours très agréable de voir la prouesse avec laquelle les auteurs distillent des informations historiques qui s'intègrent parfaitement à l'intrigue... (la suite sur mon blog)
Lien : http://belykhalilcriticizes...
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (3)voir plus