AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368120424
Éditeur : Charleston (08/01/2016)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Une fresque historique haletante, pleine de suspense, écrite comme on filme une série TV


Un siècle et demi d'aventures chez les Toliver, les Warwick et les DuMont ! Tout commence en Caroline du Sud, avant la guerre de Sécession. Privé de son héritage, Silas Toliver s'associe à son meilleur ami, Jeremy Warwick, pour monter une expédition ferroviaire vers un nouveau territoire portant le nom de Texas. Amour, mariages, amitié, trahison, tragédie ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  05 avril 2014
S'estimant spolié dans l'héritage paternel, Silas Toliver décide de quitter la plantation familiale et la Caroline du Sud pour rejoindre le Texas afin d'acheter des terres et d'exploiter son propre coton. Patiemment, il monte ce projet avec son ami Jeremy Warwick qui, comme lui, est un cadet qui a peu de chances de s'imposer dans l'exploitation familiale. Silas est plein d'espoir et d'ambition pour Somerset, la plantation dont il imagine déjà les réussites et les bénéfices. Soutenu par sa jolie fiancée, Lettie, il tente de réunir les fonds nécessaires à l'expédition, mais il doit se rendre à l'évidence : il n'a pas les moyens de partir. C'est alors que Carson Wyndham, planteur richissime des environs lui propose un marché : il financera son expédition vers le Texas à condition que Silas épouse sa fille, Jessica. L'amitié de la jeune fille avec une esclave, ses idées abolitionnistes et son implication dans le chemin de fer clandestin ne sont pas du goût de son père qui veut l'éloigner de sa plantation et des exactions d'un certain groupe d'hommes blancs qui sont sans pitié envers les esclaves et leurs sympathisants. « le Nord ne respectera jamais le Fugitive Slave Act et le Sud ne tolérera pas que l'on ne s'y conforme pas. » (p. 257)
En acceptant ce marché, Silas doit renoncer à Lettie. D'aucuns chuchotent que ce sacrifice attirera une malédiction sur les terres de Somerset. Mais Silas est trop obsédé par son projet pour y prêter foi. « Certaines choses sont si importantes qu'elles passent avant les sentiments personnels. Somerset, par exemple. Cette terre appartient aux Toliver. Elle n'est pas à vendre, quel que soit le prix ou la raison. Nous en sommes les seuls maîtres et nous n'en partagerons pas le contrôle. » (p. 399) Quel sera donc l'avenir des enfants de Somerset ? Trouveront-ils l'amour et le bonheur sur les terres fertiles du Texas ?
La plantation est le préquel du roman Les roses de Somerset. Leila Meacham raconte la naissance de la plantation dont elle narrait les déboires dans son précédent roman. On découvre comment les Toliver, les Warwick et les Dumont ont fondé Howbutker, florissante ville texane. L'auteure retrace soixante-dix ans d'histoire américaine, depuis le conflit entre le Texas et le Mexique à la guerre de Sécession, sans oublier les crises économiques qui menacent les entrepreneurs des nouveaux territoires. le personnage emblématique de ce récit est Jessica Toliver qui traverse les générations et voit s'épanouir et souffrir sa famille jusqu'à l'aube du vingtième siècle.
J'avais apprécié Les roses de Somerset qui est une romance historique plaisante et divertissante, mais j'ai de loin préféré La plantation. Ce récit, tout en affichant toujours un fort caractère sentimental, propose un substrat plus riche et plus intéressant. Au-delà des sentiments personnels et des amours des personnages, on assiste à la naissance d'un état et à la transformation des mentalités sur de nombreux sujets, qu'il s'agisse de l'esclavage ou de la place des femmes dans la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
DrunkennessBooks
  06 mai 2017
Bon, je vous annonce d'entrée de jeu la couleur : La Plantation est un énorme coup de coeur. J'ai dévoré ce pavé de 600 pages en peu de temps tellement il m'était difficile de quitter Jessica et Silas comme ça, sans connaître le fin mot de l'histoire ! Et quelle histoire !
L'intrigue de la Plantation se déroule en plein milieu de la conquête du Far West par les Américains. Silas, benjamin de la famille Toliver, ne peut se satisfaire de sa condition. Privé de son héritage par son père en faveur de son frère aîné, il se retrouve sans le sou et surtout, sans plantation. Or, le jeune homme rêve de pouvoir établir sa propre plantation. Pour cela, qu'une seule solution : partir, partir loin même. Au Texas pour être précise. Cependant, les routes regorgent de dangers et ce n'est pas le genre de voyage idéal à entreprendre avec sa fiancée et son fils issu d'une précédente union. Il lui faut donc préparer méticuleusement chaque étape.
De l'autre côté, il y a Jessica, une jeune femme fougueuse et pleine de convictions issue d'une riche famille terrienne. Or, il ne fait pas bon avoir certaines positions dans ce type de société. Militant activement pour l'abolition de l'esclavage, Jessica a été bien avertie par ses parents : aucun dérapage toléré. Si ses propos pouvaient jusqu'ici être mis sur le compte de la jeunesse, un jour Jessica va cependant dépasser les bornes et ne pourra plus faire marche arrière. Afin de sauvegarder les apparences, son père ne lui laisse que deux options : finir ses jours dans un couvent ou bien épouser Silas. Encore faut-il que Silas accepte. Il faut dire que ce dernier se trouve lui aussi bien dans l'embarras. Son voyage risque à tout moment de ne pouvoir être réalisé, faute de ressources financières. Alors quand il se retrouve au bord du gouffre, son rêve sur le point de s'écrouler, il voit dans la proposition de M. Wyndham peut-être l'occasion qui lui manquait pour pouvoir enfin accomplir ce qu'il désire le plus. Mais pour cela, il lui faut renoncer à beaucoup. À commencer par sa fiancée Lottie, dont il est éperdument amoureux. Sa mère lui fait une promesse : s'il renonce à Lottie et s'il épouse Jessica dans le but d'accomplir son rêve, alors son bonheur ne durera jamais. Voilà qu'une sombre malédiction est jetée sur lui. Cela suffira-t-il à le faire renoncer ? Loin s'en faut. Silas est déterminé à partir et rien ne l'arrêtera, ni l'éventualité d'une malédiction, ni sa fiancée, ni le chantage d'un père désireux de sauver sa fille.
Avec La Plantation, le lecteur plonge dans une fresque familiale ambitieuse aux côtés de personnages aussi attachants que charismatiques. Mais c'est également plus que ça. Sur fond de voyage, Leila Meacham entraîne son lecteur dans une aventure trépidante, à la conquête du Far West, en passant par la Guerre de Sécession et bien au-delà. Là, le lecteur est sans cesse confronté à deux points de vue. Rien n'est ni blanc ni noir. Si l'esclavage permet aux plantations de prospérer, celles-ci leur offrent également une protection. Non loin de cautionner les atrocités commises, Leila Meacham va alors prendre le soin de nous exposer les deux opinions par le biais de deux personnages que tout semble, a priori, opposer : Silas et Jessica. D'un côté, le Sudiste terrien, amoureux de ses terres, pour qui l'esclavage est avant tout une main d'oeuvre permettant à sa famille et à sa propriété de prospérer. de l'autre, l'Américaine abolitionniste, fervente partisane de la fin de l'esclavage, et féministe accomplie aux idées plutôt révolutionnaires pour sa condition. Comment une femme peut-elle oser prendre ce genre de position, et en public qui plus est ? Une union de deux individus aux idées aussi dissemblables, pour ne pas dire opposées, est condamnée dès le départ. Mais leurs différences pourraient également être un atout, une force pour assurer des bases solides et qui sait, peut-être pourront-ils accomplir leurs rêves et trouver le bonheur ensemble ?
Leila Meacham est une auteur que j'avais déjà eu l'occasion de découvrir avec Les Virevoltants. Malheureusement, le récit n'avait pas réussi à me convaincre. Auteur que l'on pourrait qualifier de chroniques américaines, elle a ici cependant réussi à me faire complètement changer d'avis avec La Plantation. Est-ce le cadre historique qui m'a davantage convaincue cette fois ? Certes, c'est une période qui me fascine. Mais ce n'est pas tout. Ce roman m'a paru beaucoup plus abouti que le précédent, le travail de recherche étant beaucoup plus méticuleux ici. du début à la fin, l'auteur parvient à tenir son lecteur en haleine jusqu'au bout. Si certains passages pourraient paraître prévisibles, c'est seulement parce qu'ils sont en fait la suite logique du récit initié. Les évènements n'auraient pu se dérouler autrement, Leila Meacham maîtrisant la moindre virgule, le moindre rebondissement de son scénario. Et c'est tant mieux pour le lecteur ! Car il est alors conféré au roman une force d'émotions qui saura ravir et emporter n'importe lequel des lecteurs !

La Plantation, préquelle des Roses de Somerset, nous livre une histoire merveilleuse de colons américains qui rêvaient de terres lointaines et d'avenir prospère. Riche en détails historiques comme en émotions, Leila Meacha nous emmène avec ce roman sur les routes aux côtés de Sila et Jessica, à la conquête du Far West. Une vraie perle !
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Analire
  15 janvier 2016
Ce fût un immense plaisir pour moi que de lire une aussi somptueuse histoire. Un roman historique qui remonte au temps des esclaves dans les champs de coton, doublé d'une saga familiale bouleversante.
En Caroline du Sud, dans les années 1835, Silas Toliver, un des fils d'un homme très influent en Amérique, se voit privé de l'héritage de son père, confié uniquement à son frère. Son rêve de partir au Texas fonder sa propre plantation s'effondre. Jessica Wyndham, de son côté, fille d'un riche propriétaire de terres, ne partage pas les idées de ses semblables sur la traite des esclaves. Son père, ne voulant plus entendre sa fille protester et souiller leur nom, va la marier de force à Silas, à qui il donnera de l'argent pour qu'il puisse partir au Texas poursuivre son rêve. Mais en partant, la mère de Silas lui promet une malédiction générationnelle qui s'abattra sur ses terres et sur sa vie.
Leila Meacham retrace 70 années de l'histoire Américaine : de la traite des noirs jusqu'à l'abolition de l'esclavage en 1865. Les états Américains sont divisés en deux groupes : les abolitionnistes, dont fait partie Jessica et les esclavagistes. Silas et ses amis, les Warwick et les Dumont, vont construire leur propre ville texanne, que l'on verra évoluer tout au long du récit. Bien que ce livre mette en avant les inégalités qui séparaient esclavages noirs et hommes blancs, Leila Meacham atténue cette séparation, en montrant par exemple Tippy, modèle d'une femme noire qui arrive par ses propres moyens, grâce à son talent, à devenir une jeune femme respectée et populaire. Quelques situations du récit peuvent faire penser au livre de Harriet Beecher Stowe La case de l'oncle Tom, avec un parallèlisme prononcé entre les bons maîtres et les maîtres sévères et une méditation sur la liberté rendue aux esclaves.
Mais La plantation, c'est aussi une réflexion sur la condition de la femme au XIXème siècle. Jessica se fait la figure phare de la femme indépendante, généreuse, active, qui veut faire entendre ses idées et ses choix et ne veut pas se laisser gouverner par la domination des hommes. C'est une femme aimante et aimée par son maris et ses amis et appréciée de tous. Mais dans ces temps-là, rares étaient les femmes qui pouvaient affirmer être aimées pour ce qu'elles étaient. On en a la preuve avec Priscillia, la femme de Thomas, qui est le fils de Jessica. Thomas a épousé Jessica par intérêt : il voulait qu'elle lui donne un enfant, un fils comme descendant, pour reprendre la main-mise sur le domaine de Somerset. En temps de guerre, il avait peur de perdre sa vie dans la mêlée et de faire sortir Somerset du nom des Toliver.
J'ai beaucoup aimé la saga familiale en elle-même. On suit une génération familiale dans son entièreté, des arrières grands-parents jusqu'aux arrières petits-enfants. de nombreux événements séparent ces deux générations : entre drames familiaux (la mort de nombreux enfants dûe à la "malédiction" lancée sur Somerset), guerres d'idéologies, mariages... toute l'histoire familiale des Toliver est retracée dans cet ouvrage. Bien que faisant plus de 600 pages (dans son format poche), j'aurais voulu en lire encore davantage. L'histoire est si prenante, si additive, les protagonistes si attachants, que j'aurais bien voulu une suite de ce livre.
Cette romance histoire est une vraie découverte. J'ai adoré me plonger dans ce récit, écrit avec réalisme, qui retrace avec brio un pan de l'histoire de l'Amérique. Les personnages m'ont touchés, tout comme leurs histoires, souvent dramatiques, elles n'en demeurent pas moins magnifiques. Je vous recommande chaudement ce livre, car pour moi, c'est un réel coup de coeur !
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Missnefer13500
  15 mars 2015
Que dire de cette romance historique et saga familiale ?
A vrai dire j'en retire un avis assez mitigé.
Je dois avouer que je n'imaginais pas me trouver entrainée sur une aussi longue période
ce roman est assez comparé à Autant en emporte le vent je ne serais pas si formelle bien l histoire la toile de fond soi la même avec l'esclavage et la terre comme héritage
de plus le roman couvre plusieurs générations et familles
Celle des Toliver, des Warwirk et Dumont
l'amitié dans faille des fondateurs de leurs dynasties respectives, Silas Jeremy et Henri va permettre a ces protagonistes de se serrer les coudes dans les épreuves
Ce roman est un "préquel "du best- seller Les roses Somerset pourtant je ne pense pas que le lire en premier pose un problème
C'est un roman très instructif et pédagogique, qui nous raconte une partie de l' histoire des États Unis
Dans cette saga , l 'auteur aborde des sujets sérieux qui l'ont marqué et forgé ,comme l'abolitionnisme, la guerre de sécession , la création de nouvelle colonies, les inventions et les progrès.
Et surtout elle met en avant la volonté de posséder et de transmettre un héritage , s'assurer une descendance
La passion de Silas et sa lutte pour réaliser son rêve alors qu'il se sentait spolié, et sa capacité à vendre son âme en épousant Jessica est déconcertante, et le personnage au prime abord déplait
Force est de reconnaitre que les manipulations et le chantage de son beau-père sont incontestablement puissantes
Un mariage fondé sur un arrangement matériel peut il se transformer en autre chose ?
C'est la romance de cet opus bien sur
Nous suivrons donc Silas et Jessica, l'amour triomphera t il ?
nous partagerons donc les joies, drames, défis, échecs et réussites tout ce qui fait une vie .
l'auteur nous éclaire sur tout un pan de l'histoire américaine. On suit ainsi l'expédition de ces pionniers à la recherche de terres exploitables dans le Texas. Une expédition dangereuse
De quoi étoffer une grande épopée mais on trouve tout et rien dans ce roman, car moi c'est trop peu travaillé, d'abord trop de personnages à traiter, je m'y suis perdue un peu parfois au milieu de ces 3 familles et de leur descendants
Bien sur c'est la famille Tolliver qui est le plus en avant
mais même eux sont trop légers. Jessica est une belle rebelle défendant les nobles causes mais je ne sis pourquoi, je l'ai trouvé parfois assez passive
J'ai été assez déçue que sa relation avec sa Tippy ne soit pas plus développée , cette amitié entre elle et sa servante noire, n'a pas été assez exploitée je trouve.
Le style de l'auteur est agréable, et j'ai pointé tout le long des références à des sujets intéressants,la bataille de Fort Alamo, l' allusion à David Crockett et d'autres personnages mystiques de l' histoire Américaine, la création des ventes par correspondances, un tableau qui fit scandale Madame X , évocation à un style vestimentaire en évolution, l'avènement du chemin de fer, des machines agricoles etc..
Donc une épopée qui nous transporte de 1835 en 1900 avec tous ces changements culturels
mais une seule chose reste importante transmettre son héritage et son nom à travers la terre
C'est pour moi le credo de ce roman avec les valeurs familiales
Un bon moment de lecture , divertissant et pédagogique, qui manque un peu d'étoffe à mon gout pour qu'il puisse un coup de coeur Cependant il pique ma curiosité pour Les Roses de Somerset que je vais lire par la suite
Roman donc assez
addictif avec juste ce qu'il faut pour nous faire larmoyer par moments
et dans l'ensemble une assez belle saga historique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chriskorchi
  06 mars 2016
Une fresque familiale et historique de haute volée et que je verrais bien en film tant elle est dense et rythmée. J'ai adoré, je l'ai lu d'une traite car il est d'une part bien écrit et d'autres parts il y a tout ce qui fait que je ne pouvais qu'aimer ce roman : l'amour, la trahison, l'amitié, le courage, les pertes, les espoirs, les mariages, les séparations. J'ai adoré me trouver en Caroline du Sud et le courage de Silas le personnage principal, les descriptions sont somptueuses on s'y croirait. Ce roman est un préquel des Roses de Somerset.
Ce qui est plaisant c'est aussi le fait qu'en plus de suivre l'histoire des quelques familles d'exploitant de coton on suit les progrès d'une nation, le changement de certaines mentalités sur la condition féminine, l'esclavage et son abolition. C'est 70 ans de l'histoire des Etats-Unis qui sont retracés ici ! Les personnages sont variés, attachants ou détestables, les histoires d'amour magnifiques bien que tragiques, les paysages grandioses , je me suis régalée et j'en demande encore. J'ai versé quelques larmes à certains moments . Totalement addictif.
VERDICT
Une saga superbe et émouvante que je conseille à tout les romantiques et fans de cette période de l'histoire des Etats-Unis. A lire, addictif .
Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   08 janvier 2016
L'anneau est porté à l'annulaire de la main gauche depuis l'époque romaine car les Romains pensaient que la veine de ce doigt remontait jusqu'au coeur.
Commenter  J’apprécie          150
brinvilliersbrinvilliers   05 mai 2015
- Je vais te dire une chose, Silas William Toliver : si tu te maries selon les termes fixés par cet accord, tes terres du Texas seront maudites ! Rien de bon ne peut sortir de ce qui est construit au prix d'un tel sacrifice, de l'égoïsme et de la cupidité.
Silas avala son wisky d'une traite. La silhouette de sa mère se troubla. Il partirait sans sa bénédiction ; sa rupture avec sa famille serait consommée. Mais il entrevoyait déjà des champs regorgeant de coton, autour d'un manoir prestigieux dont il serait le maître. Son fils grandirait à son côté et, un jour, il transmettrait le domaine de Somerset à ses héritiers.
- Je suis déjà maudit, mère, répondit-il. Le sang des Toliver coule dans mes veines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnalireAnalire   07 janvier 2016
- Qu'ont-ils donc fait de toi, dans cette école ?
- Ils m'ont confirmé ce que j'ai toujours pensé. Tous les êtres humains naissent égaux et nul n'a le droit de réduire un autre à l'esclavage.
Commenter  J’apprécie          90
AnalireAnalire   13 janvier 2016
C'était incroyable comme les gens que l'on croyait connaître parvenaient encore à nous surprendre et à nous décevoir.
Commenter  J’apprécie          140
AnalireAnalire   08 janvier 2016
Elle était assez mûre pour savoir que le temps, la familiarité et les différences venaient à bout des attirances les plus intenses, mais elle refusait de penser au lendemain. Elle voulait vivre au jour le jour.
Commenter  J’apprécie          70
Video de Leila Meacham (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leila Meacham
Dans cet épisode, on vous propose de rencontrer Leila Meacham, auteur Charleston. Elle vous parle de son processus d'écriture, et donne quelques infos en exclusivité sur son prochain roman.
Retrouvez toutes les coulisses de notre maison d'édition sur www.editionscharleston.fr
Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston/
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1042 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..