AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843046742
Éditeur : Zulma (16/01/2014)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 27 notes)
Résumé :
« Un jour, la rumeur s'est répandue qu'on entendait le chant d'une femme sur l'îlot-cimetière. L'endroit suscitait régulièrement ce genre d'histoires venues d'on ne sait où. » Dans ces six nouvelles, la légende est comme un recours en grâce face à l'étrangeté parfois monstrueuse du monde. Ainsi les sanctuaires des forêts sacrées vibrent des danses et des invocations des prêtresses kaminchu, simples paysannes frappées du don de double vue. L'enfant un peu attardé et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
ericbo
  23 juin 2017
Ce livre est vraiment une très bonne surprise. Acheté un peu au hazard, je ne m'attendais pas à autant de poésie dans l'écriture et de finesse et de subtilité dans les intrigues. Okinawa semble un lieu étonnant. Ces nouvelles nous plongent dans ce mélange de violence héritée de la guerre et de mysticisme envoûtant. Souvent le récit commence par le point de vue d'un enfant qui découvre la réalité du monde et se termine dans un au-delà salvateur. Car ce territoire entremêlant plusieurs cultures, a subi tant de ravages que les habitants semblent tous rescapés d'un autre monde, comme en survie, se cherchant un avenir. Même la nature rescapée de la pollution, semble trouver son avenir dans la poésie d'un ailleurs atemporel.
La littérature japonaise offre si peu de place à cet archipel sub-tropical qu'il faut absolument lire et se laisser aller à ces récits de ce Japon méconnu.
Commenter  J’apprécie          184
Bookycooky
  09 août 2014
Une vieille femme sollicitée pour récupérer l'âme d'un pêcheur dans le coma,un petit garçon qui se lit d'amitié avec le vieux fou solitaire du village,la vengeance d'un jeune garçon sur le chef de la mafia locale qui lui vole ...son coq de combat,une femme qui fréquente les fantômes...six nouvelles d'Okinawa,cette ile administrée pendant vingt-sept ans par les États-Unis après la deuxième guerre mondiale puis rétrocédée au Japon.L'auteur lui-même originaire du Nord d'Okinawa puise dans son enfance ,dans les croyances,les traditions et le folklore de l'île.On sent qu'il y a beaucoup d'éléments autobiographiques,il a probablement vécu une grande partie de son enfance seul avec sa grand-mère,dans un petit village durant l'occupation américaine.La nature exotique,l'eau(la mer,la rivière),les animaux marins sont très présents.J'ai trouvé ces nouvelles intéressantes,je dirais même envoûtantes,parfois violentes mais toujours avec une prose légère et très agréable.
Commenter  J’apprécie          100
Akeera
  16 février 2014
Le titre de ce recueil de nouvelles laissait présager poésie et mélancolie...et bien je n'ai pas été déçue!
Loin des mégapoles fourmillantes de Haruki Murakami, c'est dans l'archipel d'Okinawa que se déroulent ces petits récits. En les lisant j'ai appris qu'à la fin de la seconde guerre mondiale, après la bataille d'Okinawa qui a fait des milliers de morts, cet archipel avait été occupé par les Etat-Unis pendant 25 ans (!) avant d'être rétrocédé au Japon. C'est donc pendant cette période très spéciale que nous sommes immergés, les jeunes Okinawaïens ne se sentant ni japonais, ni américains, et les G.I américains restant très présents sur l'Île.
Par ailleurs, l'île est celle qui est le plus au sud du Japon, le climat y est donc subtropical. La faune et la flore y sont très colorés, et beaucoup plus exotiques que ce qu'on peut trouver au japon "traditionnel", et donne lieu à des descriptions de lieux magnifiques où vivent des animaux dont on n'a jamais entendu parler sous nos latitudes.
Chaque nouvelle est influencée par les légendes et le folklore de ces îles, on croise donc d'étranges créatures et prêtresses au long des pages, distillant une ambiance très particulière d'exotisme mystérieux.
Hormis la première histoire qui donne son nom au recueil qui m'a moyennement plu, j'ai été vraiment subjuguée par le reste des nouvelles, au point d'être frustrée que le récit s'arrête. J'aurais bien lu le roman qui raconterait en entier chaque intrigue!
Les thèmes sont très variés: entre un corps dont l'âme est partie en vadrouille et occupé par un étrange homard, les premiers émois amoureux d'un jeune garçon pour un autre, une amitié secrète entre le vieux fou du village et un jeune garçon à qui il va révéler ses secrets, une histoire impitoyable de combats de coqs et de mafia locale, et le récit mélancolique d'une jeune femme capable de voir les fantômes qui n'ont pas encore quitté le monde, on découvre donc une foultitude de détails sur la vie dans cet archipel, le tout sous une plume tantôt orale, tantôt lyrique, mais toujours pleine de nuances, de sensibilité et de surprises.
Ce qui reste après la lecture de ce recueil c'est vraiment cette identité métissée Okinawaïenne, très forte! J'ai prévu de faire un voyage au Japon dans les années qui viennent, et j'ai rajouté dans hésiter une étape par l'archipel d'Okinawa!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DandeGre
  07 décembre 2014
Shun Medoruma n'a pas son pareil pour évoquer avec finesse et subtilité son Japon, son Okinawa, un lieu merveilleux, d'une beauté paradisiaque. Il évoque un temps révolu, ancré dans la tradition et la spiritualité qui s'efface peu à peu devant le monde moderne et au détour d'une phrase dénonce les blessures infligées à la nature, la cruauté de la guerre et de la nature humaine. La nature poétique de son écriture est manifeste, la qualité de ses observations invite au silence, à la réflexion, à l'envie immédiate d'aller découvrir cet archipel d'Okinawa.
Commenter  J’apprécie          70
kathel
  01 mai 2014
Les nouvelles de ce recueil, entre croyances traditionnelles et réalité, se déroulent dans l'univers très particulier de l'île d'Okinawa, coeur de l'archipel le plus largement au sud du Japon.
Que ce soit une vieille femme recherchant l'âme d'un homme qui est presque comme son fils, ou la transmission très touchante de savoirs et d'histoires entre un vieux pêcheur et un écolier, ou un thème plus classique, l'éveil à la sexualité finement raconté, qu'il s'agisse d'une passion pour les combats de coqs qui va faire s'affronter un jeune garçon et un caïd local, ou d'un bord de mer où une femme chante chaque soir sur l'îlot-cimetière, les récits mêlent réel et fantastique, parfois plusieurs époques, et toujours des paysages atypiques qui évoquent plus la Polynésie que le Japon. Les traditions semblent y être très vivaces et les croyances dans une vie des âmes après la mort plus grande encore. L'histoire particulière de l'île qui fut gérée par les Américains puis rétrocédée au Japon dans les années 70, a marqué l'enfance des héros de ces histoires, souvent très jeunes ou très vieux…
L'écriture, douce et imagée, sied particulièrement bien aux histoires et aux thèmes, les six histoires sont assez longues pour qu'on y prenne pied, la nature omniprésente leur apporte un apaisement et une lumière malgré la mélancolie qui s'en dégage. J'ai aimé les noms exotiques de poissons, de plantes et d'animaux ainsi que les mots non traduits qui se rapportent aux traditions de l'île. La traduction est d'ailleurs particulièrement réussie.
Lien : Http://lettresexpres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
Actualitte   03 février 2014
Ce sont des pages déroutantes et envoûtantes que Medoruma SHUN nous propose là, et ce serait bien dommage de passer à côté.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Liberation   21 janvier 2014
Medoruma Shun décrit les états d’âme comme des paysages et les paysages comme des états d’âme, et sans doute est-ce cela qui donne à ses nouvelles cette curieuse perception d’être entre deux eaux, entre deux réels.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   01 mai 2014
Quand je ferme les yeux, ce qui me revient en mémoire, c’est l’odeur de la pluie en été. Les gouttes d’eau qui tombaient sur le bitume brûlant s’évaporaient en une brume dansante. A l’abri de la pluie sous l’auvent de l’épicerie du village, ma mère debout derrière moi, sa main posée sur mon épaule, le petit garçon que j’étais regardait l’image vacillante du chemin que nous allions prendre. La pluie et les rayons de soleil perçaient la fine couche de nuages. Les plants de canne à sucre chancelaient sous les gouttes et le chemin goudronné s’étirait au milieu comme un cours d’eau sombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ericboericbo   20 juin 2017
Recemment, j'ai lu dans le journal que plus de la moitié des lycéens d'Okinawa sont incapables de donner la date exacte de la rétrocession d'Okinawa au Japon. Ces lycéens ignorent sans doute aussi qu'Okinawa a été administré par les Etats-Unis pendant vint-sept ans, et qu'autant d'années se seront bientôt écoulées depuis la rétrocession. C'est ainsi, on y peut rien.
Commenter  J’apprécie          60
ericboericbo   22 juin 2017
La patronne et les autres filles ont tout de suite rappliqué, elles m'ont taquinée, tu t'es trouvé un bon gars, va falloir vite de servir de tes fesses, pas seulement causer, pour ne pas le laisser filer.
Commenter  J’apprécie          80
ericboericbo   22 juin 2017
Un claquement sonore a soudain fendu l'air. Des dizaines de hérons, d'aigrettes et de pluviers s'envolèrent, s'égaillant en tous sens. Nous sommes restés immobiles, regardant les pluviers raser l'eau en piaillant et la nuée de hérons s'éloigner dans le ciel d'un bleu moins intense. Les hérons se sont posés dans un bois de pins et d'acacias sur l'autre rive, à quelques dizaines de mètres, on aurait dit des fleurs de datura qui s'ouvraient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
ericboericbo   23 juin 2017
Tu sais, quand je suis assise comme çà sur une des branches du ficus et que je regarde couler la rivère, plein de souvenirs me reviennent. Moi, aussi, quand j'étais petite, comme toi, je contemplais la rivière, assise au pied de cet arbre. Autrefois, il y avait plus d'eau et les berges n'étaient pas bétonnées, les plantes foisonnaient sur les rives. La rivière était étroite, quand j'avais ton âge, de petis bateaux remontaient jusqu'ici pour approvisionner les épiceries. Je dis autrefois, mais ce n'est pas si vieux. Evidemment, c'était bien avant ta naissance, mais bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : Okinawa (Japon ; île)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Shun Medoruma (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre