AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782843046742
280 pages
Éditeur : Zulma (16/01/2014)
4.02/5   30 notes
Résumé :
« Un jour, la rumeur s'est répandue qu'on entendait le chant d'une femme sur l'îlot-cimetière. L'endroit suscitait régulièrement ce genre d'histoires venues d'on ne sait où. » Dans ces six nouvelles, la légende est comme un recours en grâce face à l'étrangeté parfois monstrueuse du monde. Ainsi les sanctuaires des forêts sacrées vibrent des danses et des invocations des prêtresses kaminchu, simples paysannes frappées du don de double vue. L'enfant un peu attardé et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 30 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Unhomosapiens
  23 juin 2017
Ce livre est vraiment une très bonne surprise. Acheté un peu au hazard, je ne m'attendais pas à autant de poésie dans l'écriture et de finesse et de subtilité dans les intrigues. Okinawa semble un lieu étonnant. Ces nouvelles nous plongent dans ce mélange de violence héritée de la guerre et de mysticisme envoûtant. Souvent le récit commence par le point de vue d'un enfant qui découvre la réalité du monde et se termine dans un au-delà salvateur. Car ce territoire entremêlant plusieurs cultures, a subi tant de ravages que les habitants semblent tous rescapés d'un autre monde, comme en survie, se cherchant un avenir. Même la nature rescapée de la pollution, semble trouver son avenir dans la poésie d'un ailleurs atemporel.
La littérature japonaise offre si peu de place à cet archipel sub-tropical qu'il faut absolument lire et se laisser aller à ces récits de ce Japon méconnu.
Commenter  J’apprécie          184
Milleliri
  15 avril 2021
Medoruma Shun, dans "L'âme de Kôtatô contemplait la mer", c'est une écriture du temps long qui s'attache à décrire avec une nostalgie presque palpable les traditions et transformations d'Okinawa. J'ai aimé être plongée dans un paysage, une langue et une culture si différents même du « Yamato », le Japon de l'archipel principal, et je me suis révoltée contre les offenses que l'histoire et la modernité ont infligées à ce territoire si particulier.
Quatre des nouvelles font la part belle à un fantastique si familier qu'il semble aller de soi, et le recueil de façon générale est traversé par le thème du deuil. « L'âme relogée » est la plus étrange, avec son bernard-l'ermite dégoûtant occupant le corps délaissé par l'âme de Kôtarô occupé à contempler la mer. Mais j'ai surtout aimé « Avec les ombres » dont on comprend très vite que la narratrice est elle-même une ombre. Son histoire est à la fois émouvante et révoltante…
L'autre nouvelle qui m'a marqué c'est « Rouges palmiers ». Pour le coup, rien de fantastique dans celle-ci, mais je ne m'attendais pas à découvrir un tel récit : un adolescent découvre son corps et le désir avec un camarade de classe, avant de prendre peur sous le poids de ses propres préjugés – non pas sur l'homosexualité, mais plutôt sur « le sexe c'est sale ». Il m'a semblé qu'à aucun moment le fait que S. soit lui aussi un garçon n'a posé problème en soi. le jeune narrateur était plus préoccupé par les tabous sur la masturbation que par autre chose.
Mais si plusieurs nouvelles mettent en scène des scènes de sexe consentis et non-consentis, avec ou sans violence, j'ai trouvé qu'il y avait toujours de la pudeur. On comprend ce qui se passe mais ce n'est pas inutilement cru. On suit de toute façon toujours un personnage en particulier, la plupart du temps carrément un « je », donc on a un point de vue singulier et non omniscient. En ce qui concerne le viol de la jeune femme de « Avec les ombres », c'est bien son point de vue à elle qui compte, et il n'y a aucune complaisance de l'auteur envers ses agresseurs.
La seule nouvelle que je n'ai pas aimé est « Coq de combat ». Mais c'est plus lié au sujet qu'à la qualité d'écriture. Les combats de coq à Okinawa sont comme notre corrida, et j'ai eu beaucoup de mal à ne pas frémir en lisant la façon dont on préparait les volatiles. C'était un récit trop brutal pour moi, quand bien même son propos restait pertinent.
Je m'imaginais un auteur nettement plus âgé, ou du moins de la même génération que Oé Kenzaburo qui est né en 1935 et a écrit lui aussi sur la guerre et l'après-guerre. Mais Medoruma Shun est né en 1960. En tout cas je suis contente d'avoir lu ce recueil. Il y a quelques années j'ai lu « Les pleurs du vent » du même auteur, et j'ai retrouvé sa plume qui mêle cette si forte nostalgie à des personnages pourtant souvent si jeunes ou enfants. J'espère que Zulma continuera la publication française de l'oeuvre de Medoruma Shun !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bookycooky
  09 août 2014
Une vieille femme sollicitée pour récupérer l'âme d'un pêcheur dans le coma,un petit garçon qui se lit d'amitié avec le vieux fou solitaire du village,la vengeance d'un jeune garçon sur le chef de la mafia locale qui lui vole ...son coq de combat,une femme qui fréquente les fantômes...six nouvelles d'Okinawa,cette ile administrée pendant vingt-sept ans par les États-Unis après la deuxième guerre mondiale puis rétrocédée au Japon.L'auteur lui-même originaire du Nord d'Okinawa puise dans son enfance ,dans les croyances,les traditions et le folklore de l'île.On sent qu'il y a beaucoup d'éléments autobiographiques,il a probablement vécu une grande partie de son enfance seul avec sa grand-mère,dans un petit village durant l'occupation américaine.La nature exotique,l'eau(la mer,la rivière),les animaux marins sont très présents.J'ai trouvé ces nouvelles intéressantes,je dirais même envoûtantes,parfois violentes mais toujours avec une prose légère et très agréable.
Commenter  J’apprécie          110
Akeera
  16 février 2014
Le titre de ce recueil de nouvelles laissait présager poésie et mélancolie...et bien je n'ai pas été déçue!
Loin des mégapoles fourmillantes de Haruki Murakami, c'est dans l'archipel d'Okinawa que se déroulent ces petits récits. En les lisant j'ai appris qu'à la fin de la seconde guerre mondiale, après la bataille d'Okinawa qui a fait des milliers de morts, cet archipel avait été occupé par les Etat-Unis pendant 25 ans (!) avant d'être rétrocédé au Japon. C'est donc pendant cette période très spéciale que nous sommes immergés, les jeunes Okinawaïens ne se sentant ni japonais, ni américains, et les G.I américains restant très présents sur l'Île.
Par ailleurs, l'île est celle qui est le plus au sud du Japon, le climat y est donc subtropical. La faune et la flore y sont très colorés, et beaucoup plus exotiques que ce qu'on peut trouver au japon "traditionnel", et donne lieu à des descriptions de lieux magnifiques où vivent des animaux dont on n'a jamais entendu parler sous nos latitudes.
Chaque nouvelle est influencée par les légendes et le folklore de ces îles, on croise donc d'étranges créatures et prêtresses au long des pages, distillant une ambiance très particulière d'exotisme mystérieux.
Hormis la première histoire qui donne son nom au recueil qui m'a moyennement plu, j'ai été vraiment subjuguée par le reste des nouvelles, au point d'être frustrée que le récit s'arrête. J'aurais bien lu le roman qui raconterait en entier chaque intrigue!
Les thèmes sont très variés: entre un corps dont l'âme est partie en vadrouille et occupé par un étrange homard, les premiers émois amoureux d'un jeune garçon pour un autre, une amitié secrète entre le vieux fou du village et un jeune garçon à qui il va révéler ses secrets, une histoire impitoyable de combats de coqs et de mafia locale, et le récit mélancolique d'une jeune femme capable de voir les fantômes qui n'ont pas encore quitté le monde, on découvre donc une foultitude de détails sur la vie dans cet archipel, le tout sous une plume tantôt orale, tantôt lyrique, mais toujours pleine de nuances, de sensibilité et de surprises.
Ce qui reste après la lecture de ce recueil c'est vraiment cette identité métissée Okinawaïenne, très forte! J'ai prévu de faire un voyage au Japon dans les années qui viennent, et j'ai rajouté dans hésiter une étape par l'archipel d'Okinawa!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ERSKINE
  03 avril 2020
Une très bonne surprise que ce recueil de nouvelles. L'écriture tout d'abord est de très bonne tenue, le style poétique tout en étant fluide d'un point de vue narratif, c'est un mélange de douceur et de violence, j'ai apprécié toutes les histoires, même si j'ai une petite préférence pour la loufoquerie kafkaïenne de "Mabuigumi, l'âme relogée", la première histoire qui ouvre ce recueil, mais toutes les nouvelles ont un intérêt je trouve. "Avec les ombres" m'a transporté par sa poésie. "L'awamori du Père Brésil" et la nouvelle sur les coqs de combat (que j'ai lu en dernier, ayant un malin plaisir à lire les recueils de nouvelles dans l'ordre qui me vient) sont aussi très réussie. Et Même "Rouges Palmiers" qui du point de vue de l'histoire m'a moins emporté, m'a tout de même captivé par l'ambiance très réussie du camp de base Américain sur l'île d'Okinawa. Bref, c'est un bon livre.
Commenter  J’apprécie          72


critiques presse (2)
Actualitte   03 février 2014
Ce sont des pages déroutantes et envoûtantes que Medoruma SHUN nous propose là, et ce serait bien dommage de passer à côté.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Liberation   21 janvier 2014
Medoruma Shun décrit les états d’âme comme des paysages et les paysages comme des états d’âme, et sans doute est-ce cela qui donne à ses nouvelles cette curieuse perception d’être entre deux eaux, entre deux réels.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   01 mai 2014
Quand je ferme les yeux, ce qui me revient en mémoire, c’est l’odeur de la pluie en été. Les gouttes d’eau qui tombaient sur le bitume brûlant s’évaporaient en une brume dansante. A l’abri de la pluie sous l’auvent de l’épicerie du village, ma mère debout derrière moi, sa main posée sur mon épaule, le petit garçon que j’étais regardait l’image vacillante du chemin que nous allions prendre. La pluie et les rayons de soleil perçaient la fine couche de nuages. Les plants de canne à sucre chancelaient sous les gouttes et le chemin goudronné s’étirait au milieu comme un cours d’eau sombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
UnhomosapiensUnhomosapiens   20 juin 2017
Recemment, j'ai lu dans le journal que plus de la moitié des lycéens d'Okinawa sont incapables de donner la date exacte de la rétrocession d'Okinawa au Japon. Ces lycéens ignorent sans doute aussi qu'Okinawa a été administré par les Etats-Unis pendant vint-sept ans, et qu'autant d'années se seront bientôt écoulées depuis la rétrocession. C'est ainsi, on y peut rien.
Commenter  J’apprécie          60
UnhomosapiensUnhomosapiens   22 juin 2017
Un claquement sonore a soudain fendu l'air. Des dizaines de hérons, d'aigrettes et de pluviers s'envolèrent, s'égaillant en tous sens. Nous sommes restés immobiles, regardant les pluviers raser l'eau en piaillant et la nuée de hérons s'éloigner dans le ciel d'un bleu moins intense. Les hérons se sont posés dans un bois de pins et d'acacias sur l'autre rive, à quelques dizaines de mètres, on aurait dit des fleurs de datura qui s'ouvraient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
UnhomosapiensUnhomosapiens   22 juin 2017
La patronne et les autres filles ont tout de suite rappliqué, elles m'ont taquinée, tu t'es trouvé un bon gars, va falloir vite de servir de tes fesses, pas seulement causer, pour ne pas le laisser filer.
Commenter  J’apprécie          80
laure1922laure1922   19 septembre 2014
Quand je ferme les yeux, ce qui me revient en mémoire, c'est l'odeur de la pluie en été
Commenter  J’apprécie          71

autres livres classés : Okinawa (Japon ; île)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Shun Medoruma (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
526 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..