AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

David Fauquemberg (Traducteur)
ISBN : 2864246074
Éditeur : Editions Métailié (01/03/2007)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 50 notes)
Résumé :
1919. Sibérie. Le long de la voie du Transsibérien, Jazyk occupée par une légion tchèque, attend l'offensive des rouges. La ville est dominée par une secte religieuse sous la conduite de Balashov. Arrive Samarin. Il sort de la forêt et raconte s'être évadé d'un bagne et être poursuivi par un cannibale. Anna Petrovna, une jeune veuve, s'intéresse à ce nouveau venu. Un shaman de la région est assassiné et la peur et la folie s'abattent sur la ville. Le pervers capitai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  25 avril 2014
Une tragédie avec une touche de thriller, écrite par un écossais, dans laquelle vont s'entremêler les destinées de personnages hors normes (un bagnard évadé poursuivi, dit-il, par un cannibale, un castrat mystique, une veuve mystérieuse, une garnison de soldats tchèques qui ne savent plus pour qui ils se battent ni pour quoi) au fin fond de la Sibérie pendant la révolution rouge, d'emblée le propos semble atypique. La lecture confirmera cette impression.
Les premiers chapitres, très lents demandent de la patience au lecteur. Ce rythme traînant du début ajoute à la belle musicalité du récit. J'ai été envoûtée par la beauté simple et forte de l'écriture de James Meek, et subjuguée par son talent et sa subtilité de conteur. Ici, pas de description de grandes batailles. Pour rendre compte de la violence de la guerre et des traces qu'elle laisse au fond du coeur des hommes, leur faisant perdre la raison, l'auteur invite à une expérience sensorielle très immersive. On croirait entendre le fracas assourdissant des canons, renifler l'odeur des chairs brûlées, sentir les morsures du froid et de la faim.
Le ton du livre est très singulier. Sans qu'aucun élément surnaturel n'intervienne, il se dégage du récit une atmosphère fantastique. de ce point de vue, l'ambiance du roman m'a fait penser, même si le contexte est très différent, au très bon film "Vorace".
Samarin est un personnage marquant, fascinant, presque séduisant mais très inquiétant. Dès qu'il apparaît un sentiment diffus de malaise s'empare du lecteur. A l'image de l'histoire drôle qu'il raconte au début :
Un assassin emmène une fillette dans les bois, la nuit. Il fait noir, les arbres gémissent dans la brise, personne d'autre dans les parages. La fillette dit à l'homme : "j'ai peur". L'assassin lui répond : "tu as peur ? Mais c'est moi qui vais devoir rentrer tout seul à la maison"
Le paysage est presque un personnage à part entière. L'immensité enneigée de la toundra semble oppressante, comme s'il s'agissait d'un huis-clos.
Meek dessine son récit en trois couleurs. Les blancs, les tsaristes, se battent contre les rouges, tandis que les hommes, perdus dans ces luttes incessantes et ces grands paysages sauvages, ressemblent à des points gris.
A travers les destinées passionnantes des personnages, Meek évoque également la destinée de la révolution. Derrière l'idéal des révolutionnaires, des hommes et des femmes mûs par une révolte bien légitime face aux inégalités de la Russie tsariste et qui rêvent d'un monde meilleur, transparaissent déjà les germes du totalitarisme futur. Finalement, les injustices perdureront (le bagne deviendra le goulag, le culte des personnalités politiques remplacera l'église, les richesses seront encore accaparés par quelques uns) car les hommes, eux, ne changent pas. Cet aspect du roman, lucide, désespérant, est déchirant.
Je suis prête à parier qu'au fil des ans ce magnifique roman va acquérir le statut de classique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
mariecesttout
  04 mars 2014
Allez savoir pourquoi, je repense à ce roman qui n'est pas russe, mais écossais, et très bien traduit par David Fauquemberg.
1919. La guerre contre les Allemands est terminée et une révolution est en marche. Une guerre différente. le genre de guerre où on ne sait jamais qui est dans quel camp."L'ancienne guerre, contre les Allemands et les Autrichiens, c'était nous contre eux.Maintenant, ce serait plutôt nous contre nous."
La Sibérie, quelque part entre Omsk et Krasnoïarsk, le long du Transsibérien, Jasyk, dont les habitants ne savent de l'évolution de la guerre que ce que le télégraphe, qui fonctionne rarement, veut bien leur transmettre.
Dans cette petite ville, la légion tchèque, une centaine d'hommes partis de Prague en 1914 commandée par un capitaine qui rêve de royaume , Matula.
L'autre partie de la population de cette ville est composée d'une secte de castrats, et leur guide spirituel est un ancien lieutenant de hussards,Balschov parti à la guerre en laissant femme et enfant derrière lui, et déclaré disparu.
De la forêt sort un homme, que l'on a déjà croisé étudiant dans le premier chapitre du livre. Il s'appelle Kyrill Ivanovitch Samarin. Dit s'être évadé du bagne appelé le Jardin blanc et être poursuivi par un cannibale.
A ce stade là du livre, je me suis dit que cet écrivain avait vraiment beaucoup d'imagination.......Et bien pas vraiment, il l'explique en post-face.
La secte russe des castrats , malgré la répression subie de la part des autorités soviétiques a survécu pendant toute la première moitié du XXème siècle.
La Légion tchèque a bien occupé une partie de la Sibérie, et ne l'a quittée qu'en 1920
Et enfin....
"Des documents attestent de l'existence de la pratique consistant ,chez les évadés des bagnes russes puis soviétiques, à emmener avec eux un compagnon naïf en guise de nourriture. L'un des articles du Manuel du Goulag de Jacques Rossi , intitulé Vache ( "Korova") débute par ces mots:
"Personne choisie pour être mangée; ne se doutant de rien, tout criminel inexpérimenté ,invité par ses aînés à s'évader avec eux, est prêt à remplir cette fonction...Si, au cours de leur fuite, les évadés se retrouvent à court de vivres et sans aucun moyen de ravitaillement, la "vache sera égorgée......"
Ce roman raconte l'histoire de cinq personnages, Samarin , Matula et Balschov donc, mais aussi Joseph Mutz, lieutenant juif de l'armée tchécoslovaque, et Anna Petrovna, qui a débarqué un jour avec son fils pour des raisons mystérieuses.
Et tous attendent les troupes révolutionnaires.Thème classique, on attend les tartares, les barbares, ici ce sont les Rouges. Et dans l'attente, la tension monte et chacun se dévoile. Enfin, non, il y a un menteur.
Nous sommes en 1919, et les propos du chef du canton deviennent prophétiques:
"Nous avons été trop indulgents. Trop gentils. Nous avions trop peur de la populace , des sans-grade, alors que c'est eux qui auraient dû nous craindre. Quand tout ce chaos sera terminé et que nous aurons renvoyé chez eux les étrangers, nous saurons quoi faire. Peu importe qui sera au pouvoir, un prince de sang ou un marxiste, du moment qu'il est russe et que les paysans ont peur de lui comme ils auraient dû avoir peur de nous. La crainte les éblouira comme une lumière vive ,un soleil de peur s'élevant au matin ,une peur réchauffant leur dos l'après midi, une peur électrique les illuminant tout au long de la nuit, une peur claire et resplendissante, si bien que même si le nouveau dirigeant vient à mourir pour être remplacé par une autre mauviette, la terreur ne les quittera pas,eux, leurs enfants et leurs petits enfants. Même quand l'origine de la peur aura disparu, ils continueront à la chercher du regard, ils ne pourront vivre sans elle."
C'est un éblouissant roman d'action, une réflexion politique mais également un livre dans lequel est minutieusement analysé ce que l'on nomme amour. Et actes faits sous prétexte d'amour...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Beatrice64
  30 août 2017
Amour, goulag et transsibérien : un roman mêlant aventure, amour et une dose de suspense au temps de la révolution bolchevique.
Le temps se prêtait à ça : plonger dans un livre au souffle puissant, tourner les unes après les autres avec délectation les pages d'une histoire dense. Fin fond de la Sibérie, 1919, le long de la ligne du transsibérien. le petit village de Jazyk est occupé par une troupe de l'armée tchèque désorientée, qui attend, sous la férule du féroce et ambitieux Matula, le jeune commandant, une attaque des rouges révolutionnaires. le village est dirigé par une secte de castrats mystiques, avec à sa tête l'énigmatique Balashov. Une jeune photographe, veuve, et son fils, vivent là, à part, depuis 5 ans, venus de très loin, pour on ne sait quelle raison. Un soir surgit Samarin, révolutionnaire échappé du goulag et poursuivi par un cannibale. Plusieurs drames vont alors se déclencher, les liens des uns avec les autres se préciser, dans un tempo assez serré et théâtral, les actions se cantonnant au village de Jazyk et ses alentours immédiats (même si des flash back éclairent certaines situations) et se déroulant sur 3 jours environ. A travers des personnages forts (Samarin le révolutionnaire, Balashov le mystique, Matula l'assoiffé de pouvoir, Mutz le lieutenant moral et Anna Petrovna, la passionnée), en éclairant les choix qui nouent les destins de ces personnages, c'est l'amour et ses multiples formes qu'explore James Meek.
Dans un style assez classique, vif et élégant, non dénué d'humour ; mêlant aventure, mystère, situations romanesques, violence, contexte historique ; alliant profondeur et légèreté, Un acte d'amour est un roman ample, visuel, rythmé, mené avec un talent de conteur incontestable. Et du même, lisez sans hésiter le Coeur par effraction
Une blague racontée à un moment par le révolutionnaire Samarin peut illustrer le ton global du roman :
"Un assassin emmène une fillette dans les bois, la nuit. Il fait noir, les arbres gémissent dans la brise, personne d’autre dans les parages. La fillette dit à l’homme : « j’ai peur ». L’assassin lui répond : « tu as peur ? Mais c’est moi qui vais devoir rentrer tout seul à la maison »"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Gehenne
  26 octobre 2018
Malgré un titre à l'eau de rose, ce roman de choc montre à merveille combien une guerre doublée d'une révolution peut être le déclencheur de prises de conscience variées, de comportements atypiques, de révélations intimes. La Sibérie en 1919 en est le théâtre remarquable où se côtoient une légion tchèque, une secte de castrats, un bagnard cannibale, des éléments avancés de l'Armée rouge, une pseudo-veuve et son jeune fils, et même un chaman, tous au coeur d'un village perdu au fin fond du grand nord russe.
James Meek y campe un microcosme bigarré, perturbé et dévasté avec le talent d'un conteur digne des grands écrivains russes. Il est pourtant britannique mais a saisi avec une acuité formidable les méandres de l'âme slave. Son style reproduit à merveille la fièvre qui dévore ses personnages, l'atmosphère quasi envoûtante qui sourd de ces rapports humains à la fois angoissants et ambigus. Quant au paysage, il est plus qu'un simple décor, il joue un rôle de premier plan et renforce la tension de cette intrigue qui lorgne du côté du fantastique.
Ce roman est de ceux dont on garde longuement le souvenir comme celui d'un moment étrange, dépaysant et précieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Ingannmic
  21 février 2015
Jazyk, bourgade isolée de Sibérie, en pleine révolution bolchévique.
Arrive un étranger. L'irruption de l'homme coïncide avec la mort du shaman que le responsable de la légion tchèque occupant le village avait capturé dans l'espoir que le sorcier lui révèlerait quelques-uns de ses secrets. Accusé du meurtre de ce dernier, Samarin -puisque c'est ainsi que se nomme le nouvel arrivant-, est placé en prison.
Qu'est venu faire à Jazyk cet inconnu qui prétend avoir passé cinq années dans un camp de prisonniers où la faim, les privations et la violence de ses co-détenus ont plusieurs fois failli avoir raison de lui ?
L'ancien bagnard dissimule des zones d'ombre, mais il n'est pas le seul... il règne d'une manière générale sur le village un parfum de mystère, l'ensemble des habitants donne le sentiment d'être engagé dans une étrange conspiration. Des liens dont on ne saisit pas d'emblée la véritable nature unissent certains d'entre eux, tels le fade Balashov et Anna, la veuve que ses concitoyens considèrent avec à la fois crainte et mépris.
"Un acte d'amour" est comme une toile d'araignée savamment tissée sous nos yeux par l'auteur, l'homogénéité de l'ensemble se révélant peu à peu. Les interactions entre les divers personnages, que manipule tous, à un moment ou à un autre, l'étrange Samarin, homme aux multiples visages dont le talent de conteur et le charisme fascinent, prennent ainsi progressivement tout leur sens.
Récit d'aventure, conte philosophique, histoire(s) d'amour et de vengeance, le roman de James Meek parvient, en une parfaite osmose, à être tout cela à la fois. L'ensemble est nimbé d'une atmosphère sombre, oppressante, James Meek enrichissant son intrigue d'éléments à la fois atypiques et terribles, empruntés à L Histoire aussi bien qu'aux terrifiantes anecdotes qu'offrent parfois les destins individuels. Même les histoires d'amour n'y sont pas banales, frappées d'événements tragiques qui ne sont pas sans évoquer d'obscures malédictions.
Et pourtant, en dépit de cette violence ambiante, "Un acte d'amour" n'est pas exempt d'humour, l'intelligence manipulatrice et moqueuse de Samarin, notamment, offrant quelques dialogues au cynisme percutant.
James Meek nous livre un roman d'une belle ampleur, à l'intrigue foisonnante et aux personnages marquants.
Une belle découverte.
Lien : http://bookin-ingannmic.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   21 février 2009
La mère d'Anna était terrifiée, bien au-delà des larmes, par la colère de sa fille.
La silhouette était celle d'un policier. Il demanda à Anna comment elle pensait qu'une jeune fille puisse se promener seule en ville avec un appareil photo et se mêler à la vermine la plus vile, la plus indécente et la plus déloyale à l'insu des autorités. Il ajouta que seuls des efforts surhumains de sa part avaient permis de substituer la simple destruction de l'appareil à une arrestation, un procès et un exil plus que probable.
Au cours de la nuit, quand tout le monde fut couché, Anna sortit dans le noir avec une lanterne. Quatre heures durant elle chercha dans la cour la plaque sur laquelle était imprimée l'image du cavalier. Elle ne la trouva pas. Elle ramassa le mécanisme qui contrôlait l'ouverture de l'appareil et l'emporta avec elle dans son lit, où elle passa une partie de la nuit à tendre vers la lune l'iris métallique. Elle en déployait les rabats, les refermait, si bien que tour à tour elle tenait entre ses doigts un intense point lumineux puis, l'instant d'après, distinguait la surface du satellite dans ses moindres détails.
Trois ans plus tard, Anna et le hussard se marièrent. Le banquet des noces se tint dans une clairière à l'orée de la ville où les officiers du régiment rivalisèrent d'adresse devant les invités, ramassant au grand galop des foulards posés sur le sol, chevauchant debout sur leur selle, tranchant d'un coup de sabre des melons posés en équilibre sur une perche.
En fin d'après-midi, le colonel du régiment confia à Anna :
- Madame, votre mari est un cavalier-né. Il monte à cheval comme ces Tartares qu'on attachait à califourchon sur des poneys avant même qu'ils ne sachent marcher. Il manie le sabre mieux qu'aucun soldat de la garde. Les recrues le suivront les yeux fermés. Pourtant, je me demande si vous ne seriez pas capable de le persuader d'épouser une autre carrière. Ce serait chose aisée pour une femme de votre beauté. Je ne voudrais pas être co
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sweetiesweetie   20 avril 2016
En même temps, il avait compris comment les contradictions, les ambiguïtés et la force de ce livre pouvaient attirer ceux qui ne se satisfaisaient pas du monde tel qu'il était et surtout, de sa caractéristique la plus harassante : son perpétuel changement. Ils y trouvaient un univers immuable qu'ils pouvaient opposer au monde réel. Pour ceux-là, la Bible était inépuisable; ce qu'on ne comprenait pas exigeait d'être lu et relu à l'infini; ce qu'on comprenait, on revenait sans cesse y puiser une vérité éternelle quand tout au dehors n'était que ténèbres et chaos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GehenneGehenne   05 septembre 2018
Mutz se mit à genoux pour recueillir dans le creux de sa paume un petit tas de neige . Il se releva, enfonça la langue dans la poudre froide. Les cristaux de glace lui blessèrent le palais, leur goût le pénétra au plus profond. Mutz le petit garçon et Mutz l'homme mûr se reconnurent mutuellement, et l'espace d'un instant une joie si intense l'envahit qu'il eut de la peine à rester debout.
Commenter  J’apprécie          20
GehenneGehenne   30 août 2018
La route était large mais les maisons de bois noires étaient pressées les unes contre les autres, comme si leurs habitants avaient voulu s'entasser sur un îlot, comme si les espaces infinis de la Sibérie étaient un océan qui risquait de les engloutir, ou de les rendre fous, s'ils ne restaient pas assez proches pour pouvoir s'étreindre dans la tourmente.
Commenter  J’apprécie          20
sweetiesweetie   20 avril 2016
Quand tout ce chaos sera terminé et que nous aurons renvoyé chez eux les étrangers, nous saurons quoi faire. Peu importe qui sera au pouvoir, un prince de sang ou un marxiste, du moment qu'il est russe et que les paysans ont peur de lui comme ils auraient dû avoir peur de nous. La crainte les éblouira comme une lumière vive, un soleil de peur s'élevant au matin, une peur réchauffant leur dois dans l'après-midi, une peur électrique les illuminant tout au long de la nuit, une peur claire et resplendissante, si bien que même si le nouveau dirigeant vient à mourir pour être remplacé par une autre mauviette, la terreur ne les quittera pas, eux, leurs enfants et leurs petits-enfants. Même quand l'origine de la peur aura disparu, ils continueront de la chercher du regard, ils ne pourront vivre sans elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de James Meek (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Meek
James Meek - Le coeur par effraction .James Meek vous présente son ouvrage "Le coeur par effraction" aux éditions Métailié. Traduit de l'anglais (Ecosse) par David Fauquemberg. Rentrée littéraire 2013. http://www.mollat.com/livres/meek-james-coeur-par-effraction-9782864249313.html Notes de Musique : Miles Davis - Ascenseur pour l'échafaud - 25 Au Bar du Petit Bac
autres livres classés : sibérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
715 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre