AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : SIE190807_378
Albin Michel (30/11/-1)
4.19/5   27 notes
Résumé :
Les premiers temps, d'ordinaire, la grève comporte un certain charme, pour les hommes surtout. On ne quitte plus le cabaret. On discute interminablement, on boit le reste de ses "dimanches", on rentre saoul chaque soir. Et c'est le bon temps pour les cabaretiers. Puis, l'argent se fait rare. Le crédit se lasse. S'il fait beau, ce n'est rien encore. Les uns s'en vont pêcher. D'autres jardinent. D'autres se promènent dans les champs. Des tas de gens vautrés dans l'her... >Voir plus
Que lire après Quand les sirènes se taisentVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Van der Meersch est parfois décrit comme le Zola de la première moitié du vingtième siècle. Zola s'appliquait à décrire méthodiquement le tissu social de son époque; tandis que Van der Meersch souffre d'un parti pris gênant.

Van der Meersch décrit les conséquences d'une grève qui durera plusieurs mois dans l'industrie du textile dans la région de Roubaix en 1930. Au fil des pages, Van der Meersch construit des personnages tous plus ou moins victimes de la grève, impuissant face à elle, tandis que les grèvistes sont décrit comme une masse assoiffées de violence, vivant presque sans difficultées grâce au secours du syndicat qui distribue argent et nourriture, exclusivement aux grévistes.

Parmi les personnages de ce roman, on retrouve : la jeune ouvrière sans animosité contre les grévistes et leur revendications, mais cherchant à travailler pour nourrir sa famille et pourchassé par ces mêmes grévistes qui la considèrent comme une briseuse de grève; le syndicaliste corrompu vivant dans l'opulence; le jeune garde mobile d'une gentillesse infinie; le gentil petit patron bon avec ses ouvriers mais contraint de suivre les décisions de l'association de patrons, dirigée par les gros patrons de la région; le commerçant sombrant dans la misère lorsque sa clientèle composé d'ouvriers maintenant en grève ne lui achète plus rien. Vous le comprenez, les grèvistes représentent le camp du mal qui fait s'abattre la misère et la violence sur la région, sans qu'on s'intéresse en profondeur sur les raisons qui poussent des centaines de familles à se priver pour entrer en lutte contre le patronat qui les exploite.

Certes les personnages décrit par Van der Meersch sont vraisemblants, mais cela ne suffit pas à qualifier son écriture de réaliste, quand le choix de ces personnages exclut sciemment les partis représentatives de la lutte qui s'opère durant cette grève - à savoir les ouvriers grévistes et le grand patronat.
Commenter  J’apprécie          00
Pour ceux qui ne connaissent pas ( encore) l'auteur, Maxence van der Meersch est l' Emile Zola oublié du Nord .
Avec ce livre, nous vivons le quotidien des ouvriers du début du siècle, les grèves des usines roubaisiennes.
On s'attache aux personnages et on ferme le livre en se promettant de le relire bientôt.
Je conseille d'acheter "Gens du Nord"qui reprend plusieurs de ses oeuvres dont celle ci.
Commenter  J’apprécie          73

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Et il se le disait avec amertume, découragement : on pouvait lutter, on pouvait tout faire, il y aurait toujours, tapie au fond du coeur de l'homme, la haine de ses semblables, l'ancestral besoin de tuer...
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Maxence Van der Meersch (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxence Van der Meersch
La maison dans la dune (1988), extrait.
autres livres classés : ouvrierVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (68) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3583 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}