AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842637267
Éditeur : Le Dilettante (29/08/2012)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 72 notes)
Résumé :
Apparemment, ce devait être une journée comme une autre, à faible potentiel romanesque: la place Saint-Sulpice, fontaine et fronton, dans son rôle de place Saint-Sulpice; sous les yeux et entre les mains de Vincent, gynécologue, le défilé des clientes, polies, patientes, rythmé par Bach et son violoncelle seul. Confiance, efficacité. Seulement voilà, elle est désormais là, vient d’entrer et de s’asseoir dans le cabinet, et « une sensation obscure, un sentiment d’ins... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
  01 décembre 2012
Vincent gynécologue, voit un jour venir en consultation à son cabinet Camille D, la trentaine élégante dont "la seule présence a tout de suite éveillé chez moi une sensation obscure, un sentiment d'insécurité diffus mais palpable,comme une brume matinale".Cette femme sait tout de lui et il va se retrouver le jouet de son bon plaisir avec entre eux David, cet homme qui occupe une si grande place dans sa vie.
A partir de cette rencontre rien ne va plus pour Vincent qui se heurte à l'inconnu, aux non-dits de David et toujours et encore et toujours à Camille.
Jean-Philippe Mégnin signe ici un court roman d'une grande intensité où il nous relate une histoire qui pour incroyable qu'elle paraisse reste du domaine du plausible .Le ton est juste, l'écriture sobre et le tout forme un très joli roman
A découvrir sans hésiter
Commenter  J’apprécie          320
Chrisdu26
  19 avril 2013
Dans la salle d'attente où se font entendre «Les suites pour violoncelle de Bach», la patiente est là, belle, mystérieuse et si déconcertante. Pourquoi est-il à ce point troublé ? A ce premier regard, Vincent gynécologue, devine que sa vie va basculer et ne sera jamais plus la même.
Durant toute l'histoire Camille D, la patiente, va jouer avec ce fil d'Ariane et tel un habile marionnettiste, elle va tirer sur les ficelles à son rythme. Elle mène le jeu : où, quand, comment et surtout pourquoi?
Au fil de ses consultations avec Camille D, Vincent, va comprendre la vie de son compagnon, David, son homme depuis 7 ans. le puzzle va s'assembler pièce par pièce pour dessiner un tableau dans lequel il ne reconnait plus l'homme de sa vie. Il va entrevoir petit à petit les tenants et les aboutissants de sa relation et prendre conscience des tourments qui pèsent sur son couple. David a toujours maintenu un rempart invisible mais puissant qui sépare sa vie de la sienne. Vincent ne connaît rien ou si peu de sa famille après toutes ces années. Malgré tout, il a toujours accepté ce choix, ce malaise par amour et respect de l'autre; une histoire commune dans une indépendance scrupuleuse.
Et puis voilà que Camille arrive pour former le triangle dramatique : victime, sauveur, persécuteur.
Vincent, Camille, David : Ne dit on pas que dans un trio il y en a toujours un de trop ?
L'étau se resserre lentement, vicieusement, jusqu'à ce que le fil d'Ariane se rompe.
Ce fil était tellement tendu que j'ai commencé ce roman en début d'après midi pour le finir en fin de soirée. J'ai endossé le costume de Vincent le temps d'un livre pour saisir David, pour analyser le raisonnement de Camille. Pour comprendre tout simplement !
Vincent ou comment «Les suites de violoncelle de Bach » garderont ce goût d'amertume.

http://www.youtube.com/watch?v=RkMk7zqwjk0
Un grand Merci à Toi! J'ai découvert ce livre tout à la fois délicieux et prenant sur le blog de "Jack se livre". Prenez le temps d'aller faire « Un tour du côté de chez Jack » où de belles chroniques et de magnifiques photos vous attendent et vous embarquent. Attention on en devient vite accroc!
http://jacky-caudron.blogspot.fr/

Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Ziliz
  08 mars 2013
Une patiente pas tout à fait comme les autres vient consulter Vincent, médecin, pour la première fois. Elle jette un pavé dans la mare de son existence tranquille, avec quelques phrases énigmatiques qui montrent qu'elle en sait long sur lui, alors qu'il est persuadé de ne pas la connaître.
Mon avis est vraiment mitigé : texte bref captivant du début à la fin, suspense bien entretenu, mystères lentement dévoilés, MAIS
- trois personnages froids, impersonnels et sans consistance - malgré tout ce qui leur arrive - que j'ai trouvés particulièrement antipathiques et auxquels j'ai eu bien du mal à croire
- un milieu snobinard de "magazine en papier glacé", intello, friqué, élitiste
- une histoire finalement cousue de fil blanc et des thèmes largement rebattus, des rebondissements trop spectaculaires, excessifs
- une plume affectée
Bref, lecture scotchante (non-stop si possible) avec ce thriller psychologique tout aussi intrigant que dérangeant. Mais finalement, une fois le livre refermé, on peut penser "Tout ça pour ça !?".
--- Cet ouvrage ne correspond pas à l'image que j'avais des éditions le Dilettante, qui ont notamment publié Vincent Ravalec (Cantiques de la Racaille, Wendy...), auteur plus subversif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
yv1
  26 septembre 2012
C'est un roman court : 158 pages aérées aux petits paragraphes. En si peu de pages, JP Megnin monte une histoire assez incroyable et finement racontée. Camille est une très forte personnalité qui en impose à ses interlocuteurs, Vincent en premier. Cette femme, par de simples révélations a priori anodines va faire voler en éclat la vie de Vincent. Doucement, lentement, mais irréversiblement. Lui qui jusque là vivait une vie heureuse sans vraiment de souci va se réveiller à la douleur, à la souffrance.
Je ne voudrais pas que vous pensiez que ce livre est totalement plombant et qu'on en ressort avec des idées noires. Certes, ce n'est pas une pantalonnade, JP Megnin ne fait pas ici étalage de son humour, mais plutôt de sa finesse (encore que ces deux termes ne puissent pas vraiment être opposés, puisque l'humour peut être fin, mais c'est un autre débat). Son intrigue est subtilement menée et racontée. Tout est dans les personnages, leurs confrontations, leurs révélations. Rien d'autre, si ce n'est l'amour de l'auteur pour le Quartier Latin et pour la Bretagne (l'île de Houat notamment). Un homme qui aime la Bretagne ne peut pas être mauvais (il y a sûrement quelques exceptions, Jean-Marie LP par exemple), et je suis sûr que beaucoup (je suis optimiste) de lecteurs de ce blog (si si il y en a !) ne me contrediront pas. Mais impartialité oblige, je ne dis pas que ce livre est bon parce que JP Megnin aime la Bretagne (ce serait lui faire injure) mais tout simplement parce qu'il est bon.
Il est noté dans la présentation de l'éditeur -que j'ai lue après le livre- que l'auteur "marche sur les traces de Boileau-Narcejac" réputés pour leurs romans policiers s'axant autour de personnages retors et complexes. Un compliment assurément qui sied à ce roman et à son auteur qui décortique les sentiments, les relations entre ses protagonistes admirablement. Aucune raison de passer à côté de ce roman qui se lit très vite, en une soirée.

Lien : http://lyvres.over-blog.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Eclair
  24 août 2017
C'est un ouvrage très court (158 pages) en deux parties.
Le narrateur de ce roman tout en intériorité, Vincent - la cinquantaine, gynécologue de profession, en couple avec David, un homme plus jeune que lui, qu'il idéalise et avec lequel il a un problème de communication - voit sa vie bouleversée par la révélation de Camille B. de fait, la fameuse patiente de 32 ans - à laquelle il apprend la grossesse - affirme connaître David …
Cet ouvrage traite globalement d'un secret de famille. Quelles étaient les relations entre Camille B. et David ? Il faudra attendre la seconde partie de l'ouvrage pour avoir une réponse à cette interrogation. le lecteur sera bien en peine de deviner la teneur des relations entre les personnages tant l'auteur ménage le suspens (même si l'on ne peut pas qualifier ce roman de polar) sans tomber dans le piège du registre sordide.
Jean-Philippe Mégnin dans un style agréable à lire évoque également en second plan la question de l'homosexualité avec notamment l'évocation du rejet de Vincent par sa belle-famille, qui nous rappelle le sujet du film de Xavier Dolan « Tom à la ferme ».
Enfin, on se souviendra de ce livre car il s'agit d'une ode aux femmes qui sont sans cesse louées dans plusieurs jolies formules telle que : « Je respecte trop les femmes pour les supporter niaises, voilà … ».
Petit bémol: Certains lecteurs pourront être peut-être agacés par le fait que l'action se déroule dans un microcosme parisien (Sorbonne, rue de la Ferronnerie...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Lexpress   06 décembre 2012
Quel bijou ! C'est un petit livre étincelant que publie Jean-Philippe Mégnin aux éditions du Dilettante.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   02 décembre 2013
Il n'était pas comme les autres garçons de son âge. C'était un doux. J'aimais son attention, son écoute, son absence totale d'intérêt pour ce qui semblait animer les autres : diriger, avoir le dernier mot, décider...J'aimais même ses fragilités, car il en avait...Le monde masculin est plein d'abrutis qui sont persuadés que ce qui séduit les femmes ce sont leurs démonstrations de force, alors que c'et le contraire...(p.119)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
AproposdelivresAproposdelivres   14 octobre 2014
Malgré cela, sa seule présence a tout de suite éveillé chez moi une sensation obscure, un sentiment d'insécurité diffus mais palpable, comme une brume matinale.
Je ne saurais dire pourquoi j'ai eu cette impression. Je me suis demandé si elle était partagée par les autres personnes présentes dans la pièce. Je ne crois pas. C'est moi qui étais troublé, et qui m'en voulais d'être troublé. Moi seul.

Je savais que je ne l'avais jamais vue; de retour à mon bureau, j'ai jeté un coup d'œil rapide à la page du jour dans mon agenda, pour y voir son nom : Camille D. Pas plus que son visage ce nom ne m'a dit quoi que ce soit. Une inconnue, adressée par une amie ou par un autre médecin; rien là que de l'ultracourant, et pourtant...
Et pourtant ce sentiment d'insécurité, qui ne m'a plus quitté pendant les deux rendez-vous qui ont précédé le sien.
Je suis resté très professionnel, bien sûr. Très disponible. En apparence.
Mais je ne pouvais pas m'empêcher de penser à cette femme qui m'attendait. À ce regard à la fois lumineux et indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AproposdelivresAproposdelivres   14 octobre 2014
C'est dès le premier échange de regards que j'ai compris que ce ne serait pas une patiente ordinaire.
La chaîne stéréo dissimulée dans le placard mural diffusait doucement les Suites pour violoncelle, et elle m'a regardé sans sembler me voir, comme si Bach à ce moment-là était plus présent dans la pièce que moi.

Sa tenue, son attitude, cadraient pourtant à la perfection avec mon salon d'attente plutôt distingué de la place Saint-Sulpice ; elle avait cette classe naturelle des femmes qui sont élégantes sans sembler se soucier de l'être, et qui s'inscrivait idéalement dans ce décor que j'avais voulu à la fois rassurant et original.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Chrisdu26Chrisdu26   18 avril 2013
C'est pendant que l'aiguille descendait sur le cadran qu'elle m'a posé LA question.
-Gynécologue, c'est un choix professionnel un peu étrange, pour un homosexuel, non ?
Je suis resté pétrifié, au sens strict, transformé en statue comme dans la légende.
Elle m'a abandonné ainsi plusieurs secondes, qui m'ont paru une éternité, puis elle a répété :
-Non ?...
Commenter  J’apprécie          90
AproposdelivresAproposdelivres   14 octobre 2014
Quand son tour est arrivé, je n'ai pas eu besoin de prononcer son nom; abandonnant Bach, elle m'a souri en se levant dès que j'ai eu ouvert la porte.
Je me suis effacé pour la laisser traverser le hall et pénétrer dans mon bureau, en face.

Je l'ai priée de s'asseoir et j'ai fait mine de chercher dans mon classeur un dossier à son nom.
- Ne cherchez pas, docteur ; nous ne nous connaissons pas encore. C'est la première fois que je viens vous voir.
Je le savais, mais sans m'expliquer pourquoi, j'éprouvais le besoin de ce genre de geste. Je me rassurais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Jean-Philippe Mégnin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Mégnin
La grande librairie 22/11/2012 sur France 5, François Busnel reçoit Jean-Philippe Mégnin pour La Patiente (Le Dilettante)
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3583 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..